Archives du mot-clé Nicole Slak Jones

Emouvante commémoration de l’entrée en guerre

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

9 3AOUT201400 3AOUT2014

Beaucoup de monde, de couleurs, de ferveur et d’enfants ce matin autour du monument aux morts de la Place de la République pour les commémorations rémoises de l’entrée dans la Grande Guerre 14-18.

21 3AOUT2014

En présence des autorités, civiles et militaires et de nombreuses associations d’anciens combattants, le député maire Arnaud Robinet  a présidé une cérémonie auxquels de nombreux enfants ont été associés. Après un poignant appel de 100 noms de soldats « morts pour la France »par deux jeunes écoliers, plusieurs dépôts de gerbes avec des enfants, le sous-préfet, le ravivage de la flamme par Corentin Thomas, c’est la chanteuse de gospel, l’américaine Nicole Slak Jones qui a interprété une vibrante Marseillaise, reprise par l’Harmonie municipale.

1 3AOUT2014

4 3AOUT2014

16 3AOUT2014Temps de paix

Le député maire Arnaud Robinet a ensuite expliqué le symbole de cette journée.

« Aux enfants de Reims tombés au champ d’honneur, que ce monument offert par notre ville meurtrie exprime à jamais son deuil et sa fierté. »

« Simple et emprunte de beaucoup d’émotions, de douleurs et de respect à la fois, cette phrase exprime solennellement combien notre présence, ici en ce 3 août 2014 est chargée de sens. Symbole de la reconstruction de notre ville, ce site inspire à la fois le respect, l’humilité, le souvenir et la force! Il représente la marque de la mémoire de Reims à jamais inscrite dans la pierre! La mémoire de quatre années de bombardements, où, inlassablement, de jour, comme de nuit, pendant 1051 jours, 1600 obus détruisirent notre patrimoine ancestral et tuèrent des milliers de Rémois, soldats et civils, défigurant notre cité pour de longues décennies?

Cette cérémonie a donc pour chacun d’entre nous un sens particulier.

3 août 1914: la France entre en guerre contre l’Allemagne. A Reims comme partout sur le territoire les hommes sont mobilisés. Les femmes et les enfants sont appelés à remplacer les hommes, dans les usines et aux travaux des récoltes.

3 Août 2014: 100 ans après, nous honorons la mémoire de tous ceux et toutes celles qui se sont trouvés impliqué dans ce conflit tragique. Pour autant, il ne s’agit pas pour nous de figer les stigmates du passé.

Il s’agit véritablement de rendre hommage par notre recueillement, à l’ensemble de ceux qui, souvent jeunes, venus de tous horizons, payèrent de leur vie cette Liberté que nous chérissons tant.

Il s’agit enfin, d’illustrer le poids d’un des évènements majeurs de l’histoire de notre pays, de l’Europe et du monde.

Il s’agit de se souvenir. De notre émotion et de notre recueillement doit naître une formidable envie de vivre . C’est là tout le paradoxe, mais aussi tout le sens de cet hommage.

Aux familles pour exalter la grandeur de leur sacrifice.

26 3AOUT2014

Ce conflit père, 100 ans après, dans notre mémoire collective: il a le plus marqué la littérature, le cinéma, l’art, en France comme à l’étrnager.

Il a touché et souvent meurtri, toutes les familles françaises, mais aussi celles des pays qui nous sont venus en aide. Il rassemble encore aujourd’hui de nombreux souvenirs personnels.

Dans quelle famille ne conserve t-on pas la photo du  grand-père ou de l’arrière grand-père tombé ou rentré  blessé?

Nous venons d’entendre les enfants citer 100 noms de Rémois « morts pour la France », cent noms parmi les milliers que compte notre cité », cent noms pour ne pas oublier que 36% des morts pour la France n’avaient pas 25 ans.

14-18 est profondément inscrit dans l’âme française et si rendre hommage est essentiel, transmettre la mémoire est un devoir.

Aux générations nouvelles pour qu’elles sachent et se souviennent

Il y a quelques semaines, j’ai ouvert le cycle mémoriel des commémorations de la Grande Guerre 14-18 de Reims au Fort de la Pompelle en présence des enfants de nos écoles. La force de l’Histoire, une Histoire qui est notre patrimoine commun, se trouve dans la transmission de cette moire si précieuse aux jeunes générations.

A ces enfants, qui ont en juillet exploré, accompagné de nos aînés les tumultes de 14-18, je veux dire aujourd’hui que ces commémorations sont pour eux. C’est à vous que nous nous adressons ce matin. Demain c’est vous qui continuerez à tenir allumé et à raviver cette flamme de la mémoire vivante. Cette commémoration du Souvenir de l’entrée en guerre est donc, grâce à vous résolument tournée vers l’avenir.

Je souhaite donc remercier chacun d’entre vous, et toust particulièrement l’ensemble des parents présents ce matin, d’avoir accepté de se joindre à moi pour ce temps fort de notre cycle  mémoriel de la Grande guerre 14-18.

Par nos actes, par nos temps de commémoration, par les récits que nous allons véhiculer jusqu’en 2018, nous raviverons le souvenir de ces héros dont le destin a contribué à créer nos conditions actuelles de Paix et d’histoire de l’Europe.

N’oublions jamais. »

Lâcher de ballons et l’hymne à la joie

Avant de se retrouver pour un verre de l’amitié sous les halles, le public et tous les autres participants ont pu voir un superbe lâcher de ballons tricolores auxquels les enfants des centres aérés avaient accrochés des textes personnels tandis que Nicole Slack Jones interprétait l’Hymne à la joie accompagnée par l’harmonie municipale.

A 12 heures, les oreilles attentives ont pu ensuite entendre sonner les cloches des églises de Reims.

Sur TF1

Capture d’écran 2014-08-04 à 17.36.21

http://videos.tf1.fr/jt-we/2014/centenaire-de-la-1ere-guerre-mondiale-reims-se-souvient-8462051.html