1914-1919: François-Xavier Guédet décrypte les écrits de son grand-père rémois

Heureusement que mon grand-père avait déjà recopié au propre deux carnets. çà m’a aidé à m’habituer à décrypter ses écrits originaux, à imprégner mon cerveau de son écriture. Mais çà demande du temps.

« Mon cousin, Pierre,  me le répétait depuis longtemps« : « Tu as un trésor dans ton grenier. « 

-«  Il avait raison. En 2017,  j’ai découvert tout ce qu’a écrit mon grand-père Louis Guédet , notaire, resté à Reims durant toute la première guerre mondiale. Des kilos de feuilles manuscrites , des liasses de documents,  ainsi que deux cahiers de ma tante Marie-Louise qui avait commencé à réécrire au propre les mémoires de Louis Guédet.  Il avait  dédicacé ses mémoires à ses enfants. C’est bien normal que je m’attache aujourd’hui à les reprendre pour les faire connaître à tous ceux intéressés par cette page d’histoire rémoise. »

Scotché depuis un an devant la table de son salon remplie de piles de documents anciens, François-Xavier Guédet poursuit à décrypter,  pour les mettre sur ordinateur,  les mémoires de son grand-père paternel Louis Guédet, , notaire, âgé de 51 ans au début de la première guerre mondiale, marié à Madeleine Bataille et  père de cinq enfants: Jean, Robert, Marie-Louise, André et Maurice.

Pas facile à décrypter

GUEDET ORIGINAL

« Maintenant que je suis à la retraite, j’ai du temps pour mettre au propre les mémoires de mon grand-père dont l’écriture originale n’est pas facile à lire, surtout quand il écrivait sous les bombardements. J’ai eu la chance que ma tante recopie le début de ses mémoires au propre, sur deux cahiers. Avec le temps, l’attention, le cerveau se fait à l’écriture. J’avance, mais je prends le temps de vérifier l’orthographe des noms de personnes, de villages etc. J’apprends aussi des mots inusités  et je m’attache à faire un toilettage minimal de tous ses écrits dont certaines phrases ont dû être raturées volontairement par ma grand-mère dont le papa était directeur des Galeries Rémoises. »

Une mine d’informations d’un témoin privilégié

22 GUEDET PORTRAT1

Notaire,  nommé aussi juge de paix durant le conflit, Louis Guédet, on peut le dire,  est au même titre que Paul Hess, dont on connaît les carnets, est un témoin privilégié de la guerre 1914-1918 à Reims. Pris une nuit comme otage à l’hôtel du Lion d’Or, au même titre que de nombreux notables lors de l’occupation de Reims par les Prussiens et les Saxons, Louis Guédet, visiblement très curieux n’hésite pas à arpenter la ville pour voir, savoir ce qui se passe. Seul après avoir envoyé sa famille dans le sud-Marnais familial, à Saint-Martin-aux-Champs, il couche sur le papier les infos qu’il glane ça et là. Il observe les mouvements de troupes. Il écoute aussi les personnalités politiques ou religieuses rémoises. Il n’hésite pas à dire ce qu’il pense de  la fuite de certains élus ou bourgeoises de la Croix-Rouge qui abandonnent la ville, de certaines décisions du conseil municipal etc.

Il considère ses écrits comme une occupation, un dérivatif. « Celà m’occupe et m’aide à souffrir. »

80 drapeau
Un morceau de drapeau de la Croix Rouge planté en haut de la cathédrale

Il assiste à l’entrée et à l’occupation  de Reims par les Prussiens. A sa libération. Avec l’abbé Dage directeur de la jeunesse catholique et Ronné, de la Compagnie des sauveteurs de Reims,  il grimpera même dans la tour nord de la cathédrale pour hisser un drapeau tricolore. Il récupérera aussi un morceau de drapeau de la Croix Rouge planté en haut de la cathédrale; une relique offerte en 1975 à la ville de Reims .

« Comme un écureuil, « il passe aussi une partie de son  temps tantôt « au grenier de sa maison pour voir les incendies et les batailles ou dans sa cave pour se garer des bombes.« 

Jour après jour il évoque son inquiétude pour ses proches réfugiés loin de Reims. Il raconte la vie quotidienne des Rémois.

Une somme d’informations qui ne manqueront pas de captiver les Rémois passionnés d’histoire. Une somme d’informations, qui, recoupées avec d’autres écrits permettront aux historiens d’approcher cette période de la vie rémoise avec encore plus de précision.

Ce sont ces pages écrites par Louis Guédet et retranscrites par son petit-fils que nous publierons au fil des semaines à venir.

Alain MOYAT

Propos de François-Xavier Guédet

Ce journal quotidien a été écrit par Maître Louis Guédet, seul notaire de Reims resté fidèle à son poste de 1914 à 1919. Il est dédicacé en couverture à ses enfants comme témoignage. Il est donc
destiné naturellement à ses petits-enfants, arrière petits-enfants et toutes les générations suivantes.
J’ai découvert l’immense amour de mon grand-père pour ma grand-mère et ses enfants, ainsi que pour son Père, veuf, qui habitait toujours au village familial de Saint Martin-aux-Champs. Ses relations étaient difficiles avec son beau-père, Honoré Bataille, ancien directeur des Galeries Rémoises de 1873 à 1902 puis juge au Tribunal de Commerce de Reims. Ces sentiments étaient bien connus dans la famille. Louis Guédet a lui-même rayé et supprimé un grand nombre de passages et
commentaires le concernant.
Louis Guédet, fils d’Aimé Guédet et d’Aurélie née Loisy, a vu le jour à Saint-Martin-aux-Champs, près de Vitry-le-François (51) le 27 mai 1863. Il vit à Paris avec ses parents pendant le siège de 1870. Il s’installera ensuite comme notaire à Reims en mai 1893. Il sera le seul à rester à son poste pendant toute la guerre de 1914 – 1918 en cumulant ses fonctions notariales avec celles de juge de Paix. Il est décédé à Reims le 5 avril 1929 et fut inhumé à Saint-Martin-aux-Champs.
L’auteur de ces lignes est François-Xavier Guédet, fils d’André Guédet et donc petit-fils de Louis Guédet. Je n’ai pas connu mon grand-père mais bien connu ma grand-mère qui habitait au premier étage de notre maison du 4, boulevard de la Paix à Reims, où mes parents habitaient au second. Je
suis moi-même né à Reims le 5 avril 1954, et la coïncidence m’a toujours semblée curieuse !
Retraité depuis le mois de décembre 2014, j’ai entamé ma nouvelle vie avec plein de projets, parmi lesquels le classement de tous les souvenirs familiaux.
Depuis plusieurs années mon cousin Pierre Guédet, fils de Robert Guédet, n’arrêtait pas de me dire :
« Tu as des trésors dans ton grenier ! » J’ai découvert en avril 2017 une grosse pile de documents manuscrits, apparemment illisibles, ainsi que deux cahiers de ma tante Marie-Louise Guédet. J’en avais vaguement entendu parler par mes parents il y a de nombreuses années.
Mon cousin est par ailleurs l’auteur d’un remarquable document relatant la vie de notre grand-père et poursuit ses recherches vers les générations antérieures.
Le déchiffrage de ces mémoires fut au départ difficile. Une aide importante fut la retranscription manuscrite par ma tante Marie-Louise Guédet des mémoires de son père jusqu’au 16 septembre

 

Lexique familial
❖ Louis Guédet (1863-1929), notaire à Reims, époux de Madeleine Bataille
❖ Madeleine Bataille (1875-1973), épouse de Louis Guédet
❖ Aimé Guédet (1836-1919), cultivateur à Saint Martin aux Champs (51), époux d’Aurélie Loisy
(1838-1898)
❖ Honoré Bataille (1845-1920), Directeur des Galeries Rémoises, Président du Tribunal de
commerce de Reims, époux de Gabrielle Dopsent (1850-1913)
Enfants de Louis et Madeleine Guédet
❖ Jean (1896-1956), époux de Geneviève Masson (1901-1999)
❖ Robert (1897-1972), époux de Suzanne Boulingre (1899-1980)
❖ Marie-Louise (1900-1992)
❖ André (1903-1977), époux d’Anne-Marie Guépratte (1917-1998)
❖ Maurice (1909-1926) « Momo » lorsqu’il était enfant.

(1 et 2 ) Carnets de guerre du rémois Louis Guédet (29 juillet-4 septembre 1914)

https://reims1418.wordpress.com/2018/01/27/1-carnet-de-guerre-du-remois-louis-guedet-29-juillet-31-aout-1914/

(3) Carnets du rémois Louis Guédet (4-9 septembre 1914) Les Prussiens occupent la ville

https://wp.me/p4mPAZ-5mp

(4) Carnets du rémois Louis Guédet: 9-13 septembre) Prise d’otages et bombardements

https://wp.me/p4mPAZ-5mC

(5)Carnets du Rémois Louis Guédet 14-19 septembre 1914): les troupes françaises reprennent Reims

https://wp.me/p4mPAZ-5na

(6)Carnets du rémois Louis Guéret 20/28 septembre 1914)

https://wp.me/p4mPAZ-5o9

(7)Carnets du Rémois Louis Guédet (29 septembre-27 novembre 1914):7/ « Les Allemands avaient-ils prémédité l’incendie de la Cathédrale ?

https://reims1418.wordpress.com/2019/10/21/lincendie-de-la-cathedrale-de-reims-du-19-septembre-1914-aurait-il-ete-premedite/(ouvre un nouvel onglet)

8) Carnets de guerre du rémois Louis Guédet (28 novembre -31 décembre 1914)Visite du président de la République

https://wp.me/p4mPAZ-5p4

9)Carnets de guerre de Louis Guédet (1 janvier-23 juin 1915 . Entre Reims, Paris et Saint-Martin aux Champs

https://wp.me/p4mPAZ-5sZ

(10) Carnets du rémois Louis Guédet (24 juin au 23 novembre 1915) Angoisse, découragement et déménagement dans une ville en ruines

https://wp.me/p4mPAZ-5t2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s