Archives pour la catégorie Actualité

Craonne: les incroyables ratés de la protection d’une sculpture

A lire sur le site de L’union l’article de Thierry De Lestang Parade

Les enquêteurs étudient les conditions du vol de l’œuvre monumentale de Haïm Kern au Plateau de Californie. La sculpture était reliée à une alarme.

http://www.lunion.presse.fr/accueil/les-incroyables-rates-de-la-protection-d-une-sculpture-ia0b0n399086

Rappel des faits

qui a volé l’oeuvre?

http://wp.me/p4mPAZ-Os

http://wp.me/p4mPAZ-O3

Warneton: les ballons de la guerre déplacés à Messines

A lire sur le site de Nord Eclair

C’est une polémique du côté de Comines-Warneton. Des ballons avaient été placés au pied de la croix de la trêve de Noël dans le hameau de Saint-Yvon à Warneton,  :une manière de rendre hommage aux soldats qui avaient participé au match de football durant la guerre 14-18. Sauf que ces mêmes ballons ont disparu et sont réapparus à quelques kilomètres de là, à Messines, en Flandre. De quoi créer une polémique. Qui a déplacé ces ballons ?

http://www.nordeclair.be/1089615/article/2014-08-28/warneton-les-ballons-de-la-guerre-deplaces-a-messines

Moy de l’Aisne: jeudi 28 août Journée commémorative la charge du 12e Lanciers britannique

Programme des événements 

 D’août à octobre 2014 la Communauté de Communes du Val de l’Oise  (Cantons de Moÿ-de-l’Aisne et Ribemont) va célébrer la Grande Guerre sur son  territoire 

AOUT 2014 

Jusqu’au 16 novembre : Exposition Mémoire écrite de la Grande Guerre, Musée Maison de Marie-Jeanne. ALAINCOURT

Jeudi 28 août : Journée commémorative La charge du 12e Lanciers britannique,

1914_charge_moy_de_laisne_0

MOY-DE-L’AISNE La commune de Moÿ-de-l’Aisne a vu en août 1914 l’une des dernières grandes charges de cavalerie de l’ère moderne. Ce 28 août 1914 le 12e Royal Lancers, le 20e Hussards et le Royal Scots Dragons Guards reçurent l’ordre de charger le 2e régiment à cheval de la Garde prussienne pour couvrir la retraite du corps expéditionnaire britannique entre Guise et La Fère. L’un des événements mythiques de l’armée britannique durant le Première Guerre mondiale inspira en partie la charge de cavalerie dans le film de Steven Spielberg « Cheval de guerre ».

La commune de Moÿ-de l’Aisne souhaite qu’une stèle soit inaugurée le 28 août 2014 en présence des représentants de l’armée britannique. Accueil prévu de participants le matin place de la Mairie avant l’inauguration de la stèle. Déjeuner, suivi d’une visite aux tombes britanniques avant une excursion commentée sur le champ de bataille.

 

Dans deux jours la Marche de la Vérité traversera la Vallée de l’Oise. Afin de bien repérer le parcours, trouvez ci-joints les itinéraires par journée.
Jeudi 28 : départ à 8h du camping de Guise (rue du camping)
Vendredi 29 et samedi 30 : départ à 8h du terrain de foot Ribemont (rue de la Folie)
Pensez à prendre votre pique-nique!
Vous n’êtes pas obligés d’effectuer tout le trajet, vous pouvez tout à fait rejoindre le groupe en cours de route!
Les interventions de Noël Genteur et Philippe Olivera auront lieu non pas au collège mais en mairie de RIBEMONT à 18h30 (Gratuit et ouvert à tous)

Les 28 et 29 à 20h30 un barbecue est organisé par le Comité des fêtes de Ribemont au terrain de foot (pour tous, même les non-marcheurs): Tarif 1 euro par grillade/ 1 euro par boisson

Jeudi 28 août. Centenaire de la Bataille de Moÿ à MOY-DE-L’AISNE
11h : Inauguration de la stèle, place de la Mairie
16h30 : Démonstration de la charge des cavaliers du 9/12
Dimanche 31 août. Cérémonie du 100e anniversaire de la Bataille de Guise à ORIGNY-SAINTE-BENOITE
10H30 : Commémoration au cimetière de l’Abattoir, Chemin de Pleine-Selve
Programme complet des Célébrations de la Grande Guerre sur le site de la CCVO : http://www.ccvo.fr/

L’idée est de présenter les événements survenus dans l’Aisne jusqu’au  13 septembre 1914 : qui fut un véritable raz de marée humain tant militaire que civil à travers tout le département. Les randonneurs suivront l’itinéraire exact du 144e RI et du 123e RI. Le groupe de marcheurs sera composé d’une trentaine de personnes et ouvert à tous. Lors du passage dans la Vallée de l’Oise deux soirées de bivouac pour le groupe de 30 sont prévues à Ribemont. Les 28 et 29 août en fin d’après-midi des conférences auront lieu à Ribemont animées par Noël Genteur et Philippe Olivera (historien).

Jeudi 28 : Guise, Audigny, Puisieux-et-Clanlieu, Hérie-la-Vieiville, Landifay-Courjumelles, Ribemont

Vendredi 29 : Ribemont, Thenelles, Neuvillette, Mont-d’Origny, Pleine-Selve

Samedi 30 août : Ribemont, La Ferté-Chevresis, Mesbrecourt, Aulnois-sous-Laon

31 août : Commémoration Monument de l’Abattoir, ORIGNY-SAINTE-BENOITE

A la mémoire des 87 soldats morts pour la France les 28-29-30 août 1914

SEPTEMBRE 2014 

6-7 septembre : Exposition La vie du village à l’aube de 1914 ESSIGNY-LE-GRAND

7 septembre matin : Randonnée contée La bataille de Guise animée par la guide conférencière Mme Martin-Barjavel, ESSIGNY-LE-GRAND

Septembre : Exposition Guerre Totale Caverne du Dragon/CCVO à la Maison Condorcet, RIBEMONT

OCTOBRE 2014 

Octobre : Exposition Guerre Totale Caverne du Dragon/CCVO en mairie, MOY-DE-L’AISNE

12 octobre : Conférence Lettres de poilus et de familles dispersées Musée Maison de Marie-Jeanne ALAINCOURT

Expo virtuelle sur la guerre 14-18 grâce à la bnf

Dans le cadre du centenaire du début de la guerre 1914-1918, découvrez en ligne l’exposition virtuelle proposée par la Bibliothèque nationale de France (BnF).

http://expositions.bnf.fr/guerre14/index.htm

Cette exposition virtuelle présente à la fois :

  • l’Europe en 1914 (l’été 1914, l’Europe centre de gravité du monde, le système international en place, la guerre inimaginable),
  • la guerre à l’horizon (les pacifismes, la IIe internationale, la valorisation du soldat, les imaginaires guerriers, les militaires en société, les militaires et la politique, la préparation à la guerre),
  • le choc (la réaction des populations à la mobilisation, la basculement dans la guerre, la gestion des morts…).

La BnF propose également de nombreuses illustrations (albums, affiches, cartes…) et une chronologie des années de guerre

La première Légion d’honneur de la Grande guerre à un lieutenant de Damery(Marne)

Dans notre journal de guerre daté du 13 août nous avons fait mention de la première Légion d’honneur  remise dans ce conflit à un officier: le lieutenant Bruyant qui, à la tête d’une patrouille de sept dragons a mis en déroute trente uhlans.

En lisant une édition du « Matin » datée du dimanche 6 septembre 1914, nous apprenons que le lieutenant Bruyant était originaire de Damery et que son papa était instituteur à Boursault.

Il est passé quelques jours après son exploit à Damery, chez ses parents afin de prendre quelques jours de repos.

« Il a reçu de ses concitoyens l’accueil le plus enthousiaste. La nouvelle de son retour s’était propagée dans tous les villages environnants et de partout, on était accouru pour l’acclamer. Mais comme on lui demandait s’il allait séjourner longtemps auprès des siens, le lieutenant Bruyant a répondu: « J’ai obtenu une permission de quelques jours pour embrasser les miens et leur montrer ma croix d’honneur. je ne vais pas tarder à rejoindre mes camarades. »

trouvé sur internet à son propos:http://www.blamont.info/textes245.html

Le premier fait de guerre eut lieu le 3 août 1914  à Réméréville, village de 480 habitants, à 19 kilomètres à l’est de Nancy. Vers quatre heures de l’après-midi, un peloton de 27 cavaliers, du 14e uhlans, passait la frontière. Une patrouille de dragons commandée par le lieutenant Bruyant, en reconnaissance vers Herbéviller, les aperçut. Elle se composait d’un sous-officier, de deux brigadiers et de quatre cavaliers. Bien qu’inférieure en nombre, la patrouille française n’hésita pas à attaquer. Les uhlans s’engagèrent au galop dans une tranchée (en Lorraine, on appelle tranchées les avenues ouvertes dans les forêts) qui va de Réméréville à Velaine-sous-Amance. Ils comptaient que la forêt leur offrirait un abri. – Chargez! commanda le lieutenant Bruyant. Les Allemands durent accepter le combat. La mêlée fut courte. Le lieutenant Bruyant, d’un coup de sabre, trancha la gorge du lieutenant Dickmann qui s’apprêtait à lui brûler la cervelle. Un uhlan fut tué ; six autres, blessés. Le reste du peloton regagna la frontière. Nos dragons prirent à l’officier ses papiers et son casque portant le nom du régiment : Waterloo, puis ramenèrent les blessés à Nancy. Peu de temps après, les uhlans vinrent rechercher le corps de leur officier. Le lieutenant Bruyant fut nommé chevalier de la Légion d’honneur. Cet officier, le premier décoré de la Guerre du Droit, est le fils de l’instituteur de Boursault, près de Damery (Marne).

sur internet encore

http://pages14-18.mesdiscussions.net/pages1418/forum-pages-histoire/remereville-incursion-uhlans-sujet_7751_1.htm

Lundi 3 août 1914, à Réméréville (Meurthe et Moselle).

Le lieutenant Bruyant, 2e escadron du 12e Dragons, est envoyé par le général commandant la 39e division d’infanterie en reconnaissance vers Réméréville avec 7 cavaliers. A 7 heures, la patrouille traverse le village de Réméréville et installe un poste sur la route d’Erbéviller. Vers 12 h.30, un dragon arrive au galop signalant la venue de cavaliers ennemis. Une trentaine de uhlans, après avoir franchi la Seille à Pettoncourt puis traversé Moncel et Sornéville, se dirigeant sur Erbéviller, se retrouvent face à la patrouille de dragons conduite par le lieutenant.
Le peloton de uhlans en approchant de Réméréville a blessé un paysan dans son champ, puis se réfugie dans la forêt de Saint-Paul. Les dragons français très remontés veulent bondir sur l’ennemi. Ils se mettent à leur poursuite. Le peloton se heurte dans les bois à dix cavaliers ennemis commandés par un diable d’officier et soutenus en arrière par une vingtaine de uhlans. Le brigadier Escoffier attaqué par l’officier se défend et lui porte un coup de lance. Le dragon Bonnet juge la situation critique pour Escoffier, il se tourne vers l’officier allemand et lui porte un coup de lance dans les reins. L’officier hésite un instant, c’est l’instant mis à profit par Escoffier pour abandonner sa lance, tirer son sabre et donner à son adversaire un coup de pointe qui l’atteint au côté. C’est le moment où arrive au galop, le lieutenant Bruyant. L’officier allemand l’aperçoit ; sans hésiter, bondit sabre haut vers l’officier français qui lui porte un terrible coup de sabre à la gorge. Mortellement frappé, le uhlan vide les étriers et tombe à la renverse, les bras écartés. Les papiers trouvés sur lui permettent de l’identifier : c’est le lieutenant Frédéric Dickmann, du 14e régiment de uhlans, en garnison à Morhange. Sa mission était de reconnaître les régions autour de Lunéville et de détruire les fils téléphoniques.