Archives du mot-clé armé

939/27 février 1917

Journal du mardi 27 février 1917 à travers Le Miroir

Notre artillerie a exécuté des tirs de destruction efficaces sur les organisations allemandes en Belgique, dans la région des Dunes et à l’est du bois de Malancourt.
Nous avons réussi un coup de main sur un saillant ennemi, au nord de Tahure et ramené des prisonniers.
Sur le front belge, lutte d’artillerie d’intensité moyenne spécialement vers Nordschoote et Steenstraete, où les engins de tranchées ont été actifs.
Les Anglais ont progressé dans la vallée de l’Ancre. Leur avance s’étend sur un front de 17 kilomètres 600, de l’est de Gueudecourt au sud de Gommecourt et a atteint une profondeur de 3 kilomètres 200. Outre Serre, ils ont occupé le point d’appui de la butte de Warlencourt, le village de ce nom, Eaucourt, Pys et Miraumont, et atteint les abords de le Barque, Irles et Puisieux-au-Mont.
Ils ont rejeté une attaque sur l’un de leurs postes au sud de la Somme.
Un coup de main au nord d’Arras leur a valu 24 prisonniers. Leurs détachements ont pénétré dans les tranchées ennemies à l’ouest de Monchy-au-Bois et à l’ouest de Lens, ramenant des prisonniers.
Les troupes anglo-indiennes de Mésopotamie ont occupé le point stratégique de Kut-el-Amara, au sud de Bagdad. 1730 Turcs ont été capturés et, en outre, 4 colonels allemands.

source: http://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/fevrier1917.html

(Pour info)27 février 1917 : le tsar perd le trône de Russie

source: http://www.francetvinfo.fr/replay-radio/france-info-y-etait/27-fevrier-1917-le-tsar-perd-le-trone-de-russie_1751701.html

lire aussi https://pierrickauger.wordpress.com/2014/02/27/27-fevrier-1917-les-soldats-fraternisent-avec-les-revolutionnaires-russes-a-petrograd/

La guerre dans les Vosges

abri Le 27 février 1917, les Allemands (9ème bataillon de Jäger de XIXED, 70RIR de la 84LB) attaquent 576, 571 puis 542 au nord de la Chapelotte et en chassent les faibles troupes françaises. 
 Seuls le piton des Colins et la Chapelotte restent entre les mains des troupes françaises. 
 Dans de très difficiles conditions climatiques, les troupes françaises dont les Niçois du 363ème RI, les Corses du 373ème RI et les chasseurs du 70ème BCA (pour les régiments de réserve, on ajoute 200 au n° du régiment, pour les bataillons de chasseurs, 4vont attaquer sans relâche (ne pas perdre un mètre du sol français…) jusqu’au 3 mars les positions que les Allemands ont très rapidement fortifiées et garnies de mitrailleuses. 
 La faiblesse des effectifs, les pertes et la solidité des installations allemandes conduisent alors à une stabilisation du front et à l’installation dans la guerre de tranchées. Les troupes allemandes s’installent: tranchées et abris bétonnés, voie de chemin de fer jusqu’au plus près des premières lignes, hôpital de première ligne.

source: http://badonpierre.free.fr/guerre/chapelotte.html

(Arme) Browning met au point un fusil mitrailleur

Parmi les nombreuses armes mises au point par John Moses Browning, figure un fusil-mitrailleur qui est présenté le 27 février 1917 et immédiatement adopté. Sa fabrication est confiée à Winchester Repeating Arms et Marlin Rockwell Corporation.

source: http://www.dday-overlord.com/forum/viewtopic.php?t=6177

LE DESSIN DU JOUR

27-02-1917

298/Journal de la grande guerre: 29 mai 1915

Carnet du rémois Paul Hess (extraits)

Rien à ce jour

29 mai 1915: Encore une bien terrible journée pour le 149e R.I

La veille au soir, un ordre divisionnaire est donné au 149e R.I.. Le régiment participera à l’attaque générale de la 43e D.I. sur le bois carré et la croupe Sud du fond de Buval. Il attaquera sur le front h2 n2 avec deux bataillons. Chaque bataillon aura 2 compagnies en 1ère ligne. Elles seront suivies de deux vagues successives d’une compagnie. Une section de mitrailleuses avec la première vague et une section du génie avec la seconde. Le 1er bataillon à droite, sur le front n2 T1 est en liaison avec le 109e R.I.. Le 2e à gauche, se trouve sur le front T1 h2 en liaison avec le bataillon marocain et le 158e R.I.. Le 3e bataillon restera chargé de l’occupation du secteur et sera rendu à 2 h 00 sur les lieux suivants : L’E.M. et 2 compagnies aux abris du bois 6. Une compagnie à la haie G. Une compagnie au bois 5. Le signal de l’attaque doit être donné par 3 fusées blanches tirées de la sape T3 à 10 secondes d’intervalle. Des mouvements de troupes allemandes sont signalés toute la nuit ce qui entraîne une canonnade et une fusillade constantes.

http://amphitrite33.canalblog.com/archives/2010/05/29/18038172.html

Aux petits soins pour les pieds des fusiliers-marins

b7a6d4a37e63cb1ef8d89f10d6384eb2

Le pied marin : M. Charbois, « maître pédicure de l’Automobile-Club de France », soigne les pieds des fusiliers marins logés au Grand-Palais ». Paris, fin mai 1915. Photographie parue dans le journal « Excelsior » du samedi 29 mai 1915. Vu sur le site: http://www.parisenimages.fr/fr/galerie-collections/70551-2-guerre-1914-1918-pied-marin-m-charbois-maitre-pedicure-lautomobile-club-france-soigne-pieds-fusiliers-marins-loges-au-grand-palais-paris-fin-mai-1915-photographie-parue-journal-excelsior-du-samedi-29-mai-1915

© Wackernie / Excelsior – L’Equipe / Roger-Viollet

France, Britannique et Russie dénoncent les massacres en Arménie

L’histoire de la reconnaissance du génocide arménien par la France remonte à 1915, immédiatement après que les massacres ont commencé. Le 29 Mai 1915, les ambassadeurs de France, de Grande-Bretagne et de Russie à Constantinople ont envoyé un télégramme au Département d’État des USA avec le contenu suivant : « Il y a un mois, les Turcs et les Kurdes, vivant en Arménie occidentale, avec l’appui et la coopération des autorités ottomanes, ont commencé le massacre de la paisible population arménienne d’ Erzerum, Van, Sasun, Bitlis, Mush et de Cilicie. Dans le même temps les intellectuels arméniens ont été tués à Constantinople par les Jeunes Turcs. Nous appelons tous les pays de l’Entente à intervenir et mettre un terme à cette politique brutale ».

Les Arméniens vivant à Constantinople étaient en étroite relation avec la France : de nombreuses entreprises arméniennes avaient leurs succursales à Paris, les enfants des Arméniens étudiaient à l’Université de la Sorbonne, et c’est peut-être la raison pour laquelle la France est devenue l’un des premiers pays où les arméniens ont commencé à émigrer après avoir survécu au génocide.

http://www.viadeo.com/fr/groups/detaildiscussion/?containerId=0021dbb4o3mpwucw&forumId=0022d5ngcuhnljj0&action=messageDetail&messageId=0021axnfog0lhzmc

Lu dans le Miroir du 29 mai 1915

De nouvelles attaques de l’ennemi ont été repoussées à Angres, A Ablain, l’offensive de nos troupes se poursuit avec un plein succès. Elles ont pris un îlot de maisons, puis d’importantes tranchées. Malgré une nouvelle contre-attaque, elles ont gardé tout le terrain conquis. Plus à l’est, elles ont pris un gros ouvrage, le fortin des Quatre-Boqueteaux, où la lutte a été des plus vives. De nombreux prisonniers on été faits.

A Ecurie-Roclincourt, violent bombardement. Aux lisières du bois Le Prêtre, une dernière attaque nous a permis d’arriver en deux points à la route de Fey-en-Haye à Norroy; nous avons fait 150 prisonniers. Nous avons aussi réalisé des progrès en Alsace, au Schnepfenrieth.

Les Russes ont avancé dans la région de Chavli (Courlande), où ils ont pris 1000 Allmands. 6000 Austro-Allemands ont été capturés en Galicie. Au nord de Sieniawa, qui a été enlevée, il y a eu encore 1000 prisonniers.

En Arménie, nos alliés sont entrés dans Van. D’aprés le communiqué de l’amirauté italienne, la flotte austro-hongroise a eu plusieurs unités endommagées au cours des opérations navales du 24. L’armée italienne a occupé Grado, dans le frioul.

La 12eme armée austro-allemande se concentre à Botzen, dans le Trentin.

En sautant dans le port de Shernees, le croiseur auxilliaire anglais Princess Irene a fait 400 victimes.