1366/30 avril 1918

(Suite) Mont-Renaud (Oise) : Un verrou sur la route de Paris

Le 21 mars 1918, les Allemands lancèrent trois armées dans une offensive d’envergure qui avait pour objectif principal la séparation des armées françaises et anglaises puis la route de Paris. Le plan réussit et en quelques jours les alliés refluèrent malgré l’envoi de renforts français sur Chauny et Ham. Le 24 mars, les Allemands se trouvèrent aux portes de Noyon qu’ils conquirent dans d’acharnés combats de rue, mais ils ne purent gravir les pentes du Mont-Renaud tenu par des renforts alliés arrivés en masse. Dès lors, les troupes du Kaiser ne purent plus progresser et se trouvèrent prises sous le feu de l’artillerie française bien décidée à tenir le « cœur de la France » cher au général Humbert.

Bientôt, le Mont-Renaud allait devenir une terre sans patrie, un ‘’Verdun noyonnais’’ où, tour à tour, les tranchées changèrent de nationalité par les attaques répétées des guerriers rompus aux combats.

Au total, entre le 26 mars et le 30 avril 1918, le Mont-Renaud fut assailli vingt-trois fois par les troupes allemandes. Le 57e régiment d’infanterie français put contrer vingt-deux assauts et participa à seize attaques. Les pertes pour la sauvegarde de la route de Paris s’élevèrent à 721 hommes en l’espace de trente-six jours pour le 57e régiment d’infanterie, ce qui lui valut d’être surnommé le « Terrible, que rien n’arrête ». Le 123e régiment d’infanterie, qui supporta seul le dernier assaut, déclara la perte de 379 hommes pour la seule journée du 30 avril 1918.

Perdu par les Français lors de la grande offensive allemande du 9 juin 1918, le Mont-Renaud figure parmi les sites mythiques de l’histoire de la Grande Guerre. Cousu en lettres d’or sur plusieurs drapeaux, son nom symbolise de hauts-faits d’armes que popularisèrent plusieurs livres d’écrivains combattants.

source: https://14-18.oise.fr/fileadmin/user_upload/V-A-2.jpg

Journal du mardi 30 avril 1918

Actions d’artillerie violentes au nord de l’Avre et dans la région entre Lassigny et Noyon. Au nord du Chemin des Dames, nous avons réussi deux coups de main sur les lignes allemandes, qui nous ont permis de ramener vingt-cinq prisonniers.

Nous avons repoussé des tentatives, ennemies précédées de vifs bombardements au nord-ouest de Reims, dans les secteurs de Saint-Mihiel, de Lunéville et du bois Le Prêtre. Des prisonniers sont restés entre nos mains. Les artilleurs belges ont exercé des tirs de représailles sur les communications ennemies.

L’artillerie allemande a bombardé le front belge au sud du lac Blankaert. Elle a été contre-battue efficacement. Des raids ennemis ont échoué.

Sur le front britannique, l’ennemi a tenté d’exploiter les avantages qu’il avait déjà tenus. Après de longues heures de lutte, ses attaques ont été enrayées sur tous les Points, avec de lourdes pertes pour lui. Les assauts ont été particulièrement violents contre les positions de Locre à la Clytte. L’ennemi a réussi à enlever Locre, mais les alliés contre-attaquèrent, refoulèrent les Allemands et reprirent le village. Combat acharné au nord de Kemmel et près de Woormezeele. L’ennemi a été repoussé, perdant plusieurs centaines de prisonniers. Au sud de la Somme, les troupes alliées ont eu l’avantage. Notre ligne a été avancée.

http://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/avril18.html

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s