Archives du mot-clé warmeriville

1526/6 octobre 1918: la bataille de Champagne (suite)

Suite de l’offensive dans l’Aisne

Dés le 6 octobre, Foch avait télégraphié à Degoutte, lui ordonnant de hâter, au-delà de l’impossible, la réorganisation du Groupe des Flandres et, quelque temps qu’il fît, de reprendre les opérations au plus tard le 10. Simultanément il actionnait Haig et Pétain pour réaliser par l’ouest et par le sud une offensive concentrique, destinée à chasser l’ennemi du saillant de Laon.

L’exécution suivit de prés la conception.

Le 8 octobre, à 4h30; Les Armées Byng et Rawlinson, précédées de tanks, se portent en avant entre la Sensée et Saint-Quentin.

Le succès est foudroyant. Les nouvelles lignes ennemies construites en hâte, n’étaient pas encore en état de soutenir un pareil assaut. Elles cèdent au premier choc; et, le soir, le front britannique est jalonné par Forenville, La Targette, Esnes, Malincourt, à 7 kilomètres plus à l’est, sur un front de 50 kilomètres.

Nos alliés ont capturé, ce jour-là, 11.000 prisonniers et 200 canons.

Or, en même temps, dès six heures du matin, Debeney a déclenché, lui aussi, une offensive sur un front de 10 kilomètres, entre Saint-Quentin et l’Oise. En dépit d’une vigoureuse résistance, il a enlevé les fermes de Hellecourt et de Fontaine-Uterte, solidement organisées, les bois de la ferme Tilloy et le village de Rouvroy, capturant prés de 15.000 prisonniers.

source: http://www.chtimiste.com/batailles1418/1918aisne.htm

Vers la libération de Warmeriville (Marne)

Depuis 1s 5 octobre, l’offensive française conduite par la 3 ème division coloniale et le 3ème chasseurs d’Afrique se développait sur une ligne allant de Fresnes à Witry-les-Reims et Cernay, et se dirigeait vers la Suippe, solidement tenue par l’artillerie allemande. Le 6 octobre à 13 heures, le 5ème bataillon de TS s’empare d’une partie de Bazancourt. Le 61ème et 62ème bataillons de TS et le 7ème régiment d’infanterie coloniale attaquent Warmeriville, mais sont repoussés sur la rive sud de la Suippe. Le 7 octobre : nouvelle offensive des Sénégalais sur Isles et sur Bazancourt (combat à la grenade); à 19 h Bazancourt entier était reconquis tandis que les Allemands se repliaient vers Tagnon en emmenant les derniers civils encore présents dans le village . Le 8 octobre : attaque allemande sur Bazancourt (sans succès) ; à 17 h 30 les Allemands se replient vers les bois de Roizy. Le 9 octobre : plusieurs attaques allemandes se brisent sur nos positions solidement établies (l’infanterie allemande a attaqué sept fois). Le 10 Octobre : Isles et Warmeriville sont toujours aux mains des Allemands qui procèdent à des destructions dans les villages ; c!est ainsi qu’ils font sauter l’église de Warmeriville, l’usine Harmel et d’autres bâtiments. Le 11 _octobre : notre infanterie est à 500 mètres de Warmeriville et Isles et l’artillerie est déployée aux environs de Lavannes et Caurel. Au petit jour, les 23ème et 7ème R.I.C s’emparent de la ligne Boult – Isles. L’ennemi recule : 1s 62ème Bataillon de Sénégalais attaque en direction de Warmeriville.

source: http://www.warmeriville.fr/expo1418/_media/liberation-lg.pdf

La bataille de Champagne (suite)

Prisonniers Allemands interrogés par des officiers Français (© Wikipédia)

Le 3 octobre 1918, le 3e et le 11e corps d’armée enlevèrent le plateau de Notre-Dame des Champs. Les troupes américaines enlevèrent la hauteur d’Orfeuil et le Blanc-Mont. Menacé d’encerclement, les allemands évacuèrent le mont Casque, le mont Téton, le mont Cornillet et le mont Blond. La retraite des Allemands se poursuivit le 5 octobre 1918 sur un front de 45 km allant de la Vesles à la Suippes. Reims fut alors largement dégagé de la menace allemande. Les Français occupèrent les positions fortifiées des Allemands à Brimont, à Nogent l’Abbesse et à Berru. Entre le 6 et le 10 octobre 1918, les Allemands multiplièrent les attaques sur la rive sud de la Suippes et de l’Arne en vue de reconquérir le terrain concédé aux Français, mais sans le moindre succès. Ils furent contraints à une nouvelle retraite, sur un front de 60 km au nord de la Suippes et de l’Arne, le 11 octobre 1918. Les Français avancèrent jusqu’à 3 km de Vouziers qu’ils enlevèrent le 12 octobre 1918. Durant cette offensive, les Français avancèrent de 30 km, libérèrent 80 villages et firent 21. 000 prisonniers. Ils prirent plus de 600 canons, plus de 2000 minenwerfer et 3500 mitrailleuses. Les pertes françaises furent de 14. 000 hommes et celles des Américains de 9.000 hommes.

source: https://www.lieux-insolites.fr/cicatrice/14-18/navarin/navarin.htm

Mort de deux as britanniques Colin Glen Orr MacAndrew et Clement Wattson Payton

2 octobre 1917

Mort en combat aérien, dans le secteur d’Ypres, en Belgique, de Colin Glen Orr MacAndrew, « As » écossais de la WW1, 5 victoires aériennes au sein du 11 Sqn du RFC, toutes obtenues sur Bristol Fighter.

Mort en opérations, abattu par des tirs de batteries anti-aériennes dans le secteur de Courtrai, en Belgique, de Clement Wattson Payton, « As » britannique de la WW1, 11 victoires aériennes au sein du 210 Sqn du RFC, toutes obtenues sur Sopwith « Camel ».

2 octobre 1918.-Disparition en opérations, de Gerald Kempster Cooper, « As » britannique de la WW1, 6 victoires aériennes au sein du 8N Sqn du RNAS, puis du 208 Sqn du RFC, toutes obtenues sur Sopwith « Camel ».

source: http://www.crash-aerien.news/forum/ww1-la-grande-guerre-t28679-615.html

Journal du dimanche 6 octobre 1918

Nos troupes ont pris une part active à la dure bataille engagée au nord de Saint-Quentin. Nous nous sommes emparés du Chardon-Vert, au sud de Sequehart, et de plusieurs bois fortement organisés.
Plus au sud, nous avons, pris pied dans Lesdins et enlevé Morcourt. L’ennemi à contre-attaqué violemment à plusieurs reprises. Tous ses efforts ont été brisés. Nous avons fait 400 prisonniers et pris 4 canons lourds.
En Champagne, les troupes franco-américaines ont remporté de sérieux avantages. Sur notre gauche, nous avons poussé nos lignes à plus de quatre kilomètres au nord d’Auberive et à huit kilomètres au nord-est de Somme-Py jusqu’à Arnes. Nous avons conquis les villages de Vaudesincourt, Dontrien, Saint-Souplet, les bois de la région de Grand-Bellois.
Plus à l’est, nous avons progressé jusqu’aux abords de Saint-Etienne-à-Arnes et pris pied sur le plateau d’Orfeuil. Le village de ce nom a été enlevé, nous avons évacué Challerange.
Les Anglais ont progressé aux abords de Cambrai.
Le repli de l’ennemi se poursuit dans le secteur Lens-Armentières. Les éléments britanniques avancés ont atteint Wavrin et Erquinghem, à l’ouest d’Haubourdin.
La dernière attaque effectuée sur le front belge a donné à nos alliés 10500 prisonniers, dont plus de 200 officiers, 350 canons, 200 mortiers de tranchées, 600 mitrailleuses.
On donne pour faite l’abdication du tsar de Bulgarie.

 

Publicités

Tout savoir sur les Poilus de Warmeriville

A l’initiative de Céline Souef est né un site à Warmeriville :

Warmeriville1418

Ce blog a pour but de rassembler un maximum d’informations sur Warmeriville pendant la 1ère guerre mondiale et sur les poilus du village. Il va donc évoluer au fur et à mesure des informations récoltées

http://warmeriville1418.over-blog.com/

Livre: « A mon Charles »de Jackie Mangeart, hommage à un combattant de Warmeriville

Dans le cadre de la préparation d’une exposition organisée à Warmeriville et intitulée “Centenaire de la guerre 14-18”, Jackie Mangeart a  eu connaissance du courrier poignant que Juliette, grand-mère de son amie Sylviane Jonval, de Warmeriville, a adressé à son mari parti à la guerre. C’est un article paru dans  L’Union de Reims, qui lui a donné l’envie de découvrir ce récit relatant le calvaire quotidien des Rémois sous les bombardements incessants de l’ennemi et la désespérance d’une jeune femme et mère follement amoureuse de son Charles et qui refusera jusqu’au bout sa disparition intervenue dès les premiers temps de sa mobilisation.
Un livre vient de paraître
 Touché à la fois par le témoignage “vivant” de cette période tragique de l’histoire et un de ces drames humains que toute guerre entraine, Jackie Mangeart  voulu faire partager ce récit en publiant les textes dans un livre intitulé « A mon Charles » que l’on peut commander en ligne en cliquant sur :  http://www.thebookedition.com/a-mon-charles–de-jackie-mangeart-p-121312.html .
Ouvrage aux éditions The book edition, 14,8cm x 21 cm. 182 pages. Disponible sur PDF: 3,69€ ou papier: 12€ (+ transport)
L’expo visible sur rendez-vous
 L’expo “Centenaire de la guerre 14-18” est visitable sur rendez-vous (prendre contact avec la mairie de Warmeriville) et virtuellement ici :  http://www.warmeriville.fr/expo1418/

(diaporama) Heutrégiville et Warmeriville en 1914-1918 Exposition du centenaire de la « Grande guerre »

A voir ce site fort intéressant

Heutrégiville et Warmeriville en 1914-1918

Deux villages champenois dans la tourmente …

Capture d’écran 2014-12-04 à 15.23.04réalisé par un collectif:

Philippe BAILLY

Jean-François BICHELER
Georges BURIGANA
​Clément GEORGES
Pol GRIFFON
Philippe GUADARBASSI
Alain LEDUC
Jackie MANGEART
Céline SOUEF
Philippe VAN SANTE​
et tout le personnel de
​la Mairie de Warmeriville.

http://www.warmeriville.fr/expo1418/

L’ancienne école de Warmeriville devient musée de la Grande Guerre

A voir sur le site du quotidien L’Union

Les locaux anciennement occupés par les écoles abritent une exposition sur la Grande Guerre, avec de nombreux objets ayant appartenu à des Poilus.

Jusqu’à fin décembre, musée ouvert : le samedi de 10 à 12 heures et de 15 à 17 heures, le dimanche de 10 à 12 heures ; visites guidées pour les scolaires à la demande.

Pour en savoir plus: http://www.lunion.presse.fr/region/l-ancienne-ecole-de-warmeriville-devient-musee-de-la-ia3b24n440468