Ardennes : discriminés en 1917, les soldats noirs afro-américains célébrés en héros 

Article d’Alexandre Blanc publié dans France bleu champagne le 12 Novembre

La cérémonie du 11 novembre avait un accent américain à Séchault. En présence de deux soldats de l’US Army, le village ardennais rendait hommage aux soldats noirs du 369ème régiment d’infanterie américain. Discriminés au sein de l’armée américaine, ces Afro-américains ont libéré Séchault en 1918.

Après la traditionnelle cérémonie du 11 novembre aux pieds du monument aux morts, le village ardennais de Séchault s’est déplacé jusqu’à l’obélisque située en bord de départementale pour un second moment d’hommage dédié aux soldats afro-américains du 369ème régiment d’infanterie ce jeudi. Les 2000 hommes qui le composaient, tous noirs, ont libéré la commune le 29 septembre 1918, après d’âpres combats qui coûtèrent la vie à 851 d’entre eux. 

Des soldats noirs en seconde classe

En 1917, alors que les Etats-Unis entrent en guerre, les soldats américains noirs de peau n’ont pas le droit de porter des armes et sont relégués à des tâches subalternes. Sous l’impulsion du maréchal Foch, ils sont incorporés à l’armée française et combattent au sein de la quatrième armée. Ceux que l’on surnommera les Harlem Hellfighters sont envoyés au front en Champagne. 

Les victoires qu’ils remportent au prix de conséquents sacrifices humains permirent notamment de libérer le village de Séchault. C’est au pied du monument érigé par leurs descendants en 1997 que se sont réunis sous-préfet, élus, militaires et habitants ce jeudi 11 novembre 2021. De l’autre côté de l’Atlantique, 1200 élèves de Houston suivent la cérémonie en direct et en vidéo. 

Photo France Bleu

Deux GI’s à la cérémonie

Le star-spangled banner flotte dans le brouillard ardennais. Deux lieutenants de l’US Air Force assistent à ce moment d’hommage. « Ces soldats ont dû faire face au racisme dans leur pays d’origine« , glisse le lieutenant Lauren Benedict dans son discours à l’assistance. « Ils ont perdu la vie pour leur liberté, et pour la nôtre également« , ajoute le maire de Séchault, René Salez. 

Les enfants du pôle scolaire de Monthois égrènent les noms de ces soldats tombés au front, loin de chez eux. La fanfare « Le réveil d’Attigny » sonne les dernières notes de l’hymne américain. « Il y a des trous dans le traîtement de notre Histoire et nous sommes sur le chemin pour essayer de remplir ces trous« , admet le lieutenant de l’US Air Force Cole Armagost.  

J’irai planter un pacanier

À l’issue de la cérémonie, on plante un pacanier. L’arbre à noix de pécan est le symbole de l’amitié franco-américaine depuis que le Président américain Thomas Jefferson en mit un en terre en 1787 à Villenave-d’Ornon, en Gironde. 

Depuis 2017, 85 pacaniers ont été plantés en France à l’initiative des associations « France-Etats-Unis » et « les Pacaniers de Jefferson » dans des sites symbolisant le lien historique entre la France et les Etats-Unis. Le pacanier de Séchault sera le seul dédié aux soldats afro-américains qui ont combattu pendant la Première Guerre mondiale. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s