Archives du mot-clé irlande

1536/16 octobre 1918

Parution du coup de canon

La guerre plongea la presse dans de nombreuses difficultés matérielles comme la mobilisation des ouvriers des imprimeries et des rédacteurs, la pénurie de papier et enfin la réapparition de la censure. Elle eut pour conséquence la disparition de bon nombre de journaux, 28 titres dès 1914 et une vingtaine encore entre 1914 et en Basse-Normandie. La presse cesse totalement de remplir sa mission d’information pour se transformer en arme de propagande. Peu de choses sont connues sur la création du Coup de canon, bimensuel, qui paraît pour la première fois en . Il s’affiche comme un journal humoristique, milit…éraire et civil, vendu sur abonnement à la tête du client dont les chèques sont refusés c’est trop compromettant. Il se situe au carrefour des journaux satiriques qui virent le jour aux débuts de la Troisième république et des journaux de guerre aux publicités et feuilletons patriotiques, prenant le contre courant des journaux de propagande et de soutien des populations loin du front par des caricatures et dessins caustiques. Le Coup de canon de janvier à novembre est remplacé par Le Crachin Journal humoristique et satirique -1919 et devient Le Crachin 1920-1927. Il paraît quelques mois 1919-1921 sous la dénomination Le Crachin cherbourgeois.

Mort d’un as de l’aviation irlandais

Patrick Anthony Langan-Byrne, « As » irlandais de la WW1, 10 victoires aériennes au sein du 24 Sqn du RFC, est abattu à bord de son D.H.2 A2542 et tué en combat aérien avec l’as allemand Oswald Boelcke du Jasta 2. Boelcke enregistre là sa 34ème victoire.

Mort d’un as de l’aviation allemand

Albert Haussmann, « As » allemand de la WW1, 15 victoires aériennes au sein de quatre Jasta, est abattu dans son Albatros près de Romagne par des tirs anti-aériens. Il abandonne son appareil en flammes, mais son parachute ne s’ouvre pas à temps. Il est tué.

source: http://normannia.info/items/show/190694#?c=0&m=0&s=0&cv=0

Journal du mercredi 16 octobre 1918

Sur l’ensemble du front, nous sommes restés en contact étroit avec l’infanterie ennemie.
Au sud de la Serre, nous avons occupé Monceau-les-Loups, et nous sommes parvenus à un kilomètre au sud d’Assis-sur-Serre. Avec la coopération des troupes italiennes, nous avons enlevé et dépassé Sissonne.
Plus à l’est, malgré une vive résistance de l’ennemi, nous avons progressé sur la rive nord de l’Aisne.
Les Anglais ont repoussé une série d’attaques d’infanterie contre leurs positions à l’est de la Selle, aux environs de Solesmes.
Les armées de Flandre, sous les ordres du roi des Belges, ont attaqué. La 2e armée britannique, progressant de sept kilomètres, a atteint les faubourgs de Menin. L’armée belge a progressé de huit kilomètres vers Thourout.
L’armée française a pris Roulers. Il y a 8000 prisonniers.

source: http://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/octobre18.html

1453/26 juillet 1918: en l’honneur de la 42 ème armée américaine à la ferme de la Croix-Rouge

En l’honneur de la 42 ème armée américaine à la ferme de la Croix-Rouge

…le 167ème régiment d’Alabama, assisté par l’aile gauche du 168ème régiment d’Iowa, a pris d’assaut et capturé la ferme de la Croix Rouge d’une manière qui, par sa bravoure, n’a jamais, à mon avis, été surpassé dans l’histoire militaire. C’est une des rares occasions où l’usage de la baïonnette fut prévalent.

Cette statue en bronze est l’œuvre de James Butler, artiste britannique, membre de l’Académie Royale d’Art de Londres.

Cette superbe œuvre d’art haute de3 mètres, représente un soldat américain qui porte le corps de son compagnon mort. Elle a été érigée sur le site de l’ancienne ferme de la Croix Rouge, dont il ne reste aujourd’hui qu’un pan de mur.

En ce lieu, le 26 juillet 1918, la 42ème Division américaine, la division Arc-en-ciel, maîtrisa avec bravoure de redoutables défenses allemandes. L’assaut par 2 bataillons du 167ème régiment d’infanterie d’Alabama, soutenu par le 168ème régiment d’infanterie d’Iowa, eut lieu sans aucune préparation d’artillerie.

Inattendue et violente, l’attaque des troupes américaines s’effectua à découvert, balayant l’ennemi en quelques heures pour s’emparer de ses positions fortifiées. Tandis que la résistance ennemie s’effondrait, l’ensemble de la 42ème  division s’alignait pour poursuivre l’ennemi en retraite sur 18 km au-delà de l’Ourcq. De nombreux soldats américains qui perdirent la vie pendant ces combats sont enterrés au cimetière américain d’Oise Aisne à Seringes-et-Nesles.

source: http://ville-ferentardenois.com/tourisme-culture-patrimoine/memorial-de-la-42eme-division-americaine/

Le pilote irlandais Edward Corringham abattu

Engagé d’abord dans le Royal Army Medical Corps, Edward rejoint le Royal Flying Corps, le corps d’aviation britannique, en août 1916. Le 7 mai 1917, au cours de la Bataille d’Arras, il remporte sa première victoire aérienne près de Quiéry-la-Motte. Le 26 juillet 1918, son appareil essuie des tirs de mitrailleuses allemandes provenant du sol près de Lestrem et s’écrase. Au total, il remporte 61 victoires. Pour sa carrière d’as, il est décoré à titre posthume de la Victoria Cross. Edward a son nom inscrit sur le Flying Services Mémorial sur lequel sont gravés les noms des 989 aviateurs tombés sur le front occidental et dont la sépulture est inconnue.

source: https://www.regardsdesoldats.com/107-mannock

Journal du vendredi 26 juillet 1918

Au sud de Montdidier, un coup de main nous a permis de ramener une trentaine de prisonniers.
Sur la rive nord de la Marne, l’ennemi a lancé au cours de la nuit une forte contre-attaque dans la région de Dormans. Il a réussi à occuper momentanément un petit bois à 1500 mètres au nord de Tréloup, et le village de Chassins, mais un retour offensif de nos troupes nous a rendu ces deux points peu après.
Au sud de l’Ourcq et dans la région à l’ouest de Reims, actions d’artillerie violentes.
L’ennemi a attaqué un poste anglais au sud de Villers-Bretonneux et y a pénétré; mais une contre-attaque immédiate l’en a rejeté. Un détachement ennemi a attaqué un autre poste britannique au nord de la Somme et a été repoussé. Des prisonniers ont été faits par nos alliés.
Ceux-ci ont légèrement avancé leur ligne au sud du bois Rossignol, dans le secteur d’Hébuterne. Ils ont fait des prisonniers aussi dans ce secteur et capturé 6 mitrailleuses. Activité de l’artillerie ennemie au sud et au nord de la Scarpe, au nord de Lens et en plusieurs points de la partie nord du front anglais.
Le baron Hussarek a été chargé définitivement de former le nouveau cabinet autrichien.

source: http://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/juillet18.html

1429/2 juillet 1918

(Aviation) mort du gallois Percy Griffith Jones

2 juillet 1918.-Mort en combat aérien au dessus du Pas-de-Calais, de Percy Griffith Jones, « As » gallois de la WW1, 5 victoires aériennes au sein du 20 Sqn du RFC, toutes obtenus sur bristol F.2b.

Mort de l’Irlandais Joseph Cruess Callaghan

Mort en combat aérien au dessus de la Somme, à Contay, de Joseph Cruess Callaghan, « As » irlandais de la WW1, 5 victoires aériennes au sein des 18 et 87 Sqns du RFC.
Son Sopwith « Dolphin » D3671 est abattu en flammes par l’as allemand Franz Büchner de la Jasta 13. Il est tué.

source: http://www.crash-aerien.news/forum/ww1-la-grande-guerre-t28679-510.html

Pilote Graillot abattu le 2 juillet 1918 à Sacy le Grand (Oise)

Dans un courrier transmis par une de mes correspondantes, le « mécanicien » (?) Edgar Verdier raconte à ses parents la mort le 2 juillet 1918 de son pilote, « le pauvre Graillot », abattu en vol au cours d’un combat aérien.

Sa fiche sur Mémoire des Hommes et une autre dans le personnel aéronautique indiquent:
Louis Jean Marie Graillot est bien Mort pour la France le 2 juillet 1918 au dessus de Sacy le Grand (Oise)

D’après mes premières indications, il faisait partie de l’escadrille 105 du 2eme régiment de chasse.

extrait d’un forum https://forum.pages14-18.com/viewtopic.php?t=48441

Journal du mardi 2 juillet 1918

Grande activité d’artillerie entre l’Ourcq et la Marne et dans la région à l’est de Reims.
Les aviateurs britanniques ont attaqué l’aérodrome allemand de Frescaty, mais la mauvaise visibilité n’a pas permis d’observer les résultats. Ils ont attaqué également et avec succès, malgré de mauvaises conditions atmosphériques, la Badische Anilin und Soda Fabrik, à Mannheim. Des grosses bombes ont été lancées : six d’entre elles ont éclaté sur l’usine.
Cinq aéroplanes allemands ont attaqué l’escadrille assaillante au-dessus de l’objectif. Trois aéroplanes allemands ont été contraints d’atterrir : deux d’entre eux étaient désemparés. Tous les avions anglais sont rentrés.
Sur le front occidental, 17 aéroplanes allemands ont été abattus, et 6 autres contraints d’atterrir, désemparés.
Les avions et ballons britanniques ont coopéré avec l’artillerie, réglant efficacement le tir contre les batteries et les dépôts de munitions ennemis. Un grand nombre d’explosions et d’incendies a été constaté.
Des photographies ont été prises et de nombreuses reconnaissances faites de jour et de nuit. 22 tonnes d’explosifs ont été lancées en un jour sur différents objectifs; 14 tonnes et demie ont été lancées au cours de la journée suivante.
Nos équipages de chasse ont abattu 15 avions et mis 19 autres appareils hors de combat.
Nos bombardiers ont jeté 47 tonnes d’explosifs ou de projectiles sur les champs d’aviation de la Somme et 5 tonnes et demie sur des troupes allemandes concentrées autour de Cutry.

source: http://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/juillet18.html