Tous les articles par Alain Moyat

Journaliste à l'union de 1975 à 2013. Auteur de "50 ans d'histoire rémoise de 1950 à 2000." + une biographie d'Adeline Hazan Webmaster de quatre sites internet: https://www.reimscimetieredunord.wordpress.com https://www.reimsactu.wordpress.com https://www.reims1418.wordpress.com https://www.reimsconfinement.wordpress.com

Samedi 25 juin pique-nique et cinéma de plein air près de la caverne du dragon  

À 22h30, sera projeté le film « Au revoir là-haut », réalisé par Albert Dupontel

À l’occasion du 105e anniversaire de la reprise de la Caverne du Dragon, le site propose ce samedi 25 juin une manifestation inédite et se transforme en salle de cinéma extérieure!

Dès 20h, vous pourrez pique-niquer au milieu des statues de Christian Lapie, « la Constellation de la Douleur » et profiter du panorama extraordinaire sur la vallée de l’Aisne.
À 22h30, sera projeté le film « Au revoir là-haut », réalisé par Albert Dupontel, qui a réussi à condenser le livre de Pierre Lemaitre en un récit vif et équilibré.
Ce film traitant du trauma et des gueules cassés prend un sens tout particulier à la Caverne du Dragon : Paris, en 1919. Deux anciens soldats, l’un au cœur plus gros que les poches, l’autre la mâchoire arrachée durant le conflit et un don incroyable pour le dessin, décident de monter ensemble une arnaque aux monuments aux morts pour se venger de celui qui a été leur lieutenant, ignoble, durant la guerre.

EN PRATIQUE :

  • Durée du film : 2h – début : 22h30. Rendez-vous dès 20h30 pour pique-niquer sur les pelouses du Centre d’Accueil du Visiteur
  • Gratuit 
  • Informations et réservation  au Centre d’Accueil du Visiteur du Chemin des Dames • Caverne du Dragon
  • RD 18 CD – 02160 OULCHES-LA-VALLÉE-FOULON
  • Tél. : 03 23 25 14 18 /

Conférence : Chansons de guerre « 

le vendredi 29 avril au Chemin des Dames

Spécialiste de la chanson française, président-fondateur du festival « Le Quesnoy en chanteurs », Stéphane Hirschi professeur à l’université de Valenciennes propose une conférence sur « la chanson de guerre » le vendredi 27 avril à 17 heures au Centre d’Accueil du Visiteur du Chemin des Dames (Caverne du Dragon RD 18 CD – 02160 Oulches-la Vallée-Foulon)

Stéphane Hirschi a publié plusieurs ouvrages et  dirige aux Belles Lettres la collection « Cantologie », terme dont il est le créateur. 

  • RV à 17h au Centre d’Accueil du Visiteur du Chemin des Dames. Durée : 1h30. Gratuit. Sur réservation au Tel.03 23 25 14 18.

Ce samedi 16 avril journée Mémoire au chemin des Dames

Après deux années d’interruption pour cause de pandémie, la Journée de Mémoire du Chemin des Dames est de retour cette année à l’occasion du 105e anniversaire de l’offensive du 16 avril 1917. Organisée par le Conseil départemental de l’Aisne, cette journée doit permettre de rendre un hommage citoyen à tous les morts de la Grande Guerre au Chemin des Dames sans distinction de pays.

Le programme

http://aisne.com/Les-15-et-16-avril-sur-le-Chemin-des-Dames

LE MATIN –

  • Craonne • Marche «sans casque et sans arme»16 avril, marche "sans arme et sans casque"

Rendez-vous à 5h30, à Craonne. Départ 5h45. Marche commentée par Noël Genteur et Cyrille Delahaye.
Durée : 3H. Distance : 9 km Venir équipé de chaussures adaptées à la randonnée en raison des chemins et de la topographie du terrain

– LE SOIR –

  • Craonne/Craonnelle • Marche des brancardiers

Rendez-vous à 20h15, devant la mairie à Craonne. Départ 20h30. Marche silencieuse vers le cimetière militaire de Craonnelle.
Durée : 1h. Distance 4km. Venir équipé de chaussures adaptées à la randonnée en raison des chemins et de la topographie du terrain et de lampe de poche.

  • Craonnelle • Veillée à la nécropole nationale16 avril, illumination du cimetière de Craonnelle

A 21h45, illumination du cimetière militaire de Craonnelle à l’aide de 2000 bougies et hommage musical à tous les morts du Chemin des Dames et de la Grande Guerre avec un concert spécial de l’orchestre de l’harmonie de Soissons.
 

– TOUTE LA JOURNEE –

  • Craonne • Expositions-rencontres

De 9h à 20h, exposition sur les services de santé aux armées dans l’église de Craonne.
De 9h à 20h, autour de la mairie, stands découverte et rencontre avec les associations de mise en valeur de la mémoire.
Départ en minibus pour visiter le musée de Vassogne et le plateau de Californie avec l’ONF. 
Restauration sur place (présence d’une cuisine roulante)

  • Caverne du Dragon – Centre d’Accueil du Visiteur du Chemin des Dames • Expositions « 14-40 la génération du feu » / « Le tunnel du Winterberg, de l’ombre à la lumière »

Visite libre des expositions de 10h à 18h.
Visite guidée de la Caverne du Dragon de 10h à 18h. Dernier départ à 16h30. Réservation conseillée au 03 23 25 14 18 / caverne@aisne.fr

– LE PARCOURS DES MARCHES  – [consulter les parcours en plein écran]

En rouge, la marche du matin «sans casque et sans arme» (durée 3 heures, distance 9kms)

En bleu, la marche du soir «des brancardiers» (durée 1 heure, distance 4 kms)

A voir aussi le Musée de Vassogne qui a rouvert ses portes

N°1 de « l’Histoire française »: Tout savoir sur la première guerre mondiale

Tous les passionnés d’histoire apprécieront la parution en ce mois de février 2022 d’un nouveau magazine intitulé « Histoire française ». Ce premier numéro est consacré à la grande guerre 14-18. Nous l’avons consulté et apprécié car il constitue un bon digest de ce qu’il convient de savoir sur cette première guerre mondiale dont nous avons célébré le centenaire il y a peu.

Cours résumé des grandes dates de la guerre, choix de quelques thèmes forts de ce conflit qui a provoqué la mort de 10 millions de combattants dont plus de 1,5 millions de Français, avec un record de morts (27.000) pour le 24 août 1914, le magazine fait quelques focus sur cette guerre totale.

Tout tout sur les Poilus

Entre eux les Poilus s’appelaient, paraît-il « les Hommes »

Plusieurs pages sont consacrées à la vie des Poilus dans les tranchées. On y apprend l’argot utilisé par ces combattants dont la souffrance « a été inhumaine dans les tranchées ». Description en images de l’équipement et son évolution au fil de la guerre. Un chapitre est consacré à « Verdun, la bataille du siècle. »

Le rôle des femmes capital au cours du conflit

Les femmes ont contribué efficacement à l’effort de guerre

Chapitre sur la condition de vie des civiles avec « les femmes sans hommes« , les femmes chefs de famille contribuant efficacement dans les usines ou dans les champs à l’effort de guerre.

Pour soutenir le moral des soldats, création aussi des marraines de guerre dont le rôle important est expliqué dans deux longs chapitres dont un consacré à Clotilde Bizolon.

Portrait complet du « Tigre » Clémenceau

Etonnant personnage finalement méconnu que Clémenceau

Vous apprendrez tout aussi sur la vie étonnante du Tigre Clémenceau, journaliste et professeur d’une école de jeunes filles aux Etats Unis, marié à une américaine de Stampford avant de devenir l’homme politique défenseur des Communards, défenseur de Dreyfus ( c’est lui qui a trouvé la formule « J’accuse ». Faute d’être élu président de la République il fut nommé Ministre de la guerre en 1917 par Poincaré.

L’Assemblée nationale vote pour la réhabilitation des «fusillés pour l’exemple»

(article du Figaro du 14 janvier 2022

Les parlementaires ont voté pour que les noms de plus de 600 soldats soient inscrits sur les monuments aux morts et qu’un monument national soit érigé.

L’Assemblée nationale a voté dans la nuit de jeudi à vendredi 14 janvier une proposition de loi demandant la réhabilitation de plus de 600 soldats «fusillés pour l’exemple», une page sombre de la Première guerre mondiale.

Le texte, qui avait été rejeté en commission de la Défense au Palais Bourbon début janvier, a été adopté dans l’hémicycle par 39 voix contre 26 et 9 abstentions. Il était proposé en première lecture dans le cadre d’une journée réservée au groupe LFI par le député Bastien Lachaud.

«Refermer les blessures mémorielles»

Les votes favorables sont venus de tous les bancs de droite comme de gauche. Plusieurs députés LREM ont également voté pour, même si la plupart des membres du groupe majoritaire ont voté contre. Le MoDem s’est aussi retrouvé divisé. «Plus de cent ans après, il faut refermer les blessures mémorielles», a affirmé Bastien Lachaud, professeur d’histoire de formation, à la tribune. Le secrétaire d’État Adrien Taquet, au nom du gouvernement, a fait valoir les étapes déjà franchies pour une meilleure connaissance historique et un apaisement sur ce dossier. «Le ministère des Armées s’est engagé depuis longtemps dans une démarche d’histoire et de transparence» sur ce sujet, a-t-il avancé. Sophie Beaudouin-Hubière (LREM) a mis en garde contre une «lecture politisée et empreinte des idées modernes» sur cette page d’histoire, en pointant que certains fusillés étaient «des multirécidivistes de la désertion».

Mais la séance a aussi été marquée par l’intervention du LR Philippe Gosselin, évoquant des sanglots dans la voix la mémoire de son grand-père, officier de réserve, qui avait assuré «à la lueur d’une bougie, dans une salle de classe» la défense lors de leur jugement expéditif de soldats exécutés en mars 1915. Son témoignage permit leur réhabilitation en 1934.

«Réhabilitation générale»

«Les militaires en service dans les armées françaises du 2 août 1914 au 11 novembre 1918 ayant été condamnés à mort pour désobéissance militaire ou mutilation volontaire (…) et dont la condamnation a été exécutée, font l’objet d’une réhabilitation générale et collective, civique et morale», stipule le texte. «La Nation reconnaît que ces soldats ont été victimes d’une justice expéditive, instrument d’une politique répressive, qui ne respectait pas les droits de la défense et ne prenait pas en compte le contexte de brutalisation extrême auquel les soldats étaient soumis», poursuit la proposition de loi, qui demande que les noms des intéressés soient inscrits sur les monuments aux morts et qu’un monument national soit érigé.

A lire aussi

https://france3-regions.francetvinfo.fr/bretagne/les-fusilles-pour-l-exemple-de-la-grande-guerre-en-cours-de-rehabilitation-par-l-assemblee-nationale-2420347.htmlhttps://france3-regions.francetvinfo.fr/bretagne/les-fusilles-pour-l-exemple-de-la-grande-guerre-en-cours-de-rehabilitation-par-l-assemblee-nationale-2420347.html

La question du « fusillé pour l’exemple »

https://www.reseau-canope.fr/cndpfileadmin/pour-memoire/les-fusilles-de-la-grande-guerre/les-fusilles-de-la-grande-guerre-essai-de-definition/la-question-du-fusille-pour-lexemple/

Un habitant des Vosges retrouve une pierre gravée par des soldats russes en 1918

Un habitant de Saulxures sur Moselotte dans les Vosges retrouve une pierre gravée par des soldats russes employés comme bûcherons dans des compagnies disciplinaires. Un épisode méconnu de la première guerre mondiale.

Le chemin des Russes dans la forêt de Saulxures-sur-Moselotte • © Eric Molodtzoff/ France3 Lorraine

un article de France3 Grand Est Publié le 23/11/2021

Accéder à la roche gravée par les travailleurs russes en 1918, cela se mérite. Compter deux heures de marche depuis le centre de Saulxures-sur-Moselotte mais l’effort est récompensé car la balade est magnifique au milieu des sapins géants.

Jacky Villière, le découvreur de la roche et sportif accompli, est aussi notre guide. Le club vosgien n’est pas en reste, ses membres nous font escorte. Chaque sentier ou virage est un régal pour les yeux et les parfums.

Comme tous les habitants de Saulxures-sur-Moselotte, Jacky Villière amoureux de la Russie et dont l’épouse est ukrainienne, avait eu vent de cette histoire de soldats russes vivant et travaillant dans la forêt pendant la première guerre mondiale.

Le massif escarpé qui fait aujourd’hui la joie des randonneurs fût aussi le bagne des travailleurs russes. La mémoire s’estompant avec la disparition des anciens, Jacky se met en tête de retrouver la fameuse roche gravée par les forçats en souvenir de leur passage.

Je savais qu’elle existait. J’ai cherché longtemps sur le chemin des Russes mais ce n’était pas le bon endroit 

Jacky Villière

Une compagnie de travailleurs russes dans une carrière près de Lure. Collection privée. Eric Molodtzoff • © Eric Molodtzoff/ France3 Lorraine

« Le chemin des Russes » lui, est bien connu des Saulxuronnes et Saulxurons. Car ce sont les travailleurs russes de la compagnie 7/8 qui l’on aménagé afin de descendre les bois vers les scieries de la vallée. L’historien déodatien Jean-Claude Fombaron explique : « La compagnie de travailleurs russes 7/8 arrive au col de Morbieux en avril 1918. L’armée a besoin de beaucoup de bois pour l’aménagement des tranchées, la construction des baraquements, les roues de transport etc.. » Ces travailleurs militaires font partie des 20.000 soldats du corps expéditionnaire russe envoyés par le Tsar en 1916 pour combattre auprès des français sur le front de Champagne.

A l’annonce de la Révolution de février 1917 et de l’abdication du Tsar, Ils s’organisent en soviets et exigent leur retour en Russie. Craignant la contagion aux troupes françaises, l’Etat-major décide de les retirer du front et de les isoler au camp de la Courtine dans la Creuse.

En septembre 1917, ils sont bombardés pendant trois jours et désarmés. A l’issue de cet épisode tragique et totalement méconnu, les mutins sont regroupés dans des compagnies de travailleurs militaires dans les Vosges et en Franche-Comté afin d’exploiter les bois à destination des nombreuses scieries travaillant pour l’armée.

Lire la suite sur le site de France3

https://france3-regions.francetvinfo.fr/grand-est/vosges/epinal/vosges-un-habitant-de-saulxures-sur-moselotte-retrouve-une-pierre-gravee-par-des-soldats-russes-en-1918-2347213.html