1348/12 avril 1918:le ruisseau rouge

Paris : le quartier St Paul torpillé le 12 avril 1918

Le quartier Saint-Paul torpillée, 12 avril 1918 (22h30), angle rue Saint-Antoine et rue de Rivoli, 4ème arrondissement, Paris. Première Guerre mondiale 1914-1918, grande guerre. Dégâts causés par le bombardement allemand. kiosque détruit

source: http://parismuseescollections.paris.fr/fr/musee-carnavalet/oeuvres/le-quartier-st-paul-torpillie-le-12-avril-1918-22h30#infos-principales

http://lindependantdu4e.typepad.fr/arrondissement_de_paris/2016/09/un-souvenir-du-bombardement-aérien-du-12-avril-1918.html

Le ruisseau rouge

Sources : L’Écho du Pas-de-calais – novembre 1993 – article consacré à la bataille de la Lys dans le secteur de Robecq, Saint-Venant, Calonne-sur-la-Lys, Saint-Floris – légende de la photo : « À Robecq comme dans toute la zone de combats, les civils sont évacués » Chris Baker – « The battle for Flanders – German defeat on The Lys Légende de la photo : “Men of 2/7 Royal Warwickshires rescuing a bed-ridden old man in Robecq on 12 April 1918”Le 12 avril 1918, les troupes britanniques évacuent le village de Robecq. Pour les besoins du roman, quelques personnes resteront sur place et devront vivre une situation peu commode. le village de Robecq étant alors  situé à 1 km de la ligne de fortification britannique et à 5 kms de Calonnes-sur-la-Lys occupé par les troupes allemandes. Mais c’est en mai que le village souffrira le plus. À ce moment-là, le roman fait le grand saut pour arriver en septembre 1918 et le retour des réfugiés.

source: http://ruisseaurouge.blogspot.fr/2013/09/12-avril-1918.html

Béthune évacuée

Sous-Préfet de Béthune dès le 12 janvier 1914, Adrien Bonnefoy-Sibour n’a de cesse de remplir ses fonctions avec sang-froid et courage. Le 12 avril 1918, la situation est telle qu’il ordonne d’évacuer la ville, même s’il reste présent avec une cinquantaine d’irréductibles. Compte-tenu des évènements, le conseil municipal s’exile à Berck-sur-Mer. Le 28 décembre 1919, le sous-préfet reçoit le Président Raymond Poincaré venu remettre la Croix de la Légion d’Honneur et la Croix de Guerre à la ville.

source: https://ignrando.fr/fr/parcours/51080-bethune-a-l-heure-anglaise

Bataille de la Lys communiqué officiel

vendredi 12 avril 1918

Après-midi : Une lutte acharnée se déroula sans interruption la nuit dernière près de Merville et de Neuf-Berquin. Dans ces deux localités, l’enemi a continué ses efforts et réalisé des progrès ; Merville est tombée entre ses mains au cours de la nuit.

Les attaques lancées hier près de Ploegsteert ont réussi, après un combat très vif, à rejeter nos troupes sur la lisière de Neuve-Eglise où elles occupent de nouvelles positions.
Dans les autres parties du front de bataille septentrional, la situation reste à peu près sans changement. les éléments de tranchées dans lesquels les allemands sont parvenus à pénétrer au nord de Festubert ont été repris.
Dans le secteur entre la Louane et la rivière Lawe, et plus au nord, des attaqes ennemies ont été repoussées.
La bataille continue sur tout le front au nord du canal de la Bassée jusqu’à Hollebeke.[…]

Soir : L’ennemi a continué, toute la journée, à nous presser fortement au sud et au sud-ouest de Bailleul.
Des attaques constantes, menées par des forces importantes, ont été exécutées dans ce secteur et continuent encore.
Nos troupes se sont repliées méthodiquement en continuant à combattre sur des positions dans le voisinage du chemin de fer de Bailleul, où elles restent engagées dans une lutte violente avec l’ennemi.
De violents combats ont été également livrés en d’autres points du champ de bataille au nord du canal de La Bassée, et l’ennemi a fait de léger progrès entre les rivières Lawe et Clarance.
Partout ailleurs, nos positions ont été maintenues.

Journal du vendredi 12 avril 1918

Notre artillerie s’est montrée active entre Montdidier et Noyon. Au cours de divers combats, nous avons fait une trentaine de prisonniers.
Un détachement ennemi pris sous nos feux dans la région d’Orvillers-Sorel, s’est dispersé avant d’avoir abordé nos lignes.
Au nord-ouest et à l’est de Reims, nous avons réussi des coups de main et ramené une douzaine de prisonniers et une mitrailleuse.
En Champagne, l’ennemi a attaqué nos postes avancés à l’est de Souain et a été repoussé après un vif combat. Une autre tentative ennemie en forêt d’Apremont, a échoué sous nos feux.
Sur le front britannique, les Allemands ont lancé une nouvelle et puissante attaque contre les positions de nos alliés entre la Lys, à Armentières et la rive est du canal d’Ypres-Comines. Des combats acharnés ont été livrés. Au nord d’Armentières, la puissance des assauts ennemis a obligé les troupes anglaises à se retirer sur la ligne Wytschaete-hauteurs de Messine-Ploegsteert.
Des détachements d’infanterie allemande qui avaient réussi à pénétrer dans Messines en ont été chassés par une contre-attaque. Armentières, rendue intenable par les gaz toxiques, a été évacuée. Au sud de la ville, les Allemands se sont établis sur la rive gauche de la Lys, en certains endroits à l’est d’Estaires et dans le voisinage du Bac-Saint-Maur. L’ennemi a pris et reperdu Lestrem.
M. Clemenceau publie le texte de la lettre de Charles 1er qui reconnaît nos droits sur l’A1sace-Lorraine.

source: http://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/avril18.html

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s