1425/28 juin 1918

Attaque du 1er régiment de tirailleurs marocains

L’image Attaque du 1er régiment de tirailleurs marocains, le 28 juin 1918, à 5 h 5 m. est une photographie en noir et blanc d’une œuvre de Paul Renouard, dessinateur et graveur célèbre pour avoir représenté les grands événements de son époque, comme le procès Dreyfus. Elle représente, d’un point de vue décentré, la charge des soldats qui dévalent la pente d’une colline. Au premier plan à gauche, tout près du spectateur et comme saisi sur le vif par l’artiste, un homme court, fusil et baïonnette pointés vers l’avant, l’air à la fois grave, déterminé et concentré. Vêtus comme lui de la tenue en usage en 1918, deux autres soldats placés sur sa gauche chargent du même mouvement, mais la perspective fait qu’ils sont sur le point de sortir du cadre. Au second plan, trois hommes se détachent encore, quoique beaucoup moins nettement, d’une masse qui visiblement avance d’un même élan et qui devient de plus en plus imprécise, jusqu’à se confondre avec le relief et la brume de l’aube.

https://www.histoire-image.org/fr/etudes/tirailleurs-marocains

La bataille de Cutry (Aisne)

Le 27 juin, le régiment reçoit l’ordre de s’emparer du plateau qui surplombe à l’Est le ru de Retz position dominante, dont la possession est nécessaire au développement des opérations que le commandement a décidé d’entreprendre dans cette région.
Le 28, à l’aube, les bataillons Stefani et Le Boette, qui attaquent au premier rang, surprennent l’ennemi par la soudaineté d’une attaque préparée dans le plus grand secret.
Le bataillon de droite (Commandant Stefani, puis le Capitaine Trinquet) atteint rapidement ses objectifs. A gauche, dans la zone d’action du bataillon Le Boette, les difficultés sont plus grandes, difficultés de terrain, d’une part, et résistance tenace de l’ennemi, d’autre part. Sans attendre que les passerelles soient construites, les tirailleurs du Commandant Le Boette franchissent le ru et escaladent les pentes abruptes du plateau. Pouce par pouce, le terrain est déblayé et conquis après une lutte acharnée et meurtrière. Dans la nuit du 30, une attaque brillamment menée par les Compagnies Gigot et Gabriellicomplète le succès. Tous les objectifs assignés sont atteints.
A la suite de ce brillant fait d’armes, le régiment obtenait la citation suivante :
«  Sous le commandement du Lieutenant-Colonel Cimetière, a mené, le 28 juin 1918, malgré les plus grandes difficultés, une attaque extrêmement brillante, couronnée de succès. A eu successivement à réduire la résistance de nombreux ennemis, dans une région tourmentée et boisée, à manoeuvrer pour encercler un village organisé et pourvu d’une garnison nombreuse et à réduire cette dernière. N’a pu remplir cette tâche multiple que grâce à un entraînement, une vigueur et un esprit de discipline incomparables. A fait plus de 500 prisonniers, capturé 18 mitrailleuses et un nombreux matériel. »

source: http://surlesrivesdustyx.blogspot.com/2011/11/la-bataille-de-cutry-28-juin-1918.html

Journal du vendredi 28 juin 1918

Au nord-est de Montdidier, nous avons exécuté un coup de main au nord du parc de Grivesnes et infligé des pertes à l’ennemi, auquel nous avons fait des prisonniers.
Le nombre des prisonniers capturés par les Américains dans la région des bois Belleau, est de 264, dont 5 officiers.
Nous avons abattu 22 avions ennemis, et incendié 3 drachens. Nos avions de bombardement de nuit et de jour ont jeté 17 tonnes de projectiles sur des terrains d’aviation, des bivouacs, des cantonnements dans la zone du front.
L’aviation britannique a été active, repérant des batteries ennemies et faisant des clichés. Dix avions ennemis ont été abattus et quatre autres contraints d’atterrir, désemparés. Dix tonnes de bombes ont été lancées.
Les aviateurs américains ont bombardé la gare et les voies de Conflans.
Les Italiens, après avoir réoccupé la tête de pont de Caposile, ont soutenu des contre-attaques de nombreuses forces ennemies. Ils ont capturé 8 officiers et 371 soldats. Canonnade sur le reste du front.
Les escadrilles italiennes ont lancé plusieurs tonnes de bombes sur les dépôts de munitions ennemis dans la plaine vénitienne et sur la voie ferrée de Matarella. Sept avions ennemis ont été abattus.
Quelques centaines de prisonniers ont encore été capturés au cours du nettoyage du champ de bataille.

source: http://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/juin18.html

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s