Ce samedi 16 avril journée Mémoire au chemin des Dames

Après deux années d’interruption pour cause de pandémie, la Journée de Mémoire du Chemin des Dames est de retour cette année à l’occasion du 105e anniversaire de l’offensive du 16 avril 1917. Organisée par le Conseil départemental de l’Aisne, cette journée doit permettre de rendre un hommage citoyen à tous les morts de la Grande Guerre au Chemin des Dames sans distinction de pays.

Le programme

http://aisne.com/Les-15-et-16-avril-sur-le-Chemin-des-Dames

LE MATIN –

  • Craonne • Marche «sans casque et sans arme»16 avril, marche "sans arme et sans casque"

Rendez-vous à 5h30, à Craonne. Départ 5h45. Marche commentée par Noël Genteur et Cyrille Delahaye.
Durée : 3H. Distance : 9 km Venir équipé de chaussures adaptées à la randonnée en raison des chemins et de la topographie du terrain

– LE SOIR –

  • Craonne/Craonnelle • Marche des brancardiers

Rendez-vous à 20h15, devant la mairie à Craonne. Départ 20h30. Marche silencieuse vers le cimetière militaire de Craonnelle.
Durée : 1h. Distance 4km. Venir équipé de chaussures adaptées à la randonnée en raison des chemins et de la topographie du terrain et de lampe de poche.

  • Craonnelle • Veillée à la nécropole nationale16 avril, illumination du cimetière de Craonnelle

A 21h45, illumination du cimetière militaire de Craonnelle à l’aide de 2000 bougies et hommage musical à tous les morts du Chemin des Dames et de la Grande Guerre avec un concert spécial de l’orchestre de l’harmonie de Soissons.
 

– TOUTE LA JOURNEE –

  • Craonne • Expositions-rencontres

De 9h à 20h, exposition sur les services de santé aux armées dans l’église de Craonne.
De 9h à 20h, autour de la mairie, stands découverte et rencontre avec les associations de mise en valeur de la mémoire.
Départ en minibus pour visiter le musée de Vassogne et le plateau de Californie avec l’ONF. 
Restauration sur place (présence d’une cuisine roulante)

  • Caverne du Dragon – Centre d’Accueil du Visiteur du Chemin des Dames • Expositions « 14-40 la génération du feu » / « Le tunnel du Winterberg, de l’ombre à la lumière »

Visite libre des expositions de 10h à 18h.
Visite guidée de la Caverne du Dragon de 10h à 18h. Dernier départ à 16h30. Réservation conseillée au 03 23 25 14 18 / caverne@aisne.fr

– LE PARCOURS DES MARCHES  – [consulter les parcours en plein écran]

En rouge, la marche du matin «sans casque et sans arme» (durée 3 heures, distance 9kms)

En bleu, la marche du soir «des brancardiers» (durée 1 heure, distance 4 kms)

A voir aussi le Musée de Vassogne qui a rouvert ses portes

Un habitant des Vosges retrouve une pierre gravée par des soldats russes en 1918

Un habitant de Saulxures sur Moselotte dans les Vosges retrouve une pierre gravée par des soldats russes employés comme bûcherons dans des compagnies disciplinaires. Un épisode méconnu de la première guerre mondiale.

Le chemin des Russes dans la forêt de Saulxures-sur-Moselotte • © Eric Molodtzoff/ France3 Lorraine

un article de France3 Grand Est Publié le 23/11/2021

Accéder à la roche gravée par les travailleurs russes en 1918, cela se mérite. Compter deux heures de marche depuis le centre de Saulxures-sur-Moselotte mais l’effort est récompensé car la balade est magnifique au milieu des sapins géants.

Jacky Villière, le découvreur de la roche et sportif accompli, est aussi notre guide. Le club vosgien n’est pas en reste, ses membres nous font escorte. Chaque sentier ou virage est un régal pour les yeux et les parfums.

Comme tous les habitants de Saulxures-sur-Moselotte, Jacky Villière amoureux de la Russie et dont l’épouse est ukrainienne, avait eu vent de cette histoire de soldats russes vivant et travaillant dans la forêt pendant la première guerre mondiale.

Le massif escarpé qui fait aujourd’hui la joie des randonneurs fût aussi le bagne des travailleurs russes. La mémoire s’estompant avec la disparition des anciens, Jacky se met en tête de retrouver la fameuse roche gravée par les forçats en souvenir de leur passage.

Je savais qu’elle existait. J’ai cherché longtemps sur le chemin des Russes mais ce n’était pas le bon endroit 

Jacky Villière

Une compagnie de travailleurs russes dans une carrière près de Lure. Collection privée. Eric Molodtzoff • © Eric Molodtzoff/ France3 Lorraine

« Le chemin des Russes » lui, est bien connu des Saulxuronnes et Saulxurons. Car ce sont les travailleurs russes de la compagnie 7/8 qui l’on aménagé afin de descendre les bois vers les scieries de la vallée. L’historien déodatien Jean-Claude Fombaron explique : « La compagnie de travailleurs russes 7/8 arrive au col de Morbieux en avril 1918. L’armée a besoin de beaucoup de bois pour l’aménagement des tranchées, la construction des baraquements, les roues de transport etc.. » Ces travailleurs militaires font partie des 20.000 soldats du corps expéditionnaire russe envoyés par le Tsar en 1916 pour combattre auprès des français sur le front de Champagne.

A l’annonce de la Révolution de février 1917 et de l’abdication du Tsar, Ils s’organisent en soviets et exigent leur retour en Russie. Craignant la contagion aux troupes françaises, l’Etat-major décide de les retirer du front et de les isoler au camp de la Courtine dans la Creuse.

En septembre 1917, ils sont bombardés pendant trois jours et désarmés. A l’issue de cet épisode tragique et totalement méconnu, les mutins sont regroupés dans des compagnies de travailleurs militaires dans les Vosges et en Franche-Comté afin d’exploiter les bois à destination des nombreuses scieries travaillant pour l’armée.

Lire la suite sur le site de France3

https://france3-regions.francetvinfo.fr/grand-est/vosges/epinal/vosges-un-habitant-de-saulxures-sur-moselotte-retrouve-une-pierre-gravee-par-des-soldats-russes-en-1918-2347213.html

La guerre 14-18 au jour le jour

Cà s’est dit ou passé un 21 novembre des années1914, 1915, 1916, 1917 et 1918.

Pour le savoir il suffit de mettre la date souhaitée dans la section RECHERCHE de ce blog

pour ce jour par exemple vous trouverez des infos puisées sur divers site:

https://reims1418.wordpress.com/?s=21+novembre+1914

https://reims1418.wordpress.com/?s=21+novembre+1915

https://reims1418.wordpress.com/?s=21+novembre+1916

https://reims1418.wordpress.com/?s=21+novembre+1917

https://reims1418.wordpress.com/?s=21+novembre+1918

Les emprunts nationaux durant la guerre 14-18

(Un article de François Bouloc) pour l’histoire par l’ Image

L’affiche: « Souscrivez à l’Emprunt de la libération et la Victoire » dessinée par l’artiste William Malherbe

Durant la Première Guerre mondiale, l’épargne française est mise à contribution par le biais d’emprunts nationaux annuels (novembre 1915, octobre 1916, 1917 et 1918). Ces initiatives répondent à une double nécessité. Il s’agit d’abord, bien sûr, de financer une guerre rendue particulièrement coûteuse par l’effet combiné de sa longueur, de l’ampleur des moyens nécessaires et de son caractère industriel. Mais cet enjeu coexiste avec un autre, celui de la mobilisation de la société dans son ensemble. 

En enjoignant les populations de souscrire aux emprunts, ou aux bons de la Défense nationale, les pouvoirs publics entendent entretenir l’implication des Français dans la guerre, dans une optique très similaire à celle qui préside à l’organisation de diverses Journées (du Poilu, du 75, des Alliés…). Le devoir de l’arrière est en effet de seconder les efforts et les sacrifices endurés sur le front par les millions de mobilisés. Pour ce faire, l’État recourt à des moyens de propagande variés, tels que la presse, les conférences, les discours et l’affichage. 

Les deux documents présentés ici relèvent de cette catégorie : ce sont des œuvres de commande destinées à l’affichage, par exemple dans les agences bancaires où l’emprunt pouvait être souscrit. « Dessinateurs, graveurs, peintres, caricaturistes rivalisèrent d’imagination pour composer les affiches destinées à stimuler le patriotisme et la générosité » ( Jean-Jacques Becker et Serge Berstein, Victoire et frustrations, p. 83.)

La suite sur https://histoire-image.org/fr/etudes/emprunts-nationaux-guerre-1914-1918

Beine-Nauroy (51) : la sculpture: « l’homme d’éclats inaugurée

200 éclats d’obus constituent cette sculpture

Article publié dans l’Union de Reims

L’inauguration de la sculpture grandeur nature symbolisant l’amitié franco-allemande a eu lieu ce 11 novembre en présence de nombreux militaires français et allemand au village détruit de Nauroy.

Baptisée l’homme d’éclats », elle est composée de 200 éclats d’obus soudés ensemble et rappelant les soldats de la grande guerre. Elle a été offerte par l’artiste Reiner Schulz au village de Nauroy.

Partenariat franco-allemand

Cette cérémonie a été rendue possible grâce à un partenariat franco-allemand avec l’association Les Amis de Nauroy. Une recherche visuelle est nécessaire pour distinguer, de côté, le soldat allemand et, de face, un poilu: tous deux dans leur tenue réglementaire.

Comme des milliersde soldats l’arrière-grand-père de l’artiste, Philippe Hoffmann, a trouvé la mort en 1917. Une lettre datant du 2 mai de la même époque lui a permis de retracer son parcours qui se termine à Nauroy.

Ce dimanche 21 novembre à la rencontre des Poilus d’aujourd’hui à Meaux

Ce dimanche 21 novembre à partir de 14H30 des membres de la société des Amis du musée et de l’association Scènes-et-Marne 14 en tenue d’époque vous invitent à découvrir le quotidien des soldats de la Grande Guerre.

L’uniforme du soldat, l’équipement, l’alimentation… Une visite vivante et interactive à partager en famille.

par un Ami du musée de la Grande Guerre et les reconstituteurs de l’Association Scènes-et-Marne 1914

Durée : 1h30
Horaire : 14h30
Billet d’entrée du musée + 2.5 euros
Réservation : obligatoire – pass sanitaire demandé 

Ce samedi visite guidée des collections permanentes à 10 H 30

La guerre 14-18 au jour le jour +des portraits de poilus + des inédits à propos de la cathédrale de Reims