Archives du mot-clé américain

1428/1 juillet 1918: Américains cherchent imprimerie

Transformation du régiment mixte de zouaves et tirailleurs

Constitué en septembre 1914, avec deux bataillons de tirailleurs et un bataillon de zouaves en provenance du Maroc, le régiment mixte de zouaves et tirailleurs, puis 2e régiment mixte de zouaves et tirailleurs (décembre 1914), est dissous le 1er juillet 1918 et transformé en 13e RMTA.

source: http://www.les-tirailleurs.fr/unites/2-rmzt

Américains cherchent imprimerie

Le général John J.Pershing, commandant en chef de l’Américain Expeditionary Force durant la Première Guerre mondiale.

Dès leur arrivée en France, les forces du corps expéditionnaire américain rencontrent des difficultés pour imprimer des documents à envoyer aux diverses unités combattantes. Une solution est rapidement trouvée. Parmi plusieurs options, celle de l’imprimerie Kossuth & Cie., située 74, rue de l’Aqueduc à Paris, est retenue. Mais il faut toujours imprimer davantage de papier. L’état-major décide alors d’installer des presses dans le sous-sol du quartier général du général Pershing, au 27 de la rue Constantine. Les machines à imprimer tournent jour et nuit jusqu’en janvier 1918. À cette date, les raids aériens sur Paris débutent. Le premier véritable raid à causer des dégâts se déroule dans la nuit du 30 janvier, lorsque plusieurs bombes tombent, dont certaines sur des imprimeries.

Plus tard, entre les nuits des 8 et 23 mars, l’énorme canon allemand baptisé « la Grosse Bertha », un obusier de 420 mm, pilonne Paris. Pour pallier ces destructions, le 1er juillet 1918, l’usine de M. Desgrandchamps, au 23 rue Boissonade à Paris, est louée pour les Corps de la Navy et l’ambassade américaine qui édite le Journal Officiel des forces expéditionnaires. Mais la capacité de production de cette petite usine est loin d’être suffisante…

source: http://www.ville-clichy.fr/actualite/1633/19-actualite.htm

Journal du lundi 1 juillet 1918

Au sud de l’Aisne, nous avons attaqué depuis le sud d’Ambleny jusqu’à l’est de Montgobert, dans le dessein d’enlever à l’ennemi les places d’armes qu’il avait aménagées dans cette région.
Sur un front de sept kilomètres, nos troupes ont pénétré dans les organisations allemandes, enlevé Fosses-en-Haut, Laversine et les hauteurs au nord-ouest, Cutry, et ont porté leur ligne aux abords ouest de Saint-Pierre-Aigle, ainsi que sur la croupe au sud de ce village. Notre avance atteint, sur certains points deux kilomètres et faisons plus de 1060 prisonniers.
Les attaques que les Allemands ont ensuite tentées pour nous reprendre notre gain ont été à chaque fois repoussées. Notre nouvelle ligne a été intégralement maintenue.
Au sud-ouest de Reims, vif combat dans le secteur de la montagne de Bligny. Les troupes italiennes ont refoulé des détachements ennemis qui avaient réussi momentanément à prendre pied dans leurs secteurs avancés.
Les Américains ont fait une quarantaine de prisonniers à l’ouest de Montdidier.
Les Anglais ont réussi une opération de détail sur un front d’environ trois milles et demi à l’est de la forêt de Nieppe. Ils ont avancé leur ligne d’un mille en moyenne et capturé plus de 400 prisonniers, 2 canons et 22 mitrailleuses. Ils ont enlevé les hameaux de l’Epinette-Verte, Rue et la Becque.
Les troupes australiennes ont attaqué et enlevé plusieurs postes à l’ouest de Merris, faisant 43 prisonniers et capturant 6 mitrailleuses.

source: http://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/juillet18.html

L’étiquette du jour

931/19 février 1917: les Allemands font sauter le château de Moy de l’Aisne

Journal du lundi 19 février 1917

Rencontres de patrouilles sur plusieurs points du front, notamment dans les secteurs de Troyon, des Chambrettes et au nord-ouest de Badonviller.
Au bois Le Prêtre, un de nos détachements a pénétré dans la tranchée ennemie et détruit les ouvrages et les abris de l’adversaire. Un coup de main ennemi a échoué sur une de nos tranchées, au nord de Saint-Mihiel.
Les Anglais, grâce à des opérations heureuses, ont réalisé une nouvelle et importante progression sur les deux rives de l’Ancre. Au sud de la rivière, ils ont enlevé les positions allemandes en face de Miraumont et de Petit-Miraumont, sur un front de 2400 mètres. Ils ont pénétré jusqu’à plus de 1000 mètres en profondeur dans les organisations adverses.
Au nord de la rivière, ils ont conquis une importante position sur les pentes supérieures de l’éperon, au nord de la ferme de Baillescourt. Une contre-attaque a été rejetée. Les prisonniers recensés chiffrent par 268, dont 6 officiers.
Nos alliés ont atteint les deuxièmes lignes allemandes au sud de Neuve-Chapelle et au nord-est de Ploospeerte, faisant à l’ennemi un grand nombre de morts, détruisant de nombreux abris et une mitrailleuse.
Succès russe en Roumanie; échec allemand près de Dwinsk.
Le Brésil a avisé l’Allemagne qu’il la rendrait responsable si l’un de ses trois navires, partis pour l’Europe, était torpillé.

source: http://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/fevrier1917.html

Les Allemands font sauter le château de Moy de l’Aisne

capture-decran-2017-01-09-a-15-46-39

http://centenaire.org/fr/tresors-darchives/fonds-publics/archives-departementales/archives/les-archives-departementales-de-0

Attaqué par un sous-marin « Le Crimée » s’en sort

crimee

Armé et attaqué par un sous-marin le 19 février 1917, le Crimée (ex Shangaï) riposte et coule probablement le sous-marin U 65. Mais on dit qu’il n’aurait pas été coulé, mais aurait simplement renoncé à sa mission à cause de la précision des tirs du Crimée/

source: http://www.messageries-maritimes.org/crimee.htm

Le vapeur norvégien Ruytenf Jell coulé par une mine larguée par un sous-marin

rutenf_photo

Ce bateau mesurait 86m de longueur pour 10.2m de largeur , d’un tirant d’eau de 7.6m et jaugeait 1836t.
Il était propulsé par une machine Compound Palmers de 202 nhp.
Le 19 Février 1917, il heurte une mine dans le passage des soeurs entre Belle-Ile et Houat, et coule aussitôt. Il transportait 2300T de charbon entre Newcastel et Chantenay.
La mine avait été larguée le 12 février par le sous-marin Allemand UC21.

source: http://www.wreck.fr/ruytenf.htm

Pershing à la tête de l’Américain Expeditionary Force

L’American Expeditionary Force (ou AEF) était le nom donné au corps expéditionnaire américain en Europe durant la Première Guerre mondiale. Constitué le 3 mai 1917, il fut dissous en 1919. Ce corps expéditionnaire était sous les ordres du général John J. Pershing nommé à ce poste après le décès soudain le 19 février 1917 du général Frederick Funston, primitivement désigné a ce poste par le président Woodrow Wilson en prévision de l’entrée en guerre contre l’Empire allemand.

source: https://fr.wikipedia.org/wiki/American_Expeditionary_Force

http://milguerres.unblog.fr/lamerican-expeditionary-force-ou-aef/