Archives du mot-clé picardie

1466/8 aout 1918

189 poilus ensevelis dans une grotte refont surface à Ciry-Salsogne et Serches (Aisne)

Touchés par une explosion le 8 août 1918, ces soldats ont été oubliés. Deux journées et un livre les feront sortir de l’oubli.

Une croix et un marquage sur un mur ont été placés par les bénévoles à l’entrée de la carrière pour arrpeler aux visiteurs l’explosion du 8 août.

La suite (payante) sur le site de L’Union: http://www.lunion.fr/96877/article/2018-06-15/189-poilus-ensevelis-dans-une-grotte-refont-surface-ciry-salsogne-et-serches

Le 8 août 1918 à 22 heures 30, une explosion sourde retentit sur le plateau « Des Fortes Terres » situé entre les villages de Serches et de Ciry-Salsogne dans l’Aisne.

L’onde de choc se propage dans le sol calcaire… 189 soldats et sapeurs des 54e Régiment d’Infanterie et 9e Régiment du Génie viennent d’être meurtris ou ensevelis dans une creute suite à l’explosion d’un piège Allemand. Dans le Soissonnais, ce fait de guerre reste méconnu et ces nombreux poilus demeurent, cent ans plus tard, des Oubliés de l’histoire de la Grande Guerre.  Neuf de ces soldats morts le 8 août 1918 reposent dans le Carré Militaire du Cimetière de SERCHES, 62 dans les nécropoles de l’Aisne et 32 dans leurs communes.

Les 16 et 17 juin 2018 un week-end de commémoration viendra clôturer un long travail de recherches et de mémoire sur ces oubliés de l’Histoire de la Grande Guerre.

https://www.chemindesdames.fr/fr/commemoration-les-oublies-du-8-aout-1918-ciry-salsogne-serches

Importante attaque franco-britannique entre Albert et Montdidier

source: http://centenaire.org/fr/en-france/picardie/somme/le-8-aout-2018-une-ceremonie-pour-le-centenaire-de-la-bataille-damiens

Le 8 août 1918, 15 divisions britanniques, soutenues par 456 chars et 400 avions, attaquèrent, sans bombardement préliminaire, sur un front de 18 kilomètres, entre Morlancourt et la route d’Amiens à Roye.
Les troupes britanniques enfoncèrent véritablement les lignes adverses au sein desquelles les chars semèrent la panique.  Sept divisions allemandes refluèrent en désordre.
Une demi-heure après le début de l’assaut, 7 divisions françaises, soutenues par 90 chars et 600 avions, se joignirent à l’attaque sur le flanc gauche et, rapidement, elles gagnèrent du terrain.
En quelques heures, les Alliés capturèrent 16.000 prisonniers.
Face à cette désintégration, Lüdendorff déclara « Le 8 août est le jour de deuil de l’armée allemande ».

Le 10 août, les Alliés atteignirent Montdidier.
A la date du 11 août, les pertes françaises se chiffraient à 24.000 soldats, les pertes britanniques à 22.000 soldats et les pertes allemandes à 75.000 combattants dont 29.000 prisonniers.

Le 14, à la réunion du conseil de la Couronne, à Spa, le haut-commandement allemand estima « qu’il n’y avait plus aucun espoir de briser par des actions militaires la volonté de l’Entente ».
Les armées allemandes tombèrent dans un état d’effondrement psychologique et le point mort, qui avait longtemps prévalu à l’ouest, fut dépassé.
Ce même 14 août, le Kaiser estima qu’il « fallait choisir le moment favorable pour conclure un arrangement avec l’ennemi » tandis que Lüdendorff déclara « Il faut mettre fin à la guerre ».
Les Allemands envisagèrent d’ouvrir des négociations avec les Alliés par l’intermédiaire de la reine de Hollande et du roi d’Espagne, chefs d’états neutres.

source: http://bataillescelebres.hebergratuit.net/amiens1918/index.html?i=1

lire aussi: http://www.lexpedition.fr/iti/xUhPx3OSVGcZOAADw

https://www.linguee.com/english-french/translation/battle+of+amiens.html

8 août 1918 : le jour où l’armée allemande a perdu la guerre

Depuis le mois de mars, la situation s’est modifiée sur le front comme jamais depuis le début de la guerre. Profitant de la paix avec la Russie et voulant frapper fort avant la montée en puissance des Américains, l’armée allemande a déclenché une offensive qui l’a menée jusqu’à la Marne. Mais Français et britanniques ne se sont pas effondrés.

(…)

Pourtant, les franco-britanniques tiennent . Et début juin déjà, les Allemands sont stoppés par leurs deux bêtes noires : les Américains et les chars. Ils ont perdu plus de 300.000 hommes depuis mars et leur logistique ne peut rivaliser avec celle de leurs adversaires.

Ils ne le savent pas, mais le matin du 8 août est celui de la dernière bataille . Et ce sont des soldats québécois qui vont porter le premier coup. Quelques mois plus tard, Hindenbourg avouera devant le Reichstag qu’il n’y a « plus aucune possibilité de vaincre l’armée ennemie « .

source France Info : https://www.francetvinfo.fr/replay-radio/france-info-y-etait/8-aout-1918-le-jour-ou-larmee-allemande-a-perdu-la-guerre_1761617.html

8 août 1918 « Jour de deuil de l’armée allemande »

Un groupe français de 75 en batterie, le soir du 18 juillet 1918, sur un terrain occupé par l’ennemi le matin.
Source : l’album de la guerre 1914-1919. © L’illustration

L’expression est de Ludendorff. Quand, le 7 août, Foch est élevé à la dignité de Maréchal de France, le sort des armes a tourné en faveur des Alliés. Le 8 août, en Picardie, où précisément Ludendorff comptait porter le coup de grâce, ce sont les Franco-Anglais qui prennent l’initiative. La dégradation de la situation est si rapide que dès le 13 août, inquiet, le haut état-major allemand demande au chancelier d’engager des pourparlers de paix. Quand, en septembre, devant les coups de boutoirs portés sans répit par les Alliés, Ludendorff ordonne un repli général à l’ouest, les fronts d’Orient et des Balkans de la Triplice s’effondrent.

Le commencement de la fin

En Macédoine, une offensive foudroyante lancée par Franchet d’Esperey perce entre le Vardar et la Cerna, exploite jusqu’à Uskub où les coloniaux du groupement Tranié et les cavaliers de Jouinot Gambetta dans une marche à l’allure d’épopée surgissent sur les arrières de l’ennemi. La Bulgarie, le 29 septembre, signe l’armistice et la IIe armée allemande capitule et abandonne 80 000 hommes, 1 600 officiers et 500 canons. La route de Vienne est ouverte ; les Serbes sont sur le Danube.

En Palestine et en Syrie, les troupes ottomanes se désagrègent sous les coups des Anglais et, le 30 octobre, la Turquie est acculée à l’armistice de Moudros. La flotte franco-anglaise entre dans le Bosphore.

source: http://cheminsdememoire.gouv.fr/fr/1918-les-temps-forts-dune-annee-de-combat

Journal du jeudi 8 août 1918

Sur tout le front de la Vesle, la situation reste sans changement.
Sur la rive nord, des combats locaux ont eu lieu entre nos éléments légers et les postes de l’ennemi.
Journée calme partout ailleurs. Les Anglais ont fait des prisonniers dans le voisinage de Neuville-Vitasse, au sud-est d’Arras. Ils ont légèrement avancé pendant la journée au bois Pacaud, à l’est de Robecq.
L’artillerie ennemie a été active devant la Bassée, au nord de Béthune et sur divers points, entre Hazebrouck et Ypres.
Les Italiens ont fait de nouveaux prisonniers sur le Dosso Alto, au sud de Nago.
D’après certains témoignages, le port de Zeebrugge est toujours obstrué.
Quatre aviateurs allemands réputés ont été descendus sur le front occidental.
Une déclaration américaine de M. Polk, suppléant de M. Lansing, corrobore la déclaration du Japon au sujet de l’intervention en Sibérie.
Les Allemands annoncent une mauvaise récolte en Roumanie. Or, l’on sait qu’ils comptaient beaucoup sur les céréales de ce pays.
Lloyd George a lancé un message au peuple britannique pour lui recommander de tenir bon.

source: http://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/aout18.html

1465/7 août 1918: les Allemands quittent le fort de Condé (Aisne)

Les Noirs Americains a Bruyeres (Vosges)

La 92e Division US est composee exclusivement d’elements Africains Americains et fut constitutee tout d’abord sur papier le 24 octobre 1917 dans l’Armee Francaise. La Division comprenait la 183e Brigade d’Infanterie avec les 365e et 366e Regiments d’Infanterie et la 184e Brigade avec les 367e et 368e Regiments. La Division est reellement organisee le 27 Octobre 1917 au Camp Funston, Kansas. Leur insigne represente un bison d’ou leur surnom de Buffalo Soldiers.

Le Major General Charles Ballou prend le commandement de la Division le 29 Octobre 1917. Le 7 aout 1918, la 92e Division se deplace par etapes pour se diriger vers son premier secteur de combat. Quittant Bourbonne-les-Bains, la 92e Division US arrive en gare de Bruyeres-en-Vosges. Le train de transport du 365e Regiment d’Infanterie decharge les troupes.

Il faudra le service de 500 camions militaires lourds et 3 jours et 3 nuits pour transporter la Division. La 92e Division US etablit son Quartier General a Bruyeres-en-Vosges le 7 aout 1918 ou elle reste une douzaine de jours. Pendant son sejour a Bruyeres-en-Vosges, la Division est equipee pour ses missions au front. Le 21 out 1918 quittant Bruyeres-en-Vosges definitivement, la 92e Division monte ne ligne marchant vers Saint-Die et prend position de son secteur a Frapelle le 25 aout 1918.

source: http://bruyereschemindelapaix.over-blog.com/article-les-noirs-americains-a-bruyeres-en-1918-121043473.html

Torpillage du croiseur-cuirassé  Dupetit-Thouars

Le croiseur cuirassé DUPETIT-THOUARS, commandé par le Capitaine de Frégate PAQUE, appartenait à la Division navale de l’Atlantique. Il escortait un convoi de 24 cargos de New-York en France, lorsqu’il fut torpillé le 7 août 1918 par 46°42’ Nord et 12°00’ Ouest.
Texte de la citation à l’Ordre de l’Armée
(Journal officiel du 25 octobre 1919)
            « Le croiseur-cuirassé DUPETIT-THOUARS : pendant un service d’escorte, a été torpillé et coulé le 7 août 1918 par un sous-marin ennemi. Tout le personnel a fait preuve, dans cette circonstance, du plus grand calme, du plus grand sang-froid et du plus grand dévouement ».

Les Allemands quittent le fort de Condé (Aisne)

Lorsque le 16 avril 1917 l’offensive du Chemin des Dames est lancée, les troupes de Von Kluck évacuent la position. En octobre 1917, les généraux Pershing et Franchet d’Esperey viennent observer le champ de bataille depuis le fort. Le 27 mai 1918, la contre-offensive germanique enfonce les lignes alliées. Le fort de Condé-sur-Aisne est bombardé et prit d’assaut le 28 mai 1918. En août 1918, les poilus français reprennent position dans le secteur de l’Aisne. Les Allemands le quittent le 7 août 1918 après avoir enlevé leurs pièces d’artillerie. L’ouvrage, ruiné en partie et rendu inutile, est désarmé après-guerre avant d’être abandonné en 1927.

source: https://www.chemindesdames.fr/fr/le-chemin-des-dames/visiter/les-lieux-de-memoire/les-principaux-sites/le-fort-de-conde

La carte de pain est pré-découpée

Le courrier des lecteurs du Figaro de la période de la Grande Guerre est très riche d’informations. Le 7 août 1918 une lectrice explique comment gérer au mieux les cartes de rationnement de pain.

«Nous recevons d’une de nos plus obligeantes lectrices la lettre très intéressante que voici, dont nous la remercions:

Les cartes de pain, qui sont nécessaires, sont bien incommodes. Au restaurant, ou chez des amis, on n’a pas toujours sous la main les ciseaux ou le canif permettant de détacher proprement le ticket du jour. Alors les cartes sont mal déchirées et prennent un aspect désordonné.

Il m’est venu une idée que vous voudrez peut-être soumettre à vos lecteurs: j’ai piqué, à la machine à coudre, mes cartes de pain, en long et en large, en suivant les traits de séparation des tickets; il en est résulté un pointillé qui permet de détacher des tickets aussi vite et aussi proprement qu’on détache les timbres d’un carnet.

Je fais cette piqûre sans fil, de sorte qu’il n’en résulte aucun frais.

Quant à la perte de temps, je ne crois pas qu’on puisse mettre plus de cinq minutes à piquer à la machine à coudre les cartes de pain d’une nombreuse famille.» écrit Le Figaro du 7 août 1918.

source: http://www.lefigaro.fr/histoire/centenaire-14-18/2014/08/07/26002-20140807ARTFIG00174-7-aout-1918-la-carte-de-pain-est-pre-decoupee.php

Journal du mercredi 7 août 1918

Nous avons atteint la Vesle en plusieurs points à l’est de Fismes. Les arrières-gardes ennemies ont opposé une vive résistance notanmment entre Muizon et Champigny. Nos éléments légers ont néanmoins réussi à prendre pied sur la rive droite en divers endroits. Fismes est en notre possession.
Au nord-ouest de Reims, nous avons gagné du terrain jusqu’au village de la Neuvillette, que l’ennemi défend avec énergie.
Sur la rive gauche de l’Avre, entre Castel et Mesnil-Saint-Georges, les Allemands ont été contraints d’abandonner une partie de leurs positions devenues intenables à la suite de notre avance du 23 juillet. Nous avons occupé Braches, pénétré dans Hargicourt et porté nos lignes aux lisières ouest de Courtemanche. Nous avons fait des prisonniers.
Les Anglais ont repoussé un détachement allemand au sud d’Arras.
En Macédoine, canonnade sur la Strouma et le Vardar.
Lutte d’artillerie et combat de patrouilles au sud de Huna et devant le front serbe.
Sur le front italien, le Dosso Alto (cote 703) a été enlevé aux Autrichiens. L’occupation a été consolidée sous la protection efficace de l’artillerie. Des groupes ennemis qui tentaient une résistance ont été maîtrisés. 4 officiers et 172 soldats autrichiens ont été capturés. Un détachement français a fait 125 prisonniers à l’est d’Asiago; à l’ouest d’Asiago, raid heureux des Anglais.

source: http://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/aout18.html

1461/3 août 1918

Le droit de vote des femmes, ce sera pour plus tard

Le 3 août 1918 Le Figaro s’étonne que l’initiative de la proposition de loi autorisant le droit de vote des femmes vienne d’un sénateur.

«La commission d’initiative du Sénat a pris en considération la proposition de loi de M. Louis Martin, tendant à reconnaître aux femmes le droit de vote dans toutes les élections, et a nommé M. Louis Martin rapporteur.

“Dans toutes les élections”. Ce n’est rien de moins qu’une révolution véritable!

Quels pourront être les bienfaits, les dangers, les inconvénients, les avantages, d’un tel bouleversement de nos mœurs politiques? On ne peut l’apprécier encore; et c’est à la génération politique d’après-guerre qu’incombera sans doute l’honneur et la charge d’une telle expérience.

Ce sera peut-être intolérable. Ce sera peut-être très bien. On verra. En tout cas, l’Histoire devra noter que c’est par des mains sénatoriales que fut lancée sur notre édifice législatif cette prodigieuse grenade.
Cet âge est sans pitié.» écrit Le Figaro du 3 août 1918.

source: http://www.lefigaro.fr/histoire/centenaire-14-18/2014/08/03/26002-20140803ARTFIG00102-3-aout-1918-le-droit-de-vote-des-femmes-ce-sera-pour-plus-tard.php

Les combats en août autour de Bazoches (Aisne)

4ème et 77ème D.I. US, face à une partie des troupes de la 7ème Armée Allemande. La 62ème D.I. est à l’ouest de Bazoches.

source: http://batmarn2.free.fr/bazoches1918.htm

Grève à Saint-Pierre- des -Corps (Indre et Loire)

Le 2 août 1918, 1 500 personnes, « la plupart des femmes et une centaine d’hommes employés de chemin de fer » sont réunies salle du Manège. Ce coup-ci, ce sont les ouvrières travaillant pour l’Intendance américaine qui font grève. Elles ont réclamé 3 francs d’augmentation par jour, mais n’ont obtenu que 1,50 franc ; et elles rejettent le travail aux pièces. Les autorités tentent de briser la grève en embarquant chaque matin les ouvrières non-grévistes pour qu’elles travaillent dans des ateliers à Saint-Pierre-des-Corps ; au cours du meeting du 2 août, une ouvrière suggère de crever les pneus des camions américains.

Place Velpeau, le 3 août, des carreaux de l’annexe du magasin général sont brisés, une manifestation s’organise, et la police procède à plusieurs interpellations pour « résistance aux agents », « injures et menaces », « entrave à la liberté du travail  » et « voies de fait ». Le soir, une nouvelle réunion mobilise entre 1 200 et 1 500 personnes, essentiellement des femmes. La grève durera jusqu’au 8 août, mais les autorités américaines ne céderont pas. Au contraire, elles menacent de licencier une partie des grévistes.

L’Union libérale, journal local comme il faut, se contentera dans ses pages d’actualités locales de causer de la fête de l’ail et du basilic. Pourtant, un rapport du préfet parle quand même d’un mouvement ayant connu pour la seule journée du 3 août pas moins de 3 .700 grévistes sur 3. 900 possibles !

https://larotative.info/1917-1918-les-ouvrieres-1886.html

Ce sont en tout 17 202 soldats américains qui ont été soignés à Beaudésert dans l’Hôpital n°22, l’un des six centre hospitalier du quartier.

« Les premiers blessés ont été acheminés directement du front par le train. Leurs visages sont couverts de cloques à cause des gaz ! D’autres suffoquent. Mon Dieu ! Ils n’ont même pas vingt ans ! »

source: http://www.merignac.com/actualites/journal-de-bord-du-medecin-major-thomas-lgore

Journal du samedi 3 août 1918

Sur l’ensemble du front de bataille, actions d’artillerie.
Entre Montdidier et l’Oise, un coup de main ennemi au nord d’Antheuil n’a donné aucun résultat.
Une attaque allemande sur la montagne de Bligny a été également brisée. Des raids allemands ont échoué dans la région de l’Argonne.
Sur le front anglais, l’artillerie ennemie s’est montrée active au sud-ouest d’Albert. Elle a également manifesté quelque activité à l’est de Robecq et en d’autres secteurs.
Les Américains ont encerclé des détachements allemands qui avaient pénétré dans leurs lignes: tous les hommes ont été tués, blessés ou capturés. Au sud-ouest du bois Meunière, après un dur combat à la baïonnette, les Américains ont refoulé les ennemis dans les bois. Ils ont pris le bois de Grimpette et atteint le village de Cierges.
Ils ont repoussé des coups de main en Lorraine et en Alsace.
Sur le front italien, les alpins ont capturé la garnison d’un poste autrichien dans le val Daone. Dans le val Brenta, l’infanterie italienne a refoulé l’ennemi après une lutte corps à corps, en lui faisant des prisonniers.
Cinq avions autrichiens ont été abattus.
Une patrouille grecque, en Macédoine, a tendu une embuscade à une patrouille bulgare à l’ouest de Demir-Hissar et lui a fait des prisonniers. Sept avions ennemis ont été détruits sur ce front.

source: http://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/aout18.html

1456/29 juillet 1918

La 42ème U.S.D.I. en position près de Seringes (02)

Le 3ème Bataillon du 165ème R.I. suivi de près par le 1er, avança depuis Villers-sur-Fère, traversa l’Ourcq et atteignit les pentes à l’est de la ferme de Meurcy. Les tirs d’enfilade des mitrailleuses obligèrent le 3ème Bataillon à reculer sur la position du 1er à 11 heures. Pour ce dernier il fut également impossible de tenir la pente et il recula vers la route Sergy-Fère-en-Tardenois (aujourd’hui un chemin).

Le 2ème Bataillon du 165ème R.I. partit de l’ouest de Villers-sur-Fère, traversa l’Ourcq et atteignit la colline à l’est de La Fontaine sous Pierre. Vers midi, le bataillon recula le long de la route Sergy-Fère-en-Tardenois (aujourd’hui un chemin), au nord du Moulin vert.

Le 1er Bataillon du 166ème R.I., en support sur la gauche, passa à la gauche du 2ème Bataillon du 165ème, vers 10 heures 30, traversa l’Ourcq et atteignit La Fontaine sous Pierre. A 11heures ils furent aussi rejetés sur de la route Sergy-Fère-en-Tardenois (aujourd’hui un chemin).

Sur la gauche, le 1er Bataillon du 166ème était au contact avec les Français de la 62ème D.I., à l’est de Fère-en-Tardenois. »

source: http://cavalbatmarne.free.fr/prg501_2.htm

Décès d’un as britannique

Décès lors d’un crash pendant un vol d’essai à Villacoublay, de Charles Gordon Bell, « As » britannique de la WW1, 5 victoires aériennes au sein du 10 Sqn du RFC.

source: http://www.crash-aerien.news/forum/ww1-la-grande-guerre-t28679-570.html

Le dernier combat de Maximin

Le 27 juillet le régiment se porte à l’assaut du Mont-sans-Nom mais l’ennemi contre-attaque presque aussitôt et, pendant deux jours, ce sera une lutte acharnée à la grenade. Le 28, l’ennemi contre-attaque furieusement… Il n’y a devant lui qu’un mince rideau d’hommes dans un terrain bouleversé et sillonné d’un lacis de boyaux inextricables, propices à l’infiltration et à la surprise…

C’est ainsi que Maximin, blessé au Mont sans Nom au pied et à la main par une grenade, sera fait prisonnier… Il sera, tout d’abord, porté disparu par son régiment.

http://verdun-1916.chez-alice.fr/frameg/ri30_1918_1.html

Mort de deux aviateurs allemands à Seclin

Le 29 Juillet 1918, le pilote Heinrich Menges, mort au combat à Seclin (BL 6 BR 182) mais aussi le pilote Bloching Wentur  de la Jasta 35 (BL 6 GR 192).

source: https://www.seclin-tourisme.fr/2018/02/06/seclin-1914-1918-l-aviation/

L’album photographique de Pierre Eugène Cognet

De passage  à Reims en 1918

http://www.archinoe.net/ark:/51302/ed42ae9a40f647266255c2c1e33a6500

Journal du lundi 29 juillet 1918

Sous la poussée continue que les troupes françaises et alliées exerçaient depuis quelques jours contre les forces allemandes, celles-ci se sont repliées sur tout le front au nord de la Marne.
Nos troupes, talonnant les arrière-gardes, ont atteint la ligne générale de Bruyères, Villeneuve-sur-Fère – Courmont – Passy – Grigny – Cuisle- la- Neuville-aux-Larris-Chaumuzy.
La rive droite de la Marne est largement dégagée et nos éléments continuent leur progression à plus de 15 kilomètres au nord-est de Château-Thierry.
Sur le front de Champagne, le chiffre des prisonniers que nous avons faits dans la région au sud du mont Sans-Nom dépasse 300, dont 9 officiers.
Sur le front britannique l’artillerie ennemie s’est montrée active dans la partie nord. Les aviateurs anglais ont abattu trois appareils allemands et descendu en flammes un ballon. Deux appareils anglais ne sont pas entrés.
En Albanie, les troupes alliées ont repoussé l’ennemi qui attaquait avec des forces importantes, au nord du Devoli, sur la basse Holta, au sud de cette rivière vers Izzaba. Il a laissé sur le terrain de nombreux cadavres.
, les Austro-Hongrois ont fait plusieurs tentatives locales. Dans le Vallarsa, une patrouille ennemie a été expulsée par nos alliés d’une tranchée dont elle s’était emparée. Sur le plateau d’Asiago, les Anglais ont brisé un raid. Au Stelvio, l’ennemi a dû se replier.

 

1450/23 juillet 1918

Des américains à Château-Thierry (Aisne)

source: 14 / Référence : SPA 44 BO 2000 Dans Château-Thierry délivré, Aisne, Américain contemplant la destruction du pont. 23/07/1918, opérateur Maurice Boulay.

Dans Château-Thierry libéré et en ruine, un officier américain regarde le pont détruit qui franchissait la Marne. Suite à l’offensive allemande du 15 juillet, les troupes franco-américaines retranchées dans les hauteurs de Château- Thierry, parviennent à repousser les assauts de l’ennemi. Le 21 juillet, après cinq jours de combats acharnés sur la cote 204, des bataillons de la 39e division d’infanterie française et de la 26e division d’infanterie américaine parviennent à contre-attaquer et à libérer Château-Thierry, qui est évacué par les Allemands dès le 20 juillet.

15 / Référence : SPA 44 BO 2003 Dans Château-Thierry délivré, vue du pont, Américains devant une barricade allemande. 23/07/1918, opérateur Maurice Boulay.

Dans les ruines de Château-Thierry libéré, des soldats américains de la 26e division posent devant une barricade allemande. Dès la chute de la ville en juin 1918, des combats de rue s’étaient déjà déroulés, où les marsouins du 53e régiment d’infanterie coloniale combattirent aux cotés des Américains. Derrière les deux Sammies se profile la façade de l’hôtel de ville. Grâce à la résistance de la 3e division américaine, les unités de la 26e division peuvent pénétrer dans la ville le 21 juillet, en grande partie détruite par les bombardements.

source: 16 / Référence : SPA 45 BO 2021 Château-Thierry

Certains habitants de Château-Thierry, restés chez eux pendant l’occupation allemande du 1er juin 1918 au 21 juillet 1918, subissent le pillage de leur maison. Les objets de valeur et autres pouvant être réutilisés par les industries de guerre allemandes sont rassemblés dans l’église Saint-Crépin pour être expédiés vers l’Allemagne.

Lili, l’ami de Pagnol meurt au front près de Vrigny (Marne)

David Magnan, dit « Lili des Bellons »

Comment ne pas évoquer tendrement leur amitié si forte et si sincère, née un beau matin d’été dans la garrigue, sans en ressentir une profonde émotion …
Marcel Pagnol disait de Lili qu’il était « son petit frère des collines »… « son cher Lili » …

Extraits des souvenirs d’Enfance,
(Le Château de ma mère) :
« C’était un petit paysan. Il était brun, avec un fin visage provençal, des yeux noirs et de longs cils de fille. »
« Avec l’amitié de Lili, une nouvelle vie commença pour moi. »
« Lili savait tout ; le temps qu’il ferait, les sources cachées, les ravins où l’on trouve les champignons, des salades sauvages, des pins amandiers, des prunelles, des arbousiers.

Avec un roseau, il faisait une flûte à trois trous.

Il me présenta au vieux jujubier de la Pondrane, au sorbier du Gour de Roubaud, aux quatre figuiers de Precatori, aux arbousiers de la Garette, puis, au sommet de Tête-Rouge, il me montra la Chante-pierre. »

Quand je randonne sur leurs sentiers tant aimés, je les imagine, chacun sur leur rocher, s’appeler en faisant résonner l’écho de leurs voix dans les vallons … Et la magie opère à chaque fois : ils sont là, pour toujours …

Lili n’échappa pas au sacrifice de la guerre et mourut au champ de bataille le 23 juillet 1918 « sous des touffes de plantes froides dont il ne savait pas les noms … »

Grâce aux Souvenirs d’enfance de Marcel Pagnol, Lili des Bellons est entré avec lui dans la légende …

source: https://www.facebook.com/MarcelPagnolNonOfficiel/posts/178537792340378

lire aussi: http://mondedestef.over-blog.com/article-lili-des-bellons-56309840.html

Journal du mardi 23 juillet 1918

Au cours de la nuit, l’ennemi s’est borné à réagir par son artillerie, au nord de l’Ourcq et entre la Marne et Reims, notamment dans les bois de Courton et du Roy.
Entre l’Ourcq et la Marne, nous avons brisé le fortes contre-attaques ennemies dans les régions de Grisolles et de Bézu-saint-Germain. Nous avons maintenu partout nos positions.
Les troupes britanniques ont gagné quelque terrain, au sud-est d’Hébuterne. Une attaque ennemie exécutée à la grenade dans cette région a été repoussée. Nos alliés ont capturé quelques prisonniers.
En coopération avec nous, ils ont exécuté avec succès un raid au sud de Villers-Bretonneux, capturant quelques prisonniers et des mitrailleuses.
Les patrouilles anglaises ont pénétré dans les tranchées ennemies à Neuville-Vitasse, à Calonne-sur-la-Lys, et au nord de Bailleul, ramenant des prisonniers. Un raid ennemi dans ce dernier secteur a été repoussé. L’artillerie ennemie a été active dans le secteur de Locre.
Les aviateurs anglais ont jeté 18 tonnes de bombes sur les voies ferrées de Courtrai et de Lille, les docks de Bruges, trois importants dépôts de munitions et des cantonnements ennemis sur divers points du front. Ils ont abattu quatorze apparei1s ennemis.

source: http://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/juillet18.html

1445/18 juillet 1918: hécatombe de soldats du 1er régiment de zouaves à Longpont (02)

(Suite)Le généralissime Foch passe à la contre-offensive

Le 18 juillet 1918, après quatre ans de guerre, le généralissime Foch passe à la contre-offensive avec les premières troupes américaines dans la région de Villers-Cotterêts.

Pour la première fois sont utilisés à grande échelle les chars d’assaut. Les Allemands sont partout repoussés. Ils subissent leur plus grave défaite à Montdidier, le 8 août, et dès lors engagent une retraite générale.

source: https://www.herodote.net/almanach-ID-2987.php

Hécatombe de soldats du 1er régiment de zouaves à Longpont (02)

Sur le monument aux morts de Longpont, une plaque rappelle que ce paisible village de la forêt de Villers-Cotterêts s’est retrouvé sur la ligne de front au cours des combats de juin et juillet 1918, lorsque l’offensive allemande lancée le 27 mai sur le chemin des dames avait mené les troupes de l’Empereur jusqu’aux limites de la forêt. Le 6 juin, le front s’était stabilisé sur une ligne passant de la ferme de Vertes-Feuilles à Longpont, devant la Ferté-Milon et jusqu’à Chezy-en-Orxois.

On peut lire sur cette plaque : « Aux 5 officiers et 189 sous-officiers, caporaux et zouaves du 1er Régiment de Zouaves, tombés le 18 juillet 1918 en libérant Longpont ».

Le 18 juillet 1918 correspond au premier jour del’offensive Mangin partie de la forêt de Villers-Cotterêts, portée par 300 chars et 40 escadrilles. Débutée à 4h35 par un barrage roulant, elle fut rapidement couronnée de succès. Dès 10 heures, l’infanterie avait atteint Chaudun et était parvenue en face de Vierzy et de Villers-Hélon, à 6 kilomètres de la base de départ. Le 6 août, le front s’était déplacé sur une ligne allant de Soissons à Muizon, en passant par Braine et Fismes.

source: http://www.picardie1418.com/fr/decouvrir/plaque-au-1er-regiment-de-zouaves-longpont.php

Journal du jeudi 18 juillet 1918

Au sud de la Marne, les Allemands poussant des forces nouvelles, ont attaqué les hauteurs au nord de-Saint-Agnan et de la Chapelle-Monthodon. ILs ont réussi à pénétrer dans la Bourdonnnerie. La bataille se poursuit avec âpreté sur les pentes boisées immédiatement au sud de ce point.
Plus à l’est, en dépit d’attaques très vives, nous avons maintenu l’ennemi aux lisières sud des bois de Bouquigny et de Nes1es.
Les Allemands ont tenté un puissant effort en direction de Montvoisin, dont ils ont pu s’emparer. Mais une contre-attaque de nos troupes les ont rejetés de cette 1oca1ité.
Entre la Marne et Reims, des combats violents sont en cours dans les bois de Courton. Une attaque ennemie dans la région de Vrigny a complètement échoué.
A l’est de Reims, les attaques 1oca1es de l’ennemi sont restées infructueuses. Dans la région de Prunay, en renouvelant ses assauts sur Beaumont, il a subi un sanglant échec. Partout, nous avons intégralement maintenu nos positions.
A l’est de Villers-Bretonneux, les Anglais, à la suite d’une heureuse opération de détail exécutée pendant la nuit, ont fait quelques prisonniers et capturé des mitrailleuses.
Un coup de main allemand a échoué dans le même secteur. Les Anglais ont fait des prisonniers dans un raid aux environs d’Hulluch. Activité de l’artillerie allemande dans les secteurs de la Somme et de l’Ancre, au nord de la Scarpe, au nord-est de Béthune et au nord de Bailleul.

source: http://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/juillet18.html

1443/16 juillet 1918: le 2 ème RI contre attaque à la Chapelle Mothodon (02)

Le 2 ème RI contre attaque à la Chapelle Mothodon (02)

Ici, dans ce vallon du Ru des Vieux Prés est venue s’échouer le 15 juillet 1918 la dernière offensive allemande. Ce mémorial de la Ferme de la Verdure en perpétue le souvenir.

Le 15 juillet 1918, précédées par un très violent tir d’artillerie, les troupes d’assaut allemandes franchissent la Marne, submergent nos positions et atteignent ce ruisseau. Elles y sont arrêtées par nos défenseurs de la 20ème division installés défensivement sur les hauteurs sud.

Le 16 juillet, depuis ce vallon, le 2e RI (20ème division) passe à la contre attaque et après de très durs combats s’empare des hameaux de Chézy, de Montleçon et de la Ferme de la Bourdonnerie. Par un retour offensif, les Allemands reprennent la ferme. Plus à l’est, le 77e RI (18e division) reprend la Ferme des Pozart.

Le 17 juillet, nouvelle contre attaque française par les 18ème BCP, 25e RI, 147ème RI et 32eRI. La progression est difficile et meurtrière due à la présence d’un grand nombre de mitrailleuses allemandes. La Ferme de la Cressonnière est reprise ainsi que la Bourdonnerie mais là encore, les Allemands contre attaque et reprennent la ferme.

Devant l’échec de l’offensive, l’état major Allemand décide de replier ses divisions engagées au sud de la Marne dans la nuit du 18 au 19 pour l’artillerie et du 19 au 20 pour l’infanterie.

source: https://www.valleesenchampagne.fr/mémoire-de-nos-vallées/combats-à-la-chapelle-monthodon-guerre-de-1914-1918/

Une infirmière miraculée: Henriette Bressolles 

Fille d’un officier supérieur, Mademoiselle Bressoles s’était engagée à 18 ans comme infirmière militaire dans une une ambulance chirurgicale volante. Par son comportement héroïque elle mérita  quatre citations, la médaille de Reconnaissance Française et sera même proposée pour la Légion d’Honneur. Le 16 juillet 1918, dans la région de Dormans, elle porta secours, sous un violent tir de barrage, à un prêtre-soldat dont le bras et la jambe gauche viennent d’être arrachés par des éclats d’obus. Comme elle s’efforçait  de soulever de terre le grand blessé, elle ressentit brusquement un craquement et une très vive douleur dans la colonne vertébrale. Rentré à l’ambulance, elle éprouva une grande  peine se redresser. Malgré ses douleurs elle refusa  toute évacuation jusqu’au soir où un obus tomba à quelques mètres d’elle et la projetta à terre. Henriette fut retrouvée  une heure après, évanouie avec un éclat dans la jambe.

la suite sur : http://www.1914-1918.be/inf_miraculee.php

Journal du mardi 16 juillet 1918

Après une violente préparation d’artillerie, les Allemands ont attaqué depuis Château-Thierry jusqu’à la Main-de-Massiges, sur un front de 80 kilomètres.
La lutte a été d’une extrême violence. A l’ouest de Reims, des combats acharnés ont eu lieu autour de Reuilly-Courthezon, Vasly. L’ennemi a réussi à s’infiltrer au sud de la Marne, entre Dormans et Fossoy. Une contre-attaque des Américains a refoulé les Allemands qui avaient franchi le fleuve à l’ouest du Fossoy.
Entre Dormans et Reims, nos troupes et les troupes italiennes résistent sur une ligne Châtillon-s.-Marne, Cuchery, Marfaux, Bouilly.
A l’est de Reims, de Sillery à Massiges, nos contingents ont opposé une défense irréductible. La ligne passe par Prunay, les Marquises, au nord de Prosnes et de Souain.
Les Anglais ont avancé leur ligne en Flandre, à l’est du lac de Dickebusch, sur un front de deux kilomètres. Ils ont fait 296 prisonniers, capturé quelques mitrailleuses ainsi que du matériel. Leurs pertes ont été légères. Ils ont amélioré leurs positions légèrement au sud de Villers-Bretonneux et fait quelques prisonniers. D’autres ont été également capturés dans un raid heureux aux environs d’Ayette.
Activité d’artillerie au sud d’Arras, au nord de Béthune et dans le secteur de Locre.
Les troupes anglo-indiennes ont fait 50 prisonniers à l’est du Jourdain, en Palestine.

source: http://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/juillet18.html