Archives du mot-clé char renault FT

1452/25 juillet 1918: Amar Ben Mohamed blessé près de Prunay (51)


Amar Ben Mohamed blessé près de Prunay (51)

Amar Ben MOHAMED est né en Algérie à Biskra en 1884,
Mobilisé en mars 1915, il a été affecté au 1er Régiment de marche de tirailleurs algériens.
Ce régiment a été engagé successivement en Belgique dans le secteur d’
Ypres en 1915, puis en France à Verdun et dans la Somme en 1916, en Champagne en 1917, enfin dans la défense de Reims en 1918.
Grièvement blessé
en juillet 1918 près de Prunay dans la Marne, il est décédé le 25 juillet 1918 à l’Hôpital de Saint-Maurice dans la Seine.

Lire le dossier réalisé par des scolaires: http://www.cndp.fr/crdp-reims/memoire/enseigner/college_lycee/amar_ben_mohamed.htm

L’église d’ Epernay bombardé dans la nuit du 24 au 25

source: http://www.epernayjadis.fr/432687898

Aquarelle « Tank Renauld près de Montemafroy, 25 juillet 1918 »

source: https://www.google.fr/search?q=25+juillet+1918&safe=active&source=lnms&tbm=isch&sa=X&ved=0ahUKEwifiJHvl9DbAhVLOhQKHcqOBqM4yAEQ_AUICigB&biw=1280&bih=605#imgrc=sLoLIRr-LaCNxM:

Journal du jeudi 25 juillet 1918

De part et d’autre de l’Ourcq, les attaques de nos troupes ont obtenu des résultats satisfaisants, malgré la résistance tenace de l’ennemi qui a amené de nouvelles réserves.
Au nord de la rivière, nous avons conquis et dépassé le Plessier-Huleu, atteint les abords ouest d’Ou1chy-la-Ville et pris le vi11age de Montgrie. Au sud de l’Ourcq, les troupes franco-Américaines ont franchi la route de Château-Thierry et porté leur ligne à plus d’un kilomètre à l’est. Le village de Rocourt est à nous, ainsi que la majeure partie du bois du Chattelet.
Sur la rive droite de la Marne, nous avons réalisé de nouveaux progrès au nord de mont Saint-Père et de Chartèves, qui est entre nos mains. Nous avons également élargi notre tête de pont de Jaulgonne.
Entre la Marne et Reims, violents combats dans la région de Vrigny. Les Franco-Anglais ont progressé de plus d’un kilomètre et infligé de lourdes pertes à l’adversaire. Les Britanniques, pour leur part ont fait 300 prisonniers et capturé 5 canons. Une contre-attaque allemande a été brisée.
Les aviateurs britanniques ont bombardé Offenburg. Des explosions ont été constatées à la gare.
Helfferich a été nommé ambassadeur d’Allemagne à Moscou, en remplacement du comte Mirbach, qui fut assassiné au début du mois.

source: http://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/juillet18.html

1444/17 juillet 1918

Exécution des Romanov

Dans la nuit du 16 juillet 1918 sont exécutés le dernier tsar de Russie, Nicolas II, son épouse Alexandra, leurs quatre filles, le tsarévitch Alexis, et les membres de leur entourage.

Lire aussi: https://www.ouest-france.fr/monde/russie-les-restes-du-dernier-tsar-et-de-sa-femme-exhumes-3712722

https://www.lexpress.fr/informations/ainsi-finirent-les-romanov_595474.html

une video: https://www.lexpress.fr/informations/ainsi-finirent-les-romanov_595474.html

(Insolite) otaries et girafes ruinent le Jardin d’Acclimatation

Le prix de la carotte et du poisson a tellement grimpé que les zoos n’arrivent plus à nourrir leurs animaux. 18 francs par jour pour une otarie. Le Figaro du 17 juillet 1918 nous informe que seules 4 ou 5 girafes vivent encore en Europe.

«Les éleveurs d’animaux rares deviennent, en raison du prix de la vie, de plus en plus rares, eux aussi.

Et ce n’est plus une entreprise possible que de nourrir un fauve. Il est à souhaiter que ceux qui écriront plus tard la “petite histoire” de la guerre nous fournissent des précisions à ce sujet. Et voici un détail qu’on peut dès maintenant noter.

Le Jardin d’acclimatation a conservé, pour l’amusement de ses visiteurs, deux girafes et une otarie. Il n’y a plus, paraît-il, que quatre ou cinq girafes vivantes en Europe, à l’heure qu’il est; et l’on ne saurait croire ce que de si longs corps sont chers à nourrir, quand le riz est rare et la carotte hors de prix. Mais l’otarie, surtout, est ruineuse. Elle ne se nourrit, elle, que de poisson.

Les repas de l’otarie coûtent, à la direction du Jardin d’acclimatation, dix-huit francs par jour!» écrit Le Figaro du 17 juillet 1918.

source: http://www.lefigaro.fr/histoire/centenaire-14-18/2014/07/17/26002-20140717ARTFIG00080-17-juillet-1918-otaries-et-girafes-ruinent-le-jardin-d-acclimatation.php

Traité de Paris avec Monaco

Le traité de Paris du 17 juillet 1918 est un traité passé entre la France et le représentant du prince souverainAlbert Ier de Monaco et qui a porté atteinte à lindépendance de la principauté de Monaco.

La première singularité est quil sagit dun traité secret dont lexistence ne sera révélé que lors de la Conférence depaix de Paris (1919).

Le gouvernement français, confronté aux offensives allemandes de la fin de la Grande Guerre, a pu vouloirsassurer de la maîtrise sur Monaco même en cas de victoire allemande.

Pour la Principauté le traité de Paris de 1918 a rappelé douloureusement le traité de Stupinigi de 1817, passé avecle royaume de Sardaigne.

source: http://fracademic.com/dic.nsf/frwiki/1654277

A propos du char FT 66906

Ce Renault FT 66906 (As de coeur sur triangle) appartient à la deuxième section d’une troisième compagnie de Bataillon de char Léger.

source: https://forum.pages14-18.com/viewtopic.php?t=52700

Carnet de guerre de Paul Champdavoine, du 18e RI

17 juillet 1918, secteur Allemant, Aisne

« Il ne me répond pas, je lui touche le front, j’ai vu qu’il était bien mort. À ce moment il m’est venu à l’idée un certain plaisir, que tous les combattants excuseront, car beaucoup connaissent les souffrances de la soif et elles sont cruelles, c’était que j’allais pouvoir lui prendre son bidon et en boire le contenu. Je regarde, il n’avait pas de bidon mais il avait une peau de bouc comme presque tous les soldats pyrénéens, j’étais déjà content, je retourne un peu ce malheureux copain, mais la gourde était prise dans les branchages. Pas moyen de l’avoir. Alors je coupe la courroie et j’attire précipitamment l’objet de ma convoitise. Et là, cruelle désillusion, deux éclats d’obus l’avaient traversé et on voyait que le vin s’était répandu donc le pauvre vieux avait encore à boire au moment où il fut tué. »

suite: http://www.guerre1418.org/html/temoignages1918.html

Journal du mercredi 17 juillet 1918

La bataille a continué sur le front de Champagne, mais en affectant plutôt l’aspect d’une série de violentes actions locales, les Allemands étant quelque peu fatigués.
Bataille acharnée au sud de la Marne. Les forces ennemies qui avaient passé la rivière, ont tenté d’en remonter le cours. Nos troupes ont ralenti cette poussée par une défense pied à pied et ont maintenu les Allemands sur la ligne Oeuilly-Leuvrigny.
Nous avons contre-attaqué sur le front Saint-Agnan-la Chapelle-Monthodon où, avec les Américains, nous avions fait la veille un millier de prisonniers. Nous avons enlevé ces deux localités, et reporté nos lignes sur les hauteurs qui dominent la vallée de la Marne, dans la région de la Bourdonnerie et de Clos-Milon.
Entre la Marne et Reims, les troupes franco-italiennes ont repoussé plusieurs tentatives de l’ennemi et conservé leurs positions.
A l’est de Reims, les Allemands ont repris leurs attaques après des préparations d’artillerie. Une puissante tentative en direction de Beaumont-sur-Vesle n’a pas réussi à déboucher de Prunay.
Deux attaques ennemies ont échoué dans le secteur de la Suippe. Vive action au nord de Prosnes et à l’est de Tahure où tous les efforts allemands ont été brisés avec de lourdes pertes.
Les troupes néo-zélandaises ont réussi un raid près d’Hébuterne.
Dans la région de Vetrenik, les troupes Serbes ont exécuté avec succès un coup de main dans les tranchées bulgares.
En Albanie, sur la rive droite du Devoli, nous avons occupé les villages de Rostani, Bostani, Vina, et poussé nos reconnaissances jusqu’au cours de la Holta. 620 prisonniers ont été capturés.
Sur le front italien, activité de combat au nord de Grappa. Nos alliés ont capturé 3 officiers et 91 hommes. Ils ont mis en fuite deux postes ennemis et abattu 12 avions ennemis.
Le comte Burian, ministre des Affaires étrangères austro-hongrois, a lancé, sous forme indirecte, un nouvel appel à la paix.

source: http://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/juillet18.html

L’association Le Miroir commémore la Première guerre mondiale

L’association « Le Miroir »basée à Charleville-Mézières a été  fondée en 1992 par des passionnés d’histoire militaire  a pour objet de commémorer principalement les années de guerre 14-18 et  39-40. Plusieurs de ses adhérents étaient ce week-end au parc des expositions de Reims à l’occasion du 27 ème salon champenois du véhicule de collection. En tenue ils ont présenté des véhicules militaires et des armes utilisés durant la Première guerre mondiale dont on fête cette année le centenaire.

1 VIDEO
http://www.youtube.com/watch?v=NKMUqxVq0wk

Au cours de la journée simulation de tir à la mitrailleuse hotchkiss: une arme que l’armée française utilisa au début de la guerre comme une arme défensive alors que les Allemands s’en servaient en première ligne.

2VIDEO
http://www.youtube.com/watch?v=G50N4NoPsWE

Le char Renault FT

46MIROIRVisible aussi lors de ce salon: le char léger Renault FT aux blindages divers: 22mm pour la tourelle, 16mm pour les parois verticales, 8mm pour les parois obliques et le plancher. Ce char était doté d’un moteur 4 cylindres de 4536 cm3 pour une puissance de 35 à 39 cv. Poids: 6,5 tonnes. Consommation: 12 litres à l’heure. L’équipage était composé de deux soldats. Armement: 1 mitrailleuse Hotchkiss alimentée par 4800 cartouches ou un canon de 37 mm semi automatique alimenté par 237 obus.

A lire dans l’union

Laurent rénove un char d’assaut de 1917

92286109_B971805672Z.1_20140116093453_000_GQO1PLCAK.1-0

Il ne reste que très peu d’exemplaires de ce premier char d’assaut construit en série, le Renault FT, qui a mené les Français à la victoire en 1918.

http://www.lunion.presse.fr/accueil/laurent-renove-un-char-d-assaut-de-1917-ia0b0n283348