Archives du mot-clé marne

1161/7 octobre 1917:Football:  les Anglais ont joué la Coupe de France !

 Football:  les Anglais ont joué la Coupe de France !

Le 7 octobre 1917, alors que des milliers de soldats tombent au front, le coup d’envoi de la première Coupe de France est lancé. La guerre faisant rage, seuls 48 clubs sont inscrits (contre plus de 7 000 en 2013). Parmi eux, deux équipes anglaises : la British Aviation FC et le London County SC. Inimaginable aujourd’hui !

source: http://www.ouest-france.fr/leditiondusoir/data/911/reader/reader.html#!preferred/1/package/911/pub/912/page/14

source: https://www.franceinter.fr/emissions/la-revue-de-presse/la-revue-de-presse-07-novembre-2008

Ecrite à Sapicourt (Marne) , sa lettre est censurée

« Ma Lilie chérie, Je sens en mon âme une pitié ineffable pour ces glorieux malheureux qui sont victimes de la barbarie humaine. Hélas, moi aussi, je fais partie de cette association infâme. Ma haine est si grande contre ces messieurs les assassins que je ne trouve pas d’expression assez grossière pour les dénommer. Nous vivons au jour le jour. A l’instant bien portants. Et peut-être, dans quelques minutes, morts. Ton petit homme ». Lettre écrite le 7 octobre 1917, à Sapicourt, dans la Marne. Mais elle n’est jamais arrivée… Elle a été saisie par le service de contrôle des Armées, comme la plupart des courriers dans lesquels les Poilus expliquaient trop en détails la terreur de leur quotidien. Des archives bouleversantes, déposées au Fort de Vincennes…

source: https://www.franceinter.fr/emissions/la-revue-de-presse/la-revue-de-presse-07-novembre-2008

(Marine) Un sous-marin allemand victime d’une mine

Un sous-marin allemand datant de la première Guerre mondiale, découvert au large du nord-ouest des Pays-Bas où il s’était échoué en 1917, va devenir une sépulture officielle de guerre, a annoncé mercredi la marine royale néerlandaise.

Le sous-marin, immatriculé U-106, avait été découvert en octobre 2009 en mer du Nord, au nord de l’île de Terschelling, par un navire de la marine néerlandaise, qui cartographiait des routes de navigation, a déclaré la marine dans un communiqué.

« Le navire restera où il a été découvert et deviendra une sépulture officielle de guerre« , précise le communiqué.

Long de 71,5 mètres et pesant 838 tonnes, le sous-marin était sorti en mer pour la première fois en juillet 1917. Il aurait touché une mine anglaise dans la nuit du 7 octobre 1917, après avoir perdu le contact radio.

La découverte n’avait pas été rendue publique jusqu’ici, le gouvernement allemand ayant eu besoin de temps pour retrouver et informer les proches des 41 membres de l’équipage du sous-marin.

source: https://www.rtbf.be/info/societe/detail_pays-bas-decouverte-d-un-sous-marin-allemand-de-14-18?id=5783353

Journal du dimanche 7 octobre 1917 à travers Le Miroir

Divers coups de main ennemis sur nos petits postes, dans la région d’Hurtebise-Craonne sont restés sans succès.
Sur la rive droite de la Meuse, une tentative plus sérieuse sur nos tranchées au nord-ouest de la cote 344 a donné lieu à un vif combat. Nos soldats ont rejeté un groupe d’assaillants qui avaient pris pied dans nos éléments avancés. Notre ligne est intégralement rétablie.
Nous avons réussi plusieurs incursions dans les tranchées adverses au sud de la butte de Souain, au nord-est de Faye-en-Haye et au nord-ouest de Regnéville. Nos détachements ont pénétré jusque dans les lignes de soutien, détruits de nombreux abris et ramené des prisonniers.
Activité d’artillerie intermittente sur la plus grande partie du front.
Sur le front britannique, l’artillerie allemande tonne sans discontinuer, mais aucune action d’infanterie sérieuse n’est signalée. Nos alliés ont fait échouer par leurs feux d’infanterie et de mitrailleuses une tentative de raid au sud de Hollebeke. Les Gallois ont effectué avec succès un coup de main sur la ligne ennemie au sud-est de Gouzeaucourt. Ils ont fait subir des pertes aux occupants.
Le chiffre des prisonniers capturés en deux jours par les troupes britanniques s’élève à 4446, dont 114 officiers.
L’Angleterre et les Etats-Unis ont pris des mesures importantes pour resserrer le blocus.

source: http://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/octobre17.html

Publicités

Dimanche, escale argonnaise à Sainte Ménehould pour découvrir les airs fredonnés par les poilus

Pour leur 4ème étape, les « Itinéraires » ont choisi une fois encore l’Argonne. La même Argonne qui a accueilli le tout premier concert, le samedi 16 septembre dernier au château de Braux Sainte-Cohière.

Ainsi, le dimanche 24 septembre à 17 heures salle de la Cité Valmy à Sainte-Ménehould, nous serons conviés à un voyage qui nous amènera tout simplement « De Harlem à l’ Argonne ».

L’Union musicale de Suippes et le tromboniste Matthias Mahler réinterprèteront les musiques françaises et américaines qui ont accompagné les soldats durant la Grande Guerre: Sambre-et-Meuse et La Marche Lorraine emblématiques des marches des soldats français et le jazz des soldats américains qui composent le Harlem Hellfighters. Deux histoires musicales différentes à une même époque.

Proposé par le Conseil départemental de la Marne et l’Institut de France, le bien nommé festival « Itinéraires 2017 » vous invite chaque week-end (du 16 septembre au 22 octobre), à un voyage musical et théâtral en hommage aux soldats américains de la Grande Guerre. 12 rendez-vous culturels aux quatre coins du département et autant de lieux à part du patrimoine marnais à découvrir ou redécouvrir.

Tarif unique 7€
Gratuit pour les moins de 16 ans
Billetterie ouverte sur site, 30 minutes avant les représentations
Paiement sur place par chèque ou espèces uniquement
Réservation en ligne : marne.fr
Renseignements et informations, du lundi au vendredi au 03 26 69 40 89

Festival itinéraires: des spectacles pour fêter l’entrée des Américains dans le conflit en 1917

Pour la 4e année de commémorations de la Grande
Guerre, le Département met à l’honneur les États-Unis
et fête le centenaire de l’entrée des Américains dans le
conflit en 1917. Aussi, le festival Itinéraires a-t-il décliné toute sa programmation autour de cette thématique : deJoséphine Baker à l’esprit jazzy des Harlem Hellfighters en passant par les vieilles légendes amérindiennes et des créations telles que Daisy the cow, inspirée de l’histoire authentique de la vache Agatha envoyée de New-York aux paysans marnais réduits à la misère.

Par ailleurs, deux journées d’étude intitulées « Le Nouveau Monde dans la Grande Guerre : espoir et enjeux » sont organisées les 9 et 10 novembre sous
la direction du colonel Frédéric Guelton. Elles évoqueront les incertitudes de cette
année, chassées progressivement par l’espoir naissant avec l’arrivée des peuples du «Nouveau Monde ». Une autre manière de rendre hommage à ces hommes venus d’outre-Atlantique.

http://www.marne.fr

Le programme sur –https://www.facebook.com/FestivalItinerairesMarne

1130/6 septembre 1917: troisième anniversaire de la bataille de la Marne

Les chiens ont leur masque à gaz

Les poilus ont pensé à protéger leurs compagnons à quatre pattes des gaz. Le Figaro du 6 septembre 1917 regrette que les chevaux ne puissent pas bénéficier d’une telle protection.

«[…] On a étudié la question d’un masque pour les chevaux, mais sans la résoudre.

Car, pour pouvoir continuer à diriger l’animal, on est obligé de ménager deux ouvertures pour la bride, et par là s’introduisent les gaz.

Cette difficulté n’existant pas pour les chiens, si nombreux aux armées, il a été beaucoup plus facile de les protéger, et les poilus se sont montrés ingénieux. Certains n’ont pas hésité à prêter à leur chien le second de leurs deux masques réglementaires et ont réussi à protéger très bien ainsi les pauvres bêtes.

On nous cite même le truc, vraiment très drôle, de quelques combattants dont les chiens étaient trop petits pour que le masque pût s’adapter à leurs têtes. Ils ont donc, au moment de l’émission des gaz, fourré l’animal dans une caisse et bouché l’ouverture delà caisse au moyen du masque. Ce fut le salut.» écrit Le Figaro du 6 septembre 1917.

source: http://www.lefigaro.fr/histoire/centenaire-14-18/2014/09/06/26002-20140906ARTFIG00099-6-septembre-1917-les-chiens-ont-leur-masque-a-gaz.php

Troisième anniversaire de la bataille de la Marne

Le 6 septembre 1917, une cérémonie présidée par la président de la République Raymond Poincaré commémore au château de Mondement le 3ème anniversaire de la Victoire de la Marne. En 1920, le Parlement décide l’érection d’un monument commémoratif à Mondement. La loi de finance du 31 juillet 1920, par l’article 107, stipule :  » Il sera fait par les soins du Ministère de la Guerre un choix des plus remarquables organisations du front pour être conservées et classées comme monuments historiques. Des monuments seront élevés par la Nation pour perpétuer la mémoire de la première et de la deuxième victoire de la Marne « .

source: https://www.mondement1914.asso.fr/le-monument

Lire aussi: http://www.humanite.fr/bataille-de-la-marne-195-000-morts-et-la-boucherie-durera-quatre-ans-557168

Parution de la baïonnette

source: http://labaionnette.free.fr/1917/b114.htm

Journal du 6 au 12 septembre 1917

Le Ministère Painlevé – A la suite de la démission de M. Malvy, ministre de l’Intérieur, le président du Conseil français avait songé à remanier l’ensemble de son cabinet avant la rentrée des Chambres. A cet effet, il avait demandé à tous ses collaborateurs de se désister de leurs fonctions et il avait reçu du président de la République mandat de former un nouveau ministère. Mais l’opposition qu’il rencontra chez les socialistes empêcha M. Ribot d’aboutir dans ses négociations. M. Painlevé, ministre de la Guerre sortant, fut alors chargé de constituer le cabinet. Après quarante-huit heures de démarches, il soumettait, dans la soirée du 11 septembre, la liste de ses collaborateurs désignés au président de la République lorsqu’un nouvel incident, provoqué encore par les socialistes, fit échouer la combinaison élaborée. Malgré cet échec, M. Poincaré a, dans la nuit du 11 au 12, prié M. Painlevé de reprendre sa tentative sur d’autres bases. Les pourparlers ont enfin abouti à la constitution d’un ministère où M. Ribot conserve le portefeuille des Affaires étrangères mais dans lequel ne figure aucun socialiste. M. Albert Thomas est remplacé à l’Armement par M. Loucheur.
Un scandale diplomatique – Le secrétaire d’Etat américain Lansing a livré à la publicité le texte de télégrammes chiffrés, interceptés et traduits par la sûreté des Etats-Unis, au moyen desquels le comte Luxbourg, chargé d’affaires d’Allemagne à Buenos-Aires, correspondait librement avec Berlin. Cette correspondance était possible grâce à la complicité de la légation suédoise de Buenos-Aires qui transmettait les dépêches en question au ministère des Affaires étrangères de Stockholm, comme étant des messages officiels suédois. La neutralité diplomatique a été de la sorte rompue d’une façon d’autant plus grave que le comte Luxbourg donnait des indications sur les navires argentins qu’il convenait de couler « sans laisser de traces ».

source: http://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/septembre17.html

Reims: sous la toiture en feu, deux obus de 14-18 n’explosent pas!

Samedi 26 août  vers 15h30, les pompiers sont appelés pour un feu au grenier d’un immeuble, vide de ses habitants à ce moment là, dans le quartier Cernay, à Reims.

D’origine indéterminé, le feu a pris du 3ème et dernier étage, un grenier avec différents boxes en bois. ” Quand nous sommes arrivés, les flammes perçaient la toiture ” raconte le chef des opérations à nos confrères de L’Union.

Mais en fouillant les combles, après l’extinction du feu, ils tombent sur deux obus datant de la Première Guerre mondiale!

Les démineurs expliquent que ce sont des “obus toujours actifs“. Ils auraient pû exploser… car percutés, donc tirés sans avoir explosé à l’impact.

Le drame a donc été evité uniquement grâce à la chance pour les quelques vingt soldats du feu présents sur les lieux.

Une munition de mitrailleuse de calibre 12.7 a également été dénichée dans les combles.

Un drôle d’attirail dont la police devra déterminer à qui il appartient. Une enquête a été ouverte.

Tous les locataires actuels vont être relogés.

source:https://www.lenouveaudetective.com/marne-feu-deux-obus-nexplosent-pas/

Retour vers le passé à Cormicy (51): des objets de soldats de la guerre 14-18 refont surface

Samedi à Cormicy dans la Marne, Sputnik, qui était présent sur les lieux, a fait un saut vers le passé grâce aux fouilles archéologiques réalisées par de jeunes chercheurs russes qui ont découvert des objets appartenant à des soldats de la guerre 14-18. Retour sur cet évènement.

100 ans après l’offensive du Général Nivelle qui marquait l’un des épisodes les plus sanglants de la Première Guerre mondiale, le département de la Marne continue de nous livrer de précieux secrets sur le corps expéditionnaire russe. Après la découverte par Pierre Malinowski d’ossements d’un soldat russe   début d’année, de nouvelles fouilles archéologiques à Cormicy ont permis de retrouver de nombreux objets ayant appartenu à ces soldats qui se sont battus durant la guerre de 14-18.

Le quotidien des soldats

Une multitude d’objets a été retrouvée, notamment des casques militaires, des couteaux, d’anciennes armes, des outils de tranchées, des bouteilles, des cuillères et même des briquets. Ces objets, parfois en excellent état, sont les témoins de la vie quotidienne d’un soldat dans les tranchées pendant la guerre. Comme l’expliquait Pierre Malinowski à l’ambassadeur de Russie en France, Alexandre Orlov, le travail des chercheurs a été fastidieux mais ils ont fait preuve d’une très grande méticulosité afin de ne pas détériorer ces trouvailles. Et le résultat est stupéfiant.

La suite sur: https://fr.sputniknews.com/societe/201708281032823832-fouilles-archeologie-russie-france/