Archives du mot-clé spa

1519/29 septembre 1918

Bataille du canal de Saint-Quentin

La Bataille de Saint-Quentin fut une bataille charnière de la Première Guerre mondiale qui débuta le 29 septembre 1918 et impliqua des forces britanniques, australiennes et américaines opérant dans le cadre de la quatrième armée britannique sous le commandement du général Sir Henry Rawlinson. La partie nord de la Troisième Armée britannique soutint également l’attaque, tandis qu’au sud du front de la 4ème armée de 19 kilomètres, la première armée française lança une attaque coordonnée sur un front de 9,5 km. L’objectif était de franchir l’une des sections les plus défendues de la Siegfriedstellung allemande (Hindenburg Line), qui utilisait dans ce secteur le canal de Saint-Quentin dans le cadre de ses défenses. L’assaut a atteint ses objectifs (mais pas selon le calendrier prévu), entraînant la première rupture totale de la ligne Hindenburg, face à la forte résistance allemande. Conjointement avec d’autres attaques de la Grande Offensive le long de la ligne, le succès Allié a convaincu le haut commandement allemand qu’il y avait peu d’espoir d’une victoire allemande ultime. Rawlinson voulait que le corps australien, sous le commandement du lieutenant-général Sir John Monash, avec sa réputation bien méritée, soit le fer de lance de l’attaque. Monash était malheureux, car sa force australienne était maintenant à court de main-d’œuvre et de nombreux soldats montraient des signes de tension, après avoir été engagés dans des combats pendant plusieurs mois. Il y avait eu quelques épisodes de mutinerie par des troupes qui se sentaient injustement mises sur pied. Monash était cependant très heureux quand Rawlinson lui a offert le IIe Corps américain (les 27ème et 30ème divisions américaines), qui restait encore à la disposition du commandement britannique, puisque les divisions américaines étaient deux fois la force numérique de leurs homologues britanniques.

source: http://genealogisteduvermandois.over-blog.com/2018/02/la-bataille-de-saint-quentin-fut-une-bataille-charniere-de-la-premiere-guerre-mondiale-qui-debuta-le-29-septembre-1918-et-impliqua-d

Conférence de Spa: les Allemands vers une demande d’armistice

La conférence de Spa du 29 septembre 1918 est la dernière conférence entre les principaux responsables politiques et militaires du Reich, alors engagé dans la Première Guerre mondiale. Tenue dans les dernières semaines du conflit, elle est destinée à tirer les conclusions politiques et militaires de la défection bulgare. En effet, après les échecs rencontrés par les puissances centrales en Italie et sur le front de l’Ouest, les responsables du Reich ne peuvent qu’acter l’impasse stratégique dans laquelle ils se trouvent depuis le mois d’août 1918. Les succès alliés face aux Bulgares, suivis du retrait de la Bulgarie et de la rapide remontée alliée vers le Danube, obligent les responsables des puissances centrales, essentiellement allemands, à tirer les conséquences de leurs échecs. Cependant, maintenus dans l’ignorance de la réalité de la situation militaire, les membres du gouvernement du Reich demeurent dans un premier temps incrédules face aux déclarations des militaires. Au cours du mois de septembre, ces derniers pressent le gouvernement d’entamer des pourparlers en vue d’une suspension du conflit. La conférence constitue l’occasion de l’annonce de ce souhait de changement de politique. La conférence réunit à Spa, alors siège de l’Oberste Heeresleitung (OHL, Commandement suprême de l’armée), les principaux chefs militaires du Reich, le chancelier et son vice-chancelier autour du Kaiser Guillaume II. Tous s’accordent sur le fait de demander un armistice pour limiter les exigences des Alliés, ainsi que sur des réformes politiques à mettre en œuvre pour démocratiser le Deuxième Reich, qui devait alors se transformer en monarchie parlementaire.

La suite sur https://fr.wikipedia.org/wiki/Conférence_de_Spa_(29_septembre_1918)

Armistice avec la Bulgarie

L’armistice de Thessalonique (ou armistice avec la Bulgarie) est une convention d’armistice signée le 29 septembre 1918 à Thessalonique, en Grèce, entre le royaume de Bulgarie et les Alliés de la Première Guerre mondiale. L’armistice est le résultat d’une demande de cessez-le-feu adressée par la Bulgarie aux forces de l’Entente le 24 septembre. Il aboutit au retrait de Sofia de la Première Guerre mondiale et organise la démobilisation et le désarmement des forces bulgares. Les signataires du traité sont le général français Louis Franchet d’Espèrey (qui représente l’Entente) et une commission bulgare nommée par Sofia .

source: https://fr.wikipedia.org/wiki/Armistice_de_Thessalonique

Journal du dimanche 29 septembre 1918

Nos troupes, soutenues par les chars d’assaut, ont réalisé une avance sur tout le front de bataille en Champagne.
Nous avons gagné du terrain entre Sainte-Marie-à-Py et Auberive, pris Somme-Py, enlevé les hauteurs au nord de Fontaine-en-Dormois, progressé au delà de la voie ferrée de Challerange, et au cours d’une avance de huit kilomètres sur certains points, capturé 10000 prisonniers et du matériel.
Un succès local a été obtenu entre l’Ailette et l’Aisne. 250 prisonniers ont été faits au nord-est de Sancy. Nous avons occupé les villages de Jouy et d’Aizy.
Les Anglais ont attaqué sur un front étendu en direction générale de Cambrai et atteint tous leurs objectifs. Ils ont pris Beaucamp, Flesquière et l’éperon qui s’étend de ce point vers Marcoing, Anneux, Graincourt, Arleux-en-Gohelle, Epinoy, Aizy-le-Verger. Ils ont fait plus de 10000 prisonniers et capturé plus de 200 canons.
Les Belges ont engagé une offensive victorieuse dans la région de Dixmude.
Les Américains ont enlevé, au nord-ouest de Verdun, Charpentry, Very, Epinonville, Ivoiry. Ils ont fait 8000 prisonniers, dont 125 officiers.
En Bulgarie, les forces britanniques ont pris Stroumitza.
Les Serbes, partis d’Istip, ont enlevé Kotchana et attaqué Vélès, tandis que d’autres contingents alliés refoulaient une armée bulgare allemande à l’ouest de Krusevo.

source: http://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/septembre18.html

1430/3 juillet 1918

Conférence de Spa: les partisans allemands de la paix désavoués

La conférence de Spa des 2 et 3 juillet 1918, appelée par Fritz Fischer « la grande conférence de Spa », est la seconde des quatre principales rencontres entre différents responsables politiques et militaires de l’Empire allemand ; elle se tient entre les deux grandes offensives allemandes de la fin de la Première Guerre mondiale, au printemps et à l’été 1918. Réunis à Spaautour de l’empereur Guillaume II, les participants réaffirment les objectifs poursuivis dans le conflit qui en est alors à sa cinquième année. Les derniers partisans d’une paix de compromis encore présents au gouvernement du Deuxième Reich sont désavoués par l’empereur, et leur principal représentant, le secrétaire d’État Richard von Kühlmann, se voit obligé de démissionner. Parallèlement, le commandement suprême de l’armée allemande (l’OHL) prépare sa dernière offensive du conflit, après les coups de boutoir infligés aux Alliés au printemps. Tenue durant les derniers jours de préparation de la FriedensturmN 1, cette conférence constitue la dernière occasion, pour les responsables allemands, d’affirmer leur croyance ferme en la victoire du Reich.

source: https://fr.wikipedia.org/wiki/Conférence_de_Spa_(2-3_juillet_1918)

Journal du mercredi 3 juillet 1918

Nous avons exécuté plusieurs coups de main, notamment à l’ouest de Hangard et au sud d’Autréches et ramené des prisonniers.
Au sud de l’Ourcq, nos troupes, au cours d’une opération locale, ont enlevé la crête située entre Mosloy et Passy-en-Valois, réalisant une avance de 800 mètres sur un front de trois kilomètres. Nous avons fait 275 prisonniers dont 3 officiers.
Dans les Vosges, nous avons repoussé deux coups de main ennemis.
Les Anglais ont repoussé une attaque sur un de leurs postes, dans le voisinage de Merris. Ils ont fait des prisonniers dans des rencontres de patrouilles sur plusieurs points du front.
Les Américains ont fait 36 prisonniers en Picardie, et repoussé avec pertes une forte patrouille ennemie dans la région de Château-Thierry. Ils ont rejeté un détachement ennemi dans les Vosges.
Activité d’artillerie sur le front belge (zones de Nieuport, de Dixmude et de Merckem).
Sur le front italien, vive canonnade dans la région d’Asiago. Les patrouilles de nos alliés ont harcelé l’ennemi et porté de gros dommages à ses défenses. Les escadrilles italiennes ont bombardé des centres de voies ferrées et des troupes en marche. Une vigoureuse attaque au mont Val Bella a donné aux Italiens la possession de cette avancée et 800 prisonniers. 3 avions ennemis ont été abattus.

source: http://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/juillet18.html

L’étiquette du jour

1378/12 mai 1918

(marine) Le Togo coupé en deux par une mine

photo source: https://www.google.fr/search?q=%C2%A0http://maupiti22.free.fr/letogo.html&safe=active&source=lnms&tbm=isch&sa=X&ved=0ahUKEwjk1snipa3aAhUzhqYKHdNED4YQ_AUICigB&biw=1280&bih=605#imgrc=Liu1UQ-pPLupaM:

La Compagnie Havraise Péninsulaire achète le navire et le rebaptise Ville de Valence. Cette compagnie possèdera jusqu’à 16 navires dont le plus gros le Ville de Paris jaugeait 3500 tonneaux. En 1906 il est revendu à la Compagnie Becchi Lalagno de Savone. Il navigue dès lors sous le nom d’’Amor. C’’est en 1912 qu’’il sera baptisé Togo après l’’acquisition qu’’en fait la compagnie génoise Ilva. Après les fruits c’’est le charbon que le Togo transporte dans toute la Méditerranée. Il sort presque indemne de la première guerre mondiale, mais le 12 mai 1918 il heurte une mine de 150 kg laissé par le sous-marin UC 35 (mouilleur de mines côtier). Comme plus tard le Donator et le Grec, le Togo est coupé en deux et coule immédiatement.

La suite sur http://www.bormesplongee.fr/togo

source: http://maupiti22.free.fr/letogo.html

http://iozzo.chez.com/togo.htm

Mort du pilote d’avion Henry Eric Dolan, « As » britannique de la WW1

Mort en combat aérien dans le secteur de Wulvergem, en Belgique, de Henry Eric Dolan, « As » britannique de la WW1, 7 victoires aériennes au sein du 74 Sqn du RFC, toutes obtenues sur S.E.5a.
Son appareil B7731 est abattu par l’as allemand Raven von Barnekow de la Jasta 20. Il est tué.

source: http://www.crash-aerien.news/forum/ww1-la-grande-guerre-t28679-435.html

Conférence de Spa

 

Conférence de Spa, réunissant, à la demande de l’empereur allemand Guillaume II, les principaux responsables politiques du Reich et de la double monarchie. Dans le contexte de la révélation de l’Affaire Sixte, Charles Ier, empereur d’Autriche, roi de Hongrie, se voit imposer la vassalisation de son empire par le Reich.

Journal du dimanche 12 mai 1918

La lutte d’artillerie s‘est maintenue, très vive, dans toute la région de Grivesnes et de Mailly-Raineval. Nos troupes ont exécuté, au nord de Grivesnes, un coup de main qui nous a donné une quinzaine de prisonniers.
Une opération de détail sur le bois au nord-ouest d’Orvillers-Sorel, nous a valu un gain de terrain appréciable. 39 prisonniers et plusieurs mitrailleuses sont tombés entre nos mains. Une contre-attaque de l’ennemi a complètement échoué sous nos feux.
Nos détachements ont effectué, en outre, plusieurs incursions dans les lignes ennemies, notamment au sud-est de Montdidier, au nord-ouest de Thiescourt, dans le secteur de Sapigneul et en Woëvre. Nous avons fait des prisonniers et ramené du matériel.
Les Anglais ont exécuté des opérations heureuses à l’ouest de Merville, ramenant des prisonniers et une mitrailleuse. Ils ont enrayé par leur feu une attaque lancée par l’ennemi à l’est d’Ypres.
L‘artillerie allemande a canonné les organisations belges et les communications de la zone de Nieuport, pendant que la flottille anglaise procédait à l’embouteillage du port d’Ostende en coulant le Vindictive.
Les Italiens se sont emparés du monte Corno, en capturant une centaine de prisonniers.
L’Allemagne a adressé aux commissaires du peuple un ultimatum menaçant.

source: http://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/mai18.html