Archives du mot-clé vrigne-meuse

1561/10 novembre 1918

Le dernier combat : Vrigne-Meuse, 10 et 11 novembre 1918 (par Alain Fauveau)

Alors que les pourparlers d’armistice se déroulaient à Rethondes entre le maréchal Foch et les plénipotentiaires allemands, la 163e division commandée par le général Boichut reçut l’ordre de franchir la Meuse « coûte que coûte » le soir du 9 novembre 1918 dans la région de Dom-le-Mesnil et de Vrigne-Meuse. Cette ultime offensive menée dans la précipitation et l’improvisation, destinée à obtenir la capitulation de l’armée allemande, s’acheva le 11 novembre 1918 à 11 heures du matin. Comment s’est déroulée cette opération de Vrigne-Meuse qui coûta la vie à une centaine de soldats français supplémentaires dont la grande majorité appartenait au 415e régiment d’Infanterie commandée alors par le chef de bataillon Charles de Menditte ? L’opération était-elle justifiée ? Pourquoi, cette opération dont fait état le dernier communiqué officiel de la Grande Guerre, est-elle restée confidentielle pendant 20 ans, et largement méconnue jusqu’à ce jour ?

la suite sur https://journals.openedition.org/rha/291

Les soldats méconnus de Vrigne-Meuse

Dans les Ardennes, le commandant Charles de Berterèche de Menditte a ordre de franchir la Meuse. A la tête de ses troupes, il va mener une ultime bataille brutale et sanglante.

source; Le monde, article payant: https://www.lemonde.fr/series-d-ete-2018-long-format/article/2018/07/18/11-novembre-1918-les-soldats-meconnus-de-vrigne-meuse_5332999_5325928.html

Le faux soviet messin de novembre 1918

Metz en novembre 1918 : Les troupes françaises déboulonnent les statues allemandes © Radio France

Novembre 1918, à Metz, alors que la fin de la Grande Guerre approche, des soldats allemands vont se soulever pour dire stop à la boucherie de 1914-1918.

source: https://www.francebleu.fr/3-10-le-faux-soviet-messin-de-novembre-1918-1375434120

Journal du dimanche 10 novembre 1918

Nos troupes ont continué la poursuite des arrière-gardes ennemies et libéré une large zone de territoire français avec de nombreux habitants.
A notre gauche, nous avons accentué notre progression à l’est de la route de la Capelle et Avesnes, et porté nos lignes aux abords du fort d’Hirson.
Plus à l’est, nous avons atteint, en de nombreux points, la rive sud du Thon, entre Origny et Liart. En dépit de la violente résistance opposée par l’ennemi, nous avons établi des têtes de pont sur la rive nord.
A notre droite, nous bordons la Meuse depuis Mézières jusqu’à la hauteur de Bazeilles. Le chiffre de nos prisonniers dépasse 2000.
Sur le front britannique, vif combat aux environs d’Elaches et de Limont-Fontaine, au sud d’Hautmart. Nos alliés se sont emparés de ces localités et ont fait des prisonniers. Ils ont pris encore Malplaquet, Fayt-le-Franc, Dour et Thulin, et avancent le long du canal Mons-Condé. Ils occupent Condé-Lapacque et Belloy; ils sont entrés dans la partie ouest de Tournay. 18.000 prisonniers ont été capturés par eux depuis le 1er.
La république a été proclamée à Munich, Max de Bade a démissionné.

source: http://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/novembre18.html