1551/31 octobre 1918

Du côté du 415e RI

20 octobre 1918 – 31 octobre 1918 – Retrait du front ; repos dans la vallée de la Retourne
31 octobre 1918 – 5 novembre 1918 – Mouvement vers Tourcelles-Chaumont ; engagée vers Voncq et Terron-sur-Aisne dans la bataille du Chesne le 2 novembre passage de l’Aisne vers Semuy.
5 novembre 1918 – 11 novembre 1918 – engagée dans LA POUSSÉE VERS LA MEUSE combats vers Lametz et Omont ; le 8 novembre progression jusqu’à la Meuse, à l’est de Flize, le 9 novembre combat sur la rive nord de la Meuse.

Parution du Coup de canon

download

La guerre plongea la presse dans de nombreuses difficultés matérielles comme la mobilisation des ouvriers des imprimeries et des rédacteurs, la pénurie de papier et enfin la réapparition de la censure. Elle eut pour conséquence la disparition de bon nombre de journaux, 28 titres dès 1914 et une vingtaine encore entre 1914 et en Basse-Normandie. La presse cesse totalement de remplir sa mission d’information pour se transformer en arme de propagande. Peu de choses sont connues sur la création du Coup de canon, bimensuel, qui paraît pour la première fois en . Il s’affiche comme un journal humoristique, milit…éraire et civil, vendu sur abonnement à la tête du client dont les chèques sont refusés c’est trop compromettant. Il se situe au carrefour des journaux satiriques qui virent le jour aux débuts de la Troisième république et des journaux de guerre aux publicités et feuilletons patriotiques, prenant le contre courant des journaux de propagande et de soutien des populations loin du front par des caricatures et dessins caustiques. Le Coup de canon de janvier à novembre est remplacé par Le Crachin Journal humoristique et satirique -1919 et devient Le Crachin 1920-1927. Il paraît quelques mois 1919-1921 sous la dénomination Le Crachin cherbourgeois.

source: http://normannia.info/items/show/190693#?c=0&m=0&s=0&cv=0

source: http://www.poilus38.com/415e14-18.php#1918

Journal du jeudi 31 octobre 1918

Entre Oise et Serre, vives actions d’artillerie, notamment dans la région de Crécy-sur-Serre.
A l’ouest de Château-Porcien, les troupes de la 5e armée ont entrepris une nouvelle poussée sur un front de douze kilomètres, entre Saint-Quentin-le-Petit et Herpy. L’ennemi avait reçu ordre de tenir coûte que coûte.
Sur notre gauche, malgré l’abondance des mitrailleuses, qui tentaient d’enrayer notre avance, nous avons débouché de Saint-Quentin-le-Petit et porté nos lignes aux abords de la cote 137. A l’ouest de Banogne, nous avons également progressé au centre. Nos troupes ont refoulé les forces ennemies au delà de la route de Recouvrance à Saint-Fergeux, sur une étendue de trois kilomètres, à l’est du signal de Recouvrance. A droite, nous avons enlevé la cote 156 et avancé plus à l’est. 850 prisonniers ont été dénombrés.
Les Anglais ont fait 70 prisonniers au nord-est d’Englefontaine.
Feu d’artillerie et de mitrailleuses sur le front américain, à l’ouest de la Meuse, particulièrement vers Saint-Juvin.
Les Italiens, poursuivant leur avance à l’est de la Piave, ont fait 4000 prisonniers nouveaux et libéré un certain nombre de localités, dont Conegliano.

source: http://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/octobre18.html

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s