749/journal de la grande guerre: 21 août 1916:

Journal du lundi 21 août à travers Le miroir

Au nord de la Somme, violentes attaques ennemies. Les Allemands avaient réussi à prendre un élément de tranchée au nord de Maurepas; nons les en avons débusqués. 50 prisonniers ont été faits par nous. Lutte très vive d’artillerie au sud de la Somme (Belloy, Estrées).
Sur la rive gauche de la Meuse, les Allemands ont dirigé deux attaques à la grenade sur un saillant au nord-est du réduit d’Avocourt et sur nos tranchées de la cote 304. Ils ont été partout refoulés avec de grosses pertes.
Sur la rive droite, de vifs combats se sont poursuivis. Nos troupes ont conquis pied à pied l’îlot de maisons en ruines que l’ennemi occupait encore à la lisière de Fleury. Tout le village est en notre possession, en dépit de vives contre-attaques allemandes. Lutte à la grenade dans le secteur Vaux-Chapitre. Le chiffre de nos prisonniers dans la région excède 300.
Les Anglais ont poursuivi leur avance vers Guillemont et Guinchy.
Les Russes ont progressé dans la région du Stokhod, en faisant 600 prisonniers.
Le contact s’accentue sur le front de Salonique. Dans la région de Doiran, les Anglais ont pris une hauteur et nous avons capturé une série de villages.
Les Serbes ont contre-attaqué les Bulgares débouchant du village de Florina.

http://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/aout16.html

Le prix du beurre est fixé à 4 francs 80 le kilo maximum

Un accord est intervenu entre les mandataires au beurre et le préfet de police. Le Figaro du 21 août 1916 nous informe que le prix du kilo de beurre ne pourra dépasser 4 francs 80.

«À la suite d’une nouvelle entrevue entre les mandataires au beurre et le préfet de police, un accord est intervenu, en vertu duquel la hausse sur le beurre, dont les consommateurs parisiens étaient menacés, se trouve momentanément enrayée. À partir du marché du 21 août 1916, le beurre en gros ne sera pas vendu à un prix supérieur à 4 fr.20 le kilo. Les mandataires s’y sont formellement engagés.
En conséquence, crémiers et beurriers ne devront pas dépasser, à dater de mardi 22 août 1916, le cours maximum de 4 fr.80 le kilo, ou 2 fr. 40 la livre -60 centimes par kilo représentant un bénéfice suffisant pour la vente au détail. Ces prix sont ceux, bien entendu, du beurre fin de table; le beurre de seconde ou de troisième qualité devant être vendu encore moins cher.» écrit Le Figaro du 21 août 1916.

Sur le site du figaro: http://www.lefigaro.fr/histoire/centenaire-14-18/2014/08/21/26002-20140821ARTFIG00092-21-aout-1916-le-prix-du-beurre-est-fixe-a-4-francs-80-le-kilo-maximum.php

Le feu d’Henri Barbusse

R150073737

https://fr.wikisource.org/wiki/Le_Feu_(Barbusse)

La guerre vue par l’allemand Jünger Ernst

Obtenir l’obéissance : « […] les jeunes de ma section s’étaient déjà enquis une bonne de douzaine de fois de savoir si je n’étais pas encore revenu. Cette nouvelle me toucha profondément et m’emplit de force ; elle m’apprit que dans les jours brûlants qui nous attendaient, je pouvais compter sur plus encore que la seule obéissance due à mon grade, et que je disposais aussi d’un crédit personnel » (p. 80) (21 août 1916)

http://www.crid1418.org/temoins/2010/05/14/ernst-junger-1895-1998/

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s