Tous les articles par Alain Moyat

Journaliste à l'union de 1975 à 2013. Auteur de "50 ans d'histoire rémoise de 1950 à 2000." + une biographie d'Adeline Hazan Webmaster de quatre sites internet: https://www.reimscimetieredunord.wordpress.com https://www.reimsactu.wordpress.com https://www.reims1418.wordpress.com https://www.reimsconfinement.wordpress.com

Samedi 10 et dimanche 11 décembre visite enchantée de Noël 1914 à la grotte du Dragon

En écho au Noël des soldats de tous les camps, venez découvrir samedi 10 et dimanche 11 décembre Noël dans la Caverne du Dragon, à travers une visite enchantée sur les célébrations durant la grande guerre, et venez joindre votre voix et vos pas à ce moment de joie vécu il y a plus d’un siècle…

Le 24 décembre 1914, jour de Noël, les soldats français occupent la Caverne du Dragon. Les soldats allemands, quant à eux, sont tout près.

Pour ces soldats, quel que soit leur uniforme, c’est pour beaucoup un jour de fête, un jour de joie. Un jour passé en famille. Un jour passé à célébrer la naissance du Christ pour ces hommes qui sont nombreux à être chrétiens et à voir dans la foi un réconfort.

Comment faire vivre un jour de paix, de joie, de fraternité, dans une guerre totale qui a démarré six mois plus tôt ?
C’est à travers les cantiques, les fraternisations, les repas de fête, les messes, le culte et parfois même, à certains endroits du front, par la trêve. Dans une guerre de canons, une guerre de machines, une guerre pleine de souffrance, ils ont cherché à garder leur humanité, à entretenir ce moment de joie, ce moment qui rappelle ce foyer qui nous appelle.

Les bougies brûlent. Les sapins sont installés dans les tranchées et dans la creute.  Les chants sont entendus de part et d’autre, célébrant la nativité. Nous sommes le 24 décembre 1914, c’est la guerre, mais ce soir, la magie de Noël est dans la Caverne du Dragon et sur le Chemin des Dames.

EN PRATIQUE

  • Départ à 14h et 16h au Centre d’Accueil du Visiteur du Chemin des Dames • Caverne du Dragon 
  • Durée : env.1h15
  • Tarifs individuels : 9€ (+ 7 ans) / gratuit (- 7 ans) 
  • Places limitées, la réservation est recommandée !

Informations & réservations :
Centre d’Accueil du Visiteur du Chemin des Dames • Caverne du Dragon
RD 18 Chemin des Dames
02160 Oulches-La-Vallée-Foulon
T : 03 23 25 14 18 / 

Après les bombardements de Reims

Ce qu’il restait de la PLACE D’ERLON
Rue CERES après les bombardements (photo Lavergne)
Rue CERES.-La teinturerie régionale de l’Est bombardée et incendiée
Rue des CORDELIERS, bombardée et incendiée par les Allemands (photo Lavergne)
Rue PONSARDIN après les bombardements allemands (photo Lavergne)
Le crime de Reims. La cathédrale incendiée par les Allemand le 19 septembre 1914 à 16 h 30. (photo Lavergne)
Reims.-L’usine Lelarge incendiée et bombardée en 1915 par les allemands (photo Lavergne)
IMPASSE DU LEVANT bombardée (photo Lavergne)
Le crime de Reims: l’école municipale, professionnelle et ménagère (photo Lavergne)
Les restes du temple protestant après un bombardement (photo Lavergne)

Edifié en 1867, 13, ter Bd Lundy, le temple protestant a été détruit par les bombardements de la Première Guerre mondiale. On doit sa reconstruction à Charles Letrosne (1868-1938), architecte en chef des bâtiments civils et des palais nationaux. S’inspirant du temple de Levallois-Perret, l’édifice allie les références de l’architecture médiévale et la modernité constructive, avec sa structure et sa nef en béton.
Le jardin du temple, que les Rémois appellent  » cloître « , visible du boulevard, est une exception dans la typologie des édifices cultuels protestants. Il a été inauguré le 11 novembre 1923

(Source: guide tourisme France)

RUE TALLEYRAND.–Les maisons Gonet et Belvoye (photo Lavergne)

Dimanche 23 octobre à Chavignon (02)visite guidée du Fort de la Malmaison

A l’occasion de l’anniversaire de la bataille de la Malmaison (octobre 1917)

https://www.chemindesdames.fr/fr/le-chemin-des-dames/histoire/les-evenements-et-la-memoire/les-grandes-batailles-du-chemin-des-dames/23-25-octobre-1917-la-bataille-de-la-malmaison

Visite guidée du Fort de la Malmaison ce dimanche 23 octobre à 14 heures Réservation obligatoire au 03 23 25 14 18

L’offensive de La Malmaison est présentée comme le contraire de l’offensive Nivelle du mois d’avril. Elle conforte l’image de Pétain économe de la vie des soldats. Les pertes de la VIe Armée française entre le 15 octobre et le 30 novembre 1917 s’élèvent à 4 329 tués, 20 225 blessés et 1 953 disparus.

Le fort de la Malmaison, appelé brièvement fort Dumas, est un fort construit entre 1878 et 1882 dans la commune de Chavignon, dans l’Aisne. Il est l’un des maillons de la ceinture fortifiée autour de la place de Laon et plus globalement du système Séré de Rivières

Le Fort de la Malmaison servit de cobaye à l’armée française pour y tester les obus à mélinite et fut alors partiellement détruit, puis déclassé militairement. De par sa position géographique, il sera néanmoins occupé par les Allemands durant la première guerre, qui en seront délogés au prix d’effroyables pertes à la fin du conflit…

Informations pratiques

  • Activité : Extérieur
  • Équipements : Parking gratuit, Toilettes
  • Horaires: 23 octobre 2022 à 14h
  • Tarifs
  • Tarif adulte : 8 €
  • Gratuit (pour les moins de 7 ans)

Chemin des dames: conférence le 11 novembre: « la mémoire de 1914-1918 en Allemagne »

Pour cette journée commémorative du vendredi 11 novembre, la Caverne du Dragon – Centre d’Accueil du Visiteur du Chemin des Dames propose à 17 heures une conférence sur la mémoire de la Première Guerre mondiale en Allemagne par Franck Viltart.

Franck Viltart

Depuis 1945, la Grande Guerre semble s’être installée dans l’ombre de la Seconde Guerre mondiale en Allemagne. Le nazisme, l’holocauste, la Seconde Guerre mondiale puis la partition de l’Allemagne occupent toute la place dans la mémoire collective des Allemands.

La Première Guerre mondiale est souvent réduite aux causes de l’avènement de la dictature national-socialiste et au déclenchement d’une nouvelle guerre.
Cependant, avec le centenaire de la Première Guerre mondiale et le succès de l’ouvrage de l’historien Christopher Clark « Les Somnambules » en 2014, de nombreuses expositions et manifestations culturelles ont participé d’un certain réveil des mémoires qui se poursuit jusqu’à aujourd’hui avec l’affaire du tunnel de Winterberg et ses dizaines de soldats allemands portés disparus au Chemin des Dames.

EN PRATIQUE :

  • Heure : le vendredi 11 novembre à 17 heures
  • Durée : 1h30
  • Sur réservation dans la limite des places disponibles Tél. : 03 23 25 14 18
  • Gratuit 
  • Repris dans l’information du Chemin des Dames. Programme Octobre-novembre 2022

L’actualité au Chemin des Dames

Le vendredi 21 octobre journée d’étude « 14-18 sur le web : Archives en ligne et généalogie

 Le Service Chemin des Dames et de la Mémoire organise le vendredi 21 octobre en partenariat avec les Archives départementales de l’Aisne une journée d’étude « 14-18 sur le web » à la Caverne du Dragon – Centre d’Accueil du Visiteur du Chemin des Dames qui sera l’occasion de faire se rencontrer et échanger à travers des présentations et tables rondes, divers acteurs de la mémoire de la Grande Guerre.

Au programme:

9h15 : Table ronde N°1 : Les sources de la Grande Guerre sur le web, pour quelle histoire de 14-18 ?
Table ronde dirigée par Franck Viltart, Chef du service Mémoire du Conseil départemental de l’Aisne

10h45 : Table ronde N°2 : Sources et bases de données en ligne : état des lieux et perspectives
Table ronde dirigée par Frédéric Nowicki, chargé de mission numérique, DRAC des Hauts-de-France

14h30 : Table ronde N°3 : Mettre en ligne et enrichir des données : méthodes et pratiques d’indexation
Table ronde dirigée par Raphaël Baumard, Directeur des Archives départementales de l’Aisne
 

  • 16h : Table ronde N°4 : Mémoire d’avenir : projets collaboratifs, usagers et valorisation des données

Table ronde dirigée par Marta Severo, Professeure à l’Université Paris Nanterre 

PRATIQUE

  • Rendez-vous de 9h à 18h au Centre d’Accueil du Visiteur du Chemin des Dames • Caverne du Dragon
  • Réservation recommandée au  03 23 25 14 18 – caverne@aisne.fr
  • Tarif : Gratuit 
  • Journée d’étude sur inscription, dans la limite des places disponibles

https://www.chemindesdames.fr/fr/journee-detude-14-18-sur-le-web-archives-en-ligne-et-genealogie

Dans les coulisses des « Combattantes »

Alors que TF1 vient de diffuser les deux derniers épisodes de la série évènement « Les combattantes » , découvrez quelques photos des coulisses du tournage, confiées par les Fismois qui ont travaillé sur les décors.

Nous vous en parlions la semaine dernière: des Fismois de l’association « France 40 véhicules », ont travaillé sur les décors de la série de TF1. On leur doit aussi la carosserie des 7 camions transformés en ambulances qui tiennent une place prépondérante dans l’intrigue et qu’ils ont façonné dans les hangars de Fismes.

Les Marnais ne sont pas rentrés les mains vides. L’équipe déco de la superproduction leur ont offert une multitude d’éléments de la série, allant de petits objets de l’époque à des façades de boutique en carton plâtre, en passant par l’enseigne de l’usine Dewitt dirigée par Caroline (Sofia Essaïdi) après le départ de son mari au front. Du matériel désormais visible au musée de l’association à Fismes (Marne).

(1)Laurent Vernot Desroches (à droite) dans la peau d’un infirmier dont le rôle est de ramasser les blessés sur le champ de bataille.
(2)Les comédiennes Audrey Fleurot et Sofia Essaïdi e n discussion avec le réalisateur Alexandre Laurent près d’un des camions montés à Fismes.

Ils ont également rapporté de nombreuses photos des coulisses du tournage. Alors qu’on se le dise: Laurent Vermet-Desroche qui apparaît sur beaucoup de clichés n’est pas la star de la série. Non, mais le président de « France 40 véhicules » jamais avare de conseils, a multiplié les coups de main sur les plateaux quand il ne formait pas les actrices à la conduite de ces engins parfois capricieux.

Celui qui a reçu le prix de l’initiative mémorielle de l’Ordre national du Mérite en juin dernier a même fini figurant d’un jour dans la peau d’un infirmier qui ramasse les blessés sur le champ de bataille.

Si vous avez ouvert l’oeil lors de la diffusion des derniers épisodes( et s’il n’avait pas été coupé au montage) l’homme apparaît quelques secondes.

(1)Les vieux engins sont parfois capricieux. Ici Laurent Vernot-Desroches (au centre) vient de récupérer un décor de roue qui s’était fait la malle sur le plateau. (2) Pendant le tournage de la super production les deux actrices Audrey Fleurot et Sofia Essaïdi au cours une pose, assises sur le marche-pied d’un des camions fabriqués à Fismes.

Texte d’Alice Renard du journal L’UNION paru le 10 octobre 2022.

Lire aussi L’UNION du 2 octobre 2022 (édition Marne)