1355/19 avril 1918

Article du journal « Le Matin » du 19 avril 1918 : Les Allemands ont brûlé Reims

article-journal-quotle-matinampquot-19-avril--L-HBFgi8

Article extrait du journal « le Matin » daté du 19 avril 1918. La date et le nom du journal sont annotés dans le coin à gauche.

Cet article au titre éloquent est rédigé le 18 avril 1918, par le correspondant de guerre du « Matin » qui est sur le front français.

Rappelons que l’incendie de la cathédrale de Reims a eu lieu le 19 septembre 1914, mais les bombardements réguliers de l’artillerie ennemie pendant toute la guerre vont la réduire à l’état de ruine. Il en sera de même des autres monuments comme la basilique Saint-Rémi, ainsi que de l presque totalité de la ville.

Le martyre de la cathédrale et de la ville seront utilisés par la propagande alliée pour dénoncer « la barbarie » ennemie, parlant de « Kultur Krupp » du nom de l’industriel allemand Alfred Krupp dont les aciéries fabriquaient les canons et les armes. C’est d’ailleurs le prénom de sa fille Bertha qui sera donné au canon à longue portée : « la Grosse Bertha ».

Lire sur le site reims14 18 http://14-18.documentation-ra.com/2014/06/2014-06-article-du-journal-le-matin-du-19-avril-1918/

Une loi pour l’attribution aux réfugiés des logements vacants

La loi du 19 avril 1918 impose l’installation d’urgence des réfugiés et rapatriés. Chaque maire est tenu de fournir au préfet une liste des logements vacants. A la demande d’un maire ou même d’un réfugié, le préfet arrête la réquisition d’un logement moyennant indemnité au propriétaire, le maire se chargeant ensuite de la mise en oeuvre. Des états des lieux sont dressés, avant l’occupation du lieu et parfois après, dans le cas d’une dégradation importante. Bien des dossiers sont clos par un arrêté préfectoral accordant une indemnité aux propriétaires.

source: http://archives.valdoise.fr/ark:/18127/vta5667f8725b585

Le point avec le 416 ème RI

Le 19 avril 1918, le 416e RI part du Pas-de-Calais et arrive à Poperinge (Belgique) en camion, à 19h. Ils sont cantonnés dans un camp anglais, le camp School, considéré comme étroit et inconfortable. Ils subissent des attaques aériennes allemandes.

Le 20 avril, le régiment reçoit l’ordre de relever le 99e RI dans le secteur du Mont Kemmel. L’État-major apprend qu’une attaque allemande est imminente. La relève s’effectue durant la nuit du 21 au 22 avril.
– Le 1er bataillon du 416e RI prend position sur le Petit-Kemmel
– Le 2nd bataillon est en soutien sur les pentes ouest du Petit-Kemmel
– Le 3e bataillon reste en réserve à Westroute (mon AGP est rattaché à ce bataillon mais effectue des liaisons avec les autres unités)
– Le PC du colonel est situé à l’ouest du col entre le Grand et le Petit-Kemmel.
– A droite, le JMO précise que le 413e tient Dranoutre et à gauche, le 30e occupe le Grand-Kemmel.

Le 24 avril, à 21h, le 416e RI avance ses premières lignes de 400m, en avant des fermes Donégal et Airkraft. La 2e compagnie fait un prisonnier qui donne des informations sur l’attaque du lendemain.

Le 25 avril, à 2h30 du matin, les Allemands entament une préparation d’artillerie sur les anciennes positions du 416e RI, ce qui cause peu de dégâts.
Vers 5h, une attaque de l’infanterie allemande est repoussée, mais le régiment est tout de même pris à revers par les troupes infiltrées sur le Grand-Kemmel.
Vers 7h, la première ligne du 416e RI est enfoncée : il ne reste que le 2e bataillon et la 3e compagnie du 1er bataillon en défense sur le Petit-Kemmel.
Ces hommes sont encerclés encerclés et subissent des tirs de toutes parts : à 10h45, les Allemands menacent les entrées du PC du colonel sur le Petit-Kemmel et somment l’Etat-Major de se rendre. Dans l’abri, deux lieutenants-colonels anglais, les colonels français du 30e et du 416e RI et trois chefs de bataillons décident de se rendre.

Le 3e bataillon du 416e RI tente une contre-attaque pour dégager le reste du régiment, sans succès.

Plus précisément, j’ai appris que mon AGP s’était porté volontaire pour guider durant la nuit du 26 au 27 avril une section du 15e régiment de Dragons qui devait mener des opérations de contre-infiltration sur les pentes du Mont-Kemmel (il reçoit la Médaille Militaire et sa deuxième citation à ce moment).

Les 28 et 29 avril, le 3e bataillon du 416e RI (les hommes des 1er et 2nd bataillons sont tous tués ou capturés), toujours en position, subit encore quelques pertes.
Dans la nuit du 29 au 30 avril, les restes du 416e RI sont relevés par le 16e corps d’armée et sont envoyés en auto à Malo-les-Bains pour reformer le régiment. Néanmoins, s’il est reformé, le régiment perd sa cohésion par l’arrivée de nouveaux éléments.

source: https://www.geneanet.org/forum/viewtopic.php?t=437726

(vidéo) La bataille du Mont Renaud (Oise)

Capture d_écran 2018-03-23 à 10.20.23

https://www.youtube.com/watch?v=2UUL6yZqCMU

Bataille de la Lys: communiqué officiel

vendredi 19 avril 1918

Après-midi : Les attaques ennemies signalées hier matin au sud du mont Kemmel ont été repoussées complètement. D’autres assauts, lancés par les Allemands dans ce secteur au cours de la soirée, ont été brisés par nos cannons et nos mitrailleuses.

Sauf une activité réciproque des deux artilleries sur plusieurs points, la nuit a été relativement calme dans tout le secteur britannique.
Au cours de diverses actions de détail, nous avons fait quelques prisonniers et capturé des mitrailleuses.
Il a été établi que des régiments appartenant à six divisions différentes ont été engagés dans les attaques infructueuses déclenchées hier par les Allemands dans la région Givenchy-Saint-Venant.
Le combat à Givenchy et ailleurs s’est terminé par l’échec complet de l’ennemi qui, après des assauts coûteux et poussés à fond avec une extrême énergie, n’est parvenu à prendre pied que sur un ou deux points limités dans nos défenses les plus avancées.
Il est certain que les Allemands, avant l’assaut, ont été extrêmement éprouvés par le feu de notre artillerie et que leurs pertes, au cours de la journée et pendant le combat, n’ont pas été moins lourdes.

Soir : Aucun changement pendant la journée sur le front britannique.
L’artillerie ennemie s’est montrée active sur différents points du front et a entrepris, dès l’aube, sur nos positions de Caudescure, au nord de Merville, un bombardement violent qui n’a été suivi d’aucune attaque d’infanterie.
Notre artillerie a bombardé efficacement les troupes ennemies et des transports le long des routes en arrière du secteur de la Lys.

source: http://www.bataille-de-la-lys.com/fr/attaque_allemande/communiques/19_avril_1918.html

Journal du vendredi 19 avril 1918

Pas d’action d’infanterie sur notre front.
L’ennemi a bombardé violemment nos premières lignes et quelques villages de la région au nord de Montdidier. Nos batteries ont efficacement contrebattu l’artillerie ennemie et exécuté des concentrations de feux sur les positions allemandes.
Canonnade intermittente sur le reste du front.
Quatre avions allemands ont été abattus par nos pilotes.
Sur le front belge, les Allemands se sont livrés à une attaque en force contre le système des avant-postes entre l’étang Blanckaert et le chemin de fer d’Ypres à Thourout.
Ils ont réussi à prendre pied dans plusieurs des postes belges, mais d’énergiques contre-attaques de nos alliés les en ont complètement chassés. Six cents prisonniers environ sont restés entre nos mains.
L’ennemi a déclenché sur presque tout le front de bataille anglais de la Lys de violents bombardements, qui, de la forêt de Nieppe jusqu’à Wytschaete, ont été suivis d’attaques d’infanterie. Toutes ces attaques ont été repoussées et des pertes considérables infligées à l’ennemi.
Les troupes britanniques, qui avaient réussi à pénétrer dans les villages de Meteren et de Wytschaete, n’ont pas pu s’y maintenir.
Des troupes françaises coopèrent avec les forces anglaises sur ce front.
En Italie, les patrouilles anglaises sur le plateau d’Asiago et les patrouilles italiennes dans la région du mont Tomba ont capturé des prisonniers et du matériel.
En Afrique orientale, la colonne britannique du général Edwards, venant du littoral, et la colonne du général Northey, venant du lac Nyassa, exécutent un mouvement convergent contre les Allemands. La colonne du général Northey a occupé Magna.

source: http://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/avril18.html

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s