Archives du mot-clé nord

219/Journal de la grande guerre: 11 mars 1915

Journal du Roubaisien Paul Destombes

1650788732_B974927259Z.1_20150304100500_000_G8243BIDU.2-0Qui eût pensé, il y a un an, quand nous assistions aux brillantes et bruyantes fêtes de la Mi-carême à Nice, qu’en 1915, à la même date, nous aurions vécu des journées d’affreux isolement ? Comme le Mardi Gras, le jeudi de la Mi-carême s’écoule dans le grand calme de l’attente ! Les Allemands affichent une victoire d’importance en Champagne, pareille à celle qu’ils auraient remportée sur les Russes aux lacs Mazures. En ce jour de Mi-carême, ils s’accordent l’unique déguisement qui est permis : celui de la Vérité.

Un aéroplane anglais a lancé deux bombes sur une station téléphonique installée au sommet de la nef de Saint-Martin. L’église en a souffert naturellement ; mais l’opération a eu un résultat important pour les communications allemandes.

En me promenant dans le voisinage de la gare, j’assiste au chargement d’un des nombreux trains qui emportent nos dépouilles en Allemagne. Je vois des wagons marqués Berlin, Cologne, Munich, où sont empilés des bois de charpente, d’importantes pièces mécaniques, des tours qui proviennent soit de nos usines, soit des ateliers de nos principaux constructeurs : Devallée, Paulus, Rys-Catteau. Chez ces derniers, on signale l’enlèvement de métiers brevetés, inconnus jusqu’alors en Allemagne ; c’est une belle « proie » comme disent nos ennemis dans leurs bulletins de victoires. En 1870, ils « faisaient » les pendules ; en 1915, ils sont plus pratiques.

La SUITE:  http://www.il-y-a-100-ans.fr/journal-d-un-roubaisien/journal-de-paul-destombes-du-7-au-11-mars-1915-n2807

Sur le traitement des prisonniers allemands

Article tiré de l’écho des marchés à Issoudun.

http://www.issoudun.fr/fileadmin/images/Patrimoine/MoisDocMars2015/EDM_19150311_Traitement-des-prisonniers-allemands.jpg

Le réseau d’ Ernest Deceuninck exfiltre un aviateur anglais

né à Saint-André en 1877

Ernest Deceuninckétait représentant de commerce à Armentières. En août 1914, il fut mobilisé et participa aux combats qui se déroulaient dans la région de Tournai. Ernest rencontra quelques temps après Eugène Jacquet et intégra son organisation. Le groupe organisait le rapatriement en France non occupée et en Angleterre des soldats français et anglais qui voulaient rejoindre les lignes alliées. Ernest mit sur pieds la plupart des réseaux d’évasion. L’organisation ne rencontra aucun obstacle véritable. Mais les difficultés apparurent lorsque les évasions devinrent fréquentes. Le 11 mars 1915, les membres de l’organisation aidèrent l’aviateur anglais Mapplebeek à s’éloigner de Lille et à rejoindre les Alliés.

http://circuit1418.free.fr/14-18page6.htm

Blessé le général Maunoury atteint de cécité totale

general-maunoury_le-raincyLe 11 mars 1915, allant visiter les installations du 8ème corps à l’ouest de Soissons, le général Maunoury est blessé par une balle qui lui traverse la tête, enlevant un œil et blessant gravement l’autre, il reçoit la médaille militaire sur son lit d’hôpital le 14 mars 1915 et survit à cette terrible blessure mais est atteint de cécité totale.

http://www.leraincy.fr/content/article/evenement-en-septembre

Lettre à Lou de Guillaume Appolinaire

 Nîmes, le 11 mars 1915.

De toi depuis longtemps je n’ai pas de nouvelles

Mais quels doux souvenirs sont ceux où tu te mêles,
Lou, mon amour lointain et ma divinité,
Souffre que ton dévot adore ta beauté !
C’est aujourd’hui le jour de la grande visite
Et, tous, mon cher amour nous partirons ensuite.
C’est question de jours. Je ne te verrai plus
Ils ne reviendront plus les beaux jours révolus…

Sais-je, mon cher amour, si tu m’aimes encore ?
Les trompettes du soir gémissent lentement
Ta photo devant moi, chère Lou, je t’adore
Et tu sembles sourire encore à ton amant.

J’ignore tout de toi ! Qu’es-tu donc devenue ?
Es-tu morte es-tu vive et l’as-tu renié
L’amour que tu promis un jour au canonnier.
Que je voudrais mourir sur la rive inconnue !

Que je voudrais mourir dans le bel Orient
Quand, Croisé, j’entrerai fier dans Constantinople.
Ton image à la main, mourir en souriant
Devant la douce mer d’azur et de sinople(1) !..

Ô Lou, ma grande peine, ô Lou, mon cœur brisé,
Comme un doux son de cor ta voix sonne et résonne,
Ton regard attendri dont je me suis grisé
Je le revois lointain, lointain et qui s’étonne

Je baise tes cheveux, mon unique trésor,
Et qui de ton amour furent le premier gage
Ta voix, mon souvenir, s’éloigne, ô son du cor.
Ma vie est un beau livre et l’on tourne la page

Et souviens-toi parfois du temps où tu m’aimais

30   L’heure
Pleure
Trois
Fois
[…]

Guillaume APOLLINAIRE, Lettres à Lou.

(1) sinople : couleur verte
(2) Adieu mon Lou mes larmes tombent. Je ne te reverrai plus jamais Entre nous deux, ma Lou, se dresse l’Ombre

Ecrivain mort à la guerre

Louis Sailhan – 1880 – 11 mars 1915 à Perthes-les-Hurlus (Champagne).Poète.

Lu dans Le Miroir en date du jeudi 11 mars 1915

France. Belgique: Les Allemands bombardent Nieuport, en Flandre, avec des canons de 42 centimètres. Entre la Lys et le canal de La Bassée, l’armée anglaise, appuyée par notre artillerie lourde, a remporté un sérieux succés. Elle a pris le village de Neuve-Chapelle et progressé au nord-est et au sud-est de cette localité, en capturant un millier d’hommes et en infligeant de grosses pertes à l’ennemi.
En Champagne, toutes les contre-attaques allemandes ont été repoussées : nous avons consolidé nos positions. Les pertes ennemies, ici aussi, sont très sensibles.
En Argonne, nous démolissons un blockhaus et enlevons des tranchées. Un combat se livre entre le Four-de-Paris et Bolante. Sur les Hauts-de-Meuse, nous avons bouleversé des tranchées ennemies.
Un huitième sous-marin allemand a été coulé.
Italie.-Une entrevue, qui provoque beaucoup de commentaires, a eu lien à Rome, entre MM. Salandra et de Bülow.
La déclaration du nouveau cabinet grec est trop vague pour qu’on puisse en inférer une conclusion quelconque

 

Guerre 14-18 : « Qu’il reste une trace de mon père, aviateur, quelque part »

Sur le site de La Voix du nord

Françoise Peuvion-Hézèques et Patrick Le Petit, étaient venus confier des documents personnels sur la Grande Guerre dans le cadre d’une collecte des Archives départementales en janvier. Nous avons eu envie d’en savoir plus sur l’histoire de leurs aïeux. Ils nous ont ouvert leurs portes… et leurs souvenirs.

http://www.lavoixdunord.fr/region/guerre-14-18-qu-il-reste-une-trace-de-mon-pere-ia31b0n2656892

Dunkerque : Exposition itinérante « La mer en guerre »

A l’occasion du centenaire de la première guerre mondiale, la préfecture maritime de la Manche et de la mer du Nord et le Service historique de la défense de Cherbourg ont souhaité s’associer pour présenter une exposition consacrée aux aspects maritimes souvent méconnus de la Grande Guerre en Manche – mer du Nord.(…)

La suite sur….

La première étape de La mer en guerre aura lieu à l’hôtel de ville de Dunkerque du 28 janvier au 6 février 2015.

http://www.meretmarine.com/fr/content/centenaire-14-18-exposition-itinerante-la-mer-en-guerre

(vidéo)Roubaix: 800 petits soldats de laine de la guerre 14-18 défilent à la piscine

A lire sur le site de FranceTV info

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La Piscine de Roubaix accueille jusqu’au 12 avril 2015 « Multitude », une armée de petits soldats de laine en marche vers leur destin. Imaginée par le collectif Delit Maille, l’installation de la plasticienne Anna aidée par 500 tricoteuses du monde entier est une évocation discrète et émouvante de la première guerre mondiale.

http://culturebox.francetvinfo.fr/expositions/sculpture/800-petits-soldats-de-laine-de-la-guerre-14-18-defilent-a-la-piscine-de-roubaix-209279

 

Neuville-Saint-Vaast : le monument de la fraternisation de Noël 1914 a trouvé ses financeurs

Sur le site de La Voix du Nord

Sur Internet, via la plateforme européenne de financement participatif Ulule, plus de 50 000 € ont été collectés pour contribuer à l’hommage rendu aux soldats de 14-18 sortis des tranchées à la rencontre de leurs ennemis.

L’idée d’ériger un monument de la fraternisation dans ce village rayé de la carte lors de la Grande Guerre revient à Christian Carion (photo) . Le réalisateur de Joyeux Noël a voulu exaucer le vœu formulé depuis les tranchées neuvilloises par le soldat et écrivain Louis Barthas le 10 décembre 1915.

http://www.lavoixdunord.fr/region/neuville-saint-vaast-le-monument-de-la-fraternisation-de-ia29b6460n2585037

Catillon : durant la Première Guerre mondiale, le sort s’est acharné sur la famille Fleury

A lire sur le site de la Voix du Nord

La famille Fleury, dont l’origine catillonnaise s’inscrit très loin dans le passé, a payé un très lourd tribut à la guerre. Sept de ses enfants sont morts durant la guerre 14-18 et un autre lors de la Seconde Guerre mondiale. Tous étaient des descendants d’Isidore Fleury et d’Augustine Régnier, nés à Catillon.

http://www.lavoixdunord.fr/region/catillon-durant-la-premiere-guerre-mondiale-le-sort-ia14b45239n2580180

Dimanche 20 décembre 1914 : on se bat à Souchez, Notre-Dame de Lorette et Aix-Noulette

A voir sur le site de L’Union- La Voix du Nord

Politique, société, culture, sport, insolite, qu’elle soit nationale, internationale ou régionale, retrouvez ce qui faisait l’actu dans nos journaux il y a tout juste cent ans…

Situation en France

De plus en plus d’articles paraissant dans les journaux parisiens décrivent l’emprise allemande sur les territoires envahis. Voici un exemple dans le journal Le Temps qui publie un article annonçant l’interdiction du français à Mulhouse : « Le commandant de la place de Mulhouse a fait afficher l’arrêté suivant :

Toutes les enseignes en français et en anglais doivent, d’ici à dix jours, disparaître des rues et lieux publics. Il est interdit de se servir de papier lettre ou d’enveloppes à en-tête français. Il est également interdit de se servir de formulaires ou d’imprimés rédigés en français. Toutes les affaires doivent se traiter en allemand.

Le commandant de la place de Saverne a rendu un arrêt plus sévère encore :

Nous rappelons au public, lit-on dans la conclusion de cet « avis », qu’il est expressément interdit de parler français en public. Toute personne qui, sans raison majeure, fait usage de cette langue, s’expose à être arrêtée et poursuivie devant les tribunaux. »

Sur le plan militaire le communiqué officiel indique que : De la Lys à l’Aisne

Nous avons enlevé un bois près de la route d’Aix-Noulette-Souchez et occupons ainsi toute la première ligne de tranchées allemandes entre cette route et les premières maisons de Notre-Dame-de Lorette (sud-ouest de Loos).

La SUITE sur : http://www.il-y-a-100-ans.fr/ce-qu-il-se-passait-il-y-a-100-ans/dimanche-20-decembre-1914-on-se-bat-a-souchez-notre-dame-de-lorette-et-aix-noulette-n2216