Archives du mot-clé mangin

1407/10 juin 1918: Mangin prend le commandement de la Xe armée

Mangin prend le commandement de la Xème armée

Le 10 juin 1918, le général Mangin prend le commandement de la Xe armée et combat à sa tête durant la seconde bataille de la Marne. Entre juillet et août 1918, il lance des offensives entre l’Oise et l’Ourcq. Le 18 juillet 1918, il dirige, du haut de l’observatoire édifié au cœur de la forêt de Retz, la contre-offensive décisive de Villers-Cotterêts; le 29 juillet, les 11e, 20e et 30e corps d’armées s’engagent dans la bataille du Soissonnais et de l’Ourcq et le 2 août, le 1er corps d’armée réoccupe Soissons.

source: https://www.siv.archives-nationales.culture.gouv.fr/siv/rechercheconsultation/consultation/ir/pdfIR.action?irId=FRAN_IR_050756

Journal du lundi 10 juin 1918

Les Allemands ont déclenché une violente préparation d’artillerie depuis la région au nord de Montdidier jusqu’à l’est de l’Oise.
Nos batteries ont intensifié immédiatement leur tir de contre-préparation. A 4 h. 30 du matin, l’infanterie ennemie s’est portée à l’attaque de nos positions, entre Montdidier et Noyon. Nos troupes résistent avec une magnifique vaillance dans la zone de couverture.
Entre Avre et Aisne, nous avons exécuté une opération de détail à l’est de Haute-Braye et gagné du terrain, en faisant une soixantaine de prisonniers.
Au sud de l’Ourcq, nous avons amélioré nos positions à 1’est de Chezy. L’ennemi, qui avait réussi à pénétrer dans nos lignes, vers Vinly, en a été rejeté aussitôt par une contre-attaque. Nous avons enlevé le bois d’Eloup et le bois immédiatement au sud de Bussiares. Ces opérations nous ont donné deux cents prisonniers, dont cinq officiers.
A l’ouest de Reims, après un vif bombardement, l’ennemi a attaqué dans la région de Vregny et a subi des pertes sérieuses sans obtenir de résultat.
Les troupes anglaises ont réussi un coup de main an sud de Beaumont-Hamel et fait trente prisonniers.
Des coups de main ennemis ont été repoussés au sud-est et à l’est d’Arras, et dans le voisinage de Givenchy-lès-la Bassée.
Vive canonnade de Villers-Bretonneux à Albert, et de Givenchy à Robecq.

source: http://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/juin18.html

1411/14 juin 1918: 2ème bataille de la Marne: les Allemands n’avancent plus

2ème bataille de la Marne: les Allemands n’avancent plus

Mangin

A partir du 14 juin 1918, les Allemands n’avancent plus. Leurs lignes de ravitaillement sont beaucoup trop étirées.
Pourtant, le 18 juillet, ils tentent, par une offensive au sud‐ouest de Reims, et une autre au sud‐est, de percer le front par une manœuvre d’encerclement autour de la Montagne de Reims. Les Alliés, tenaces, mettent en échec cette dernière tentative. En particulier, les Italiens qui défendent la vallée de l’Ardre, vont voir plusieurs milliers d’entre eux mourir dans cette bataille. Mais, les Allemands atteignent et franchissent la Marne de part et d’autre de Dormans.

Le 18 Juillet la contre‐attaque de Mangin (10ème Armée) et Degoutte (6ème Armée) se révèle foudroyante. La bataille commence en direction de Fère‐en‐Tardenois, 2000 pièces d’artillerie ouvrent le feu, 13 divisions françaises et 5 américaines, ainsi que 500 chars participent à la bataille avec l’aide de toute l’aviation disponible. Complètement surpris par l’offensive, Ludendorff est contraint de reculer en direction de Fère‐en‐Tardenois et de la vallée de l’Aisne, tout en maintenant des positions sur les hauteurs du Massif de Saint‐Thierry sur la rive droite de la Vesle jusqu’au 30 septembre.

source: http://www.chenay51.fr/medias/files/3-la-deuxieme-bataille-de-la-marne.pdf

Journal du vendredi 14 juin 1918

Nouvelles attaques ennemies entre Montdidier et l’Oise. A notre gauche, elles ont partout échoué. Nous avons progressé dans la région du bois de Belloy et de Saint-Maur, fait 400 prisonniers nouveaux, capturé plusieurs canons et de nombreuses mitrailleuses.
A notre droite, les Allemands avaient repris leurs attaques sur le Matz. Après plusieurs tentatives, ils avaient pris pied sur la rive sud dans le village de Melicocq et sur les hauteurs de la Croix-Ricard. Mais des contre-attaques nous ont permis de ressaisir ces positions et de rejeter l’ennemi sur la rive nord du Matz, en capturant une centaine de prisonniers et des mitrailleuses.
A l’est de l’Oise, les troupes françaises ont effectué leur repli sur la ligne Bailly-Tracy-le-Val-ouest de Nampcel sous la protection de détachements de couverture. Dans la région de Haute-Braye, nous avons repoussé une attaque ennemie et fait des prisonniers.
Au sud de l’Aisne, violents combats. L’ennemi a pris pied à Dommiers, Cutry, puis à l’ouest de ces villages et à l’est de Laversine, dans Coeuvres et Saint-Pierre-Aigle.
Au nord de la Marne, nous avons enlevé Montécourt, les boqueteaux d’Eloup et la partie sud de Bussiares.
Une violente attaque allemande sur le front Bouresches-bois de Belleau, a été brisée par le Américains.

source: http://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/juin18.html