1352/16 avril 1918

(vidéo) Ce jour là : le premier char français le 16 avril 1917

Montage d’archives consacré à l’histoire du char d’assaut français qui fut utilisé pour la première fois le 16 avril 1917.Commentaires sur des images du char sur les champs de bataille pendant la première guerre mondiale ; images de la rencontre de Louis RENAULT et de l’armée pour la conception d’un nouveau char plus maniable.

source: http://www.ina.fr/video/CAF94005540

Deux civils fusillés de Monceau-les-Leups

Deux jeunes gens, Adam et Oudelet, suspectés d’espionnage, sont arrêtés à proximité du site des canons à longue portée « grosse Bertha » (Pariser Kanonen) de Crépy-en-Laonnois, fusillés pour avoir regarder tirer le canon, le 16 avril 1918.

https://forum.pages14-18.com/viewtopic.php?t=30728

 

Bataille de la Lys: le communiqué officiel

mardi 16 avril 1918

Après-midi : Hier soir, après un intense bombardement, l’ennemi a déclenché une très puissante attaque contre nos positions entre Bailleul et Neuve-Eglise.

L’assaut a été donné par trois divisions d’élite qui n’avaient point été encore engagées dans la bataille. Elles réussirent, après une lutte acharnée et sans merci, à enlever les hauteurs au sud-est et à l’est de Bailleul, le mont de Lille et le Ravelsberg. Nos troupes se sont repliées sur de nouvelles positions au nord de Bailleul et de Wulverghem.
Bailleul est tombé entre les mains de l’ennemi.
Ce matin, une attaque allemande s’est dessinée près de Wytschaete.
De bonne heure, ce matin, l’ennemi couvert par un feu violent d’artillerie et de mortiers de tranchées, tenta de progresser à l’ouest de Vieux-Berquin ; mais il fut repoussé.
Nous avons fait un certain nombe de prisonniers au cours d’opérations de détail exécutées avec succès pendant la nuit au sud-ouest de Robecq.[…]

Soir : De durs combats ont eu lieu aujourd’hui sur le front Meteren-Wytschaete.
Dès l’aube, l’ennemi a renouvelé aux abords de Wytschaete et de Saint-Eloi de puissantes attaques soutenues par un violent bombardement.
A la faveur de ce bombardement, et protégées par le brouillard, les troupes allemandes ont pu s’approcher de nos positions, et se sont emparées de ces localités après un combat acharné.
Ce matin, également, l’ennemi est parvenu à pénétrer dans le village de Meteren où l’on se bat actuellement.
Sur les autres parties du front de ce secteur, les attaques allemandes ont été repoussées.[…]
Des troupes d’infanterie allemande, en rassemblement près de Locon ont été dispersées par nos feux.
De part et d’autre, l’artillerie s’est montrée plus active dans le secteur de Paschendaele.

source: http://www.bataille-de-la-lys.com/fr/attaque_allemande/communiques/16_avril_1918.html

Parution du coup de canon

La guerre plongea la presse dans de nombreuses difficultés matérielles comme la mobilisation des ouvriers des imprimeries et des rédacteurs, la pénurie de papier et enfin la réapparition de la censure. Elle eut pour conséquence la disparition de bon nombre de journaux, 28 titres dès 1914 et une vingtaine encore entre 1914 et en Basse-Normandie. La presse cesse totalement de remplir sa mission d’information pour se transformer en arme de propagande. Peu de choses sont connues sur la création du Coup de canon, bimensuel, qui paraît pour la première fois en . Il s’affiche comme un journal humoristique, milit…éraire et civil, vendu sur abonnement à la tête du client dont les chèques sont refusés c’est trop compromettant. Il se situe au carrefour des journaux satiriques qui virent le jour aux débuts de la Troisième république et des journaux de guerre aux publicités et feuilletons patriotiques, prenant le contre courant des journaux de propagande et de soutien des populations loin du front par des caricatures et dessins caustiques. Le Coup de canon de janvier à novembre est remplacé par Le Crachin Journal humoristique et satirique -1919 et devient Le Crachin 1920-1927. Il paraît quelques mois 1919-1921 sous la dénomination Le Crachin cherbourgeois.

source: http://normannia.info/items/show/190685#?c=0&m=0&s=0&cv=0

 

Journal du mardi 16 avril 1918

Dans la région de Hangard, nous avons effectué une opération de détail qui a parfaitement réussi et nous a ramené une dizaine de prisonniers.
Le nombre des prisonniers que nous avons faits dans ce secteur depuis quatre jours est de cent cinquante.
Entre Montdidier et Noyon et en Champagne, au sud du mont Têtu, plusieurs coups le main nous ont permis également de ramener des prisonniers.
Sur le front britannique, le combat a continué avec acharnement autour de Neuve-Eglise. Après avoir rejeté de nombreux assauts, nos alliés ont dû se replier en arrière du village.
L’ennemi a déclenché de vigoureuses attaques sur de nombreux points du front de bataille, de la Lys, au nord-ouest de Merville.
L’infanterie allemande a été rejetée avec de lourdes pertes. Des éléments avancés, sur la berge nord du canal de la Lys, ont été pris sous le feu anglais. Sept attaques ont été lancées infructueusement dans le secteur de Merville. La ligne britannique, qui avait légèrement fléchi, a été rétablie.
A l’est de Robecq, nos alliés ont fait cent cinquante prisonniers.
Le comte Czernin, ministre des Affaires étrangères d’Autriche-Hongrie, a donné sa démission.

source: http://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/avril18.html

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s