Archives du mot-clé paris grosse bertha

1431/4 juillet 1918: Poulbot invente les poupées Nénette et Rintintin

Poulbot invente les poupées Nénette et Rintintin

parution dans la baïonnette du 4 juillet 1918

Voici l’histoire des personnages Nénette et Rintintin, qui donnèrent leur noms à deux chiens, dont l’un devint une star d’Hollywood.

Le chien Rintintin portait le nom d’une poupée de laine porte-bonheur offerte aux soldats de la Grande Guerre.

https://www.republicain-lorrain.fr/actualite/2017/02/26/nenette-et-rintintin-fetiches-de-la-grande-guerre

Bataille de Le Hamel (Somme)

source: http://hamelfriends.free.fr/4juillet.html

lire aussi: Belle victoire du corps australien qui marque un coup d’arrêt magistral à l’offensive allemande du printemps (ou bataille du Kaiser) ayant mené l’ennemi aux portes d’Amiens. Les troupes australo-américaines sont commandées par le lieutenant général John Monash qui inaugure quelques principes de combat interarmées combinant chars d’assaut (60 chars Mark V), mitrailleuses, feux roulant d’artillerie devant l’assaut, ravitaillement parachuté par avion,…). Le combat dure seulement une heure et demie et est un brillant succès. 

source: https://theatrum-belli.com/histoire-chronique-culturelle-du-4-juillet/

lire aussi: http://blogs.ac-amiens.fr/lamarckcentenaire/index.php?post/2014/11/16/La-bataille-de-la-Hamel

Parution de la guerre aérienne illustrée

source: https://www.amazon.fr/Guerre-aérienne-illustrée-N°86-juillet/dp/B00S45BBOC

Sainte Berthe contre grosse Bertha

Le 4 juillet 1918 Le Figaro  relate cette information.

«Depuis quelques jours les personnes absurdes et froussardes nous avaient annoncé le bombardement par grosse pièce d’abord, pour le 21, puis pour le 28 juin, le fixaient le 4 juillet 1918.

À l’heure où ces lignes paraîtront, on saura à quoi s’en tenir.

Pourquoi le 4 juillet? Demandons-nous à l’un de ces pronostiqueurs pessimistes.

– C’est la Sainte Berthe.

Et cela du moins, c’est vrai. C’est aujourd’hui la Sainte Berthe» écrit Le Figaro du 4 juillet 1918.

source: http://www.lefigaro.fr/histoire/centenaire-14-18/2014/07/04/26002-20140704ARTFIG00249-4-juillet-1918-sainte-berthe-contre-grosse-bertha.php

4 juillet: les Bretons défilent sous les couleurs américaines

Tous les 4 juillet, l’Independence Day est commémoré aux Etats-Unis. Naturellement limitée au continent américain, la fête s’exporte néanmoins en France à partir de 1917. Elle devient en effet une occasion unique d’affirmer le lien fraternel qui unit les deux peuples désormais engagés dans le même conflit. L’organisation de cérémonies publiques est même vivement encouragée par le gouvernement français. Au début de l’été 1918, Georges Clémenceau déclare qu’il appartient aux autorités locales « d’encourager ou de provoquer, au besoin, toutes initiatives locales afin de fêter dignement dans des réunions artistiques, concerts, banquets, etc.., l’Independance Day ». Pour le président du Conseil, ces manifestations doivent permettre de « témoigner à nos vaillants Alliés dans un élan unanime, la reconnaissance du peuple français pour l’œuvre splendide qu’ils sont en train d’accomplir ».

Les principales villes bretonnes répondent favorablement à cet appel. C’est le cas à Saint-Nazaire ou encore à Brest où ces initiatives sont probablement motivées par la proximité de nombreux Doughboys. C’est également le cas à Vannes qui voit, depuis quelques semaines, transiter des milliers de soldats américains vers le camp de Meucon. La ville morbihannaise organise dès le dimanche 30 juin une formidable cérémonie devant l’Hôtel de Ville qui réunit des militaires français et américains, mais également de nombreuses personnalités publiques tels le préfet, le procureur de la République, le président du tribunal civil ou encore l’évêque, Monseigneur Gouraud3. Ce rassemblement marque le départ d’une semaine de commémorations puisque le 4 juillet « la plupart des maisons » sont encore « pavoisées aux couleurs françaises et américaines ».

source: http://enenvor.fr/eeo_actu/wwi/le_4_juillet_1918_quand_les_bretons_defilent_sous_les_couleurs_americaines.html

vidéo: Fête aussi à Massevaux (Alsace)

source: http://archives.ecpad.fr/la-fete-de-lindependance-day-4-juillet-1918-a-masevaux-alsace/

Journal du jeudi 4 juillet 1918

A l’ouest de Château-Thierry, une opération locale, exécutée en liaison avec les Américains, nous a permis d’améliorer nos positions sur le front Vaux-cote 204. Le village de Vaux et les hauteurs à l’ouest ont été enlevés par les troupes américaines. Le chiffre des prisonniers faits au cours de cette action dépasse 300, dont 5 officiers.
Des coups de main entre Montdidier et Noyon et a l’est de Reims nous ont donné quelques prisonniers.
Près de Belloy et en Haute-Alsace, des tentatives ennemies ont échoué sous nos feux.
Sur le front britannique, les Allemands, à la suite d’un violent bombardement, ont attaqué au nord-ouest d’Albert, dans le but de reprendre le terrain récemment conquis par nos alliés. Ils ont été repoussés partout, sauf en un point, où ils ont réussi à prendre pied dans une tranchée.
Aux environs du bois d’Aveluy, d’Avion et d’Hinges, des tentatives de coups de main de l’ennemi ont échoué.
Nos alliés ont fait des prisonniers au cours de rencontres de patrouilles.
Les Italiens ont brisé de nouvelles attaques autrichiennes contre le mont Val Bella. Ils out ensuite avancé dans la même région en faisant 127 prisonniers et en capturant des mitrailleuses.
Au sud d’Asiago, les détachements britanniques ont effectué un coup de main heureux, capturé un officier, 42 hommes et une mitrailleuse. Au nord-ouest du mont Grappa, les Italiens ont enlevé des positions importantes et capturé 569 prisonniers, dont 10 officiers. Ils se sont emparés aussi de canons et de mitrailleuses.

source: http://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/juillet18.html

1329/24 mars 1918: Paris bombardée

Paris bombardée

http://rosalielebel75.franceserv.com/paris-bombardee.html

http://archives.paris.fr/a/435/article-du-journal-le-matin-un-bombardement-inattendu-paris-canonne-en-plein-jour/

Journal du dimanche 24 mars 1918

La lutte d’artillerie s’est poursuivie avec violence sur toute l’étendue du font de bataille germano-britannique.
De puissantes attaques effectuées par des masses considérables d’infanterie et d’artillerie ont rompu le système de défense anglais à l’ouest de Saint-Quentin.
Les troupes de nos alliés, dans cette partie du front, se sont repliées en bon ordre à travers la région dévastée, sur les positions préparées à l’ouest.
Dans la partie nord du front de bataille, les troupes britanniques ont maintenu leurs positions.
Sur le front français, bombardement intermittent et assez violent de nos premières lignes et de nos arrières au nord du Chemin des Dames, dans la région de Reims et en Lorraine.
Un coup de main ennemi à l’est de Loivre est resté sans succès.
Rencontre de patrouilles au nord de la cote 344.
En Woëvre, dans la région de Plelerey, les Allemands ont prononcé une attaque, qui a été dispersée par nos feux. L’ennemi a subi des pertes sensibles et laissé des prisonniers entre nos mains.
Sur le front italien, vif échange de fusillade entre les avant-postes de nos alliés et des groupes explorateurs ennemis au nord de la vallée de Ledro et dans le val Lagarina et entre patrouilles dans l’îlot de Folina et à l’est de Cavazuccherina.
Les avions italiens ont bombardé les voies ferrées du val Lagarina.

http://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/mars18.html