Archives du mot-clé damery

La première Légion d’honneur de la Grande guerre à un lieutenant de Damery(Marne)

Dans notre journal de guerre daté du 13 août nous avons fait mention de la première Légion d’honneur  remise dans ce conflit à un officier: le lieutenant Bruyant qui, à la tête d’une patrouille de sept dragons a mis en déroute trente uhlans.

En lisant une édition du « Matin » datée du dimanche 6 septembre 1914, nous apprenons que le lieutenant Bruyant était originaire de Damery et que son papa était instituteur à Boursault.

Il est passé quelques jours après son exploit à Damery, chez ses parents afin de prendre quelques jours de repos.

« Il a reçu de ses concitoyens l’accueil le plus enthousiaste. La nouvelle de son retour s’était propagée dans tous les villages environnants et de partout, on était accouru pour l’acclamer. Mais comme on lui demandait s’il allait séjourner longtemps auprès des siens, le lieutenant Bruyant a répondu: « J’ai obtenu une permission de quelques jours pour embrasser les miens et leur montrer ma croix d’honneur. je ne vais pas tarder à rejoindre mes camarades. »

trouvé sur internet à son propos:http://www.blamont.info/textes245.html

Le premier fait de guerre eut lieu le 3 août 1914  à Réméréville, village de 480 habitants, à 19 kilomètres à l’est de Nancy. Vers quatre heures de l’après-midi, un peloton de 27 cavaliers, du 14e uhlans, passait la frontière. Une patrouille de dragons commandée par le lieutenant Bruyant, en reconnaissance vers Herbéviller, les aperçut. Elle se composait d’un sous-officier, de deux brigadiers et de quatre cavaliers. Bien qu’inférieure en nombre, la patrouille française n’hésita pas à attaquer. Les uhlans s’engagèrent au galop dans une tranchée (en Lorraine, on appelle tranchées les avenues ouvertes dans les forêts) qui va de Réméréville à Velaine-sous-Amance. Ils comptaient que la forêt leur offrirait un abri. – Chargez! commanda le lieutenant Bruyant. Les Allemands durent accepter le combat. La mêlée fut courte. Le lieutenant Bruyant, d’un coup de sabre, trancha la gorge du lieutenant Dickmann qui s’apprêtait à lui brûler la cervelle. Un uhlan fut tué ; six autres, blessés. Le reste du peloton regagna la frontière. Nos dragons prirent à l’officier ses papiers et son casque portant le nom du régiment : Waterloo, puis ramenèrent les blessés à Nancy. Peu de temps après, les uhlans vinrent rechercher le corps de leur officier. Le lieutenant Bruyant fut nommé chevalier de la Légion d’honneur. Cet officier, le premier décoré de la Guerre du Droit, est le fils de l’instituteur de Boursault, près de Damery (Marne).

sur internet encore

http://pages14-18.mesdiscussions.net/pages1418/forum-pages-histoire/remereville-incursion-uhlans-sujet_7751_1.htm

Lundi 3 août 1914, à Réméréville (Meurthe et Moselle).

Le lieutenant Bruyant, 2e escadron du 12e Dragons, est envoyé par le général commandant la 39e division d’infanterie en reconnaissance vers Réméréville avec 7 cavaliers. A 7 heures, la patrouille traverse le village de Réméréville et installe un poste sur la route d’Erbéviller. Vers 12 h.30, un dragon arrive au galop signalant la venue de cavaliers ennemis. Une trentaine de uhlans, après avoir franchi la Seille à Pettoncourt puis traversé Moncel et Sornéville, se dirigeant sur Erbéviller, se retrouvent face à la patrouille de dragons conduite par le lieutenant.
Le peloton de uhlans en approchant de Réméréville a blessé un paysan dans son champ, puis se réfugie dans la forêt de Saint-Paul. Les dragons français très remontés veulent bondir sur l’ennemi. Ils se mettent à leur poursuite. Le peloton se heurte dans les bois à dix cavaliers ennemis commandés par un diable d’officier et soutenus en arrière par une vingtaine de uhlans. Le brigadier Escoffier attaqué par l’officier se défend et lui porte un coup de lance. Le dragon Bonnet juge la situation critique pour Escoffier, il se tourne vers l’officier allemand et lui porte un coup de lance dans les reins. L’officier hésite un instant, c’est l’instant mis à profit par Escoffier pour abandonner sa lance, tirer son sabre et donner à son adversaire un coup de pointe qui l’atteint au côté. C’est le moment où arrive au galop, le lieutenant Bruyant. L’officier allemand l’aperçoit ; sans hésiter, bondit sabre haut vers l’officier français qui lui porte un terrible coup de sabre à la gorge. Mortellement frappé, le uhlan vide les étriers et tombe à la renverse, les bras écartés. Les papiers trouvés sur lui permettent de l’identifier : c’est le lieutenant Frédéric Dickmann, du 14e régiment de uhlans, en garnison à Morhange. Sa mission était de reconnaître les régions autour de Lunéville et de détruire les fils téléphoniques.