Archives du mot-clé impôt

1246/31 décembre 1917: les tranchées ont-elles enterré la cavalerie ?

Taxe sur les produits de luxe

Loi du 31 décembre 1917 (article 27). Taxe sur les dépenses : objets de luxe. Liste complète des objets désignés comme étant de luxe…

http://www.hachettebnf.fr/loi-du-31-decembre-1917-article-27-taxe-sur-les-depenses-objets-de-luxe-9782013419413

Le 28 ème RI au sud de Saint-Quentin

SPA 61. 2464
Matinée calme jusqu’à 9h30. A partir de 9h30 et jusqu’à midi, tir de gros calibres allemand sur Essigny et le PC Jeanne d’Arc.
Des conversations surprises par le poste d’écoutes spéciales font présager un tir de destruction suivi d’une émission de gaz qui se produirait soit vers 22h30, soit dans la nuit vers 2h30.
Les précautions sont prises en conséquence. Les unités du Bataillon en réserve ne vont pas au travail et sont maintenues en alerte dans leur abris.
Deux concentrations d’artillerie lourde sont faites au cours de la nuit sur la région du Pire Aller et sur Moulin de tous vents (22h15 – 23h10 – 1h à 1h15).
Les Allemands réagissent assez peu par minen sur tranchée Salers. PA4 et Boyau Pic.
Le reste de la nuit est calme.

Pertes subies pendant le mois de Décembre 1917
Tués
3. Fleury, 10e Cie
8. Lieutenant Cochereau, 1re Cie
26. Jacquelin, 5e Cie

Blessés
1er : Dominé, 10e Cie ; Boujard, 10e Cie
4 : Hardy, CM3 ; Lautier, 10e Cie
6 : Mercier, 1re ; Omont, 1re Cie
19 : Boivin, 2e ; Hugo, 11e, Gervois, 7e Cie.
23 : Guichard, 10e.
26 : Roy, 5e Cie.
28 : Caudebec, 10e ; Bénard, 10e ; Mahieu, 10e ; Moret, 11e Cie (intoxiqués)
31 : Petit, 3e Cie ; Dubocq, CM1.

source: http://vlecalvez.free.fr/JMO_decembre1917.html

Les tranchées ont-elles enterré la cavalerie ?

cavale

L’année 1917 continue d’être une année de réduction des effectifs et des unités de cavalerie présents au front . Le grand quartier général reprend les arguments de la dispersion des divisions et des difficultés de ravitaillement en fourrages pour renvoyer en Afrique du Nord les 18 escadrons de spahis et dissoudre la 7e division en juillet .

Si de nombreuses unités montées sont supprimées, celles qui subsistent se transforment. Leur vulnérabilité face à la puissance de feu des troupes allemandes oblige l’armée française à renforcer leur armement et modifier leur équipement. Le mousqueton à baïonnette remplace la simple carabine et chaque cavalier monté est doté de 200 cartouches au lieu de 96 à la mobilisation. La cuirasse et le cimier des casques sont abandonnés et la diversité chromatique spécifique à la cavalerie se réduit à la couleur bleu horizon. La perte des couleurs distinctives des cavaliers n’est pas sans conséquence sur leur moral, même encore en 1918.

Lire l’intéressant dossier sur  https://www.cairn.info/revue-guerres-mondiales-et-conflits-contemporains-2007-1-page-7.htm

Journal du lundi 31 décembre 1917

Canonnade intermittente en quelques points du front.
Des coups de main ennemis sur nos petits postes au sud de Saint-Quentin, dans la région de Bezonvaux et de Vauquois, sont restés sans succès. Nous avons fait des prisonniers, dont un officier.
Trois avions allemands ont été abattus, dont un par le tir de nos canons spéciaux.
Sur le front britannique, à la suite d’une vive canonnade au nord-est d’ypres, l’ennemi a dirigé une attaque locale contre les positions de nos alliés de la voie ferrée d’Ypres à Staden.
Il a été entièrement rejeté par nos feux.
Un coup de main allemand a échoué au nord de Passchendaele.
Sur le front italien, on ne signale que des actions d’artillerie, plus vives dans le secteur du mont Tomba.
Des aviateurs anglais ont descendu un ballon captif ennemi à Pieve di Solego.
Des aviateurs ennemis ont renouvelé l’incursion sur Padoue, lançant sur la ville plus de vingt bombes explosives et incendiaires. Trois personnes ont été tuées et trois blessées. De nombreux dégâts ont été causés aux monuments et habitations privées.
Un conflit à surgi à Brest-Litowsk entre les délégués maximalistes et les plénipotentiaires des empires centraux au sujet de l’évacuation de la Pologne, de la Lithuanie et de la Courlande par les troupes austro-allemandes.

source: http://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/decembre17.html