534/journal de la grande guerre: 19 janvier 1916

Carnet du rémois Paul Hess (extraits)

Rien à ce jour

Journal du mercredi 19 janvier 1916 à travers Le Miroir

Entre Oise et Aisne, nos batteries ont bouleversé les tranchées allemandes de la région de Moulin-sous-Touvent.
En Champagne et en Woëvre, activité de notre artillerie sur divers points sensibles du front ennemi.
Nos avions ont fortement endommagé une batterie ennemie dans les Vosges, près de Metzeral.
Canonnade habituelle partout ailleurs.
Les Russes ont largement progressé autour de Pinsk; ils tiennent toutes les collines qui couronnent la ville à l’est.
Le mystère plane sur les conditions et les circonstances de la capitulation monténégrine. On se montre très sévère à Rome pour le roi Nicolas ler.
On annonce que le kaiser, après avoir visité un hôpital de blessés, serait parti pour l’Allemagne du sud, où il devrait subir une opération.
Le gouvernement serbe a quitté Brindisi pour se rendre à Corfou auprès de l’armée.
Les Autrichiens ont subi de lourdes pertes sous Goritz.
Des manifestations populaires importantes ont eu lieu dans la Suisse romande à propos des faits délictueux imputés aux colonels Egli et de Wattenwyl. Le public se montre de plus en plus irrité contre eux.
Des avions autrichiens ont jeté des bombes sur Ancône.

 

http://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/janvier16.html

Ma nouvelle popote au col de la Schlucht

19 janvier 1916. Dans la forêt

Ma nouvelle popote est logée dans un endroit bien pittoresque : c’est dans la cave de la villa Hartmann, au col de la Schlucht, que notre appétit tient ses assisses. Membres de la popote :

-Le commandant d’infanterie Florence, commandant d’armes de la Schlucht. Homme grave, posé, lent en ses discours, imperturbable quant au visage et que l’on appelle ici « le Père la Frontière ».

-le commandant d’artillerie Delamare, commandant l’artillerie des groupes vosgiens 4 et 5.

-le gros Bréhier.

-le lieutenant d’infanterie Rigault, qui, à force de se manger les ongles, a pour mains des moignons hideux. Dommage, car il est intelligent, fin et provençal.

-un lieutenant d’infanterie Rault qui porte des croix et des médailles de la clavicule à la racine de la cuisse. Vieux sergent colonial.

-le médecin Coüasnon, médecin de la Schlucht ; breton, chasseur, marcheur, cavalier, fumeur, photographe. Camarade excellent. Il habite une cave minuscule, la cave des vins fins, de l’ex-hôtel Français qui n’est plus qu’une sinistre ruine.

http://www.nrblog.fr/centenaire-14-18/2015/01/19/19-janvier-1916-ma-nouvelle-popote-est-logee-dans-un-endroit-bien-pittoresque/

LA CARTE PHOTO DU JOUR

Carte photo d'allemands fournie par Jean-Hugues Crétin, de Reims
Carte photo d’allemands fournie par Jean-Hugues Crétin, de Reims

Publicités