Archives du mot-clé 342 eme ri

1013/12 mai 1917

Le 342 ème régiment d’infanterie de réserve dissous

La réorganisation de l’armée française après l’offensive du 16 avril 1917 réduit à trois régiments toutes les divisions. Le 342e doit donc quitter ses camarades de combat de la 32eDivision : le 15ed’Albi, le 80ede Narbonne et le 143ede Castelnaudary.

Le Colonel BERTRAND qui commande, depuis janvier 1916, la 63eBrigade, où il a remplacé le Général de VOILLEMONT, vient faire ses adieux au régiment et rend hommage à sa « fermeté dans l’accomplissement du sacrifice » (Ordre n° 257). Le régiment est dissous le 12 mai 1917. Ce même jour, les bataillons s’embarquent à Lemmes pour la Ve Armée, où ils sont affectés au 35eR.I. de Belfort (Bataillon THIÉBAUD) et au 60eR.I. de Besançon (Bataillon JUSSELAIN).

Le 342e RI a payé un lourd tribut en moins de trois ans : Sur les 2186 hommes qui sont partis le 10 août 1914, seuls un peu plus de la moitié sont encore vivants le 12 mai 1917. Le 342e a perdu 976 hommes de troupe en 33 mois (sans compter les officiers).

http://anorinfanterie.free.fr/Html/H-342RI.htm

Hommage aux enfants de Roucy (aisne)

A noter un sixième soldat fusillé « pour l’exemple » et, curieusement, un nouveau suicidé au cantonnement de Roucy, le 12 mai 1917 (fiche remplie par le Corps), pour lequel la Croix de Guerre est accordée pour être tombé glorieusement au champ d’honneur le 13 mai à Roucy.

source: http://www.le-regain-roucy.com/2015/07/1914-1918-hommage-aux-enfants-de-roucy-et-d-ailleurs-2eme-partie.html

Journal de guerre du samedi 12 mai 1917

Après un violent bombardement de la région de Cerny-en-Laonnois, les Allemands ont attaqué simultanément nos positions de part et d’autre du village. Nos tirs de barrage et nos feux de mitrailleuses ont brisé les vagues d’assaut qui n’ont pu aborder nos tranchées dans le secteur est. A l’ouest, quelques fractions ennemies qui avaient réussi à prendre pied sur un front de 200 mètres environ dans nos éléments avancés, en ont été rejetés par une contre-attaque immédiate de nos troupes. La lutte d’artillerie s’est poursuivie très active sur cette partie du front.
En Argonne, vers Bolante, nous avons effectué un coup de main dans les lignes adverses et ramené des prisonniers.
Canonnade intermittente sur le reste du front.
Nous avons abattu cinq avions en combats aériens.
Sur le front britannique, les Allemands ont lancé des attaques au sud de la Souchez. Au bout de trois heures de violents combats, nos alliés ont dû abandonner une partie des positions attaquées. Ils ont repris ensuite tout le terrain perdu. L’ennemi a subi de lourdes pertes.
La bataille se poursuit en Macédoine, sur les fronts français, britannique et serbe.
Canonnade sur le front italien, dans le Trentin, sur le plateau d’Asiago et dans les Alpes Juliennes.

 

Publicités

906/Journal du 25 janvier 1917

Carnets du rémois Paul Hess

Rien à ce jour

Journal du jeudi 25 janvier 1917 à travers Le Miroir

Notre artillerie a exécuté des tirs de destruction sur les tranchées ennemies de Moulins-sous-Touvent et au nord-est de la cote 304. Lutte d’artillerie assez violente dans le secteur du bois des Caurières. Deux coups de main allemands, dirigés, l’un sur nos lignes dans le secteur de Missy (est de Soissons}, l’autre aux Eparges, ont échoué. Nous avons fait des prisonniers.
Un avion allemand a été abattu dans nos lignes, aux environs de Vauxcéré (Aisne}.
Vives actions réciproques d’artillerie dans les régions de Dixmude et de Steenstraete-Hetsas. Les batteries belges ont canonné avec succès les positions ennemies au nord-est de Boesinghe.
Sur le front d’Orient, abondantes chutes de neige.
Lutte d’artillerie assez vive, en particulier dans le secteur tenu par les troupes italiennes et dans la région de Guevgeli.
Une action russe dans la région de Slavavina a permis de faire des prisonniers.
Une attaque autrichienne a été repoussée par les Italiens près de Gorizia.
Les Russes ont dû reculer de 2 kilomètres environ devant les Allemands, sur l’Aa. Ils ont tenu bon près d’Illoukst, et ont dispersé des forces ennemies dans la région de Jesupol.
Sur le Danube, en face de Tulcea, un bataillon bulgare, qui avait franchi la branche Saint-Georges, a été détruit par nos alliés, qui ont fait 337 prisonniers et n’ont eu qu’un tué.

source: http://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/janvier17.html

(Marine) Le croiseur Amiral Magon coulé au large de la Grèce

capture-decran-2016-11-18-a-10-25-01

capture-decran-2016-11-18-a-10-26-25

source: http://www.navires-14-18.com/fichiers/A/AMIRAL_MAGON_CHARGEURS_U39_V5.pdf

Voir aussi http://www.ladepeche.fr/article/1998/11/11/182018-torpilles-au-large-de-la-grece.html

(Marine): le paquebot SS Laurentic coule après avoir heurté des mines

laurentic_1909_1_b

Le SS Laurentic est un paquebot britannique mis en service en 1909 par les chantiers navals Harland & Wolff de Belfast pour la White Star Line. Après avoir desservi le Canada pendant cinq ans, il est reconverti en transport de troupes pendant la Première Guerre mondiale (…)

Après sa conversion en croiseur auxiliaire en 1915, il heurte deux mines au large de Lough Swilly au nord de l’Irlande le 25 janvier 1917 et coule en une heure. On compte 121 survivants sur 475 personnes à bord.
En plus de ses passagers et de son équipage, le navire transportait environ 35 tonnes de lingots d’or stockés dans la cale des secondes classes. À l’époque, ils valaient 5 millions de £, soit 250 millions de livres en 2007. Les plongeurs de la Royal Navy firent près de 5 000 plongées sur l’épave entre 1917 et 1924 et repêchèrent tout sauf 1 % des lingots. Aujourd’hui encore, 22 lingots reposent au fond de la mer, peut-être sous la coque. Les derniers retrouvés se trouvant à 10 mètres sous le fond de la mer, l’or restant sera probablement difficile à atteindre.

source: http://aftitanic.free.fr/wsl/laurentic_1909.html

Dans les pas du 342e Régiment d’Infanterie de Réserve dans la Somme

h-342ri-04Le 25 janvier 1917, après une très violente préparation d’artillerie et de torpilles, les Allemands réussirent à s’emparer de la première ligne tenue par le 5ebataillon sur le sommet de la côte 304.
Les fantassins français ont épuisé sans résultat apparent leurs moyens de liaison avec l’arrière, du restele 6eBataillon alerté a des éléments jusqu’à Jouy-en-Argonne et ne peut arriver qu’à la finde l’action.
Tout est emporté par l’ennemi entre 15 et 16 heures, seuls surnagent le poste de commandement du bataillon et une section de mitrailleurs du Capitaine Lapisse.

source: http://anorinfanterie.free.fr/Html/H-342RI.htm

Parution de la baïonnette

082

b_1917_82_wegener

source: http://labaionnette.free.fr/1917/b082.htm

La guerre au Tchad

Le 25 janvier 1917 est historiquement marqué par « la boucherie de coupe-coupe » où les forces françaises sont accusées d’avoir massacré plus de 400 religieux dans la région du Ouaddaï.

http://jeunestchad.mondoblog.org/tchad-lhistoire-dun-etat-informel/

(Aviation) Première victoire d’ André Herbelin

andre-herbelinIl remporte sa première victoire le 25 janvier 1917 puis deux autres en mars avant son transfert à l’escadrille N81, le 8 avril. Quinze jours avant, il est promu Adjudant. Toujours avec des chasseurs Nieuport, il abat cinq nouveaux appareils durant cette année dont une en collaboration avec Guérin. Entre janvier et mars 1918, il descend deux autres ennemies et est transféré à l’escadrille  SPA97, en mai, équipé du fameux Spad. Il remporte sa onzième et dernière victoire homologuée le 15 juillet. Il obtient la Médaille militaire et est fait Chevalier de la Légion d’Honneur.

source: http://aviation-le-havre.over-blog.com/article-andre-herbelin-l-as-oublie-122293632.html

(Aviation) Le lieutenant Heurtaux prend le commandement de l’Escadrille des Cigognes

738_001

24 janvier 1917 : dix-septième victoire.
– 25 janvier 1917 : dix-huitième et dix neuvième victoires homologuées pour deuxavions abattus, dans la même journée.

source: https://fr.wikipedia.org/wiki/Alfred_Heurtaux