Archives du mot-clé fort de la pompelle

51/Journal de la Grande guerre: 24 septembre 1914 reprise du fort de la Pompelle

Jeudi 24 septembre 1914

Tenu (sans combattre) par les Allemands depuis le 4 septembre le fort de la Pompelle est repris par les Français
4 septembre 1914 les Allemands occupent le fort de la Pompelle sans combattre
4 septembre 1914 les Allemands occupent le fort de la Pompelle sans combattre (dessin Pierre Godart)

Plus petit fort de la ceinture de Reims puisqu’il n’occupe que 2,31 hectares et n’accueille que 277 hommes, le fort de la Pompelle, ouvrage secondaire destiné à soutenir les plus gros forts voisins (Witry-lès-Reims, Nogent-L’abbesse,  batterie et vigie de Berru), est occupé dès le 4 septembre 1914 au matin sans combattre par la 3 ème armée du général von Hausen.  En effet, obéissant au plan de repli, la 9 ème armée du général Foch a quitté Reims et ses forts.

L’occupation allemande du fort ne va pourtant durer que vingt jours. En effet, sitôt la libération de Reims (13 septembre 1914),   le 3 ème corps d’armée du général Hache n’eut cesse , par de sanglantes attaques de tout faire pour reprendre ce fort.

Le mardi 15 septembre, c’est le 310 ème régiment d’infanterie qui est repoussé suite à de violents tirs de mitrailleuses. Le lendemain, c’est la 3 ème section du 1 bataillon du 2ème régiment d’infanterie commandé par le lieutenant Vaugeois qui parvient à atteindre les fossés du fort sans pouvoir l’occuper.  Le 20 septembre une patrouille de zouaves subit elle-même un tir nourri de mitrailleuses.

Le 22 septembre, une nouvelle offensive  de la 9ème armée permet tout de même au 94 ème régiment d’infanterie de prendre place au pied du fort, appuyé par les batteries du 46 ème régiment d’infanterie placée dans le parc du château de Sillery.

Le 23 septembre, nouvelle attaque d’envergure en direction du fort par « le corps d’armée combiné confié au général Humbert ».

Dans la nuit du 23 au 24 septembre 1914 le lieutenant Cazamian, commandant la 5 ème compagnie du 138 ème régiment d'infanterie pénètre dans le fort de la Pompelle« Il fallut attendre la fin de la nuit du 23 au 24 pour que le lieutenant Cazamian du 138 ème régiment d’infanterie (23 ème DI)à la tête d’une centaine d’hommes de sa 5 ème compagnie renforcée par une fraction  de la 4 ème, réussisse à pénétrer de vive force dans le fort de la Pompelle et à l’occuper.  Encerclés peu après, soumis à un effroyable bombardement, manquant de vivres, il résistèrent pendant trois jours aux assauts furieux de la garde prussienne. Il fallut une forte offensive de la 42 ème division et de la Division marocaine pour permettre au  premier bataillon du 94 ème régiment de les dégager. Au cours d’un des assauts, le général Krien, en tête de la 83 ème brigade est grièvement blessé.

Malgré de nombreuses attaques allemande de 1915 à 1918, le fort ne fut pas repris.

(Illustrations: dessins tirés du livre de Pierre Godart: « Si la Pompelle m’était contée)

photo entête: les Français ont ensuite tenu le fort jusqu’à la victoire finale

Saint Léonard
Saint Léonard
Combat du 63 ème RI à Saint-Léonard (du 24 au 26 septembre)

A retrouver dans les carnets du 63 ème RI sur le site particulier:

http://www.faurillon.com/saint%20leonard.htm

Journal du rémois Henri Jadart

Toute la nuit, on a entendu le canon français tirant sur les forts de l’Est et attaquant les derniers repaires des Allemands

Journal du rémois Paul Hess (extraits)

maison du quartier cérès
maison du quartier Cérès détruite par les obus

(…)Les habitants de la rue Hincmar auxquels s’ajoutaient ceux venant des environs de Saint-Remi, où tombaient les obus, se dirigeaient en masse vers Sainte Geneviève, car la-bas, il n’y a rien à craindre (…)L’après-midi, par un temps splendide, nous pouvons assister, tristement, en spectateurs cette fois, à une séance de bombardement de Reims, d’un champ situé en face du cimetière de l’Ouest. Ce champ est rempli de gens abrité du vent, comme nous, derrière des douzaines de bottes de blé. Le premier obus que nous avons vu éclater est tombé sur la voûte de la cathédrale. D’autres  ont suivi et suivent encore, assez rapprochés sur le parc Pommery, le faubourg Cérès, le quartier Saint-Remi, la vieille basilique disparaît plusieurs fois derrière la fumée. A chaque coup, nous voyons l’arrivée du projectile dont l’explosion est marquée par un gros nuage. Au loin, à droite de la route de Witry et vers Berru, nous pouvons parfaitement remarquer aussi les endroits où portent les coups tirés par nos pièces. A gauche, un immense incendie brûle tout l’après-midi, nous supposons que Witry-lès-Reims est en flammes .(…)

Images 14-18: des milliers d’images souvent inédites

Un site à voir absolument avec des milliers d’images souvent inédites sur la Première guerre mondiale

A proximité du fort de la Pompelle
A proximité du fort de la Pompelle

Dans le cadre du plan de numérisation national du Ministère de la Culture et de la Communication, avec le soutien des départements de Meuse, Meurthe-et-Moselle , Vosges et Moselle, du Conseil Régional de Lorraine, de la Communauté Urbaine du Grand Nancy , de la Mission du centenaire de la Grande guerre et du Souvenir Français, le Centre Image Lorraine sensibilise les publics à un devoir de mémoire; encourage et réalise la transmission d’un patrimoine aux générations futures avec le site www.imagesde14-18.eu consacrant une part importante de ce site en trois dimensions, accessible à tous et notamment au public scolaire portant sur le conflit; créé sur la base des plaques stéréoscopiques en possession du C.I.L. et de ses partenaires dont le Musée de la Grande Guerre du pays de Meaux et de nombreux donateurs et prêteurs privés.

un avion français abattu près de Reims
un avion français abattu près de Reims

Mis en ligne le 11 novembre 2013 avec 15 000 images à cette date, ce site ne cessera pas d’augmenter ses collections sur la Grande guerre jusqu’au 11 novembre 2018.

http://www.imagesde14-18.eu/

En tête de l’article légende photo: Militaires français (artilleurs) devant le fort de la Pompelle près de Puisieulx (Marne) à quelques kilomètres de Reims, durant la Première Guerre mondiale. Occupé par les Allemands dès le 4 septembre 1914, le fort est reconquis par les Français après les combats de la Marne, le 24 septembre 1914 et jouera un rôle déterminant dans la défense du secteur de Reims. L’obus disposé au sol rappelle le type de projectiles utilisés lors des bombardements du fort.

Tirailleurs sénégalais près de Reims
Tirailleurs sénégalais près de Reims

Fort de la Pompelle: le témoignage de Jean-Paul Mirgalet

Jean-Paul MIRGALET,  de Reims vient d’emmener ses petits enfants visiter le fort de la Pompelle. Il témoigne

005

Comme beaucoup j’ai visité le Fort de la Pompelle à titre privé par curiosité mais surtout pour la mémoire. Mes enfants l’ont découvert mais n’ont pas porté autant d’attention qu’à d’autres lieux tout aussi symboliques. Peut-être son aspect froid et austère peu adapté à la curiosité de la jeunesse.

Dans le cadre de mes activités professionnelles j’ai organisé des visites pour des délégations étrangères. A chaque fois un silence de recueillement non feint ponctuait notre départ du Fort.

 La rénovation de ce Musée a pour moi été le prétexte pour faire découvrir à mes petits-enfants lyonnais ce lieu dont mon petit-fils avait entendu parlé par ses parents à l’occasion des différentes commémorations retransmises à la télévision.

A titre personnel j’ai d’abord été très agréablement surpris par la clarté du nouveau lieu spacieux. La peinture blanche apporte une luminosité qui manquait précédemment.

004
Ou comment expliquer à mes petits-enfants ce que faisait ce poilu assis dans les tranchées

Quand les enfants m’ont questionné sur différents points de cette guerre qui a meurtri notre région et Reims en particulier et que je suis resté parfois imprécis, les nombreuses vidéo trilingue ont apporté les précisions nécessaires.

La reconstitution de l’espace ambulance les a particulièrement émus tout comme les masques à gaz les a intrigués. La chambre du soldat a surtout provoqué un flot d’interrogations, tout comme la galerie des couvre-chefs.

Un détail n’a pas échappé à la sagacité de mes deux Lyonnais : les emplacements en braille pour les non-voyants, une initiative louable.

Il s’agit d’un lieu de recueillement, de mémoire, de culture qui permet à chacun de découvrir, s’imprégner ou tout simplement se replonger dans l’Histoire d’évènements que l’on souhaiterait que jamais ils ne se reproduisent où que ce soit.

Deux anecdotes

En 1970 alors que j’étais en garnison à Bordeaux, un « ancien » qui avait vécu à Reims gamin se souvenait du tournage dans les années 30 des « Croix de bois ». Il se souvenait surtout du ciel embrasé la nuit par les effets pyrotechniques.

En rentrant chez moi j’ai permis à mes petits-enfants de parcourir l’ouvrage « REIMS – la grâce d’une cathédrale ». Ils ont tout de suite reconnu le Cardinal Luçon. Une preuve que la vidéo marque plus que l’image statique.

Si vous souhaitez à votre tour dire ce que vous pensez du Fort de la Pompelle new look. Ecrivez-nous.

alain.moyat@orange.fr

Vendredi 1 août journée franco-russe à la Pompelle et à Saint-Remi

porte_drapeau_mailly_1916_10A l’occasion du centenaire jour pour jour de la déclaration de guerre de l’Allemagne à la Russie, M. Alexandre Orlov, Ambassadeur de la Fédération de Russie en France sera présent à Reims pour une journée franco-russe, en présence de M. Arnaud Robinet, Député-Maire de Reims,  M. Marc Bouxin, membre d’honneur de l’Association du Souvenir du Corps Expéditionnaire Russe en France (ASCERF), et M. Michel Bernard, Sous-préfet de l’Arrondissement de Reims.

Le programme

– 17 h 00 : Fort de la Pompelle

Cérémonie du souvenir au monument commémoratif du Corps Expéditionnaire russe.

Dépôts de gerbes et présentation de l’espace dédié au Corps Expéditionnaire russe à l’intérieur du Musée

– 18 h 30 : Musée Historique Saint-Remi Inauguration de l’exposition célébrant l’alliance militaire franco-russe durant la Grande Guerre

Expo à Saint-Remi jusqu’au 24 août

Capture d’écran 2014-07-27 à 11.11.19Août 1914 : alors que la bataille de la Marne se joue en France, une offensive surprise de l’armée russe en Prusse orientale soulage le Front occidental… permettant à la France et à ses alliés de remporter la victoire. Un siècle plus tard, le Musée Historique Saint-Remi présente à Reims une exposition commémorative : « L’alliance militaire franco-russe durant la Grande Guerre ». A découvrir jusqu’au 24 août au coeur d’un monumenthistorique, inscrit sur la liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO.

Une offensive surprise de l’armée russe en Prusse orientale, déclenchée dès août 1914, et l’important succès de la bataille de Gumbinnen sur l’armée allemande oblige l’État-Major du Kaiser à transférer précipitamment deux corps d’armée du Front occidental vers l’Est pour faire face aux troupes du Tsar Nicolas … Quelques jours plus tard, l’absence de ces deux Corps d’armée sur le champ de bataille de la Marne permet la victoire !

Réalisée en partenariat avec le Service des Archives d’État russe, la Société d’histoire militaire russe et le musée de Kaliningrad,  l’exposition présentée à Reims a également bénéficié du Centrede la Culture et des Sciences russe de Paris et l’Ambassade de la Fédération de Russie enFrance .

On y découvre de nombreuses photographies  illustrant la mobilisation et l’entrée en guerre de la Russie, une importante collection de gravures et de cartes postales  satiriques russes, mais aussi des documents d’archives inédits en France … qui témoignent des coulisses de l’entrée en guerre de la Russie. Parmi eux, ne pas manquer au cours de la visite les instructions manuscrites du Chef d’État-Major russe au général Jilinsky pour l’offensive surprise en Prusse orientale (août 1914) ou le télégramme secret que l’Ambassadeur russe en France adressa au ministre des affaires étrangères Sazonov à Petrograd le 20 septembre 1914…

Jusqu’au  dimanche 24 août, Musée Historique Saint-Remi

Le fort de la Pompelle ouvert au public à la grande joie des Amis du fort

Afin de célébrer la rénovation du fort de la Pompelle, la ville a décidé d’ouvrir tout le week-end ce haut lieu, symbole de la résistance française durant la Première guerre mondiale.

Pour l’association des Amis du fort de la Pompelle, présidée par Hubert Walbaum, l’évènement est d’importance comme en témoigne sur cette vidéo Robert Clément, vice président de l’association. Un passionné de la guerre 14-18 qui a beaucoup écrit sur la guerre sur le front des environs de Courcy.

La vidéo

https://www.youtube.com/watch?v=pPeoiAkSIBs

Le fort est ouvert aujourd’hui et dimanche 29 juin de 10 à 17 heures. Parking obligatoire le long de la RD 944.

Fort de la Pompelle: Marc Bouxin explique le pourquoi de la rénovation

Le maire Arnaud Robinet a demandé à des écoliers et des lycéens de dévoiler la plaque posée à la mémoire de trois Poilus dont les corps ont été retrouvé sur le site du fort en mars dernier
Le maire Arnaud Robinet a demandé à des écoliers et des lycéens de dévoiler la plaque posée à la mémoire de trois Poilus dont les corps ont été retrouvé sur le site du fort en mars dernier

Conservateur du musée Fort de la Pompelle Marc Bouxin estime que la présentation officielle, hier, de la rénovation du fort est un grand jour après des années de présentation.

Pour que le Centenaire de la Grande guerre soit dignement représenté dans le fort, ce haut lieu de la mémoire et de l’histoire en Champagne Ardenne.

Première vidéo

https://www.youtube.com/watch?v=tSbh6VSzD1w

Seconde video

https://www.youtube.com/watch?v=-36HyJ7GQsA

 

 

Fort de la Pompelle: « c’est beau, mais le site a perdu son âme »

Juste à l'entrée, une mise en scène avec un Poilu dont le visage serait celui du scénographe du site. Une pièce qui aurait coûté 12.000 euros, dénoncent ceux qui auraient préféré que cette somme soit utilisée à quelque chose de plus utile...
Juste à l’entrée, une mise en scène avec un Poilu dont le visage serait celui du scénographe du site. Une pièce qui aurait coûté 12.000 euros, dénoncent ceux qui auraient préféré que cette somme soit utilisée à quelque chose de plus utile…

« C’est tout beau, mais avant ça faisait plus vrai. Le site semble avoir perdu son âme. »Heureuse d’avoir l’honneur d’assister à la réouverture du fort de la Pompelle restauré et rénové, cette dame âgée a du mal à dire sa légère déception suite à la visite du site emblématique qu’est devenu depuis 1918 le fort de la Pompelle. Un  fort que les soldats français ont repris aux Allemands dans la nuit du 23 au 24 septembre 1914 et ont furieusement défendu durant quatre années, malgré les attaques au gaz, les bombardements continus et  diverses offensives furtives.

Voilà, la ville vient de mettre 4,5 millions pour redonner meilleur visage à ce fort Serré de Rivières promis pourtant à l’abandon et qui curieusement, heureusement, réoccupé, a permis à son niveau d’organiser la résistance autour de Reims et de contribuer à sa façon à la victoire de la seconde bataille de la Marne, étape décisive vers l’Armistice.

Vivre avec son temps

Fini le fort un peu froid et humide, longé dans une semi obscurité, avec ses vitrines un peu vieillottes, site nous donnant un peu la chair de poule, au sens propre comme au sens figuré. Aujourd’hui, dans un écrin plus sécure et surtout étanche, le public est invité à redécouvrir le musée- fort revisité. Un fort sans doute un peu plus aseptisé qu’auparavant, mais plus en phase avec ce que semblent demander aujourd’hui les touristes de Mémoire , qui aiment à s’abreuver d’images parlantes, de séquences courtes, de mise en scène sobres… Il faut vivre avec son temps…

Et avant de laisser dans quelques temps la parole aux experts, ceux qui loueront le travail  de l’architecte sénographe Christophe Lab et ceux qui émettront plus de réserve, présentons déjà le fort rouvert depuis ce jeudi et qui ouvrira ses portes gratuitement au public samedi 28 et dimanche 29 juin de 10 à 17 heures.

64 marches pour ce mini golgotha
2FORTPOMPELLE
Il faut garer sa voiture le long de la RN 944 et gravir un long escalier métallique pour accéder au fort désormais (excepté pour les bus et les personnes handicapées)

Désormais, sachez le, pour accéder au fort de la Pompelle, il vous faudra impérativement vous garer en contrebas, sur les parkings installés le long de la RD 944. Et gravir les 64 marches d’un large escalier métallique.

3FORTPOMPELLE Arrivé sur le plateau où plusieurs drapeaux claquent au vent (France, Italie, Angleterre, Russie, Allemagne), vous pouvez voir un canon Schneider 105L modèle 1913 venu rapidement suppléer le 75 modèle 1897 vite dépassé dès le début du conflit.

5FORTPOMPELLESans cesse amélioré depuis qu’il a été transformé en musée en 1972, le musée de la Pompelle avait encore besoin d’une toilette pour ses extérieurs. Redevenir étanche à la pluie d’abord. Ce fut fait. D’autres gros travaux ont été faits et aujourd’hui, le fort dont la surface consacrée à la muséographie a été fortement augmentée présente l’intérêt de pouvoir accéder aux cours intérieures, aux réserves d’artillerie, à la caponnière double bien préservée, bref d’ouvrir un instant sur les lieux intérieurs au fort dans lesquels ont vécu, ont survécu les soldats dans les pires conditions.

Marc Bouxin, conservateur du musée fort de la Pompelle, Catherine Vautirn, président de la communauté d'agglomération; Arnaud Robinet, maire de Reims
Marc Bouxin, conservateur du musée fort de la Pompelle, Catherine Vautrin, présidente de la communauté d’agglomération et Arnaud Robinet, maire de Reims
8FORTPOMPELLE
L’entrée du fort rénové

 

Nouvel éclairage, frise chronologique de 50 mètres partant du début de la première guerre mondiale jusqu’aux années 1940-1944 avec les derniers combats sur ce site, la présentation  nous fait découvrir tour à tour le système de défense des forts Serré de Rivières, la ceinture fortifiée de Reims, l’occupation du fort par les Allemands les 3 et 4 septembre 1914, la  libération de Reims le 13 septembre 1914, la reprise du fort par les Français  les 23 et 24 septembre 1914, la ligne de front figée et les obus à gaz, les combats aériens et les canonnières sur le canal tout proche, la 3 ème brigade russe, les nouvelles armes et l’artillerie des tranchées, les troupes coloniales.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Au fil de huit casemates où vivaient les soldats à voir: un film, une première partie des casques à pointe allemands de la collection Charles Friese, un diaroma avec une ambulance hippomobile française, beaucoup d’armement  (canons, mortiers), des mannequins des différentes armées, un rappel de la présence de l’aviation à proximité du fort, des peintures, la diffusion de gouaches et d’aquarelles de René Dubuc  croquant des soldats russes….

3 soldats honorés

29FORTPOMPELLEDieu sait si on connaîtra un jour l’identité d’un d’entre eux. Toujours est-il que ce matin, ce sont des jeunes scolaires et lycéens qui ont eu l’honneur de dévoiler la plaque posée en l’honneur de trois soldats des chasseurs à pied dont les squelettes ont été découverts dans l’enceinte extérieure du fort le 14 mars dernier, trois soldats morts en septembre 1914.

Un symbole: des écoliers et des lycéens pour le lancement de « Reims commémore ses héros »

Dans le cadre de la réouverture du musée du Fort de la Pompelle, lancement officiel de « Reims commémore ses héros »,   commémorations mémorielles du Centenaire 14-18 le musée réhabilité a été visité aujourd’hui en avant-première en présence des élèves Charpentier et Mazarin ainsi que des lycées Chagall et Jean-Jaurès ayant participé au concours des Petits Artistes de la Mémoire et réalisé des expositions sur le thème de la Grande Guerre.

L’intervention du maire Arnaud Robinet

39FORTPOMPELLE

Nous sommes aujourd’hui rassemblés pour restituer à la population cet élément majeur de son patrimoine historique qu’est le Fort de la Pompelle ! Je remercie chacun d’entre vous, et tout particulièrement l’ensemble des enfants présents ce matin, d’avoir accepté de se joindre à moi pour ce temps fort qui marque l’entrée de Reims dans le cycle mémoriel des commémorations de la Grande Guerre de 14/18.

Ce cycle mémoriel nommé « Reims commémore ses Héros » a pour moi deux significations bien particulières :

 

 -Ensemble jusqu’en 2018 nous allons commémorer un événement majeur de l’histoire du monde, de l’histoire de notre pays et de l’histoire de Reims.

-Ensemble jusqu’en 2018 nous allons transmettre la mémoire aux jeunes générations.

Nous sommes rassemblés ce matin à l’emplacement qui fut la clef de voûte du système de défense de Reims !

Bombardé sans relâche, le Fort n’est jamais tombé !

Il symbolise donc la résistance héroïque de nos soldats et inscrit notre ville comme UN des grands témoins des guerres qui ponctuèrent le 20 ème siècle.

Pour cette raison, j’ai souhaité que le lancement de notre cycle commémoratif ait lieu symboliquement ICI !

ICI, ….. où….., pendant 4 ans, 10 000 alliés périrent pour assurer la défense de Reims jusqu’à la victoire de 1918. Construit au début des années 1880 pour compléter la ceinture fortifiée de Reims conçue par le Général SÉRÉ DE RIVIÈRES après 1870, il est le seul fort qui est resté aux mains des Français durant la 1ère guerre mondiale !

Chacun d’entre nous c’est un jour posé la question :

Comment ces hommes ont-ils pu résister à cette période ?

Comment ont-ils trouvé la force et le courage de tenir ?

Où puisaient-ils les ressources nécessaires pour affronter de telles épreuves ?

Nous avons parmi nous ce matin des Lycéens !

Ces jeunes soldats avaient alors à peu près leur âge

Nous avons là matière à réflexion !!!

Je suis intimement convaincu que ces jeunes hommes portaient en eux l’espoir que les générations à venir tireraient les leçons du passé.

Nous devons donc être à la fois reconnaissants et dignes des espoirs de Paix, qu’ils avaient placés en nous !

Pour nous, …..héritiers lointains de l’histoire de ce conflit…,

pour nous ,…. aujourd’hui acteurs de notre temps

il est primordial de continuer à instruire pour prévenir.

Ce devoir de mémoire et de transmission de notre patrimoine historique commun n’est pas symbolique ! C’est une contribution essentielle et collective pour éviter un éventuel retour vers des conflits.

En cette année commémorative, la contribution de Reims, Ville Martyre, s’inscrit dans ce devoir et comprendra plusieurs temps forts:

Dès ce Samedi 28 juin, le Fort de la Pompelle sera donc ré ouvert au public. La 1ère phase des travaux a permis son exploitation historique et muséographique, ainsi que sa modernisation : l’espace d’exposition est désormais plus important et les collections sont mises en valeur par une nouvelle scénographie et la mise à la disposition du public d’outils numériques. La 2de phase sera lancée à l’occasion de la fermeture annuelle du Musée.

Nous sommes rassemblés ce matin à l’emplacement qui fut la clef de voûte du système de défense de Reims !

Bombardé sans relâche, le Fort n’est jamais tombé !

Il symbolise donc la résistance héroïque de nos soldats et inscrit notre ville comme UN des grands témoins des guerres qui ponctuèrent le 20 ème siècle.

Pour cette raison, j’ai souhaité que le lancement de notre cycle commémoratif ait lieu symboliquement ICI !

ICI, ….. où….., pendant 4 ans, 10 000 alliés périrent pour assurer la défense de Reims jusqu’à la victoire de 1918. Construit au début des années 1880 pour compléter la ceinture fortifiée de Reims conçue par le Général SÉRÉ DE RIVIÈRES après 1870, il est le seul fort qui est resté aux mains des Français durant la 1ère guerre mondiale !

Chacun d’entre nous c’est un jour posé la question :

Comment ces hommes ont-ils pu résister à cette période ?

Comment ont-ils trouvé la force et le courage de tenir ?

Où puisaient-ils les ressources nécessaires pour affronter de telles épreuves ?

Nous avons parmi nous ce matin des Lycéens !

Ces jeunes soldats avaient alors à peu près leur âge

Nous avons là matière à réflexion !!!

Je suis intimement convaincu que ces jeunes hommes portaient en eux l’espoir que les générations à venir tireraient les leçons du passé.

Nous devons donc être à la fois reconnaissants et dignes des espoirs de Paix, qu’ils avaient placés en nous !

Pour nous, …..

héritiers lointains de l’histoire de ce conflit…,

pour nous ,….

aujourd’hui acteurs de notre temps,

il est primordial de continuer à instruire pour prévenir.

Ce devoir de mémoire et de transmission de notre patrimoine historique commun n’est pas symbolique ! C’est une contribution essentielle et collective pour éviter un éventuel retour vers des conflits.

 En cette année commémorative, la contribution de Reims, Ville Martyre, s’inscrit dans ce devoir et comprendra plusieurs temps forts:

Dès ce Samedi 28 juin, le Fort de la Pompelle sera donc ré ouvert au public. La 1ère phase des travaux a permis son exploitation historique et muséographique, ainsi que sa modernisation : l’espace d’exposition est désormais plus important et les collections sont mises en valeur par une nouvelle scénographie et la mise à la disposition du public d’outils numériques. La 2de phase sera lancée à l’occasion de la fermeture annuelle du Musée.

Par ces actes, par ces commémorations, par les récits que nous allons véhiculer tout au long de ce cycle, nous raviverons le souvenir de ces héros dont le destin a contribué à créer les prémices de nos conditions actuelles de Paix.

Aujourd’hui, notre visite en avant 1ère du Fort a une saveur particulière ! A nouveau j’ai souhaité rassembler les générations et les unir pour partager un temps qui marque notre histoire.

40FORTPOMPELLEC’est également pour moi une façon de souligner la qualité du travail qu’ils ont réalisé :

-tout d’abord, les élèves des Lycées Chagall et Jean Jaurès qui ont travaillé à la réalisation d’une exposition et d’un site sur le corps expéditionnaire russe.

-puis, les élèves des écoles élémentaires Charpentier et Mazarin qui participé au concours des « Petits Artistes de la Mémoire, la Grande Guerre vue par les Enfants », concours dont l’école Charpentier est Lauréate départementale ce qui lui permet d’accéder au jury National. C’est une grande fierté pour notre ville !

43FORTPOMPELLE

Je tiens d’ailleurs à leur remettre, outre quelques cadeaux, leur livret individuel afin qu’ils conservent un exemplaire de leur travail dont la qualité et la précision démontrent l’investissement passionné dont ils ont fait preuve.

 

42FORTPOMPELLE

Fort ouvert gratuitement samedi 28 et dimanche 29 juin de 10 à 17 heures.

Ouvert le reste du temps du mardi au dimanche de 10 à 17 heures. Fermé les lundis et les 1 janvier, 1 mai, 14 juillet, 1 novembre et 24 décembre. Tarif: plein: 4€; 4€ visite commentée (en plus du billet d’entrée); 3€ tarif réduit 18-25 ans et + de 65 ans. Gratuit pour les étudiants, les moins de 18 ans, les demandeurs d’emplois, les titulaires du RSA et le 1 er dimanche de chaque mois. Accessibilité pour les personnes à mobilité réduite avec écrans en braille sur la frise chronologique