1362/26 avril 1918

Le sacrifice du clairon Alfred Parrens du 59 ème RI

A Foix les origines du Clairon Alfred Parrens restaient inconnues. Pourtant on peut y voir une plaque commémorative et dans l’historique du 59 Régiment d’Infanterie on peut lire ceci :

Le fait suivant m’était encore inconnu lorsque j’ai adresssé au régiment l’ordre N°292.
 » Le clairon Parens, de la 5ème escouade de la 6ème Compagnie, voyant que les fusées demandant le barrage au moment de la grosse attaque boche du 26 avril 1918 n’étaient pas aperçues de l’arrière à cause de la brume, sort de la tranchée, et, debout sous une grèle de balles, sonne à pleins poumons « commencez le feu! » jusqu’à ce qu’un projectile le couche par terre, son clairon dans sa main crispée. »

(…) La suite sur http://montesquiou.info/fr/culture/histoire/parrens.htm 

 Voix du Nord du 22 avril 2005

 

Bataille de la Lys: communiqué officiel

source de la carte: http://artois1418.skyrock.com/3116075667-COMMUNIQUE-OFFICIEL-26-et-27-avril-1918.html

vendredi 26 avril 1918 

Après-midi : Sur le front Bailleul-Hollebecque, après un dur combat qui s’est livré toute la journée contre des forces grandement supérieures, les troupes alliées ont été forcées de céder du terrain et l’ennemi a pris pied sur la colline de Kemmel.

La bataille continue encore dans les environs de Dranoutre, Kemmel et Vierstraat.
Nous avons réussi une opération de moindre importance pendant la nuit à l’ouest de Merville et capturé 58 prisonniers et 3 mitrailleuses.
L’artillerie ennemie s’est montrée active sur le front depuis la Lys jusqu’à Givenchy.

Soir : Au nord de la Lys, la bataille continue à faire rage sur tout le front depuis les abords de Dranoutre jusqu’au canal Ypres-Comines. L’ennemi s’est emparé de Dranoutre, du mont Kemmel et du village.
L’attaque de l’ennemi a été exécutée hier en grande force par neuf divisions allemandes.
De bonne heure, ce matin, des troupes françaises et anglaises ont contre-attaqué. Elles ont d’abord réussi à faire quelques progrès et à capturer un certain nombre de prisonniers. L’ennemi a renouvelé son attaque plus tard dans la journée et dirigé un assaut avec une violence particulière contre les positions alliées qui s’étendent de Locre à la Clytte et contre celles qui sont à cheval sur le canal Ypres-Comines.
Dans le voisinage de la Clytte et de Scherpenberg, toutes les attaques de l’ennemie ont été contenues. Après un dur combat au cours duquel une série d’attaques résolues ont été repoussées avec de lourdes pertes pour ses troupes, l’ennemi est parvenu à faire reculer notre ligne dans la direction de Locre.
Des deux côté du canal Ypres-Comines, l’ennemi a également fait quelques progrès.

source: http://www.bataille-de-la-lys.com/fr/attaque_allemande/communiques/26_avril_1918.html

Journal du vendredi 26 avril 1918

Entre la Somme et l’Avre, le bombardement ennemi a pris un caractère d’extrême violence sur le front franco-anglais, notamment dans la région Villers-Bretonneux- Hangard-en-Santerre. Notre artillerie a contrebattu énergiquement les batteries ennemies. Dans la région de l’Ailette et du bois d’ Avocourt, nos patrouilles ont ramené des prisonnbiers.

Canonnade intermittente sur le reste du front. Nos alliés anglais ont exécuté d’heureuses opérations locales au nord d’Albert. Ils ont amélioré leurs positions et capturé soixante prisonniers. Ils en ont fait cent vingt dans un combat local à l’est de Robecq, tout en enlevant un certain nombre de mitrailleuses. Ils ont remporté un autre avantage à proximité de Meteren. Dans le voisinage de Fampoux, un détachement anglais est entré dans les tranchées ennemies, et a pénétré dans la ligne de soutien. Les aéroplanes alliés ont travaillé utilement. Plusieurs reconnaissances à longue distance ont été effectuées.

Les avions de bombardement ont jeté dix-neuf tonnes de bombes sur plusieurs buts : gare de Thourout, dépôts de munitions d’Engel, Warneton, Armentières et Roulers. Sept avions ennemis ont été abattus, six autres contraints d’atterrir, désemparés. En outre, un avion ennemi a été abattu par les canons antiaériens. Nous avons forcé un avion triplace allemand à atterir près de Nogent-l’Artaud, à l’est de Meaux.

Les forces franco-anglaises ont exécuté un raid naval contre les bases allemandes d’Ostende et de Zeebrugge. On a fait échouer cinq vieux croiseurs pour boucher les issues. Des troupes ont été débarquées sur le môle de Zeebrugge pour occuper temporairement l’attention de l’ennemi.

source: http://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/avril18.html

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s