Archives du mot-clé hermonville

997/26 avril 1917: le 167 ème RI dans les monts de Champagne

Le 167 ème RI dans les monts de Champagne

Dans les nuits du 24 au 25 et du 25 au 26 Avril, le Régiment relève dans le Sous-Secteur du Golfe, le Régiment de la Légion de la Division Marocaine.

  • Le 2e Btn relève en 1ere ligne le Btn Sampigny dans la nuit du 24 au 25.
  • Le 1er Btn, déjà en 1ere ligne, relève le Btn Weddel en 2e ligne dans la nuit du 25 au 26.
  • Le 3e Btn reste à la Ferme Moscou jusqu’à nouvel ordre.

Dans la nuit du 25 au 26, le 3e Btn se porte de la Ferme Moscou à la ligne P20 Centre Jubault-Centre Lambert.

Le 3e Btn relève en 1ere ligne le 1er Btn qui se porte en réserve de secteur au village Gascon, dans la nuit du 26 au 27 Avril.

En fin de mois, le Régiment se livre à des activités de surveillance et aux travaux d’organisation des positions ennemies conquises.

Le 30 Avril, 2 Cies des Btns en ligne prennent part aux opérations. Les objectifs sont tous atteints.

Les combats d’avril ont été rudes, les pertes importantes et les gains relatifs. Le front se stabilise, les choses se calment. Le 167e RI tient le secteur entre le Bois-Noir et Vaudesincourt. Il va s’atteler dès lors à organiser le terrain conquis.

source: http://167e.regiment.free.fr/167eregimentinfanterieavril1917.html

Le 174 ème RI à côté d’Hermonville (51)

Dans la nuit du 25 au 26 avril 1917, le 174e RI relève le 51e RI dans le secteur situé à 2 km au nord-est de Cauroy les Hermonville et le régiment monte en ligne dans la nuit du 03 au 04 mai pour une offensive sur le secteur du Godat

http://videlaine.canalblog.com/archives/2017/01/19/34822866.html

 

Journal du jeudi 26 avril 1917

Entre Somme et Oise, calme relatif.
Un commencement de bombardement de nos tranchées près de la Fère a été arrêté net par la riposte de notre artillerie.
Dans la région de l’Aisne, nous avons réalisé quelques progrès au sud-est de Cerny-en-Laonnois, et fait des prisonniers.
Au nord de Vauxaillon, une attaque allemande sur nos tranchées a été enrayée par nos feux d’artillerie et de mitrailleuses.
Les Allemands ont subi un sanglant échec dans une attaque sur la ferme Hurtebise. Arrêtés une première fois par nos feux, ils ont repris peu après leur assaut. Une contre-attaque vigoureuse les a rejetés sur leurs lignes. Notre artillerie a pris sous son feu et dispersé d’importants rassemblements au nord du plateau de Vauclec.
Les Anglais ont pris le hameau de Bithens, au nord-est de Trescault, à l’est du bois d’Avrincourt. Un combat s’est engagé sur toute l’étendue du front, entre le Cojeul et la Scarpe. Nos alliés ont progressé. Depuis le 23, ils ont fait 3029 prisonniers, dont 56 officiers.
Un croiseur russe a disparu en mer Noire.
Des aviateurs anglais ont coulé un contre-torpilleur allemand. Un de nos torpilleurs a coulé au cours d’un engagement au large de Dunkerque. On ignore les pertes allemandes.

source: http://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/avril17.html

L’école des missions spéciales à Hermonville (Marne)

Sur France 3 Champagne Ardenne par LG avec Mathieu Guillerot

C’est l’un des épisodes les moins connus de la 1ère guerre mondiale. En 1915, le commandement français monta dans le plus grand secret une école d’espionnage pour former des espions à des missions de sabotage ou de renseignement dans le département des Ardennes, occupé par les Allemands.

Hermonville, un petit village marnais à quelques kilomètres de Reims. En 1915, derrière ces vieilles pierres, fut crée une école un peu particulière…pour former des espions français. L’école « des missions spéciales ».

Dès le début de la Guerre, les Ardennes sont totalement occupées par les Allemands. La sûreté française et le deuxième bureau imaginent alors de former dans le plus grand secret des dizaines d’espions et de les déposer derrière les lignes ennemies pour y mener des actions de sabotage et de renseignement. Il faut trouver des hommes courageux mais surtout pourvus d’une connaissance aiguë du terrain. Le commandement français se tourne alors tout naturellement vers le corps militaire des douaniers de Charleville-Mézières.

La suite sur  http://france3-regions.francetvinfo.fr/champagne-ardenne/14-18-l-ecole-des-missions-speciales-hermonville-804393.html

2/Hermonville : un village de poilus pour les 100 de l’école des missions spéciales

5 HERMONSamedi 6 juin 2015, un camp de poilus s’est installé place de la mairie pour tout le week-end (Association La baïonnette de Cormicy). Les badauds étaient nombreux à venir les voir. Kévin, notre boulanger, a proposé des boules de poilus qui ont régalé les habitants, d’après une vieille recette de 1914.

Ces petits gâteaux faciles à emporter dans les poches étaient dégustés dans les tranchées.

6 HERMONA 17 heures, conférence de Robert Clément sur la Grande Guerre en salle du conseil. Damien Rocha auteur de : ‘’ L’aviation des missions spéciales ‘’ étant aphone, le président des Anciens Combattants de la Marne l’a remplacé fort obligeamment.

Une cinquantaine de personnes ont écouté attentivement l’orateur. Puis , messe en l’église Saint Sauveur à 18 heures 30, dite par Cyril Goglin, notre curé.

10 HERMONPrésence de l’Ordre de Malte, avec lequel des liens existent depuis le XIIIème siècle, l’Ordre ayant bâti le château de Chalons le Vergeur, et un pressoir et une maison lui ayant appartenu rue du Montcet. Présence de la chorale La Villanelle, qui a chanté : ‘’La messe aux chapelles’’ de Gounod.

Denis Arsenieff , directeur régional des douanes a assisté à cette messe, ainsi que Bernard Peignot,  avocat au Conseil d’Etat et Mme , descendants du général Dubois, châtelain de Marzilly. Ce général ancien chef de la Maison militaire de l’Elysée sous la présidence de M. Loubet était conseiller municipal d’Hermonville , chargé de faire ériger le monument aux morts .

HERMON9Ouverte tout le week end et le lundi pour les scolaire l’expo photos et objets de la Grande Guerre a été fort appréciée.

Un buffet campagnard a été offert ensuite par la Municipalité.8  HERMON

 

UN DIAPORAMA DE JEAN-MARIE LEJEUNE

https://picasaweb.google.com/lejeune002/Hermonville7620153?authkey=Gv1sRgCIqGzJWrrKiAxwE&feat=email#slideshow/6157879452001645586

A SUIVRE…

 

Ce soir conférence sur le Dr Langlet (maire de Reims en 14-18) par Hervé Paul

Auteur d’une biographie du Dr Langlet, maire de Reims durant la Première guerre mondiale: « Docteur Jean-Baptiste Langlet (1841-1927), Héroïque Maire de Reims (1908-1919) à l’épreuve de la Première Guerre Mondiale »

Hervé Paul animera plusieurs conférences sur cette forte personnalité

Lundi 1 décembre à 18 heures, Hôtel-Musée Le Vergeur

Le docteur Jean-Baptiste Langlet (1841-1927), héroïque Maire de Reims pendant la 1èreGuerre mondiale est un médecin et un homme politique rémois hors du commun. Son attitude pendant la Grande guerre dans sa ville bombardée à outrance pendant 1051 jours est à l’origine d’une aura qui a magnifié une déjà longue carrière.

http://www.hervepaul.fr/Docteur%20Jean-Baptiste%20Langlet.htm

L’auteur

Hervé Paul est né à Reims en 1952, et effectue la plus grande partie de sa carrière professionnelle dans l’industrie pharmaceutique. Il a exercé deux mandats de conseiller municipal dans une commune de l’agglomération rémoise. Etant aussi passionné d’Histoire, notamment d’Histoire de France, de sa Champagne natale et de sa ville de Reims, il écrit depuis une dizaine d’années des biographies de personnages champenois qui ont connu une certaine célébrité de leur vivant. Il les ressort des oubliettes de l’Histoire auquel le temps et l’oubli de notre passé les a relégués. Il est l’auteur de deux premières biographies, Le comte de Chevigné (1793-1876) Auteur des Contes Rémois, parue en 2008 chez ABM éditions et Eugène Courmeaux (1817-1902) Un Républicain démocrate au XIXème siècle, en 2011 chez le même éditeur. Une troisième biographie Le docteur Jean-Baptiste Langlet (1841-1927), héroïque Maire de Reims à l’épreuve de la 1ère Guerre mondiale vient de sortir.

« Les croix de bois » de Roland Dorgelès

A lire sur le site du Figaro

Roland Dorgeles

Roland Dorgelès (1886-1973), journaliste engagé au front comme fantassin, commence à écrire Les Croix de bois, en 1918, à partir de notes prises sur le vif et de la correspondance adressée à sa maîtresse et à sa mère. Ce roman décrit le quotidien des poilus; il obtient le Prix Femina en 1919 et connait un extraordinaire succès.

http://www.lefigaro.fr/histoire/centenaire-14-18/2014/09/10/26002-20140910ARTFIG00086-les-croix-de-bois-de-roland-dorgeles-1919.php

Hermonville, un village dans la tourmente

A lire dans L’union un article d’ ANNE DESPAGNE sur le livre écrit par Gilberte Touret correspondante de L’Union à Hermonville et intitulé: « « Hermonville, mémoires de la Grande Guerre »

Gilberte Touret publie un ouvrage riche de photographies, relatant les événements du premier conflit mondial, notamment dans sa commune.

« Hermonville, mémoires de la Grande Guerre », 90 pages, 18 euros. En vente dans les trois librairies de la rue Chanzy à Reims. Rencontre avec l’auteur le jeudi 22 mai à 19 heures, à la bibliothèque d’Hermonville, lors d’une lecture de chroniques sur la guerre.

http://www.lunion.presse.fr/region/un-village-dans-la-tourmentede-la-grande-guerre-ia3b24n343699

Retrouvez notre article publié le 21 janvier 2014

http://wp.me/p4mPAZ-hv