Archives du mot-clé nord

Frelinghien: marcher sur le site de la Trêve de Noël

Sur le site de La Voix du Nord.fr. Par Christelle Jeudy. Photo: Baziz Chibane.

Ici, il y a presque trente ans, tout n’était que pâtures et champs inondés. Et il y a cent ans, sur une ligne de front désormais invisible, soldats allemands d’un côté, gallois et britanniques de l’autre, se livraient un combat féroce. Une guerre de tranchées dont le petit village est sorti quasiment exsangue.

La SUITE: http://www.lavoixdunord.fr/culture-loisirs/frelinghien-marcher-sur-le-site-de-la-treve-de-noel-ia0b0n2522930

 

Armentières : dans l’horreur de la Première Guerre, la trêve de Noël éclaira la nuit

Sur le site de La Voix du Nord PAR CHRISTELLE JEUDY

Armentières poursuit sa commémoration de la Première Guerre mondiale en accueillant une exposition internationale et itinérante qui retrace la belle histoire de la « Christmas Truce ». C’était à Noël 1914 à Frelinghien.

http://www.lavoixdunord.fr/region/armentieres-et-soudain-dans-l-horreur-de-la-premiere-ia11b0n2522637

(Vidéo)il y a cent ans : Emilienne Moreau, l’héroïne de la fosse 15

A voir sur le site de France info TV

Héroïne de l’ombre, Jeanne d’Arc des mineurs… Emilienne Moreau c’est la vaillance d’une fille des corons, résistante de ce bassin minier occupé par les Allemands…

http://france3-regions.francetvinfo.fr/nord-pas-de-calais/2014/10/19/14-18-il-y-cent-ans-emilienne-moreau-l-heroine-de-la-fosse-15-573388.html

57/Journal de la grande guerre: le 30 septembre 1914, fusillé pour l’exemple

Mercredi 30 septembre 1914

-la-destruction-de-la-cathedrale-de-reims-

Journal du Rémois Henri Jadart (extraits)

La bataille cette nuit a été violente, comme on le prévoyait hier, et continuait encore le matin, tant que la crainte des obus nous a fait gagner la cave vers 5 heures.

Toutefois, les choses paraissent s’améliorer, car on va ouvrir la poste.

Je visite dans la matinée l’archevêché, où rien ne subsiste du mobilier ni des livres de l’Académie. Le galetas qui lui servait de dépôt depuis si longtemps s’est effondré sur les salles du premier étage, où étaient exposés les bronzes et torques du Musée archéologique.

« Les papiers brûlent encore » me dit le gardien Huart; on ne déblaie rien dans ces salles, où d’ailleurs nul ne pénètre, selon l’ordre de M.le maire. Plus tard, on y fera des fouilles qui seront peut-être fructueuses. Dans le vestibule se dresse toujours la vierge d’Igny, oeuvre qui a été préservée, sauf la tête de l’enfant, qui se trouve perdue.

M.le maire conduit en ce moment à la cathédrale et au Musée des Beaux-Arts; MM Léon Bourgeois, Vallé, Haguenin, Lenoir et le peintre Roll, venus de Paris pour examiner les dégâts.

Départ pour la Haubette vers 2 heures (ndr: 14 heures). « Le courrier de la Champagne » se vend dans l’Avenue de Paris.- Des émigrants sont venus en foule faubourg de Laon, où la population a été horriblement décimée. Vers 8 h 30 a lieu une forte canonnade, mais qui reste sans réponse.

Le général de brigade Battesti a été tué par un éclat d’obus sur les batteries près de Reims le 25 septembre (lire notre journal de guerre en date du 25 septembre) et a été inhumé au cimetière de l’Ouest. le cardinal Luçon a fait la levée du corps.

Journal du Rémois Paul Hess (extraits)

On reparle beacuoup de la nuit du 28 au 29. Peu de gens ont dormi à Reims. Il s’agissait d’un engagement important , du côté de Cernay, sur lequel nous n’avons aucun renseignement.

Les batteries installées dans le Champ de grève sont en pleine activité, dans la matinée de ce jour. L’après-midi je sors pour aller aux nouvelles, Place Amélie-Doubliée. Du pont de l’avenue de Laon, je commence à entendre l’arrivée des obus qui ne cessent de tomber vers le Port Sec et sur la gare CBR (Jacquart) où sont placées des pièces de 75 (…)

A mon retour, rue du Jard, nous percevons, du jardin, une série de détonations qui commence vers 18 heures et se prolonge longtemps; elles sont tellement nourries et serrées qu’elles produisent un bruit comparable à celui du passage d’un train, entendu dans la campagne.

Vers 18 h 30, le canon venant se mêler à ce vacarme effroyable, nous nous demandons comment va encore passer la nuit.

Egaré dans les bois à Avocourt (Meuse) le 30 septembre 1914 Jules Chevalier, déclaré déserteur est fusillé

http://data.over-blog-kiwi.com/0/55/29/33/ob_5afbad_fusilles-de-14-18-ceux-des-alpes-de-haute-prove.pdf

—————–

SAGUET Georges
caporal au 162° régiment d’infanterie, 23 ans
tué à l’ennemi le 30 septembre 1914 à Sillery (Marne)

—————–

Combat de la Chalade (Meuse)

la_chalade_fille_morte

http://laurent59.canalblog.com/archives/2006/09/30/2795270.html

Le siège de Maubeuge (Nord)

http://www.cheminsdememoire-nordpasdecalais.fr/lhistoire/batailles/le-siege-de-maubeuge-25-aout-8-septembre-1914.html

A Treillères : Les écoliers ont rédigé la biographie d’un soldat de 1914-1918 disparu le 30 septembre 1914

les-ecoliers-ont-redige-la-biographie-dun-soldat-de-1914-1918
Julien Bernard, natif de Treillères, était habillé comme ces poilus. Il avait 39 ans quand il a été porté disparu dans la Somme, le 30 septembre 1914. |

http://www.ouest-france.fr/les-ecoliers-ont-redige-la-biographie-dun-soldat-de-1914-1918-2550426

Carte postale de Doullens d’un soldat du 22 ème RIT

doullens001_bhttps://sites.google.com/site/22emerit/images/doullens-30-septembre-1914

351 prisonniers à l’Île de Sieck

http://www.letelegramme.fr/finistere/plougoulm/1914-351-prisonniers-a-l-ile-de-sieck-30-07-2014-10279447.php

———————-

Marie Antonin Bajard est décédé le 30 septembre 1914 des suites de ses blessures à l’hôpital militaire de la marine à Rochefort (Charente inférieure) à l’âge de 27 ans. Il était le fils de Auguste Marie Bajard Boulanger, aubergiste à Mussy et Marie Augustine Jolivet. Il était soldat de 2ème classe au 21ème Bataillon de Chasseurs à Pied. Il avait le matricule 595 au recrutement à Mâcon, classe 1906. Il est né le 4 octobre 1886 à Mussy-sous-Dun et était célibataire. Son décès a été transcrit le 30 octobre 1914 à Mussy sous Dun.

————————