Archives du mot-clé poincaré

1427/30 juin 1918

Poincaré remet à l’armée tchécoslovaque un drapeau

Le 30 juin 1918, à Darney (Vosges) , Poincaré remet à l’armée tchécoslovaque un drapeau, cadeau de la ville de Paris, en présence d’Édouard Beneš. Deux régiments de l’armée tchécoslovaque sont envoyés sur le front en juin 1918, et combattent à l’automne dans les Vosges, en Champagne, et surtout aux batailles de Vouziers et de Terron (Ardennes). Ils participent enfin aux défilés de la Victoire sur les Champs-Élysées : la Grande Guerre, c’est aussi la mémoire de la Victoire.

Leur action politique est l’autre élément essentiel. La Colonie précède en effet le CNT comme organe politique en France, obtenant dès l’automne 1914 des autorités françaises le droit de délivrer des certificats de nationalité tchèque, comme un consulat, même si elle est peu à peu dépossédée de ses prérogatives par le CNT. Elle s’occupe de la propagande et de la diffusion des buts de guerre et du projet tchécoslovaques. C’est à Paris qu’est publié un journal en français LaNation tchèque.

source: http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b84327888/f23.item

Un écrit de l’abbé Miot à Ludes (51)

 

Ecrit par l’Abbé MIOT à Ludes le 30 juin 1918, Ancien Aumônier Volontaire à la 3e Division d’Infanterie Coloniale, Aumônier du Cimetière National de Champenoux, Chevalier de la Légion d’honneur

A M. le Lieutenant BALCON.

ÇA TAPAIT !

Te souviens-tu du chemin creux,

Tout grimpant et tout rocailleux,

Où les Coloniaux joyeux

Allaient, venaient, sans paix ni trêve,

Soufflant, suant, riant, chantant,

Sans se départir un instant

De ce courage débordant,

Qu’enflammait le plus noble rêve ?

Sous la mitraille qui pleuvait.

Ça tapait ! Ça tapait ! Ça tapait !

 

Te souviens-tu du long boyau,

D’ordinaire, tout rempli d’eau,

Qui zigzaguait sur le coteau,

Par où cheminaient les corvées ?

Les Boches l’avaient repéré ;

Aussi se trouvait-il sonné,

En haut, en bas, de tout côté.

Alors, à grandes enjambées,

Chaque poilu se défilait.

Ça tapait ! Ça tapait ! Ça tapait !

 

Le bois, aux vertes frondaisons,

Déchiqueté par les canons,

Dressait tristement ses vieux troncs,

N’ayant plus ni sève ni vie,

Pantelants, meurtris, sous les coups,

Les lierres tombants et les houx

Enguirlandaient les vastes trous.

Où séjournait une eau croupie.

Tu te rappelles la forêt ?

Ça tapait ! Ça tapait ! Ça tapait !

 

Te souviens-tu de ce vieux fort

Qui grillait sous le soleil d’or,

Exhalant une odeur de mort,

Tu sais : le fort de la Pompelle ?

C’est là que les Coloniaux

Subirent d’effrayants assauts

Du Boche qui, par les boyaux,

S’insinuait en ribambelle,

Rampait au sol, puis bondissait.

Ça tapait ! Ça tapait ! Ça tapait !

 

Au début, le secteur fut doux.

Etendus sur les gazons mous,

Nous caressions des rêves fous :

On faisait la guerre en dentelle.

Mais les Boches, sur Champfleury,

Montbré, Villers, Ludes, Chigny,

Taissy, Cormontreuil et Rilly,

Nous envoyèrent de plus belle

Leurs obus fusants à souhait.

Ça tapait ! Ça tapait ! Ça tapait !

 

Te souviens-tu des vieux châteaux,

Où nous gîtions, tels des corbeaux,

Goûtant un paisible repos ?

C’était enfin la belle vie

De calme et de sécurité ;

Le soir, on était éventé

Par la douce brise d’été.

Une nuit, le Boche en furie

Nous fit un barrage complet.

Ça tapait ! Ça tapait ! Ça tapait !

 

Par les sentiers bordés de fleurs

On s’en allait vers les secteurs

Pour voir fantassins, artilleurs,

Et prendre leçon de courage.

Toutefois, Fritz, de temps en temps,

Nous envoyait ses percutants.

Sans perdre alors de courts instants

On s’allongeait parmi l’herbage.

Pour s’excuser, on alléguait :

Ça tapait ! Ça tapait ! Ça tapait !

 

Mais, pour parler sincèrement,

Il est arrivé bien souvent

Qu’on s’est vu tout à fait brillant.

Il faudra voir, après la guerre,

Quand on sera dans son logis,

Comme on fera de ces récits

Devant les civils, éblouis

Par notre gloire militaire !

On dira, contant ses hauts faits :

Ça tapait ! Ça tapait ! Ça tapait !

source: https://www.ludeslecoquet.fr/histoire-chronologique/1914-à-1918/

Parution du Miroir

 

Journal du dimanche 30 juin 1918

Activité intermittente d’artillerie dans plusieurs secteurs.
Au nord-ouest de Montdidier, nous avons réalisé une légère avance au bois Senecat et fait une trentaine de prisonniers.
Entre la Marne et l’Ourcq, une opération de détail au sud de Dammart, nous a permis de faire 22 prisonniers.
Les troupes britanniques ont repoussé un raid contre un de leurs postes dans les environs de Moyenneville, au sud d’Arras. Elles ont infligé des pertes à l’ennemi.
Un de leurs détachements a exécuté avec succès un raid en plein jour près de Mericourt et fait quelques prisonniers.
Leur artillerie s’est montrée active aux environs du bois du Rossignol, au sud-est de Gommécourt, où leurs patrouilles ont infligé des pertes à l’ennemi.
Leurs avions ont attaqué les usines de produits chimiques de Ludwigshafen, les manufactures et voies de garage de Sarrebruck et l’aérodrome de Bolchen. Plusieurs bombes sont tombées sur un haut fourneau en activité à Sarrebruck. A l’aérodrome de Bolchen, deux hangars ont été incendiés ainsi qu’un appareil. Tous les avions anglais sont rentrés indemnes.
Sur le front américain, des groupes ennemis qui tentaient des coups de main sur les positions de nos alliés dans les Vosges ont été repoussés.
La Bulgarie a invité l’Allemagne et l’Autriche à rompre avec la Grèce, elle-même étant en guerre avec ce pays.

http://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/juin18.html