Archives du mot-clé honfleur

1270/24 janvier 1918

Réunion des commandants en chef à Compiègne

Le 24 janvier 1918, à la demande de Wilson* et Foch*, une conférence réunit à Compiègne* les commandants en chef, Pétain*, Haig* et Pershing*. Foch* souhaite constituer une réserve mobile susceptible d’intervenir au profit des uns ou des autres.

https://books.google.fr/books?id=CNY4AgAAQBAJ&pg=PT487&lpg=PT487&dq=24++janvier+1918&source=bl&ots=xnm37PY0wg&sig=jLg19oMF7JjPz-uVm82pYwX8RpI&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwj8gOHg9azYAhXri1QKHcxeDPw4FBDoAQgvMAI#v=onepage&q=24%20%20janvier%201918&f=false

(Aviation) Mort d’un as britannique

Mort dans un crash de Harry Gosford Reeves, « As » britannique de la WW1, 13 victoires aériennes au sein du 1st Sqn du RFC. Il est tué pendant l’essai en vol d’un Nieuport 27 après un changement moteur.

http://www.crash-aerien.news/forum/ww1-la-grande-guerre-t28679-315.html

Création d’un comité d’entente pour la société des Nations

Après plusieurs tentatives infructueuses, elle organise une série de réunions au cours du mois de janvier 1918 à l’Hôtel des sociétés savantes, qui aboutit le 24 janvier 1918 à la création d’un « Comité d’entente pour la Société des Nations » regroupant 16 organisations. Après quelques réunions publiques organisées avec succès en février et mars 1918, le comité semble néanmoins connaître pendant de longs mois une activité déclinante. Jean Hennessy, qui milite pour une Société des Nations ouvertement fédéraliste, juge bientôt utile de fonder une nouvelle organisation, la Société Proudhon ou « Société d’études et d’action fédéralistes », rebaptisée en mai 1919 « Ligue pour l’organisation de la Société des Nations ».

https://www.cairn.info/revue-guerres-mondiales-et-conflits-contemporains-2006-2-page-89.html

Les Belges quittent Honfleur

e 24 janvier 1918, les derniers soldats s’en vont. L’Écho honfleurais conclut en happy end cet épisode de quatre années : « Nos hôtes de l’armée belge nous ont quittés ce matin. Gare de la Petite vitesse, un public nombreux était venu saluer ceux qu’on considérait un peu comme les nôtres. Aussi le train s’ébranla-t-il aux cris de « Vive la France, vive la Belgique, vive Honfleur ! » »

source: https://www.ouest-france.fr/normandie/honfleur-14600/1914-1918-la-belle-histoire-des-belges-honfleur-2972568

Journal du jeudi 24 janvier 1918

En Belgique, à la faveur d’un important coup de main qu’ils avaient fait précéder d’un bombardement intense, les Allemands avaient pu prendre pied à l’est de Nieuport-Ville dans un élément avancé de notre première ligne. Ils en ont été aussitôt repoussés.
Un coup de main ennemi sur nos petits postes au nord de Reims a échoué sous nos feux.
Nous avons réussi une incursion dans les lignes allemandes à l’ouest de la ferme Navarin. Notre détachement a pénétré jusqu’à la troisième parallèle ennemie et, après avoir opéré de nombreuses destructions a ramené de nombreux prisonniers.
Sur la rive droite de la Meuse, vive lutte d’artillerie sur le front Bezonvaux-bois le Chaume.
Les Anglais ont enlevé deux mitrailleuses à l’est d’Ypres.
Rencontres de patrouilles, sur leur front, au sud-ouest de Saint-Quentin. Echec d’un tentative ennemie au sud de la Bassée.
Sur le front italien, vive canonnade dans la région de Zurey et de Zugna, entre la Brenta et les pentes du mont Grappa et sur le cours moyen de la Piave.
Des reconnaissances ennemies ont-été mises en échec à l’ouest de Morio (rive gauche de l’Adige) et au nord de Fagare.
En Macédoine, les Anglais ont exécuté un raid heureux près du lac de Butkovo.

source: http://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/ja18

Publicités