Archives du mot-clé rugby

1544/24 octobre 1918

Victoire italienne à Vittorio-Veneto

https://www.google.fr/search?q=1918+Vittorio-Veneto&safe=active&source=lnms&tbm=isch&sa=X&ved=0ahUKEwj18_eK55bdAhWqxYUKHUgWAj0Q_AUICygC&biw=1280&bih=605#imgrc=Hk0f2PGCFu3n-M:

Les Italiens, après avoir éprouvé dans la Grande Guerre une succession humiliante de défaites, lancent une dernière offensive sur la Piave, à l’est de Trévise. Les troupes austro-hongroises, démoralisées et privées de leurs combattants tchèques et yougoslaves, se débandent sans attendre.

Ce triomphe équivoque est mis au crédit du général Armando Diaz, qui a succédé un an plus tôt au général Luigi Cadorna, rendu responsable du désastre de Caporetto, à la tête de l’état-major italien.

source: https://www.herodote.net/almanach-ID-2988.php

Les All Blacks contre le XV de France, version 1918

Le Figaro du 24 octobre 1918 nous annonce la tenue d’un match de rugby entre l’équipe nationale de l’armée française et la Nouvelle-Zélande au profit de la Maison des journalistes.

«L’U. S. F. S. A. organise pour dimanche prochain au Parc des Princes un grand match de football rugby au profit de la Maison des journalistes, œuvre présidée par notre rédacteur en chef M. Alfred Capus, de l’Académie française.

Cette manifestation sportive mettra en présence l’équipe nationale de l’armée française et le team fameux de la Nouvelle-Zélande qui révéla sa maîtrise en 1906, à l’occasion d’une tournée en Europe.» écrit Le Figaro du 24 octobre 1918.

source: http://www.lefigaro.fr/histoire/centenaire-14-18/2014/10/24/26002-20141024ARTFIG00202-24-octobre-1918-les-all-blacks-contre-le-xv-de-france-version-1918.php

Journal du jeudi 24 octobre 1918

L’ennemi a cherché à se maintenir sur la Lys et le canal de Deynze à la frontière hollandaise. Il a échoué dans plusieurs attaques aux alentours de Peteghen.
L’armée belge a franchi le canal de dérivation. Les Allemands ont dû jeter 200 voitures dans le canal de Bruges à Gand, près de Miserge (ouest de Saint-Georges).
L’armée française a déployé, au sud de Deynze, la tête de pont sur une profondeur de trois kilomètres. 1100 Allemands ont été faits prisonniers.
La 4e armée anglaise a avancé son front de 1500 mètres, entre Lys et Escaut.
Les troupes britanniques sont entrées dans les faubourgs ouest de Valenciennes et ont pénétré dans la forêt de Raismes. Elles ont progressé à l’est de Saint-Amand. A l’ouest de Tournai, elles ont enlevé le village de Troyennes.
Sur le front de la Serre, nous avons contraint l’ennemi à un nouveau recul. Nous avons pris Chalandry et Grandlup. Notre ligne borde la Serre jusqu’à Mortiers. Les Allemands ont été repoussés à l’est de Vouziers. Les troupes tcheco-slovaques ont pris le village de Terry.
Les Allemands ont été, par trois fois, repoussés de Thann.
Le président Wilson répond à Max de Bade. Il transmet aux alliés l’offre d’armistice pour qu’ils statuent sur les conditions, mais celles-ci seront telles que l’Allemagne ne pourra, en aucun cas, reprendre les hostilités. En ce qui concerne la paix, on exigera, une capitulation pure et simple, si le gouvernement germanique n’est pas radicalement transformé.
Sur le front italien, le feu de l’artillerie s’est intensifié au mont Grappa.
Des détachements français ont opéré sur le plateau des Sette Communi au mont Sisemol, ont battu la garnison et capturé 23 officiers et 700 hommes.
Les Anglais, au sud d’Asiago, ont fait 214 prisonniers. Les italiens ont capturé une centaine d’hommes au mont Valbella.

source: http://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/octobre18.html

1154/30 septembre 1917: premier match de football féminin

Match de rugby à Pogny (Marne)

« Frantz Adam assiste à une rencontre sportive entre militaires dans l’arrière-front. Comme la séance de baignade , ce moment de détente au rugby est salutaire mais ponctuel. » FRANTZ ADAM / AFP

source: http://www.francetvinfo.fr/societe/guerre-de-14-18/cadavres-poux-et-rugby-la-grande-guerre-vue-par-un-medecin-francais_450890.html

Du 1er au 30 septembre 1917 à Villers-Marmery

26 septembre 1917
R. A. S. de bien intéressant dans la journée sinon l’avis de la disparition du célèbre
aviateur Guynemer.
27 septembre 1917
Je vais à Épernay cueillir Georges au passage, revenant de Saint Saturnin avec
Yvonne. Celle-ci retourne à Hauteville et va préparer notre logement.
28 septembre 1917
Le mobilier de mon successeur arrive cet après-midi. Encore deux jours à donner
aux gens de Villers. Ce qui me surprend un peu, c’est avec quelle insouciance
j’envisage la séparation. Je partirai le cœur léger.
29 septembre 1917
15 heures
André Dervieux, 83ème d’artillerie lourde, vient nous surprendre heureusement.
17 heures
Les batteries du canal commencent à tirer. On annonce une affaire pour cette nuit.
30 septembre 1917
La nuit a été calme malgré les avertissements d’hier soir.
19 heures
Le conseil municipal se réunit à l’occasion de mon départ. Devant l’insistance du
maire et de M. Caillet, je m’y rends : discours d’adieux par le maire, congratulations
inévitables, couplets obligatoires en pareille circonstance et présentation de M.
Bruyant, mon successeur.

source: http://villers-marmery.fr/podcast1418/textes/1er%20au%2030%20septembre%2017.pdf

Premier match de football féminin

Comme le rapporte l’historien Michel Merckel  « de jeunes officiers pédagogues eurent l’idée de recourir au sport dès le début de 1915. Pour les Poilus, issus majoritairement du monde rural, ce fut l’occasion de toucher pour la première fois un ballon de foot. » Il rappelle aussi que le premier match de football féminin en France s’est déroulé le 30 septembre 1917. Une information confirmé par l’Auto, ancêtre de l’Equipe, dans son édition du 2 octobre 1917 : « Pour la première fois des jeunes filles ont joué au football. »
En savoir plus sur http://www.footamateur.fr/la-premiere-guerre-mondiale-a-permis-lessor-du-football-en-france/#ugzYEs73qfXsih16.99

Lire aussi http://les-sportives-mag.fr/les-jeux-olympiques-feminins-un-heritage-de-la-grande-guerre-2

Bombardement meurtrier à Fresnoy-le-Grand

Le 30 septembre 1917, une escadrille lance des bombes sur la fabrique Leduc et l’anéanti en tuant 200 soldats, des bombes tombant dans le cimetière tuent deux civils (Chevalier 72 ans, veuve Lannoy 31 ans, sa petite fille est blessée). La fille Carpentier est tuée également chez elle.

source: http://www.genealogie-aisne.com/old_genealogie/articles/fresnoy1418.htm

(Aviation) L’incroyable et émouvante aventure des frères Bourdet

Le dimanche 30 septembre 1917, à 5h 20, il s’envole dans son biplace Spad par une brume épaisse qui l’oblige à se poser trop tôt. Il redécolle vers 9 heures profitant d’une petite éclaircie. Il parcourt plus de 80 km au-delà des lignes allemandes. Grâce à une préparation minutieuse, il trouve l’endroit prévu sans difficulté. Il atterrit et attend pendant sept interminables minutes. Le danger est partout et son moteur chauffe trop. Il n’a plus le choix. Il lui faut repartir, désespéré, sans son frère.

Valentin, lui, a pris tous les risques pour s’évader et couvrir les 30 km à pied en se cachant. C’est l’ouverture de la chasse, les coups de feu des chasseurs, les chiens compliquent son avancée.  Il reste à couvert ne croyant pas que son frère viendrait. Dès qu’il entend le moteur, il court en laissant des papiers blancs, des draps, des morceaux de journaux pour se faire repérer d’en haut. Mais il ne voit finalement que l’avion redécoller et passer tout près de lui, parfois à moins de 30 mètres dans les virages. Malheureusement, Georges n’est pas du bon côté. Valentin met le feu à ses papiers, feu qui ne commence à prendre qu’après le départ de son sauveteur. Georges rentre seul à la base, à 11h 10. Une panne l’empêche de revenir le lendemain. Le mardi, il retourne survoler le coin en rase-mottes pendant un quart d’heure dans le brouillard. Peine perdue encore une fois. Valentin est parti vers Bâle la veille après avoir encore attendu jusqu’au matin. Il réussit à marcher 20 km dans des conditions terribles. Il a de la fièvre, perd un soulier et doit s’avouer vaincu. Arrêté, il s’évadera une deuxième fois pendant son transfert à Karlsruhe. Il traverse la Forêt noire (150 km) en plein hiver et se fait attraper à 10 mètres de la Suisse. Son nouvel emprisonnement lui apporte des mauvais traitements, des privations de nourriture plus sévères, et un passage en conseil de guerre. Il parvient à se défendre assez adroitement pour gagner un supplément d’enquête avant l’exécution. L’armistice le sauve.

source: http://www.legrenierdemonmoulins.fr/2017/07/l-incroyable-et-emouvante-aventure-des-freres-bourdet-en-1917.html

Journal du dimanche 30 septembre 1917 à travers Le Miroir

Aucune action d’infanterie.
La lutte d’artillerie a pris une assez grande intensité sur le front de l’Aisne, notamment dans les secteurs du Panthéon et d’Hurtebise.
Sur la rive droite de la Meuse, le bombardement continue, violent de part et d’autre, dans la région au nord du bois le Chaume. Deux avions allemands ont été abattus par nos pilotes.
Des escadrilles ont bombardé les terrains d’aviation de Staden, Roulers, Cortemark et les cantonnements de la région.
Sur le front belge, activité d’artillerie normale. De nombreuses patrouilles allemandes ont tenté de faire des incursions dans les lignes de nos alliés. Leurs tentatives ont été vaines sauf sur un point, d’où l’agresseur a été, d’ailleurs, aussitôt chassé.
En Macédoine (Strouma et Vardar), activité d’artillerie assez sérieuse de part et d’autre. Rencontres de patrouilles sur la Strouma et dans la vallée de Devoli.
Les Russes ont perdu un contre-torpilleur qui a coulé sur une mine.
Les troupes italiennes, par un coup de main bien réussi, ont rectifié leur ligne entre la Serra di Dol et les pentes nord du San Gabriele. Elles ont capturé 8 offi

source: http://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/septembre17.html

979/8 avril 1917: (vidéo) Du rugby avant l’offensive du Chemin des Dames

(vidéo) Du rugby avant l’offensive du Chemin des Dames

le-8-avril-1917-equipe-rugby-nouvelle-zelande-affronte-france-vincennes_0_730_416

capture-decran-2017-02-20-a-16-06-42

http://centenaire.org/fr/autour-de-la-grande-guerre/sport/revoir-la-lumiere-du-stade

Lire aussi: http://www.la-croix.com/Actualite/Sport/La-Grande-Guerre-tremplin-inattendu-du-sport-francais-2014-01-03-1084137

voir la vidéo: http://www.ecpad.fr/les-images-de-lecpad-accompagnent-la-rencontre-france-nouvelle-zelande/

L’offensive de Lafaux (Aisne)

Le 8 avril, nous relevions les éléments avancés du 19e et du 118e d’infanterie, dont la progression s’était arrêtée à 300 mètres du village et du Moulin de Laffaux.

On était las, transis, soutenus seulement par les nerfs. On voyait chaque jour disparaître des camarades et s’émietter les compagnies. On était ivres de sommeil, de fatigue et de malaise, et néanmoins décidés à en « mettre un bon coup » pour gagner ce repos dont on nous leurrait depuis si longtemps.

Des bruits contradictoires se répandaient.

S’il est permis au chroniqueur d’éclairer des impressions passées à la lumière des faits connus, il est certain que la troupe subissait les contre-coups du doute et de l’incertitude maladroitement semés de haut.

On attaque, on n’attaque plus. C’est pour ce soir, c’est pour demain.

Nous marchons sur le Moulin; non, sur Laffaux ; non, sur La Motte ; nous changeons constamment de secteur ; l’artillerie prépare mollement. Les Allemands ne demandent évidemment qu’à se retirer, comme devant Saint-Quentin.

C’est en vain que l’aviation signale des mouvements de troupes et des travaux; c’est en vain que nos patrouilles sont décimées; c’est en vain que l’on constate le travail insuffisant de l’artillerie sur les réseaux; cette persuasion est si bien ancrée dans toutes les cervelles que les avertissements lucides du général Berdoulat ne l’ébranlent pas.

source: http://www.chtimiste.com/batailles1418/combats/laffaux1917.htm

Parution de la Mode illustrée

19170408-1

http://courcarree.blogspot.fr/2016/04/ww1-la-mode-illustree-8-avril-1917.html

Journal de guerre du dimanche 8 avril 1917 à travers Le Miroir

Actions d’artillerie assez vives au cours de la journée en divers points du front, notamment entre la Somme et l’Oise, au sud de 1’Ailette et dans la région au nord-ouest de Reims.
En Argonne, un coup de main ennemi sur nos tranchées de la vallée de 1’Aire a été repoussé après un vif combat.
D’après de nouveaux renseignements, les Allemands ont lançé en vingt-quatre heures 7.500 obus sur Reims. Quinze personnes de la population civile ont été tuées et beaucoup d’autres blessées.
Sur le front belge, dans la région de Hetsas, les batteries belges ont exécuté des tirs réussis sur les travaux ennemis. Vive activité d’artillerie dans l’ensemble des secteurs.
Canonnade sur le front italien.
Le nombre des steamers allemands dont l’Amérique a pescrit la saisie est de 91. Leur valeur monte à 1500 millions.
Le cabinet de Washington fait arrêter un certain nombre d’Allemands qui étaient tenus pour dangereux.
La république de Cuba a proclamé l’état de guerre entre elle et l’empire germanique.
La situation est redevenue très troublée en Grèce, où l’on redoute de nouvelles échauffourrées sanglantes.

Dernier regard au voilier torpillé…

voilier-coule-le-miroirLe Miroir du dimanche 8 avril 1917 publiait cette énigmatique photo avec la légende : Le dernier regard au voilier torpillé en plein océan par les pirates. Cette remarquable photographie montre l’équipage d’un navire marchand anglais non armé obligé de se réfugier dans les chaloupes, très loin de toute terre, à la merci du vent, des lames et du froid. Le voilier coule lentement. L’hebdomadaire ne donnait pas plus d’informations sur le navire, ni sur le pirate (allemand bien entendu).

http://maitres-du-vent.blogspot.fr/2010/04/dernier-regard-au-voilier-torpille.html

 

Centenaire 14-18 : les rugbymen en première ligne

A voir sur le site de France3 Picardie

Sport du sacrifice et de l’abnégation sur le terrain, le rugby a payé un lourd tribut dans les tranchées. Hommage a été rendu à ces hommes de l’ovalie tombés au front, dans l’Aisne.

http://france3-regions.francetvinfo.fr/picardie/2014/09/14/centenaire-14-18-les-rugbymen-en-premiere-ligne-550470.html

A voir sur le site de L’union

http://www.dailymotion.com/video/x25w287_hommage-aux-rugbymen-tombes-au-cours-de-la-grande-guerre_school

http://www.aisnenouvelle.fr/region/aisne-essai-transforme-pour-l-hommage-aux-disparus-de-ia16b0n115314