Archives du mot-clé russie

1323/18 mars 1918: (Aviation) mort du jeune Jean-Corentin Carré

Grève à l’usine Caudron

source: https://books.google.fr/books?id=lIcxNMpC10sC&pg=PA208&lpg=PA208&dq=18+mars+1918&source=bl&ots=KYIRRWM2yt&sig=AOazUqUQOuWT1oZY4j2pzpsqMpY&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwic_7GP66_ZAhWUa8AKHSM7DSw4ChDoAQgzMAI#v=onepage&q=18%20mars%201918&f=false

Mouvements sur le village de Carspach

Le 18 mars 1918, le front situé au nord du village de Carspach connut un regain d’activité. De 6 h à 9 h, l’artillerie allemande bombarda les positions de l’artillerie française située dans la forêt du Lerchenholz avec des obus à gaz ypérite. En représailles, les Français pilonnèrent les premières lignes allemandes de 12 h à 18 h. Ils le firent avec six mortiers lourds et dirigèrent les tirs à l’aide d’avions. L’artillerie allemande réussit, au bout de nombreux essai, à détruire trois d’entre eux. Les Français bombardèrent surtout la deuxième tranchée (C2) située à environ 150 m de la ligne de front. Les occupants de cette tranchée s’étaient réfugiés dans l’abri Kilian. Celui-ci, profondément enterré, était considéré comme sûr. En début d’après-midi, la partie gauche (côté Carspach) subit plusieurs coups au but successifs. La galerie constituant l’abri s’effondra sur une longueur de 60 m, ensevelissant 38 hommes. L’effondrement blessa également dix hommes et un autre fut tué par un tir de mitrailleuse.

source: https://www.lieux-insolites.fr/cicatrice/14-18/kilian/kilian.htm

lire aussi: http://www.carspach.fr/Historique/Les-Fouilles-du-KILIANSTOLLEN/Les-fouilles-du-KILIANSTOLLEN

Aviation (BD) mort du jeune Jean-Corentin Carré

Mais ce 18 mars 1918, à l’aube, il trouve la mort héroïquement dans un combat aérien au dessus de Souilly. Jean-Corentin Carré est tombé dans un traquenard par quatre avions. Cette action lui vaut une dernière citation à l’ordre de l’armée, cette fois-ci « S’est défendu énergiquement jusqu’à ce que son appareil soit abattu l’entraînant dans une mort glorieuse ».
Ainsi disparut à l’âge de 18 ans le « Petit Poilu du Faouët », l’un des plus jeunes soldats français de la Grande Guerre. Tout le monde le pleurait dans le pays. Les hautes autorités demandèrent qu’il soit enterré et porté au Panthéon. Un monument a été inauguré à ce jeune combattant juste avant la Seconde Guerre mondiale. Toutes les rues en Bretagne portent son nom. Jean-Corentin Carré est devenu un symbole et un exemple.

source: http://www.editionspaquet.com/catalogue-bd/t3-1917-1918

lire aussi https://www.soldatsdefrance.fr/22-03-1918-Corentin-Jean-CARRE-18-ans_a527.html

Courte reprise de Noyon aux Allemands

Le 18 mars 1917, le repli stratégique de l’armée allemande permet aux troupes françaises de reprendre Noyon. Au cours des journées précédentes, l’ennemi avait déclenché une série de destructions volontaires : incendies, dynamitage de ponts et de maisons, minages de plusieurs axes de communication, etc. Les dégâts restèrent limités mais occasionnèrent cependant des inondations dans la ville.

Au lendemain de la libération, la remise en état des voies de communication et des habitations endommagées fait suite aux défilés militaires et visites officielles. Le temps est à la réorganisation de la ville et de son ravitaillement. Le maire Ernest Noël, déporté en 1915, retrouve son siège quelques jours plus tard et reçoit la Légion d’honneur.

source: http://www.ville-noyon.fr/IMG/pdf/pg_centenaire_14-18_bd.pdf

(suite) La légion russe intégrée à la Division marocaine

Quand le commandement russe tentait de convaincre les anciens soldats du corps expéditionnaire de s’engager dans la légion des Volontaires russes :
« A bas les pelles, les pioches et autres outils, saisissez les armes et pour l’œuvre de droit et de justice, en avant dans les tranchées ! Non seulement vos chefs, mais aussi les gouvernements alliés prendront soin de vous et vous assureront votre avenir. La discipline sera la même que dans les régiments français. (…)Les comités, les assemblées et les résolutions ne sont pas des armes pour lutter contre un pareil ennemi ; seule une puissante armée, une discipline sévère, mais juste, peut en venir à bout. Donc, notre pauvre Patrie, vendue par les traîtres ne peut être sauvée que par une armée forte et réorganisée ».
Service Historique de la Défense, 17N 686, appel du 18 mars 1918

– Lettre d’un soldat déporté en Algérie contre la Légion
« Comment pourrions-nous nous battre pour des gens qui ont supprimé notre discipline pour implanter la leur, qui nous ont enlevé nos soviets parce qu’ils avaient reconnu le gouvernement bolchevik ».
Service Historique de la Défense, extrait du rapport de la commission militaire de contrôle postal, mars 1918

– L’intégration de la Légion russe dans la Division marocaine.
« Les officiers et soldats qui composent le Bataillon Russe sont dans la situation suivante : ils faisaient partie de la Brigade Russe que nous avons remplacé en Champagne en Avril 1917 à Brimont où elle subi héroïquement des pertes énormes. Depuis ce moment, elle s’est dissociée comme toute l’Armée Russe. Les soldats ont été désarmés et employés provisoirement à des travaux divers.

La suite sur http://www.lacourtine1917.org/spip.php?article121

(…)Rudes combats dans le Nord

Le lendemain, 18 mars, une nouvelle patrouille offensive sur le même objectif, rassemble 24 chasseurs des 54ème et 84ème Squadron sur Sopwith Camel et du 5e Naval sur DH4 et décolle à 10h10 du matin. Mais cette fois, les Allemands ne se laissent pas surprendre. Le Jagdgeschwader 1, le « Cirque volant» de Manfred von Richthofen composé des Jasta 4, 6, 10 et 11 se porte au devant de la formation avec 50 appareils. La 4 a décollé de Lieu St-Amand, la 6 de Bouchain, la 10 d‘Iwuy et la 11 d’Avesnes le Sec et le combat s’engage à deux miles à l’est de Busigny jusqu’au-delà du Cateau.

Côté Britannique, le Lieutenant Norman CLARK du 54ème Squadron, sur le Sopwith B5421 est d’abord porté manquant. On apprend lors qu’il a en fait été abattu à 11h15 par un pilote dont on ne connaît pas l’identité mais dont la victoire est attribuée au Jagdgeschwader 1. Le Second Lieutenant G. RUSSEL, 30 ans sur le Sopwith C1566 du même Squadron, est abattu par le Vizefeldwebel Karl BOHNENKAMP de la Jasta 22 (As de l’aviation qui finira la guerre avec 15 vitoires homologuées) à 11h10. Il tombe non loin du point de chute de CLARK (bien que Bohnenkamp annonce sa victoire à St-Martin). RUSSEL meurt de ses blessures le même jour aux mains de l’ennemi. RUSSEL et CLARK sont alors inhumés dans le Cimetière Communal d’Awoingt.

Il y aura de nombreuses pertes de part et d’autres. Un autre Sopwith du 54e Squadron, le C1576, tombe à 11 h 15 à l’est de Bohain, victime du Lieutenant Edgar SCHOLTZ de la Jasta 11, lui aussi As de l’aviation avec 6 victoires (il trouvera la mort le 2 mai suivant lors d’un atterissage sur le terrain de Cappy).

Le 84ème Squadron perd également un As qui totalise 8 victoires : le second lieutenant McCUDDEN âgé de 20 ans. Il n’est autre que le frère de James, le plus célèbre As Britannique derrière MANNOCK (qui lui même perdra la vie quatre mois plus tard). John Anthony McCUDDEN, a été abattu par le lieutenant H. WOLFF de la Jasta 11. Il est inhumé à Saint-Souplet.

Bien d’autres encore tombent : un Camel au sud d’Awoingt, victime du Lt OPPENHORST (Jasta 5), un autre à Busigny, abattu par B. JEHLE (Jasta 16), un autre à Awoingt, non homologué celui-là mais revendiqué par le Lt FRIEDRICHS (Jasta 10), deux DH4 du 5e Naval tombent également à Prémont (victoire pour l’Hauptmann REINHARDT de la Jasta 6) et près de Beaurevoir.

La suite sur http://www.tank-cambrai.com/french/articles/dure-journee.php

Bombardement de la gare de Longuyon

Le 18 mars 1918, vers 23H00 un petit avion français lache une bombe sur la concentration de wagons qui se trouvent là. Elle atteint une citerne de benzol qui s’embrase et en embrase d’autres. Le petit avion revient et largue d’autres bombes au coeur du sinistre. Tout s’enflamme, avant une brutale déflagration qui secoue la ville : un wagon de munitions a explosé. Les explosions se succèdent et l’incendie fait rage jusqu’au lendemain matin.

Le trafic ferroviaire est rétabli en fin d’après-midi.

source:http://www.ot-longuyon.fr/version-française-accueil/historique/1914-1918/

Une loi  réglementant la fabrication et la vente des sceaux, timbres et cachets officiels

Il est interdit de fabriquer les sceaux, timbres, cachets et marques de l’Etat ou d’une autorité quelconque sans l’ordre écrit des représentants attitrés de l’Etat ou de cette autorité. La livraison n’en pourra être faite qu’à ces représentants ou au siège même de l’autorité.

source: https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=5B20515665BA0EA0DB6632CAC1699412.tpdjo15v_1?cidTexte=JORFTEXT000000498448&dateTexte=20011231

https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexteArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006503477&cidTexte=LEGITEXT000006071113&dateTexte=19180320

Alsace: l’enfer se déchaîne sur les Allemands

Article payant sur le site de l’Alsace

http://www.lalsace.fr/haut-rhin/2011/11/19/18-mars-1918-l-enfer-se-dechaine-sur-les-allemands

 

Journal du lundi 18 mars 1918

Sur la rive droite de la Meuse, le bombardement ennemi a revêtu une grande intensité et a été suivi d’une série de fortes attaques allemandes. Vers Samogneux, au nord du bois des Caurières et dans la région de Bezonvaux, de gros détachements ennemis ont abordé nos positions et réussi, en divers points, à pénétrer dans nos lignes. Sous la violence de nos feux, les assaillants ont subi de très lourdes pertes et n’ont pu se maintenir dans les éléments où ils avaient pris pied. La lutte d’artillerie continue, très vive, dans cette région.
Nos troupes ont pénétré dans la tranchée ennemie au bois de Malancourt sur une étendue de 1.400 mètres et une profondeur de 800. Le chiffre total des prisonniers que nous venons de faire sur la rive gauche de la Meuse est de cent soixante.
Nos pilotes ont détruit deux avions allemands; cinq autres appareils ennemis sont tombés dans leurs lignes à la suite de combats.
Les Anglais ont effectué avec succès des coups de main vers Epehy et Gavrelle. Une tentative de raid ennemi a échoué vers Lens.
Activité de l’artillerie allemande au sud de la route Bapaume-Cambrai, dans la vallée de la Scarpe et à l’est du bois du Polygone.
Les Belges ont procédé à des tirs de destruction vers Leke, Essen et Kuiksstraat.
Les aviateurs alliés ont bombardé les établissements ennemis dans les vallées de la Strouma et du Vardar, en Macédoine.

 

Publicités

1312/7 mars 1918: la Légion russe incorporée dans la 1ère division marocaine

Traité de paix entre la Finlande et l’Allemagne

https://fr.wikipedia.org/wiki/Traité_de_Berlin_(7_mars_1918)

Echec d’un projet de constitution plus équitable pour les femmes

source: https://books.google.fr/books?id=towW8aEtG7cC&pg=PA94&lpg=PA94&dq=7+mars+1918&source=bl&ots=XmtaFsDlY7&sig=L9DaMzsFZJG-NH0O20wy5871c-s&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwiZqMLOyJjZAhUjM8AKHYj-BvM4ChDoAQgrMAE#v=onepage&q=7%20mars%201918&f=false

Journal de guerre de 1918 du soldat Charles Robert Bottomley

7 mars 1918 — Occupé à entretenir les avant-trains et le secteur des chevaux. Suis allé à un concert en soirée.

8 mars 1918 — Ai travaillé dans le secteur de l’unité et ai nettoyé les avant-trains. Il a fait très beau. Suis sorti en soirée.

9 mars 1918 — Me suis occupé des avant-trains en matinée, suis allé en ville en après-midi. Affecté au piquet en soirée jusqu’à 22 h et me suis alors couché.

10 mars 1918 — Dimanche. N’ai rien fait de la matinée. Après midi, suis allé sur la place écouter la fanfare. Le soir, suis allé à l’office. Le chanoine Scott a fait un sermon et il y a eu un concert après l’office. Ai entendu des membres de la fanfare chanter le «Glee» et «Comrade in Arms». Suis allé à mon cantonnement, ai mangé et me suis couché.

http://www.veterans.gc.ca/fra/remembrance/those-who-served/diaries-letters-stories/first-world-war/Bottomley/march1918

Des Chinois pour l’effort de guerre

Ce film, tourné entre le 21 février et le 7 mars 1918, montre des travailleurs chinois sous contrat sur le paquebot les amenant en France. Arrivés à Marseille, ils sont photographiés avec un numéro de matricule. Les séquences suivantes se situent sur le chantier naval de La Seyne-sur-Mer (Var).

Article payant sur le site du journal Le Monde
En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/1914-1918-90-ans-apres-l-armistice/article/2008/10/23/des-chinois-pour-l-effort-de-guerre_1107322_736535.html#T6QM8Q3V3xmRMizb.99

Journal du jeudi 7 mars 1918

Actions d’artillerie, parfois vives, dans la région de la Pompelle, en Champagne et dans quelques secteurs des Vosges.
Un coup de main ennemi vers la Main de Massiges est resté sans succès.
Sur le front britannique, l’artillerie ennemie s’est montrée plus active que de coutume, au sud de Saint-Quentin et vers le bois Grenier; elle a été assez active à l’ouest de Cambrai, au sud-est et au nord-est d’Ypres.
Les pilotes britanniques ont fait du réglage et quelques reconnaissances. Ils ont jeté des bombes sur les voies de garage de Mouscron (nord-est de Lille) et sur des objectifs voisins des lignes ennemies. Deux appareils allemands ont été abattus en combats aériens et un troisième, contraint d’atterrir désemparé. Un appareil anglais n’est pas rentré.
Nos alliés ont bombardé la gare d’Ingelmunster et un champ d’aviation au nord-est de Saint-Quentin. Tous leurs appareil sont rentrés indemnes.
Sur le front italien, reprise d’artillerie, entre le lac de Garde et l’Astico, dans la région de Monterello et le long du littoral.
Nos alliés ont concentré des feux sur des troupes ennemies en marche du côte d’Asiago, au Sud de Primolano et sur la rive gauche de la Piave.
Un aviateur anglais a abattu un avion ennemi près de Conegliano.
Le croiseur anglais Calgarian a été torpillé.

La Légion russe incorporée dans la 1ère division marocaine

Par suite de la révolution en Russie, qui fut suivie par un relâchement de discipline parmi les soldats, les dites quatre brigades furent dissoutes, mais les éléments les plus dignes et loyaux voulurent continuer à servir la cause commune, ce qui permit de former une Légion Russe. Celle-ci alla au front le 7 mars 1918 et fut incorporée dans la 1ère division marocaine.

Cette légion se distingua dans tous les combats de la glorieuse division marocaine en 1918, jusqu’à la victoire, et participa ensuite à l’occupation du territoire allemand, en étant placée dans un district situé près de Frankenthal.

Elle fut citée deux fois à l’Ordre de l’Armée. *

Les pages glorieuses écrites sur notre sol par les volontaires russes et par les Brigades Spéciales, constituent des lettres de noblesse qui enseignent à ceux qui restent et à leurs enfants, le chemin d’un devoir auquel, nous en sommes certains, ils ne sauraient faillir.

source: http://ascerf.fr/armee-orient/

 Parution de la guerre aérienne illustrée

 

1310/5 mars 1918: Moscou nouvelle capitale de la Russie

Journal du mardi 5 mars 1918

Lutte d’artillerie dans les régions de Beaumont et de Bezonvaux, ainsi qu’en Haute-Alsace, au Ban-de-Sapt et à l’est de Largitzen.
A l’est de la Meuse, nous avons exécuté, malgré une tempête de neige, un large coup de main sur les organisations ennemies à la tranchée de Calonne. Nos troupes ont pénétré jusqu’à la quatrième ligne allemande sur un front de 1200 mètres et une profondeur atteignant 500 mètres en certains points.
Au cours de ce coup de main, une contre-attaque ennemie lancée sur notre flanc gauche a été repoussée après un vif combat qui a coûté des pertes importantes à nos adversaires. Le chiffre des prisonniers dénombrés dès le premier moment dépasse 150. Nous avons également ramené du matériel. Nos pertes sont légères.
Au nord-ouest de Bezonvaux, un coup de main allemand a échoué. D’autres ont échoué en Lorraine, dans la région de Parroy, vers Neuvillers et vers Bures et Vého.
En Haute- Alsace, nous avons arrêté une tentative ennemi.
Les Anglais out effectué avec succès un certain nombre de coups de main. Les Australiens ont pénétré dans les tranchées allemandes à Warneton, tuant une cinquantaine d’hommes, ramenant onze prisonniers.
Les troupes de Middlesex ont abordé les positions ennemies au nord de Passchendaele et ramené des prisonniers.
Un raid allemand a échoué au sud de Saint-Quentin.
Lutte d’artillerie et fusillade sur le front italien.

 

Moscou nouvelle capitale de la Russie

moscou

Petrograd, l’ancienne Saint-Pétersbourg, n’est plus la première ville de Russie. Le siège du gouvernement des Soviets sera transféré le 9 dans la nouvelle capitale Moscou.

source: http://www.linternaute.com/histoire/jour/evenement/5/3/1/a/49787/moscou_nouvelle_capitale_russe.shtml

http://tietie007.over-blog.com/article-5889188.html

1288/11 février 1918

Les Allemands menacent Pétrograd

russie

Lire le dossier http://slideplayer.fr/slide/3480876/

Journal du lundi 11 février

Lutte d’artillerie assez violente dans les régions de Nieuport et de Juvincourt et en Champagne, au sud de Moronvillers.
Au nord de Craonne, vers les bois de Cheppy (Argonne) et sur trois points des Vosges, les Allemands ont lancé des coups de main contre nos petits postes. Partout nos feux ont arrêté les assaillants.
De notre côté, nous avons pénétré dans les tranchées ennemies en Champagne, à l’est du Téton et exécuté heureusement diverses patrouilles, notamment vers Badonvillers. Nous avons fait, au cours de ces expéditions, un certain nombre de prisonniers.
Sur le front britannique, un coup de main a été effectué par l’ennemi, à la faveur d’un bombardement par mortiers de tranchées, à l’ouest de Gonnelieu.
Recrudescence de l’activité de l’artillerie allemande dans la région de la forêt d’Houthulst.
Sur le front italien, activité limitée; actions d’artillerie dans le secteur est du plateau d’Asiago, et dans la zone à l’ouest du mont Grappa.
Deux coups de main tentés par l’ennemi au sud de Daone (Chiese) ont échoué sous les fusillades des avant-postes. A Redevoli (embouchure de la Piave), des hydravions italiens ont bombardé les baraquements autrichiens.
Le général Averesco a été chargé de former le nouveau cabinet à Jassy.

http://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/fevrier18.html

 

1274/28 janvier 1918: mort du médecin poète canadien John Mc Crae

Création de l’Armée rouge

Après les révolutions russes de 1917, les bolcheviks souhaitent mettre en place une armée afin de combattre leurs opposants. Le 28 janvier 1918, une décision du Conseil des commissaires du peuple transforme la garde Rouge en armée Rouge. Elle avait pour objectif de combattre l’armée Blanche, composée de la France, du Royaume-Uni, de la Tchécoslovaquie, des Etats-Unis et de l’empire du Japon. Elle participera notamment à la guerre civile russe

source: http://www.linternaute.com/histoire/jour/evenement/28/1/1/a/59842/creation_de_l_armee_rouge.shtml

http://www.gauchemip.org/spip.php?article8310

Grève générale en Allemagne

Le 28 janvier 1918, une grève générale éclate dans un grand nombre de villes allemandes : Berlin, Hambourg, Kiel, Breslau, Danzig, Mannheim, Munich, Nuremberg, … La grève est interdite et l’état de siège est renforcé. Cela n’empêche pas une nouvelle grève de masse à Berlin du 15 au 17 avril.

https://www.legrandsoir.info/c-039-est-la-revolution-allemande-qui-a-mis-fin-a-la-guerre-de-1918.html

Parution de l’Excelcior

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4605996s.item

Trois victoires aériennes pour Maurice Robert

Né le 19 janvier 1893 à Maubeuge, dans le Nord, Maurice Robert entre dans l’Armée le 7 avril 1913 et se trouve affecté au 1er Régiment d’Artillerie. Le 16 août 1914, il est transféré au 1er Groupe d’Aviation et se trouve affecté à l’Escadrille D 022 Au cours du mois de mai 1915, il est transféré à Chartres en tant qu’élève pilote et reçoit le Brevet de Pilote Militaire n° 2150 le 26 décembre 1915. Il poursuit alors l’entrainement à Ambérieux, Avord et Pau où il se forme à la voltige et au tir avant de rejoindre le GDE le 1 novembre 1916. Le 3 février 1917, il est affecté à l’Escadrille C61 avant d’être transféré, le 3 mai 1917, à l’Escadrille N92 au sein de laquelle il obtient une promotion au grade de Sergent le 22 mai. Deux jours plus tard, il remporte sa première victoire. Le 28 janvier 1918, après avoir remporté 3 victoires, il est promu Adjudant. Maurice Robert ne survivra cependant pas à la guerre, tué au combat le 19 juillet 1918, 3 semaines après être devenu un As en remportant sa 5eme victoire en combat aérien. Il avait été décoré de la Médaille Militaire le 15 août 1917 et sa Croix de Guerre comptait au moins 4 Palmes. La citation lui octroyant la Médaille Militaire fait état de deux blessures au combat.

http://www.cieldegloire.com/004_robert_m_j_e.php

Mort du médecin poète canadien John Mc Crae

John Mc Crae est un médecin biologiste engagé volontairement pendant la Seconde Guerre des Boersd’Afrique du Sud puis dans le Corps expéditionnaire canadien lors de la Première Guerre mondiale. Il a été promu au grade de lieutenant-colonel du Corps médical canadien. C’est lui qui aurait écrit le 3 mai 1915 à Boezinge un poème en pleine bataille des Flandres en hommage à son ami. Il décède à l’Hôpital militaire britannique de Wimereux le 28 janvier 1918.

Le poème In Flanders Fields évoque avec simplicité les champs de bataille des Flandres. Il est devenu pour les Canadiens et les Britanniques le symbole d’une génération fauchée dans la fleur de l’âge, à l’instar des romans de Roland Dorgelès ou de Maurice Genevoix pour les Français.

Une partie de ce poème est affichée dans le vestiaire de l’équipe de hockey des Canadiens de Montréal, de la Ligue nationale de hockey, sous les photos des joueurs qui ont été admis au Temple de la renommée du hockey : « Nos bras meurtris vous tendent le flambeau, à vous toujours de le porter bien haut. »

Le gouvernement canadien a fait faire une traduction officielle du poème sous le titre Au champ d’honneur.

source: https://fr.wikipedia.org/wiki/John_McCrae

https://magazine.hortus-focus.fr/blog/2017/11/11/les-fleurs-de-la-grande-guerre/

https://horizon14-18.eu/john-mccroe.html

Journal du lundi 28 janvier 1918

Activité de l’artillerie allemande vers Ribécourt, sud-ouest de Cambrai, sur le front anglais.
Canonnade réciproque assez vive dans la région à l’est de la route de Saint-Etienne à Saint-Souplet où nous avons exécuté des tirs de destructions efficaces. Deux coups de main ennemis ont échoué sur nos petits postes de la région de la Fave.
Sur le front italien, action d’artillerie dans la zone montagneuse et plus intense du Montello à la mer.
Les conditions atmosphériques favorables ont permis une grande activité aérienne des deux côtés.
Les avions italiens ont bombardé avec succès des baraquements ennemis et des voies ennemies à Cismon et à Primolano. Des hydravions de la marine royale ont efficacement battu des objectifs militaires entre Sila et la Piave.
Nos escadrilles et celles de nos alliés ont attaqué à plusieurs reprises de nombreux avions ennemis dont deux, dans la région du mont Zebio et dans le val Sugana, sont tombés désemparés sous les coups de nos aviateurs. Deux autres, à San Pietro di Feletto et à San Fioroni ont été abattus par des aviateurs anglais, qui ont, en outre, incendié deux ballons captifs ennemis près de Conegliano.
En Palestine, continuation des opérations aériennes.
Les escadrilles anglaises de bombardement ont surpris près de Hawara, au sud de Naplouse, sur la route de Naplouse à Jérusalem, un corps en formation de 2000 Turcs sur lequel ils ont jeté une demi-tonne de bombes.

 

1266/20 janvier 1918

Combat naval à l’entrée des Dardanelles

Lors d’un combat naval à l’entrée des Dardanelles, une force anglaise avarie le croiseur Goeben devenu le Sultan-Sélim et coule le croiseur Midelli, l’ancien Brelau.

source: http://home.nordnet.fr/~jdujardin/haubourdin/g18m01.htm

https://www.cairn.info/revue-guerres-mondiales-et-conflits-contemporains-2004-2-page-39.htm

http://pages14-18.mesdiscussions.net/pages1418/Forum-Pages-d-Histoire-aviation-marine/marine-1914-1918/breslau-croiseur-allemand-sujet_3866_1.htm

Persécutions contre l’Eglise Orthodoxe en URSS

L’un des premiers décrets du pouvoir soviétique fut celui du 20 janvier 1918, entérinant la séparation d’entre l’Eglise et l’Etat et confisquant à l’Eglise tous ses biens : capitaux, terres, bâtiments, églises. Conséquence de ce décret : en 1918, on ferma les institutions spirituelles pédagogiques, dont les écoles diocésaines et les églises rattachées, on supprima les formations spirituelles, l’activité scientifique religieuse et éditoriale. Conformément à ce décret, il fut interdit d’enseigner le catéchisme à l’école, ce qui provoqua le mécontentement du peuple.

source: http://www.orthomonde.fr/index.php/journal/item/49-persecution-contre-l-eglise-orthodoxe-dans-l-union-sovietique

Journal du dimanche 2O janvier 1918

Actions d’artillerie assez vives en Champagne, dans la région d’Auberive et sur la rive droite de la Meuse, au nord de Bezonvaux.
Sur le front britannique, activité d’artillerie en Artois et en Flandre.
Sur le front belge, lutte d’artillerie entre Nieuport et Dixmude.
L’artillerie de nos alliés a effectué des tirs de destruction sur des organisations défensives ennemies au sud de Dixmude.
Un avion allemand a été abattu par une batterie anti-aérienne au nord de Kyppe.
En Macédoine, actions d’artillerie réciproques dans la région de Monastir et dans la boucle de la Cerna, où nos tirs ont provoqué l’incendie d’un dépôt de munitions.
L’aviation britannique a exécuté plusieurs bombardements sur la voie ferrée de Doiran et dans la région Petric-Sérès.
Les Italiens ont refoulé des troupes autrichiennes qui les attaquaient sur la basse Piave.
Les grèves autrichiennes ont pris une très grande extension. Elles affectent spécialement les usines de guerre et visent à protester contre le rationnement alimentaire excessif et contre la prolongation de la lutte.
La Constituante russe s’est réunie et a élu président M. Tchernof, socialiste minimaliste.

source: http://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/ja18

1262/16 janvier 1918

Création de l’escadrille N 159

L’escadrille N 159 voit le jour le 16 janvier 1918 sur le terrain de Malzéville, sur le front de Lorraine. Le tiers de ses 15 pilotes viennent de l’escadrille N 90 pour donner un noyau de pilotes expérimentés à la nouvelle formation commandée par le capitaine Albert Roper, lui-même issu de l’escadrille N 68. Il est à l’origine de l’insigne que se choisissent les pilotes, un poing rouge dans un cercle blanc bordé de bleu, le « poing de Ropert ».

Le front de Lorraine est assez calme et rien d’important ne se déroule dans la vie de l’escadrille qui ne remporte pas de victoire et ne déplore aucune perte dans ses premiers mois d’existence. Mais sous la pression des attaques allemandes en Champagne lancées le 26 mai 1918, la formation quitte la Lorraine deux jours plus tard pour gagner le terrain de Villeseneux, dans la Marne.

C’est là que commence le massacre face aux meilleures escadrilles allemandes équipées du nouveau Fokker D VII. A peine arrivés, les pilotes perdent leur chef, le capitaine Roper, qui est blessé au combat le 30 mai et doit être évacué. On envoie alors un nouveau chef d’escadrille, le lieutenant Jean Dehesdin, pilote expérimenté qui a déjà obtenu une victoire aérienne à l’escadrille N 89. A peine a-t-il le temps de prendre son commandement le 8 juin que trois pilotes sont perdus le lendemain face à une formation de la Jasta 11 qui fond sur une patrouille, faisant un tué (Sgt Villard) et deux blessés qui doivent être évacués. L’escadrille bouge le jour même sur le terrain de Lormaison dans l’Oise. Mais les Fokker D VII se montrent tout aussi redoutables dans ce secteur : le 11 juin, les chasseurs allemands abattent dans leurs lignes le lieutenant Dehesdin, qui est fait prisonnier, et tuent son équipier martiniquais, le Sgt Cramoisy, porté disparu.

source: http://albindenis.free.fr/Site_escadrille/escadrille159.htm

François-Marie Le Gall disparu, à bord du vapeur « Geneviève »; torpillé par un sous marin allemand

quitte Rouen le 13 Janvier 1918 à 17h00, pour Swansea, en passant par la rade du Havre, afin de rejoindre un convoi le 14 Janvier. Mauvais temps pendant tout le voyage. Le 16 Janvier 1918 à 23h, par 50°23 N et 05°20 W, naviguant en zigzags à 9 nœuds, l’équipage ressent un choc extrêmement violent, et entend une formidable explosion, tandis qu’une gerbe d’eau couvre le navire. La vapeur s’échappe de la chaufferie et de la machine par toutes les issues. « A l’évidence, dit le capitaine dans son rapport, nous venions d’être torpillés ». Il note qu’il a constaté l’absence du chauffeur Le Gall, de quart dans la chaufferie. « Il a du être tué sur le coup par l’explosion, ou brûlé par la vapeur. L’accès de la chaufferie et de la machine est impossible ».

Vingt cinq hommes, dont trois blessés peuvent évacuer le navire, mais Jean Marie Le Gall est le seul disparu de ce drame. Les embarcations de sauvetage sont recueillies le lendemain avec les rescapés par le « Regina » qui les débarque à Port-Talbot.

L’agresseur était le sous-marin allemand U 55. Lancé le 18 mars 1916, il a coulé un total de 64 navires. Il était commandé par Wilhelm Werner. Accusé de crimes de guerre, celui-ci ne fut jamais condamné comme tel, malgré les multiples atrocités sous-marines commises. Après avoir coulé des paquebots, Le « Torrington », le « Toro », le navire hôpital « Rewa » heureusement vide de blessés, et plusieurs autres, il plonge à chaque fois avec plusieurs survivants cramponnés au pont du sous marin. C’est lui aussi, qui a coulé le « Carpathia », qui s’était rendu célèbre lors du naufrage du « Titanic ».

source: http://l-amer.reseaudesassociations.fr/fr/information/48068/le-gall-francois-marie

Communication: 16 janvier 1918 : Création de la CSF 
En France, la SFR dispose d’un incontestable savoir-faire et de bons ingénieurs, mais elle reste fragile car ses capitaux sont modestes. L’Etat décide de favoriser le regroupement de plusieurs compagnies afin de créer un groupe pouvant concurrencer les compagnies internationales comme Telefunken qui saura survivre à la prochaine défaite de l’Allemagne, et surtout Marconi dont les tentacules se développent sur tous les continents. La CUTT (Compagnie Universelle de Télégraphie et de Téléphonie Sans Fil) dont le capital est partagé entre des intérêts français, allemands et anglais (via Marconi) est en séquestre depuis 1914 en raison du conflit avec l’Allemagne. Elle servira de base à la création d’une nouvelle société qui écartera les actionnaires allemands et mettra en minorité la Marconi. C’est la naissance de la Compagnie Générale de TSF (C.S.F) qui s’allie avec la SFR pour former un groupe dirigé par Emile GIRARDOT.

source: http://100ansderadio.free.fr/HistoiredelaRadio/1918.html

Journal d’un diplomate russe

16 janvier1918. Les commissaires, ayant relâché M. Diamandy, ont adressé un ultimatum au gouvernement roumain et ont enjoint à tous les soldats russes de procéder à l’arrestation du roi de Roumanie. Cette fois ils sont dans leur droit… mais je pense que l’ordre sera plus difficile à exécuter …

https://books.google.fr/books?id=vgcmDwAAQBAJ&pg=PT191&lpg=PT191&dq=16++janvier+1918&source=bl&ots=NX7limZxF_&sig=UucToN95qbKzAIUVrtGOjunlkDc&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwih1O3ukPXXAhWEh7QKHXwdDnI4ChDoAQg2MAM#v=onepage&q=16%20%20janvier%201918&f=false

Journal du mercredi 16 janvier 1918

Sur la rive droite de la Meuse, actions d’artillerie violentes sur le front Beaumont-bois des Caurières.
En Alsace, nos patrouilles ont ramené des prisonniers.
Sur le front britannique, un fort coup de main ennemi a été repoussé au nord-est d’Armentières.
Nos alliés ont pénétré dans des tranchées allemandes au nord de Lens, lancé des grenades dans les abris et ramené des prisonniers et une mitrailleuse.
Les aviateurs anglais ont exécuté en plein jour et avec le plus grand succès, un raid aérien en Allemagne. Ils avaient pris pour objectifs la gare et les usines de munitions de Carlsruhe, dans la vallée du Rhin. Une tonne et quart de projectiles a été jetée avec d’excellents résultats. Des explosions ont été observées dans le bâtiment et sur les voies de garage du grand noeud de voies ferrées du centre de la ville, dans les ateliers du chemin de fer et sur le noeud de voies ferrées de moindre importance. Les observateurs ont aperçu un très grand incendie dans les usines qui bordent la voie ferrée.
La défense anti-aérienne s’est montrée fort active. Les canons spéciaux ont tiré au-dessus des objectifs. L’escadrille britannique est rentrée tout entière sans avoir subi aucune perte.
Sur l’ensemble du front italien, actions intermittentes d’artillerie.
En Macédoine, action réciproque d’artillerie dans la région de Monastir.
Les aviations alliées ont exécuté avec succès des bombardements sur la voie ferrée de Séres à Drama et sur les établissements ennemis, dans les régions de Demir-Hissar et l’Allchar, au nord de Vetrenik.

source: http://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/ja18