1143/19 septembre 1917: « Excusez-moi M.le curé « 

 » Il faut débarbouiller la langue française »

Le Figaro du 19 septembre 1917 s’interroge sur l’utilité des nombreux mots inventés depuis le début de la Grande Guerre.

«Désannexion.

Le mot a été lancé par M. Vandervelde, l’éloquent ministre belge […]. Il signifie […] qu’on peut souscrire à la formule “sans indemnité ni conquête” et vouloir cependant, avec la réparation des ruines, le retour à la France des pays qui lui ont été arrachés en 1871.

Mais, n’oublions pas cependant que le mot n’était pas nécessaire, et que restitution exprimait en notre belle langue dont on ne connaîtra jamais assez la richesse la même idée.

À la paix, il faudra débarbouiller le vocabulaire français de tant de mots parasites qui sont des néologismes superflus.» écrit Le Figaro du 19 septembre 1917.

source: http://www.lefigaro.fr/histoire/centenaire-14-18/2014/09/19/26002-20140919ARTFIG00177-19-septembre-1917-il-faut-debarbouiller-la-langue-francaise.php

Sept escadrons étatsuniens à Etampes du 19 au 23 septembre 1917

Mercredi matin 19 septembre 1917 arrivèrent en gare d’Étampes sept escadrons aériens de l’armée des États-Unis d’Amérique. Ils n’en repartirent que le dimanche suivant.    Le Président Wilson avait déclaré la guerre à l’Allemagne le 6 avril. Entre le 12 et le 26 juin furent constitués, entre autres, les sept escadrons aériens qui nous occupent, à savoir les 30e, 31e, 32e, 33e, 35e, 36e et 37e, à Camp Kelly, au Texas. Ces unités étaient vouées à la maintenance des appareils et à la formation des aviateurs plutôt qu’à des missions de reconnaissance ou de combat. Elles paraissent avoir toutes embarqué à New York le 23 août pour Liverpool

La suite sur http://www.corpusetampois.com/che-20-19170919etatsuniens.html

« Excusez-moi M.le curé « 

Mercredi 19 septembre 1917
Monsieur le Curé,
Excusez-moi si je ne vous ai pas écris plus tôt.
Depuis mon retour de permission, je suis en très bonne santé et toujours dans le même secteur qui est d’ailleurs assez tranquille.
Combien de temps y resterons-nous, pas très longtemps sans doute d’après ce que l’on murmure.
J’ai demandé après votre neveu René, pour le moment, je n’ai pu savoir exactement où il est.
En tout cas, il n’est pas très loin de moi, un peu à droite, je crois.
Je ferai mon possible pour avoir des renseignements plus précis, et serais enchanté de le trouver et de faire sa connaissance.
Rien de bien intéressant à vous dire, je vous quitte Monsieur le Curé en vous souhaitant bonne santé et en vous serrant cordialeme
nt la main.
Bien à vous,
E. Gallois

C’est une bonne chose, on oublie pas de donner des nouvelles à Monsieur le Curé.
Et en plus, il a droit à une carte postale de la Cathédrale de Reims… mais hélas dans un bien triste état… en 1917.
La carte a été écrite trois ans jour pour jour après les bombardements et l’incendie du 19 septembre 1914 !

On ne peut savoir où se trouve précisément l’auteur de cette correspondance, mais tout laisse à penser qu’il est dans les tranchées.
En effet, il dit que le « neveu René » doit se trouver « pas très loin, un peu à droite »… cela ressemble fortement à une localisation dans une tranchée ou un boyau.
Mais pour le moment, tout est calme…

source: http://reims.14-18.over-blog.com/2015/01/reims-14-18-il-n-est-pas-tres-loin-de-moi-un-peu-a-droite.html

Les derniers mutins russes de la Courtine se rendent (suite et fin)

Le 19 septembre 1917 vers 10 h, les derniers mutins se rendent. Le bilan officiel est de 9 morts mais des recoupements donnent à penser qu’il y en a eu plus d’une centaine. Les autorités françaises ont longtemps tenu secrète cette rébellion tandis que le haut commandement militaire décide la dissolution des deux brigades. Les autorités russes jugent 81 hommes coupables de mutinerie et les envoient en détention au fort Liédot, sur l’île d’Aix. Les autres doivent choisir entre s’engager dans l’armée française ou devenir travailleur militaire : près de 1 300 refusent et sont envoyés aux travaux forcés en Algérie tandis qu’environ 10 000 s’engagent dans des unités de travailleurs ; ils seront rapatriés à Odessa en 1919. Près de 400 officiers et sous-officiers tsaristes s’engagent dans une légion russe de volontaires qui combat aux côtés des armées françaises. Ce bataillon est cité deux fois à l’ordre de l’armée française et est décoré de la Croix de guerre 1914-1918 avec fourragère. Ce bataillon est appelé « Légion d’honneur russe ».

source: http://www.bhpt.org/dossiers_thematiques/guerre1418/1917/1917-T2/pieces_jointes/courtine.pdf

Journal du mercredi 19 septembre 1917 à travers Le Miroir

Nous avons arrêté deux tentatives ennemies sur nos petits postes. L’un au sud-est de Saint-Quentin, l’autre dans la région des Bovettes. De notre côté, nous avons réussi des coups de main vers Etancourt et la ferme de la Royère.
Au sud de la Miette, à la suite d’un violent bombardement, des détachements ennemis ont abordé nos lignes vers la route de Neufchatel. Un vif combat s’est engagé dans nos éléments avancés d’où l’ennemi a été entièrement rejeté après avoir subi des pertes sensibles. Nous avons fait des prisonniers.
Sur la rive droite de la Meuse, grande activité des deux artilleries dans la région du bois des Fosses.
Sur le front britannique, rencontre de patrouilles dans le secteur d’Ypres.
On ne signale que des escarmouches sur le front italien.
Sur le front russe, calme dans la région de Riga. Au sud de Frederikstadt, nos alliés se sont, après combat, emparés d’un point fortifié au sud du village de Badeg et ils ont capturé une mitrailleuse.
Dans la vallée de la Susita, les Roumains, après une préparation d’artillerie, ont occupé un secteur de la position fortifiée ennemie. Ils ont repoussé une tentative allemande sur leurs positions de la région Panticu-Merechesti.
Le sous-secrétaire d’Etat allemand Haddenhausen a désavoué verbalement les menées du comte de Luxbourg à Buenos-Aires.

source: http://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/septembre17.html

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s