1360/24 avril 1918: premier combat mondial entre chars à Villers-Bretonneux ( Somme)

La Bataille de Villers-Bretonneux

La Bataille de Villers-Bretonneux est une bataille de la première guerre mondiale  qui se déroula les 24, 25 et 26 avril 1918 sur le territoire de la commune de Villers-Bretonneux . Elle stoppa l’avance allemande vers l’ouest et préserva la ville d’Amiens d’une occupation par l’ennemi.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Bataille_de_Villers-Bretonneux_(1918)

Premier combat mondial entre chars à Villers-Bretonneux

Char-1guerre-mondiale-150x150Le 24 avril, à 3h45, des tirs d’artillerie très denses s’abattaient sur une zone de front alliée tenue par les 62e et 8e D.I. anglaises et allant du bois de Hangard au nord de Villers. A 6h00, les tirs cessaient et quatre divisions d’infanterie allemandes précédées par 13 chars A7V, donnaient l’assaut aux positions anglaises dans le brouillard.

Partout où les chars apparurent, le front fut disloqué et la première ligne traversée et tournée. La panique s’installa rapidement et la plupart des hommes de cette première ligne furent faits prisonniers ou refluèrent en désordre vers l’arrière, talonnés par les Allemands.

Avant 8h00, Villers était investie et la progression vers Cachy se développait. A 10h00, Villers était tombée. Les attaquants commençaient à s’infiltrer dans le bois d’Aquenne au nord et se préparait à donner l’assaut à la deuxième ligne devant Cachy.

C’est alors que trois chars lourds anglais « Mother » sortis du bois d’Aquenne, se heurtèrent aux chars allemands. Au cours de ce premier combat « tank versus tank », les trois chars anglais furent touchés, mais purent regagner le couvert du bois alors que le char allemand « Nike » dut être abandonné sur place.

Un moment plus tard, sept chars légers « Whippet » intervenaient face à Cachy, désorganisant l’attaque imminente de la division d’infanterie allemande 77, mais subissant la perte de 3 chars.

La bataille terminée, deux chars resteront sur le terrain : le « Elfriede » et le « Mephisto ».

Après le repli allemand dans le secteur, le « Mephisto » fut récupéré par les troupes australiennes et envoyé en Australie comme trophée de guerre. Il demeure exposé au Queensland Museum de Brisbane. Il se trouve être de nos jours, le seul char A7V visible et rescapé du ferraillage.

Sur la route D168, en direction de Cachy, un petit monument rappelle le premier duel de l’histoire entre chars allemands (A7V) et chars britanniques (Mark IV et Whippets).

villersbretonneux12villersbretonneux13

C’est au bord de la D168, allant de Villers-Bretonneux à Cachy, à la lisière sud du bois d’Aquenne, que se trouve ce petit monument, inauguré le 18 avril 1998, qui rappelle qu’à proximité de ce lieu se déroula le premier combat de chars de l’Histoire. On peut y lire, en trois langues : « Ici le 24 avril 1918 eut lieu le premier combat mondial entre tanks allemands et britanniques ».

C’est au cours de la bataille de Villers-Bretonneux, qui se déroula du 24 au 26 avril 1918, qu’eut lieu le premier combat de chars. Après une préparation d’artillerie dense, à 6H00, le 24 avril, les Allemands attaquèrent la ligne britannique depuis le nord de Villers-Bretonneux jusqu’au bois de Hangard. A 10H00, la ville était tombée et à la fin de la journée les Allemands s’étaient infiltrés dans le bois d’Aquenne, jusqu’à la route Cachy – Fouilloy, au nord et faisait face à la deuxième ligne devant Cachy au sud. Dans la nuit, deux brigades australiennes permirent de reprendre une partie du terrain perdu mais sans parvenir à atteindre Villers-Bretonneux qui fut finalement reprise le 25 dans la soirée grâce à la jonction des deux brigades. Le lendemain, les Français de la division marocaine, ayant relevé les Britanniques dans la nuit, s’élancèrent pour dégager le sud de Villers-Bretonneux mais l’attaque fut mal préparée, avec un barrage d’artillerie inefficace, et la division perdit un tiers de ses effectifs. Le front se stabilisa alors jusqu’au 8 août, date de la contre-offensive alliée et jour de deuil pour l’armée allemande qui fut mise en déroute ce jour-là.

Le premier combat tank contre tank

C’est au petit-matin du premier jour de la bataille, le 24 avril 1918, que treize chars allemands, des A7V, participèrent à l’assaut. Répartis en trois groupes, ils étaient partis de trois points différents à l’ouest de Marcelcave. Leur attaque fut une surprise totale et participa grandement à la mise en déroute des premières lignes britanniques. A 8H00, ignorant leur présence, trois tanks Mark IV furent envoyés pour défendre la seconde ligne. Après avoir traversé le bois l’Abbé, dans un environnement difficile à cause des bombardements au gaz de l’artillerie allemande, les trois engins blindés arrivèrent sur la ligne de front où le tank de leur chef de bataillon, le sous-lieutenant Mitchell , s’aperçut qu’il était face à trois chars allemands. Un déluge de balles de mitrailleuses s’abattit alors sur son tank. Il faut savoir que l’A7V allemand est équipé d’un canon à l’avant et de six mitrailleuses sur le côté (photo n°2) alors que le tank anglais est soit mâle (comme celui du sous-lieutenant Mitchell) avec un canon de chaque côté et quatre mitrailleuses (photo n°3) ou femelle avec six mitrailleuses (les deux autres tanks qui l’accompagnaient). Le char allemand le plus proche de celui du sous-lieutenant Mitchell parvint à l’atteindre une première fois par un coup au but avant de mettre en fuite les deux autres tanks britanniques après les avoir touchés eux aussi. Le tank mâle, qui avait du faire demi-tour pour se remettre en position de tir, avait déjà tiré une vingtaine de coups, tout en roulant, lorsqu’il fut touché une seconde fois. A ce moment là, le char allemand pensait bien avoir mis hors de combat son adversaire mais c’est ce dernier, mis à l’arrêt, qui va alors le toucher au but, à l’avant, rendant son canon hors d’usage et forçant son équipage à l’abandonner, avant de revenir plus tard pour le ramener à l’arrière. Les deux autres chars allemands s’approchèrent du tank anglais mais un tir de ce dernier les mit en fuite. Finalement, pris pour cible par l’artillerie et même un avion, le tank du sous-lieutenant Mitchell fut touché par un tir de mortier à une de ses chenilles et dut être abandonné, mettant ainsi fin au premier combat de chars de l’histoire.

A lire aussi http://www.picardie1418.com/fr/decouvrir/monument-au-premier-combat-de-chars-villers-bretonneux.php

http://1418bd.free.fr/labase/dosmonumLaBornedesTanksVillersBretavril18_80.pdf

Somme : le musée des soldats australiens a été renové

Le musée de Villers-Bretonneux (Somme) a été renové. Il retrace l’histoire du corps expéditionnaire australien qui a stoppé l’offensive allemande les 24 et 25 avril 1918.

http://www.leparisien.fr/societe/somme-le-musee-des-soldats-australiens-a-ete-renove-24-04-2017-6882837.php

http://www.cheminsdememoire-nordpasdecalais.fr/lhistoire/armes/les-tanks.html

http://www.g1914-18.com/vbreton.html

 

Un témoignage

http://www.militaria-14-18.fr/temoins-temoignages/un-temoin-premier-combat-tanks-24-avril-1918-devant-cachy-somme-caporal-dominique-richert-chef-de-piece-dans-compagnie-mitrailleuses-infanterie-regiment-332-allemand/

 

Journal du mercredi 24 avril 1918

Un coup de main ennemi a été repoussé à l’est de l’Avre, dans la région de Thennes. Nous avons fait des prisonniers. Activité réciproque de l’artillerie en divers points du front de la Somme, de l’Avre et de l’Oise, ainsi que sur la rive droite de la Meuse. Au nord de Seicheprey, il ne reste plus un Allemand dans nos tranchées.

L’ennemi a bombardé Reims où plusieurs incendies se sont déclarés. Sur le front britannique, des combats locaux avantageux pour nos alliés ont eu lieu dans le voisinage de Robecq, où les troupes ennemies ont été rejetées de quelques-uns de leurs postes avancés.

En Macédoine, l’ennemi a violemment bombardé les villages dont les troupes britanniques et grecques s’étaient antérieurement emparées. Action d’artillerie dans le secteur de Doiran, et de part et d’autre du Vardar.

Dans le Trentin, les Italiens ont attaqué et détruit des postes ennemis aux environs de Mori. Ils ont recueilli des prisonniers. Tirs de concentration dans la conque d’Asiago.

source: http://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/avril18.html

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s