Archives du mot-clé mulhouse

1591/10 décembre 1918

MM. Poincaré et Clémenceau à Mulhouse

source: http://cartespostales.eu/mulhouse/84178-MULHOUSE___MM__Poincar__et_Cl_menceau___Mulhouse_le_10_d_cembre_1918_-_tr_s_bon__tat.html

Journal du mardi 10 décembre 1918

MM. Poincaré et Clemenceau ont fait dans Metz une entrée triomphale. De vibrants discours ont été prononcés. Le bâton de maréchal a été remis officiellement à Pétain.
La 3e armée américaine a atteint la ligne Meckenheim- Kempenich.
Les combats continuent à Berlin. Le groupe Spartacus y prépare sa revanche. Ebert a refusé la présidence de la République et ordonné de mettre en liberté le Comité exécutif des ouvriers et soldats, mais il a fait entrer de nouvelles troupes dans la capitale.
Des troubles ont eu lieu aussi à Munich où Kurt Eisner a dit intervenir plusieurs fois.
La Suède a rompu avec le gouvernement bolchevik auquel elle reprochait la propagande organisée par l’envoyé Vorovsky.
Une bombe allemande a explosé à Gand en faisant de nombreuses victimes.
MM. Venizelos et Politis sont partis pour la France.
Le prince Alexandre de Serbie a dû ajourner son voyage à Paris car il veut avant tout reconstituer à nouveau le cabinet.
M. Wilson a offert sa médiation au Pérou et au Chili. Cette proposition, que l’Argentine secondera, semble avoir été bien accueillie par le gouvernement chilien.
Un certain nombre de grands industriels rhénans ont été emprisonnés sur l’ordre des conseils d’ouvriers et soldats, et inculpés de haute trahison.

 

7/ Journal de la Grande guerre: 11 août 1914

5 JOURNAL GUERRE 4 AOUT 1915

Suite de l’éphéméride de la grande guerre à partir des infos de l’hebdomadaire L’illustration + des documents personnels. (Photo de tête : des infirmières de la Croix-Rouge en partance pour la Belgique. Photo Le miroir)

11 août 1914 (mardi)

Les poteaux frontière de Petit-Croix au territoire de Belfort. C’est ici que les Allemands ont fait leur première incursion sur le territoire français, alors que la guerre n’était pas déclarée. (photo Le miroir)

France.-Au cours de la nuit le corps d’armée badois (14ème) et une partie du 15 ème allemand ont attaqué la brigade française qui avait poussé une pointe à Mulhouse.

« Nos troupes se sont repliées à l’arrière leur mission étant terminée. Nous sommes installés sur des positions solides, que l’ennemi a attaquées en vain. Notre situation stratégique demeure la même, excellente. »

« Nos troupes sont, presque sur tout le front, en contact avec l’ennemi. Des petits engagements, qui , tous ont tourné à notre avantage se sont produits. Les Allemands se sont présentés devant Longwy et l’ont sommé de se rendre; on devine quel fier refus a été opposé à leur démarche. »

Lanciers belges parcourant les rues de la ville en sonnant de la trompette. "Chaque matin à travers les villes belges, des landiers, tels les hérauts d'armes du temps jadis, on fait,  au milieu des acclamations du peuple ému, l'appel des hommes valides. Simplement et sans forfanterie, les volontaires s'engagent en masse pour combattre, aux côtés des troupes alliées, les "Barbares" qui se livrent à des actes de brutalité inouïe. La Belgique a frémi d'indignation. Elle palpite de foi patriotique et son élan irrésistible la place au premier rang dans l'histoire contemporaine.
Lanciers belges parcourant les rues de la ville en sonnant de la trompette. « Chaque matin à travers les villes belges, des landiers, tels les hérauts d’armes du temps jadis, on fait, au milieu des acclamations du peuple ému, l’appel des hommes valides. Simplement et sans forfanterie, les volontaires s’engagent en masse pour combattre, aux côtés des troupes alliées, les « Barbares » qui se livrent à des actes de brutalité inouïe. La Belgique a frémi d’indignation. Elle palpite de foi patriotique et son élan irrésistible la place au premier rang dans l’histoire contemporaine. (photo Le miroir)

Belgique.-Le roi a installé son quartier général à Louvain. Des engagements ont commencé le 10 entre Saint Trond et Tirlemont, mettant aux prises des forces importantes de cavalerie allemande pourvue de mitrailleuses et des landiers belges envoyés contre elles. Le lutte se poursuit. Landen, occupé momentanément par les Allemands, est repris. L’ennemi partout tenu en respect. La cavalerie française est sérieusement entrée en action.

Pays-Bas.-La Hollande a achevé sa mobilisation. L’état de guerre est proclamé dans le Brabant, leLimbourg, la Zélande et une partie de la Gueldre.

Une page de réclame

R53 AOUT1914