1595/14 décembre 1918: des critères de pureté raciale pour les Alsaciens

Les Alsaciens suivant des critères de pureté raciale

Les Alsaciens sont dorénavant classés en 4 catégories sur des critères sanguins et avec des droits inégaux selon qu’ils sont porteurs de l’une ou l’autre carte. Les Alsaciens sont fichés de la manière suivante :

– carte d’identité A : avec bandes tricolores pour les Alsaciens-Lorrains dont les parents et les grands-parents sont nés en Alsace-Lorraine ou pour les habitants dont les parents sont nés en France. Ils sont réintégrés de plein droit.

– carte d’identité B : avec deux bandes bleues pour les Alsaciens-Lorrains dont le père ou la mère sont d’origine étrangère, non-français, non alsacien-lorrain.

– carte d’identité C : avec deux bandes rouges pour les Alsaciens-Lorrains dont le père et la mère sont originaires de pays alliés de la France ou restés neutres pendant le conflit.

– carte d’identité D : sans bande pour les descendants d’Allemands, d’Autrichiens, de Hongrois ou d’autres peuples des Empires centraux. Leurs enfants, même nés en Alsace-Lorraine, reçoivent la carte D.

source: http://www.alsace-lorraine.org/13-histoire/45-l-alsace-francaise.html

Carnet de guerre d’Edouard Coeurdevey

A Paris, arrivée du Président Wilson. M. Sourisseau m’emmène avenue du Bois de Boulogne sur le passage du président.

          Nous avons la chance d’être au premier rang de la foule innombrable de curieux  Quand l’hôte illustre descend lentement l’avenue, je le vois très distinctement. Un beau sourire radieux où on croit deviner une flamme sans pareille et une surprise charmée de l’accueil réservé.C’est grandiose et frénétique.

 Une joie immense. Une Américaine me prend la main : « La France est magnifique » me dit-elle.  Nous descendons l’avenue triomphale, unique au monde de l’Étoile au Caroussel. Drapeaux, acclamations, monômes, chanteurs des rues. Paris est le cœur ardent de la France.

source: http://atelca.fr/remy/transit/edouard/htm/carnet13.htm

Journal du samedi 14 décembre 1918

M. Wilson est arrivé à Brest, où il a été reçu par plusieurs ministres et par la municipalité. L’accueil populaire a été très chaleureux. La flotte américaine, sous les ordres de l’amiral Sims, avait pris la mer pour aller à la rencontre du président.
Sur le front de la 3e armée américaine, aucune avance nouvelle ne s’est produite. Le secteur d’occupation a été rétréci et s’étend maintenant le long de la rive ouest du Rhin, de Rolandseck à Brey.
La commission navale anglaise de l’armistice à Wilhelmshafen a menacé de rompre les négociations si certaines clauses ne sont pas plus fidèlement exécutées.
Les plénipotentiaires des Alliés et ceux de l’Allemagne se sont rencontrés à Trèves pour discuter au sujet de la prolongation de l’armistice.
Une seconde note américaine à l’Allemagne et à l’Autriche dit que ce n’est pas au cabinet de Washington mais à tous les gouvernements associés que les demandes ou les plaintes doivent être adressées.
A Berlin, le groupe Spartacus annonce la grève générale. Des perquisitions ont eu lieu dans les locaux du groupe.
Les troupes françaises sont arrivées à Budapest.
Une délégation liégeoise est partie pour Paris afin d’inviter MM. Poincaré, Clemenceau, le maréchal Foch et le président Wilson à venir visiter Liège.
Les polémiques au sujet de l’internement de Guillaume II continuent en Hollande. L’ex-kaiser va déménager.
Lord Grey a prononcé un discours pour exposer son interprétation au principe de la liberté des mers.

source: http://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/decembre18.html

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s