Archives du mot-clé algérie

1098/5 août 1917: prisonnier,  De Gaulle écrit à sa mère

Prisonnier,  De Gaulle écrit à sa mère

Capturé en mars 1916 à Verdun après avoir été grièvement blessé, le capitaine Charles de Gaulle ne cesse de chercher à s’évader des geôles allemandes où il est interné. Le 5 Août 1917, De Gaulle écrit à sa mère depuis la forteresse de Rosenberg une lettre codée dont les mots en italique lui demandent une fois assemblés de lui envoyer des effets civils : le 15 octobre 1917, il s’échappe avec quatre compagnons mais sa cavale ne dure que dix jours avant qu’il ne soir repris et condamné à entreprendre jusqu’à l’armistice trois tentatives d’évasions ultérieures, toutes vouées à l’échec !
Cette lettre a été publiée avec le soutien de la Fondation d’Entreprise La Poste.

Capitaine de Gaulle
Offiz Gefangenenlager
Rosenberg bei Kronach
Bayern

Ma bien chère Maman

Nous voilà encore dans la pluie, ce qui nous tient enfermés ensemble. Je vous écris après avoir une heure recousu des boutons !… Un civil — ou presque —, je le deviendrais sans les nouvelles que vous m’envoyez ! Il me faut parfois regarder mes galons pour me souvenir que je porte l’uniforme. J’ai reçu les passepoils. Dans le prochain paquet, mettez-moi des boutons de toute sorte, et aussi de quoi coudre. Car enfin, c’est dans trois mois l’hiver ! Pour nous qu’arrivera-t-il ensuite ? Simple question de pardes­susA ce propos vous pourrez d’abord m’envoyer un pantalon. Puis en même temps une simple veste d’intérieur ou un gilet ; mais que tout cela n’ait rien de civil !… Vous savez que, sauf celui d’agir hélas ! je garde mes principes complets. Pour mes frères, je suis bien content des nouvelles reçues hier de leur part. A l’un et à l’autre, je vous en prie, envoyez mille pensées pour moi.

Je vous embrasse mille fois, ma bien chère Maman. Toutes mes affections à Papa, à mes frères, à mes cousins. Votre fils très affectionné et respectueux

source: http://www.deslettres.fr/lettre-de-charles-de-gaulle-a-mere-jeanne-me-faut-parfois-regarder-galons-me-souvenir-porte-luniforme/

Hommage aux Garibaldiens algériens

source: https://argonne1418.com/1917/08/05/dans-la-presse-le-5-aout-1917-hommage-aux-garibaldiens-algeriens/

Des chambres d’allaitement pour les femmes au travail

La loi du 5 août 1917 a institué les chambres d’allaitement qui permettaient aux mères nourrices de nourrir leur bébé dans ou à proximité de leur lieu de travail et instituait des pauses d’allaitement (2 fois une demi-heure par jour). Ces dispositions sont encore en vigueur de nos jours (Code du Travail, Art. L.224-2 à 6).

source: http://action.allaitement.free.fr/pages/OIT01.html

voir aussi: http://solidarites-sante.gouv.fr/fichiers/numerisations3/bull.insp.trav_1917.pdf

 

Journal du dimanche 5 août 1917 à travers Le Miroir

En Belgique, la lutte d’artillerie a repris une certaine violence, notamment dans la région de Bixschoote. Nos patrouilles opérant à l’ouest de la route de Steenstraete à Wormen, ont occupé deux fermes en avant de nos lignes. Le temps continu à être mauvais.
Dans la région de Saint-Quentin, notre artillerie a effectué des tirs de destruction efficaces sur les tranchées ennemies à l’est de Gauchy.
A l’est de Cerny, deux attaques allemandes, déclenchées dans l’après-midi, ont été brisées par nos feux avant d’avoir pu aborder nos lignes.
Sur les deux rives de la Meuse, activité d’artillerie vers Avocourt et Douaumont.
Canonnade restreinte sur le front belge.
Les Italiens ont bombardé par avions et avec résultat l’arsenal austro-hongrois de Pola.
En Macédoine, un coup de main ennemi a échoué près de Roselli ( à l’est du Vardar ).
L’aviation britannique a bombardé Tenikoï, à 30 kilomètres au nord de Serès.
Les Russes ont marqué quelque activité de reprise d’offensive à la frontière de la Galicie.

source: http://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/aout17.html