Archives du mot-clé 106 eme ri

21/Journal de la grande guerre: 25 août 1914

Mardi 25 août 1914

Plus question de se fier aux informations fournies par les hebdomadaires « L’illustration » et « Le Miroir » qui minimisent quand elles ne les oublient pas tous les échecs des troupes françaises ou alliées.

image001

Alors qu’on sait aujourd’hui que nos troupes reculent, battent en retraite un peu partout, les informations livrées par ces hebdos ne relatent pas la vérité.

On lit bien qu’en Haute Alsace, c’est la retraite. Pour le reste on évoque une brillante contra attaque du 15 ème corps d’armée en Lorraine.

Dans « le Miroir » on peut lire:

Les Allemands ont repris l’offensive dans le nord contre nos troupes. Ils ont été vigoureusement contenus. Les forces franco-anglaises, qui reçoivent sans cesse des renforts, sont en bonne posture avec Givet comme centre.

A l’Est de la Meuse, nous tenons tous les débouchés de l’Ardenne et nous avons repris l’offensive vers Virton où le 6 ème corps s’est distingué. Le généralissime a arrêté la poursuite pour réformer la ligne de front.

La haute Alsace a été évacuée par ordre du généralissime qui voulait consacrer ses forces sur la Meuse.

Des postes de uhlans ont fait leur apparition dans le Nord mais leur écrasement est certain.

Un zeppelin a jeté des bombes sur Anvers et tué huit personnes,  « sans l’avertissement préalable conforme aux lois de la guerre « précise « L’illustration. »

La retraite aussi pour le 106 ème RI de Châlons-sur-Marne

ri-106-ri-decorOn peut lire dans le carnet de bord du 106 ème RI basé à Châlons-sur-Marne de bien pénibles nouvelles:

La retraite.-Le 25 août, sous la menace de l’ennemi annoncée par la reprise des bombardements et l’activité de ses avions, l’ordre est donné d’un repli général sur la rive gauche de la Meuse.

Alors commença pour nous une bien dure période, celle de la retraite qui ne devait s’arrêter que le 12 septembre; marches pénibles coupées par des nuits sans repos et de sanglants combats pour ralentir la poursuite de l’ennemi. Au sentiment de rage impuissante qui déchirait nos coeurs, s’ajoutait la tristesse produite par le lamentable spectacle des malheureuses populations qui, mêlées à nos troupes, fuyaient devant l’envahisseur.

Retraite, mais non pas fuite, retraite ordonnée, exécutée avec une résignation farouche, en combattant pied à pied,  avec la volonté tenace de faire payer cher à l’ennemi chaque pouce de terrain qu’il gagnait sur notre territoire.

Presque toujours à l’arrière garde, le 106 ème fit plus que son devoir au cours de ces terribles journées, d’abord sous les ordres du commandant Payard, puis du commandant Bestagne; enfin du colonel Dilleman à partir du 5 septembre. Consenvoye, Septsarges, Sommaisne, Rembercourt-aux-Pots furent les témoins de ces glorieux sacrifices.

Sur le 106 ème RI

http://fr.wikipedia.org/wiki/106e_r%C3%A9giment_d’infanterie

Plusieurs épisodes de la guerre méconnus

La bataille de Baccarat: héroïque et tragique épopée du 86 ème régiment d’infanterie

http://regards.grandeguerre.free.fr/pages/sources_archives/Baccarat.pdf

La retraite des 3 èmes et 4 èmes armées françaises

http://chtimiste.com/batailles1418/retraite3et4.htm

Bataille sur le pont d’Hachette

1225836515_aout-1914-le-pont-se-fait-le-theatre-d-124382http://www.lavoixdunord.fr/region/aout-1914-le-pont-se-fait-le-theatre-d-un-combat-tragique-jna12b0n502126

http://www.gmc-maroilles.fr/soci%C3%A9t%C3%A9-historique-de-maroilles/nos-travaux/invasion-des-25-et-26-ao%C3%BBt-1914-la-bataille-d-hachette/

bataille de la Chipotte (Meurthe et moselle)

(notre photo de tête)

http://fr.wikipedia.org/wiki/Bataille_de_la_Chipotte

19/le 23 août 1914 le Lieutenant De Gaulle connaît son baptême du feu

Dimanche 23 août 1914

ça barde en Lorraine pour le 106ème RI

106°_R.I,_TOUJOURS_DEBOUTCons-la Grandville-Arreancy.-Les premiers combats sont terribles. Le 106 ème Ri de Châlons-sur-Marne marche en tête de la 24 ème brigade et s’apprête à franchir le défilé de la Chiers. Violent feu d’artillerie, de mousqueterie et de mitrailleuse qui l’oblige à se terrer sur place. Le 2 ème bataillon débouchant de Cons reçoit des coups de feu sur sa droite et par une contre attaque réussit à arrêter l’ennemi. Ce premier combat voit se révéler les premiers héroïsmes. Des braves comme le lieutenant De La Messelière (7 ème compagnie) sont tués debout, face à l’ennemi, méprisant le danger (…)Mais la partie est trop inégale, l’artillerie lourde allemande entre en action. les grosses marmites tombent en abondance, l’ennemi progresse sur nos ailes; il faut céder. A la nuit les deux bataillons se replient sur Longuyon.

Le 23 août au matin le régiment se regroupe tout entier à Arrancy. On se compte, se retrouve. le baptême du feu a été un peu rude; les premières pertes sont péniblement ressenties par tous, mais en somme elles ne sont pas très élevées. Une vingtaine de tués dont le sous-lieutenant Josenhas; , 150 blessés dont quatre officiers: le capitaine Coulloum, le lieutenant Mondielli, les sous lieutenants Ebstein et Pochat; près de 60 disparus. Nous serons plus heureux demain; pour le moment il faut nous préparer à recevoir un nouveau choc.

On se met  et sans tarder au travail pour organiser une position autour du village d’Arrancy en liaison à droite avec le 25 ème bataillon de chasseurs à pied au bois Deffoy, à gauche la 23 ème brigade, en avant de nous le 8 ème bataillon de chasseurs à pied occupe la voie ferrée.

Les premiers obus tombent vers midi et deviennent de plus en plus abondants. Vers 17 heures l’ennemi attaque le village et la voie ferrée. Energiquement  contre attaqué par notre 3 ème bataillon, le 8 ème bataillon de chasseurs et des éléments du 132 ème. Il doit se relier sur Beuveilles. La nuit est agitée ; le bombardement très violent laisse présager une nouvelle attaque. Elle se déclenche dès le lever du jour, mais n’a pas plus de sucées que la précédente. Ordre est cependant donné par le commandant de la division de battre en retraite par échelons.

France (suite)

Le zeppelin N°8 venant de Strasbourg est abattu sur la route de Celle à Badonviller.

Nos troupes du Donon et du col de Saales sont ramenées en arrière. Lunéville est occupée par les Allemands. La bataille est générale depuis le Luxembourg jusqu’à Mons sur tout le front.

Les Allemands occupent Lunéville
Les Allemands occupent Lunéville

Pour tout savoir sur les mouvements en Alsace Lorraine, suivre le site

http://www.premiere-guerre-mondiale-1914-1918.com/alsace-lorraine.html

Belgique: De Gaulle connaît son baptême du feu

Le lieutenant de Gaulle connaît son baptême du feu à Dinant en Belgique, lors de ces journées d’août 1914

Plaque commémorative sur le pont de Dinant concernant Charles de Gaulle : « Ici le lieutenant Charles de Gaulle fut blessé le 15 aout 1914 à l'aube d'une vie tout entière consacrée à la défense de l'homme et de ses libertés. »
Plaque commémorative sur le pont de Dinant concernant Charles de Gaulle : « Ici le lieutenant Charles de Gaulle fut blessé le 15 aout 1914 à l’aube d’une vie tout entière consacrée à la défense de l’homme et de ses libertés. »

Un site perso consacré à De Gaulle

De GaulleDinant

http://ph.dam.pagesperso-orange.fr/DeGaulleAl’EpreuveDuFeu.htm

+pour en savoir plus

http://www.charles-de-gaulle.org/pages/l-homme/accueil/biographie/1914-1924-la-grande-guerre.php

http://www.musee-armee.fr/collections/base-de-donnees-des-collections/objet/stele-en-pierre-dun-soldat-tue-le-23-aout-1914.html

http://www.20minutes.fr/livres/1261775-20131211-la-premiere-guerre-charles-gaulle-1914-1918-frederique-neau-dufour-chez-tallandier-paris-france

Dans l’Illustration

En raison des nécessités auxquelles la Belgique doit faire face, notamment pour acquitter la contribution de guerre imposée à Bruxelles, l’Angleterre et la France ont décidé de lui faire une avance de 500 millions, chacune pour la moitié.

La bataille de Charleroi

http://chtimiste.com/batailles1418/charleroi.htm

http://salon-litteraire.com/fr/histoire/content/1801145-la-premiere-bataille-du-xxe-siecle-charleroi-21-23-aout-1914

17/Journal de la grande guerre: le 21 août 1914

Suite de l’éphéméride de la première guerre mondiale à partir de « L’illustration », du « Miroir » et autres documents personnels.

Vendredi 21 août 1914

Nouvelles du 106 ème RI (de Châlons-sur-Marne)

Après avoir cantonné le 14 août à Hannonville-sous-les-Côtes, le 106 ème RI est à Etain où un avion ennemi lance sur la caserne dans laquelle où sont logées nos unités, une bombe qui ne cause aucun dégât.

Le 18 août, le régiment est avant -garde de la division avec un escadron du 10 ème régiment de chasseurs et un groupe d’artillerie. Il s’installe aux avants poste sur la ligne: Dommary-Barancourt-Domrémy-Houdelancourt-Spincourt, l’Etat-major et le 2ème bataillon en réserve à Gouraincourt.

Les premiers boches sont enfin signalés; l’ardeur des nôtres est toujours grande et leur désir de se battre plus vif que jamais. Un de nos petits postes (4ème compagnie) a la chance d’apercevoir une patrouille allemande, la laisse s’approcher à bonne portée, ouvre le feu à l’improviste, la disperse et cueille un boche ainsi que quelques chevaux et des lances, premier butin dont nos hommes sont fiers.

De L’illustration


Belgique.
-Dans la nuit, un de nos dirigeables a lancé avec succès des projectiles sur deux campements de cavalerie allemande, en Belgique, puis est rentré sain et sauf dans nos lignes.

R AOUT1914
Caricature sur les Allemands présents en Belgique (documents tirés de « la grande guerre racontée par les combattants- L’épopée belge)

Occupation de Bruxelles

http://www.rtbf.be/14-18/actualites

Les Allemands imposent à la ville de Bruxelles une contribution de guerre de 200 millions de francs.

http://www.14-18.bruxelles.be/index.php/fr/

http://www.studentsoftheworld.info/sites/pays/969.php

Namur est partiellement investie; l’artillerie lourde ouvre à midi le feu contre ses forts. Le mouvement vers l’Ouest des Allemands continue.

imgresFrance.-Protestation officielle du gouvernement de la République contre le bombardement de Pont-à-Mousson, en violation des conventions internationales

http://1ber.free.fr/Ensgmnt/PlanCour/H3/H3C_01.pdf

Serbie.-Après la victoire de Tzer les Serbes poursuivent vigoureusement l’ennemi en déroute qui se replie sur la Drina, en multipliant, dans sa fuite, comme ses alliés de l’Ouest, les atrocités. Les pertes autrichiennes sont énormes. Les Serbes ont fait 4.500 prisonniers et capturé un butin de guerre considérable.

Tiré du « Miroir »

En Lorraine.-on confirme la retraite de nos détachements sur les corps principaux que couvrent  les ouvrages avancés de Nancy et s’appuient sur le Donon.

Belgique.-Les Allemands poursuivent leur marche vers l’Ouest, c’est à dire vers la frontière française, par les deux rives de la Meuse.

Angleterre.-L’Angleterre annonce qu’elle a un million de soldats sous les armes, dont une partie importante pourra être débarquée sur le continent.

 

9/ Journal de la grande guerre: 13 août 1914, du côté du 106 ème RI

Carnet du 106 ème RI (Châlons-sur-Marne)
  • 10436622
  • Dès fin juillet 1914, les opérations de la mobilisation du 106 ème RI s’exécutent à la caserne  Chanzy de Châlons. Les réservistes arrivent en masse, principalement du territoire de la 6e Région militaire, laquelle comprenait les départements de l’Aisne, de l’Oise, de la Marne, des Ardennes, de la Meuse. Des Bretons et des Parisiens complètent l’effectif.  Le premier échelon du 106e RI est embarqué à la gare de Châlons dès le 1er août 1914 en direction de la région de la Meuse (Beney, les fermes de Sébastopol et de Louiseville, les bois des Haudrevilles). Les réserves et le poste de commandement  sont à Saint-Benoît.
  • Depuis le 4 août le 106 ème régiment est en constitution de guerre, armé pour la lutte.
  • Du 3 au 14 août des journées et des nuits d’attente, journées activement remplies par les travaux d’organisation de la position, nuits rendues un peu fiévreuses par la sensation du danger proche et encore inconnu. Ces prescriptions du règlement si minutieusement répétées dans les exercices et les manoeuvres, on les appliquait pour la première fois devant un ennemi réel; Chacun s’efforçait de se les remettre en mémoire, de les exécuter scrupuleusement. Chefs et soldats s’observaient, se tâtaient, apprenaient à se connaître. Quelques menus incidents.
  • Nuit du 2 au 3 on avait aperçu le feux de projecteurs ennemis. Le 5 fausse alerte causée par deux coups de canon. Le 6 évacuation d’une compagnie de chasseurs de Saint-Julien-les-Gorze sous la menace d’une attaque ennemie. Deux soldats isolés, l’un en corvée, l’autre en sentinelle étaient blessés par balles de révolver, tirées, dirent-ils, par des civils. Le 8 un avion allemand survolait nos lignes et après avoir lancé du côté de Woel une bombe sans résultat, repartait sur Metz.
  • Le service postal n’étant pas encore organisé, lettres et journaux ne parvenaient pas. Néanmoins de bonnes nouvelles transpiraient: entrée en ligne de la Russie et de l’Angleterre, neutralité presque certaine de l’Italie, la mobilisation se poursuivant partout avec ordre et méthode. La confiance s’implantait plus fortement dans tous les coeurs. L’ennemi ne se montrait pas devant nous, donc, il hésitait; sans doute n’était-il pas aussi redoutable que certaines voix s’étaient plu à répéter. Et ce fut avec joie que le 14 août, relevé par le 150 ème RI, le 106 ème se mit en marche avec toute la division vers le Nord. (à suivre)

En France et dans le monde

France.-A Chambrey (Lorraine) nos troupes surprennent deux compagnies d’infanterie bavaroise et les refoulent avec de sérieuses pertes.

Un échec: deux bataillons français qui s’étaient emparés du village de La Garde (Alsace) en sont chassés par une contre attaque et se retirent à Xures. Aux cols du Bonhomme, de Sainte-Marie-aux-Mines, de Saales, tous les efforts sont repoussés.

Le lieutenant Bruyant, le premier officier décoré de la Première guerre mondiale
Le lieutenant Bruyant, le premier officier décoré de la Première guerre mondiale

Le général Joffre décerne la croix du lieutenant de dragons Bruyant qui, à la tête de sept cavaliers, a attaqué une patrouille d’une trentaine de uhlans, a tué de sa main leur officier et mis en déroute le peloton en le décimant: c’est le premier officier décoré de la campagne. La première médaille militaire est décernée au brigadier des dragons Escoffier.

Un avion allemand, arborant le pavillon français jette trois bombes sur Vesoul, deux sur Lure.

Belgique.-Très chaude action à Eghézée, à 16 km au sud de Namur, où les Allemands sont repoussés vers Huy avec de grosses pertes. Escarmouches à Tongres et Hasselt.

Russie.-Hostilités aux frontières allemandes et hongroises.

Serbie.-Les troupes autrichiennes, impuissantes devant Blegrade, auraient franchi dans la nuit, la Save à Chavatz et la Drina près de Loznita. Les troupes monténégrines ont fait leur jonction avec les troupes serbes et pénétré avec elles en Bosnie. L’Herzégovine entière aux mains des alliés.

Sur mer: On apprend que le 9 août des sous-marins allemands ont attaqué la flotte anglaise. L’un d’eux, l’U 15 a été coulé par le croiseur britannique Birmingham.