1528/8 octobre 1918: l’exploit du sergent York en Argonne

La bataille pour l’Aisne

  Le 8 octobre, à 4h30; Les Armées Byng et Rawlinson, précédées de tanks, se portent en avant entre la Sensée et Saint-Quentin.

Le succès est foudroyant. Les nouvelles lignes ennemies construites en hâte, n’étaient pas encore en état de soutenir un pareil assaut. Elles cèdent au premier choc; et, le soir, le front britannique est jalonné par Forenville, La Targette, Esnes, Malincourt, à 7 kilomètres plus à l’est, sur un front de 50 kilomètres.

Nos alliés ont capturé, ce jour-là, 11000 prisonniers et 200 canons.

Or, en même temps, dès six heures du matin, Debeney a déclenché, lui aussi, une offensive sur un front de 10 kilomètres, entre Saint-Quentin et l’Oise. En dépit d’une vigoureuse résistance, il a enlevé les fermes de Hellecourt et de Fontaine-Uterte, solidement organisées, les bois de la ferme Tilloy et le village de Rouvroy, capturant prés de 15.000 prisonniers.

Le 9 octobre, la victoire se poursuit. Les Canadiens ont forcé, à 1h30 du matin, le passage de l’Escaut à Ramillies. La résistance ennemie faiblit et la poursuite commence, ardente, dés le petit jour. Avant midi, nos Alliés ont; progressé d’une dizaine de kilomètres; et, le soir, Bohain, Prémont et Clary sont emportés.

C’est; encore une poussée de 12 kilomètres en moyenne, sur 10 kilomètres de développement, qui dégage largement Cambrai et fait tomber prés de 2000 prisonniers aux mains des 3e et 4e Armées britanniques.

Debeney gagne du terrain aussi, d’autant plus que maintenant la résistance ennemie commence à devenir plus molle de son côté. Il dégage largement Saint-Quentin; et, le soir, ses avant-gardes atteignent l’Oise, ayant capturé prés de 2000 prisonniers et un matériel important.

La nuit arrête à peine le combat, et le 10 octobre, au matin, la poursuite continue.

Au nord, Byng enlèveThun-Saint-Martin, Naves et Carniéres; au sud, Rawlinson dépasse Caudry et pousse jusqu’aux portes du Cateau. Maintenant l’artillerie elle-même réagit faiblement ; et, dans les localités abandonnées en toute hâte par les Allemands, on retrouve de nombreux civils que l’ennemi n’a pas eu le temps d’évacuer. Au-delà, la nuit s’illumine de sinistres lueurs. De nombreuses localités brûlent.

Debeney a atteint Bautroux, Fontaine-Notre-Dame et Marcy, où il a délivré ses habitants. Le soir, la 1e Armée a encore gagné du terrain vers l’Oise, dont elle tient la rive droite sur une étendue d’une vingtaine de kilomètres.

source: http://www.chtimiste.com/batailles1418/1918aisne.htm

L’exploit du sergent York en Argonne

Ce 8 octobre 1918 , les Américains sont bloqués par les Allemands à Chatel-Chéhéry. Dix-sept hommes, dont Alvin Cullum York, alors caporal, sont chargés de prendre à revers les ennemis. Après un accrochage, York se retrouve l’unique gradé de la patrouille. Sous ses ordres, les rescapés continuent leur mission, pour finalement revenir avec 132 prisonniers et neutraliser une trentaine de pièces d’artillerie. Au passage, cet excellent chasseur aurait tué à lui seul 28 Allemands. Devenu sergent et reçu comme un héros dans son pays natal, il s’est éteint en 1964.

Gary Cooper a interprété le rôle du sergent York 

Un autre héros, le sud africain Delville Wood

Entre le 8 août 1918 et le 8 octobre 1918, cet officier fut victorieux dans 26 combats décisifs, détruisant 12 ballons captifs ennemis, 10 appareils ennemis et mettant 4 autres appareils ennemis complètement hors de contrôle. Entre les 1er et 5 octobre 1918, il détruisit 2 chasseurs, incendia 3 ballons captifs et mit 1 chasseur complètement hors de contrôle. Le 1er octobre 1918, dans un engagement général avec environ 28 appareils, il abattit 1 biplan Fokker près de Fontaine, et un second près de Ramicourt : le 2 octobre, il incendia un ballon près de Selvigny ; le 3 octobre, il mit un chasseur ennemi hors de contrôle près de Mont d’Origny, et incendia un  ballon  et, le 5 octobre, le troisième ballon près de Bohain. Le 8 octobre 1918, alors qu’il retournait à sa base à basse altitude, après avoir détruit un biplace près de Maretz, il fut blessé à un bras par un tir de mitrailleuse, mais, porsuivant, il atterit à son aérodrome et, après avoir fait son rapport, fut hospitalisé. Au total, il fut vainqueur sur 54 ennemis, détruisant 22 appareils, 16 ballons captifs et mettant hors de contrôle 16 appareils. La tâche du Captain Beauchamp-Protor dans l’attaque au sol de troupes ennemies et dans la reconnaissance durant la retraite après la bataille de St Quentin du 21 mars 1918, puis au cours de l’avance victorieuse de nos Armées à partir du 8 août, a été pratiquement inégalée dans son intelligence, et fit une telle impression à ceux servant dans son escadrille qu’elle sera difficilement oubliée. Le Captain Beauchamp-Proctor fut décoré de la Military Cross le 22 juin 1918, de la Distinguished Flying Cross le 2 juillet 1918, reçut une barette à sa MC le 16 septembre 1918 puis le Distinguished Service Order le 2 novembre 1918

source: http://www.delvillewood.com/beauchamp-Proctorfr.htm

Journal du mardi 8 octobre 1918

Bataille au nord de Saint-Quentin, entre Morcourt et Sequehart. Nos troupes ont enlevé Rémancourt, la ferme Tilloy et plusieurs bois organisés en points d’appui. L’ennemi a résisté avec une furieuse énergie sans pouvoir enrayer l’avance de nos troupes, qui ont conquis le terrain pied à pied, faisant plusieurs centaines de prisonniers.
Au nord de Reims, nous avons atteint la Suippe en de nombreux points. Les arrière-gardes allemandes ont résisté sur la rive sud et contre-attaqué à plusieurs reprises. Nos troupes les ont refoulées en leur infligeant des pertes sanglantes.
Nous tenons les lisières sud d’Aguilcourt, et le village de Bertricourt, au nord de la Suippe. Plus à droite, nous avons forcé le passage de la rivière et pris le cimetière de Pongivart, ainsi que Saint-Masmes et Hauvine, au nord de l’Arnes.
Les Anglais ont fait 400 prisonniers aux environs d’Aubenchel-aux-Bois, 34 autres dans le secteur d’Oppy. Ils ont établi des postes sur les passages du canal au nord d’Aubencheul-au-Bac et à l’ouest d’Oppy. Une autre patrouille a pris un poste allemand à l’est de Berclau.

source: http://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/octobre18.html

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s