1381/15 mai 1918

Les courriers de  Fernand Burniaux: « survivre à la guerre pour rencontrer sa fille « 

Le 15 mai 1918, il écrit: “Dans le courant de l’après-midi, deux de nos ballons sont incendiés par l’ennemi. Un peu plus tard, un troisième ballon est manqué et l’aviateur boche est atteint par les « scrapnells » de nos artilleurs. Il est obligé d’atterrir et vient s’abîmer dans le toit d’une maison où il reste perché comme un pigeon à l’entrée de son colombier. Belges, Français et Anglais s’élancent pour cueillir l’aviateur qui, immobilisé dans sa nacelle, attend avec une angoisse visible le sort qui décidera de sa personne. Belges et Français poussés par la haine pour tout ce qui est boche veulent lui « arranger son affaire » mais en sont empêchés par les officiers anglais qui parviennent non sans peine à embarquer l’aviateur dans une auto et l’évacuer sur l’arrière« .

Il évoque également la situation en pays occupé pour lequel il a la plus grande inquiétude. Il parle de « révolte de la faim » à Bruxelles mais sans beaucoup plus de détails car la censure guette.

Au printemps de la même année, les troupes autour de Fernand sont également touchées par des fièvres et évacuées vers les hôpitaux. S’agit-il de la grippe espagnole? Nul ne sait! Le 31 mai 18, il écrit sa lassitude: « Rester constamment sous la gueule des canons et attendre si le prochain obus sera ou non pour vous. Ce n’est pas gai! Et voilà 5 jours que cela dure!Je préférerais de beaucoup être en première ligne … »

Fernand développe aussi du ressentiment face à certaines injustices dont il est le témoin sur le front. L’armée a besoin de tous les bras disponibles et certains soldats blessés sont renvoyés plutôt hâtivement au front: « Il me semble que c’est là une triste manière de récompenser les braves qui donnent leur sang et surtout très peu encourageant pour ceux qui sont tenté de regarder un peu en arrière, même pour ceux qui se dévouent”.

Au fil des pages, on sent Fernand de plus en plus amer et découragé mais l’offensive finale va se charger de lui trouver une nouvelle source d’espoir et de concentration. Son écriture se fait plus rare. On le devine en train de se battre, n’ayant plus de temps ou d’endroit pour poser ses pensées sur le papier. Sans doute, pense-t-il toujours autant à sa famille mais ses souvenirs, Fernand les emportera avec lui au plein coeur des batailles…

source: https://www.rtbf.be/14-18/thematiques/detail_fernand-survivre-a-la-guerre-pour-rencontrer-sa-fille?id=8346072

Clément Duval condamné à mort

Clément Duval (né le 11 mars 1850 à Cérans-Foulletourte dans la Sarthe; mort le 29 mars 1935 à New York) est un anarchiste illégaliste français, membre du groupe « La Panthère des Batignolles », partisan de la « propagande par le fait » et de la « reprise individuelle ».

Procès Duval [l’affaire du « Bonnet Rouge » devant le conseil de guerre, 15 mai 1918, condamnation à mort] : [photographie de presse] / [Agence Rol]
Membre du groupe anarchiste « La Panthère des Batignolles », le 5 octobre 1886, Clément Duval cambriole, avec un complice nommé Turquais, un hôtel particulier, la rue de Monceau, appartenant à Mme Herbelin, qui l’habitait avec sa nièce, l’artiste peintre Madeleine Lemaire, dont Marcel Proust aimait les roses. Le 17 octobre 1886, lors de son arrestation chez un receleur, il poignarde le brigadier Rossignol, sans le tuer. Jugé le 11 janvier 1887, Clément Duval est condamné à mort puis gracié par le président de la République Jules Grévy.

source: https://fr.wikipedia.org/wiki/Clément_Duval

 Journal du mercredi 15 mai 1918

Nos patrouilles, opérant au nord du bois de Hangard vers Courcy et à l’ouest de la Meuse, ont ramené des prisonniers.
Nous avons aisément repoussé un coup de main ennemi sur nos petits postes au nord-ouest d’Orvillers-Sorel.
Lutte d’artillerie assez vive en Champagne dans le secteur de la Butte du Mesnil et dans les Vosges.
Une tentative allemande au nord de la Fecht a échoué sons nos feux.
Les troupes britanniques ont réussi un raid au nord-est de Robecq et fait quelques prisonniers sans subir de pertes. Un détachement ennemi a attaqué un poste anglais près de Merville. Il a été repoussé et décimé. L’artillerie ennemie a été active pendant la nuit dans les secteurs de la Somme et de l’Ancre.
Sur le front belge, faible activité d’artillerie. Lutte de bombes vers Nieuport et Langemarck.
Les Italiens ont arrêté par leurs feux des tentatives ennemies sur le mont Corno, à Dosso Casina, au val Calcino et au val Ornic.
Des patrouilles anglaises et italiennes ont fait irruption dans le village de Pedescala, infligeant des pertes à l’ennemi.
Canonnade dans le Tonale et au nord de Montello. Onze avions autrichiens ont été abattus.

source: http://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/mai18.html

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s