1347/11 avril 1918: Paris: un obus dans la maternité Baudelocque

Les hommes du 4e régiment de marche de zouaves

6 / Réf. SPA 39 W 1901 Choisy-la-Victoire, Oise, bataillon de zouaves attendant pour monter en camion. 11/04/1918, opérateur : Jacques Ridel.

 Située à 15 km à l’est de Clermont, Choisy-la-Victoire est le point de départ du front pour les hommes du 4e régiment de marche de zouaves. Rattachés à la 38e division d’infanterie, ils participent entre le 27 et le 31 mars 1918 aux combats d’Orvillers-Sorel, où, aux côtés du 8e régiment de tirailleurs, ils parviennent à stopper l’avancée allemande. Pour tuer le temps en attendant l’embarquement dans les camions, certains soldats jouent aux cartes.

http://archives.ecpad.fr/wp-content/uploads/2010/06/1918-04.pdf

Paris: un obus dans la maternité Baudelocque

Ce 11 avril, dans la maternité de Baudelocque, à 15 heures, c’est la fin des visites. Cette maternité est particulière parce que c’est la première de ce genre. Avant, on accouchait à la maison, seule, ou aidée par une sage-femme ou le médecin.
Dans cette maternité, donc, la visite s’achève. À 15h30 une déflagration pulvérise tout sur son passage. Un obus vient de traverser le mur de la pièce qu’on appelle « la crèche » (la pièce où dorment femmes et enfants).

6 tués. 14 blessés.
Parmi les blessés : 10 jeunes mères, 2 bébés de deux jours et deux élèves sage-femmes.
Parmi les tués : une élève sage-femme, 4 jeunes mères et un bébé.

Il est fort probable qu’il y ait eu plus de bébés touchés, mais il fallait qu’ils aient deux jours de vie pour qu’ils soient inscrits au livret de famille, donc reconnus officiellement…

source: http://bebe.doctissimo.fr/blog/15814-1918-un-obus-dans-la-maternite-Baudelocque.html

Vieux Berquin évacué

La bataille de la Lys est lancée au printemps 1918 avec pour objectif pour les allemands de s’emparer des monts de Flandre. Vieux-Berquin est évacué le 11 avril 1918 et en quelques heures totalement détruit le 12 avril. Les australiens ont combattu à cette époque dans le secteur de Vieux-Berquin. Un cairn commémoratif offert par une association d’anciens combattants australiens fut apposé sur le mur de la mairie le 12 avril 1983 en présence de l’ambassadeur d’Australie en France.

source: http://66a4fa6933.url-de-test.ws/wordpress/presentation-de-la-commune/

Bataille de la Lys: communiqué officiel

jeudi 11 avril 1918

Après-midi : La bataille continue sur tout le front depuis la canal de La Basséejusqu’au canal Ypres-Comines.

Une lutte acharnée s’est déroulée près de la Lawe et la Lys entre Lestrem et Armentières.
Nos troupes ont évacué Armentières rendu intenable par les gaz.
Au nord d’Armentières la situation a peu changé. Hier soir, à une heure tardive, le combat continuait avec violence près de Ploegsteert, Messines et Wytschate. […]

Soir : L’ennemi a poussé son attaque avec force toute la journée sur la totalité du front nord de la bataille.
Des assauts violents et répétés ont été exécutés par des divisions allemandes fraîches dans la région de la rivière Lawe, entre Loisne et Lestrem ; dans ce combat, le 51e division a repoussé les attaques incessantes en infligeant à l’ennemi de grosses pertes et a, par des contre-attaques énergiques et heureuses, repris les positions dans lesquelles l’ennemi avait pénétré. Une lutte violente a eu lieu à Estaires et entre ce point et Steenwerk. Dans ce secteur, l’ennemi a également attaqué en force et a réussi à refouler notre ligne immédiatement au nord de ces points.
Au nord d’Armentières, une attaque énergique s’est développée contre notre position dans le voisinage du bois de Ploegsteert et l’ennemi a fait quelques progrès.
Plus au nord, une attaque violente lancée ce matin par l’ennemi contre nos lignes dans le voisinage de Wytschaete et Hollebeke a été complètement repoussée par la 9e division avec de grosses pertes pour l’ennemi.
La lutte continue sur tout le front entre le canal de La Bassée et le canal d’Ypres-Comines.[…]

source: http://www.bataille-de-la-lys.com/fr/attaque_allemande/communiques/11_avril_1918.html

Journal du jeudi 11 avril 1918

Actions locales entreprises par l’ennemi sur plusieurs points du front.
Dans la région de Hangard-en-Santerre, les Allemands ont prononcé une attaque puissante, précédée d’une forte préparation d’artillerie. Un combat acharné s’est engagé pour la possession du village qui a passé de main en main. Une contre-attaque de nos troupes, à 3 heures du matin, nous a rendu entièrement le village et le cimetière.
Une tentative de l’ennemi pour nous chasser des bois à l’ouest de Castel, a subi un sanglant échec.
A l’ouest de Noyon, les Allemands n’ont pas été plus heureux dans la région de Suzoy.
Nos troupes y ont brisé l’effort de l’ennemi qui a accru le chiffre de ses pertes sans obtenir de résultat.
Au nord-est du mont Renaud, nos reconnaissances ont fait des prisonniers et capturé deux mitrailleuses.
Les troupes britanniques et portugaises ont été attaquées par de gros contingents ennemis, depuis le canal de la Bassée jusqu’au voisinage d’Armentières.
L’ennemi, favorisé par une brume épaisse, a réussi à pénétrer dans les positions alliées. Il a repoussé au centre les Portugais et à une aile les Anglais, jusqu’à la Lys, entre Estaires et Bac-Saint-Maur.
L’ennemi a été rejeté à Givenchy et à Fleurbaix. Il a pris Richebourg-Saint-Vaast et Laventie.

source: http://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/avril18.html

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s