496/journal du 12 décembre1915:premier vol d’un avion tout en métal: le Junkers J1

Journal du rémois Paul Hess (extraits)

Rien à ce jour

La guerre au jour le jour à travers le Miroir

Canonnade intense en Belgique, dans la région d’Hetsas, et en Artois, près de Bully et de Roclincourt.
Dans la Somme, nos batteries ont dispersé une troupe en marche et des canons ennemis sur la route de Villers.
Près du Four de Paris, en Argonne, nous faisons exploser deux fourneaux de mines et détruisons une galerie.
Sur les Hauts-de-Meuse (secteur du bois Bouchot), nous avons détruit des tranchées de première ligne et des abris.
Canonnade eu Alsace, au Linge et au Barrenskoff.
L’armée belge a bombardé les cantonnements allemands de Keyen et de Saint-Pierre-Capelle.
Les Bulgares ont attaqué sur presque tout le front, dans le secteur de Macédoine; leur effort se portait principalement à notre gauche. Ils ont été repoussés.
Guerre de mines et canonnades aux Dardanelles.
L’Allemagne a rappelé de Washington son attaché militaire et son attaché naval.
Des manifestations pour la paix ont eu lieu à Berlin.
Des avions autrichiens ont bombardé la ville italienne d’Ancône.

http://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/decembre15.html

Premier vol d’un avion tout en métal: le Junkers J1

L’ingénieur Allemand, Hugo Junkers, fait voler le Junkers J 1, le premier avion entièrement en métal.

L’avion expérimental Junkers « Blechesel » ( Âne de métal) était destiné à des missions de reconnaissance et de soutien.

Piloté par Theodor Mallinckrodt, l’avion, déséquilibré par un coup de vent, sera malheureusement endommagé à l’atterrissage.

Quelques semaines plus tard (18 janvier 1916), après quelques modifications, il effectuera avec succès un deuxième vol avec Paul Arnold aux commandes.

le Junkers J1 marque une révolution qui mènera aux avions modernes.

Le seul exemplaire construit fut remis en 1926 au Deutsches Museum de Munich.
Il sera détruit en 1944, lors d’un bombardement allié.

http://www.1-jour.fr/12-decembre-1915-premier-vol-dun-avion-tout-en-metal/

« C’est une atroce nouvelle que j’ai à t’annoncer… »

Pierre Chenest est mort le 26 octobre 1915 à Tatarli en Serbie. Il aura fallu deux mois pour qu’Elisabeth apprenne la disparition de celui qui était, au début de la guerre, le sujet de tous ses échanges avec  sa cousine Odile. Le frère ainé de Pierre, Jean, est mort lui le 7 juillet 1915 à Souchez.  Des trois frères de Madeleine, seul, Geo (Georges) est encore vivant en cette fin d’année 1915.

Elisabeth chérie,

C’est une atroce nouvelle que j’ai à t’annoncer et qui bien sûr te fera beaucoup de peine car je sais que tu aimais Pierre. Eh bien ce Pierre que tu as connu si gai si entrain si joyeux il a été tué le 26 octobre en Serbie[1]. T. Cécile vient de nous écrire cette affreuse chose elle ne sais rien de plus car c’est indirectement par un ami de Pierre Linger qu’elle l’a appris. Je ne puis vraiment croire que Dieu permette que ma pauvre tante subisse pour la seconde fois une aussi cruelle épreuve je n’ose y penser ! Quel courage inhumain il va lui falloir pour supporter la mort de son second fils[2]. J’en suis bouleversée. Tu ne peux t’imaginer la peine que cette nouvelle me cause, penser que je ne reverrai plus jamais mon cher petit Pierre qui a été si gentil avec moi l’hiver dernier, ah je suis contente de l’avoir vu et d’avoir été souvent le voir exprès pour lui car au fond malgré moi, je pensais qu’il pouvait être aussi tué hélas comme les autres alors j’ai profité de lui tant que j’ai pu. Et pourtant quand j’ai su la mort de Jean j’ai songé Pierre sera épargné alors, car 2 morts c’est trop dans une même famille !

http://blog.franceculture.fr/conversation-des-absents/cest-une-atroce-nouvelle-que-jai-tannoncer/

Parution de la revue Le Miroir

ob_97b66c_m-107-alexeieff-1

Naissance de l’usine chimique de Saint-Auban

Le décret du 12 décembre 1915 constitue l’acte de naissance de l’usine chimique de Saint-Auban.

L’usine chimique Arkéma de Saint-Auban est une unité de production importante de solvant chloré trichloroéthane. Ce solvant permet de fabriquer des gaz fluorés, des hydrofluocarbures et des polymères fluorés.

L’unité de production est également équipée d’un atelier de valorisation des résidus chlorés par brûlage permettant le recyclage et la valorisation de résidus chlorés liquides et gazeux sous forme d’acide chlorhydrique.

http://www.chateau-arnoux-saint-auban.fr/poleindustrielstauban.html

L’armée française se replie sur Salonique

Afin d’éviter un double échec, suite au désastre de Gallipoli et ainsi garder l’accès à un port en Orient, le 12 décembre 1915, l’armée française reçoit l’ordre de repli sur Salonique. Cependant, dans le secteur de Karasouli, la batterie est victime des marécages, les voitures et les canons restent embourbés. Les hommes peinent à traverser la région.

http://www.ftl57.com/index.php?option=com_phocagallery&view=category&id=99:temoignage-pierre-gamin-1914-1918&Itemid=53

 

Publicités