Archives du mot-clé montfaucon

1516/26 septembre 1918: offensive Française en Champagne et en Argonne

Offensive Française en Champagne et en Argonne

source carte https://www.google.fr/search?q=1918+champagne+argonne&safe=active&source=lnms&tbm=isch&sa=X&ved=0ahUKEwjYm6r33oPdAhXtz4UKHe_2DogQ_AUIDCgD&biw=1280&bih=605#imgrc=Jjw3X56u1UxbgM:

Le 26 septembre, à 5 h25, les infanteries française et Américaine se lancent à l’assaut. Seuls, les obstacles accumulés ralentissent l’élan des assaillants, car les Allemands sont prostrés dans leurs abris et leur artillerie ne réagit que mollement.

Devant Gouraud, tous les objectifs sont enlevés de haute lutte par les Français.

La 22e division française, celle du Chemin-des-Dames dont le général Spire a pris le commandement, s’empare du tas de gravats qui fut la Ferme Navarin; les divisions Françaises des Généraux Michel et Schmidt enlèvent brillamment la Butte de Souain et le mont Muret au cours de combats acharnés où les 149e, 158e, 170e et 174e,  409e régiments d’infanterie et les 1er et 31e bataillons de Chasseurs se couvrent de gloire; les Tirailleurs de la 2e division Française chassent l’ennemi de la Butte du Mesnil, et les 163e,  215e et 363e régiments d’infanterie  de la division Française du Général Leboucq conquièrent les hauteurs de la rive nord de la Dormoise.

Les 272e,  51e et 87e régiments d’infanterie Française de la division Nayral de Bourgon enlevaient aussi la Galoche, les Mamelles et le Fourmilier, au-delà de la Dormoise, tandis que les 44e,  60e et 35e régiments d’infanterie de la division Baston s’emparaient de Tahure et de la Butte de Tahure.

A la même heure, les 230e et 299e régiments d’infanterie, avec les 50e,  71e et 66e bataillons de Chasseurs de la division  du Général Lardemelle se rendaient maîtres de la Main-de-Massiges, et les cuirassiers et dragons de la 1ere division de cavalerie à pied avançaient vers Cernay-en-Dormois.

Ce jour-là, l’Armée française du général Gouraud avait capturé 13 000 prisonniers Allemands et 300 canons, et porté son front à 5 ou 6 kilomètres plus au nord.

Les Chars d’assaut français ( notamment les FT17 de Renault) avaient fait merveille.

Les Américains ont magnifiquement progressé, eux aussi, et ont pénétré profondément dans les organisations ennemies bouleversées. En Argonne, le 1er Corps d’Armée, se glissant dans les fourrés, a dépassé le Four-de-Paris; le 5e Corps a enlevé Vauquois et Varennes ; le 3e Corps a refoulé l’ennemi depuis Malancourt jusqu’aux abords de Montfaucon. De ce côté, l’avance dépasse 7 kilomètres et on dénombre 7,000 prisonniers.

La journée du 27 Septembre est une rude journée de combat. Sentant tout le danger pour ses communications d’une progression sensible des Alliés vers Mézières, Le Général Allemand von Einem, après avoir mis en ligne ses dernières disponibilités, appelle à grands cris des renforts, que Ludendorff se hâte de lui envoyer.

Malheureusement pour les Allemands, leur artillerie, par trop prudente, s’est portée tellement en arrière que son intervention dans la bataille est peu efficace.

Tout le danger, pour les assaillants, vient d’innombrables mitrailleuses Allemandes savamment dissimulées, qui se dévoilent au dernier moment et causent des pertes sérieuses à nos tirailleurs trop ardents; on commence à se heurter maintenant à des contre-attaques vigoureuses prononcées par des troupes nouvelles.

Le 21e Corps d’Armée française gagne cependant encore 2 kilomètres et parvient jusqu’au bois de la Pince; le 2e Corps Français, en dépit des difficultés du terrain, avance de 3 kilomètres; Le 9e Corps Français s’empare de Grateuil et de Fontaine-en-Dormois;

le 11e Corps Français subit de puissantes contre-attaques qui retardent ses progrès, mais sans réussir à les enrayer.

Les Américains progressent aussi de 2 ou 3 kilomètres, en dépit des vigoureuses contre-attaques que l’ennemi déclenche vers Montfaucon.

source: http://chtimiste.com/batailles1418/1918champagneargonne.htm

lire aussi: http://www.cheminsdememoire.gouv.fr/fr/1918-lassaut-final

Les batailles de Montfaucon et Cheppy

A 24 heures d’intervalle, se déclenchent trois grosses opérations qui s’étendent sur de grandes parties du front. Le 26 septembre, c’est l’attaque double des Américains sur la rive gauche de la Meuse et de l’Armée Gouraud en Champagne. Le 27, l’Armée britannique du général Byng attaque devant Cambrai. Enfin, le 28, l’Armée belge, appuyée par l’Armée britannique Plumer, attaque en Flandre. Ensuite la bataille s’allume partout à la fois et continue sans arrêt. Toutes les forces disponibles de l’A. S. sont engagées sur les diverses parties du front. De ce vaste ensemble d’opérations, s’étendant sur un théâtre plus grand qu’il n’avait jamais été, nous suivrons seulement les engagements de chars, dans les cadres relativement étroits où leurs forces, malheureusement trop réduites, leur permettaient d’intervenir.

Des reconnaissances faites au début de septembre en vue d’une attaque entre Meuse et Argonne, il résultait que notre première ligne étant barrée par le ruisseau de Forges et les Bois de Malancourt et de Cheppy, et le terrain occupé par l’ennemi étant bouleversé par notre artillerie sur une profondeur de 4 à 6 kilomètres, les chars ne pouvaient pas de façon générale intervenir utilement sur ce front avant qu’on ait atteint la ligne Gercourt-Cuisy-Véry.

Au delà de cette ligne, trois zones paraissaient particulièrement favorables à l’emploi des chars :
– 1e une coulée orientée S. N., à l’est de Montfaucon, sur l’axe Septsarges-Nantillois ;
– 2e une autre coulée orientée S. E.-N. O., de l’ouest de Montfaucon au bois de Cierges ;
– 3e enfin une zone comprise entre l’Aire et la route Charpentry-Romagne.

L’Armée américaine devant attaquer dans cette région, trois corps d’armée en furent chargés: le 3e à droite, le 5e au centre, le 1er à gauche. Le 5e et le 1er mettaient trois divisions en ligne ; c’est à eux que les chars furent attribués. Leur répartition fut analogue à celle qui avait eu lieu dans l’opération de Saint-Mihiel. Les trois bataillons de chars légers du 505e Régiment, renforcés par le 17e Bataillon et deux groupes Saint-Chamond, sous le commandement du commandant Mare, sont affectés au 5e Corps U. S. et doivent opérer à droite et à gauche de Montfaucon.

Pour permettre aux chars de franchir les premières positions américaines et les organisations allemandes, les pionniers devaient établir une piste par division jusqu’à la lisière nord du Bois de Montfaucon. Les deux groupes Schneider du groupement IV et les deux bataillons américains de chars légers, placés sous le commandement du colonel Patton, étaient affectés au 1er Corps U. S. pour opérer dans la zone voisine de l’Aire. En principe, les chars ne devaient intervenir qu’au delà de Véry.

source: http://aufildesmotsetdelhistoire.unblog.fr/2012/09/27/le-26-septembre-1918-–-les-batailles-de-montfaucon-et-cheppy/

(Aviation) William Benson Craig tué en combat aérien

William Benson Craig, « As » canadien de la WW1, 8 victoires aériennes au sein du 4N Sqn du RNAS, puis du 204 Sqn du RFC, toutes obtenues sur Sopwith « Camel », est tué en combat aérien dans le secteur de Blankenberge, en Belgique, abattu et tué par l’as allemand Christian Kairies, du MFJ V.

Crash de l’italien Ernesto Cabruna

Ernesto Cabruna, « As » italien de la WW1, 8 victoires aériennes dont 1 en collaboration, est (Fractures et brûlures) lors du crash de l’Ansaldo A.1 « Balilla » qu’il est en train d’essayer à Castenedolo.
Le dernier SPAD VII de Cabruna est préservé et exposé au Musée de Vigna di Valle.

source: http://www.crash-aerien.news/forum/ww1-la-grande-guerre-t28679-1230.html

Journal du jeudi 26 septembre 1918

A l’ouest de Saint-Quentin, nos troupes, en liaison avec l’armée britannique, ont réalisé une avance, en prenant Francilly-Selency, l’épine de Dallon et le village de Dallon.
Nous avons fait 500 prisonniers aux lisières ouest de Giffécourt, et capturé un certain nombre de mitrailleuses.
Sur le front de la Vesle, au cours d’une violente attaque dans la région de Glennes, l’ennemi a réussi à prendre pied dans nos éléments avancés. Un retour offensif de nos troupes a rétabli intégralement notre ligne et nous a donné 50 prisonniers.
Nous avons repoussé des coups de main ennemis en Champagne et en Lorraine.
Les Anglais ont progressé dans le voisinage de Selency et de Grécourt. Deux contre-attaques ennemies ont échoué près de Grécourt. Des prisonniers ont été faits. Plus d’un millier d’Allemands ont été capturés sur ce front.
Nos alliés ont avancé légèrement leur ligne au sud-est d’Inchy. Ils ont effectué un raid heureux près de Wulverghem.
En Macédoine, les Anglais continuent la poursuite des Bulgares dans la région du lac Doiran. Leur cavalerie s’avance dans la direction de la Stroumitza.
En Palestine, le chiffre des prisonniers faits aux Turcs dépasse 40000.

source: http://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/septembre18.html