1361/25 avril 1918: récupération et maintenance des effets des soldats

Récupération et maintenance des effets des soldats

Photos faites le 25 avril 1918 http://archives.ecpad.fr/wp-content/uploads/2010/06/1918-04.pdf

source: 28 / Réf. SPA 281 M 5090 Orléans, aux magasins d’artillerie. Centre de récupération. Déchargement des vieux souliers pour être lavés. 25/04/1918, opérateur : Albert Moreau.

A Paris, la population civile vit dans la crainte des bombardements. La nuit, les appareils de bombardement Gothas larguent leurs bombes sur la ville, provoquant depuis le début du mois d’avril la mort de cent dix-huit personnes. Le jour, les obus tirés par les « canons de Paris » sont toujours meurtriers. Malgré les tirs de contrebatterie et les bombardements aériens français, les tirs des batteries allemandes à longue portée ne sont pas ralentis. Seul un incident de tir, provenant peu de temps après le début de la campagne de tir, impose un temps d’arrêt.

source: 27 / Réf. SPA 281 M 5092 Orléans, aux magasins d’artillerie. Centre de récupération. Lavage des souliers. 25/04/1918, opérateur : Albert Moreau.

Au cours de la Première Guerre mondiale, les compagnies de travailleurs sont organisées dans les usines et les ateliers travaillant pour la défense nationale. Composées d’étrangers, ces sections comprennent une large proportion de travailleurs originaires de Chine ou d’Indochine. Aux ateliers d’habillement d’Orléans, des travailleurs chinois sont embauchés à la récupération des effets individuels et autres équipements destinés à être réparés.

Bataille de la Lys: communiqué du 25 avril

jeudi 25 avril 1918– Après-midi : Tard dans la soirée, l’ennemi a également attaqué les positions françaises au nord-est de Bailleul. Il a été repoussé. Ce matin, de bonne heure, l’ennemi a renouvelé ses attaques dans ce secteur et contre les positions anglaises plus à l’est, après un intense bombardement.

Le combat continue dans cette région sur un large front.
L’artillerie ennemie a été active pendant la nuit dans le secteur de Festubert et de Robecq.

Soir : Les positions tenues par les troupes françaises et britanniques, depuis le nord de Bailleul jusqu’à l’est de Wytschaete, ont été, toute le journée, violemment attaquées.
Des combats très vifs ont eu lieu sur tout le front, principalement aux environs de Dranoutre, Kemmel et Vierstraat. Après des alternatives diverses, les troupes alliées ont été contraintes de se replier des positions tenues ce matin. Le combat continue.

source: http://www.bataille-de-la-lys.com/fr/attaque_allemande/communiques/25_avril_1918.html

Les Allemands s’emparent du mont Kemmel

Haut de 156 mètres, le Mont Kemmel fait partie des Monts de Flandre, rares éléments qui donnent un peu de relief au plat pays.

Cette proéminence en a fait un lieu stratégique dont les Allemands ont réussi à s’emparer le 25 avril 1918, au terme de plusieurs jours de combats dévastateurs. Le capitaine Pinçon décrit l’allure de ce champs de bataille par ces mots :  » (…) Vu du Scherpenberg, le Kemmel offrait alors l’aspect d’un volcan en éruption, où les cônes de fumée, de sable et de pierrailles de 210 et des 280 semblaient de nouveaux cratères s’entrouvrant soudain pour lancer vers le ciel le feu central. Vision d’une beauté tragique, qui faisait passer un frisson d’horreur lorsqu’on savait que dans ces flammes, dans cette fumée, sous ces coups redoublés dont le roulement s’entendait à Dunkerque, mouraient ceux qui ne connaissaient que leur consigne : rester sur place pour y attendre le boche. On ne recule pas !  » (« Onzième du 99e au Kemmel (17-25 avril 1918) », Capitaine L. Pinçon, L, Impr. L. Gaubert, Montmorency, 1921). Jusqu’en septembre de cette dernière année de guerre, les Français puis les Anglais vont se battre pour récupérer ce qui entretemps est devenu le « mont chauve ».

source: https://www.rtbf.be/14-18/article_mont-kemmel?id=8305758

http://www.cheminsdememoire-nordpasdecalais.fr/les-chemins/le-front/ossuaire-francais-du-mont-kemmel-heuvelland.html

https://fr.wikisource.org/wiki/La_Bataille_des_Monts_de_Flandre_(avril-mai_1918)

Villers-Bretonneux libéré par les Australiens

http://milguerres.unblog.fr/villers-bretonneux-avril-1918/

Journal du jeudi 25 avril 1918

Quatre avions allemands et deux ballons captifs ont été détruits par nos pilotes. Un cinquième avion a été abattu par le tir de l’infanterie. En outre, seize appareils ennemis sont tombés dans leurs lignes, fortement endommagés à la suite de combats aériens. Notre aviation de bombardement, au cours des deux dernières journées a effectué de nombreuses sorties. 49.000 kilos de projectiles ont été jeté sur les gares, cantonnements, terrains d’aviation ennemis, dans les régions de Saint-Quentin, Jussy Chaulnes, Royes, Ham, Guiscard et Asfeld. Deux incendies ont éclaté en gare de Chaulnes et en gare d’Asfeld. Un dépôt de munitions à l’est de Guiscard a fait explosion. Sur le front britannique, l’ennemi a déclenché, après un violent bombardement, une action locale contre les positions à l’est d’Albert ; il a été repoussé. Nos alliés ont légèrement amélioré leurs positions dans les secteurs de Villers-Bretoneux, Albert et Robecq. Ils ont exécuté de nombreux raids au sud et au nord de Lens, capturé des prisonniers et des mitrailleuses. En Macédoine, les troupes allemandes ont effectué des coups de mains au sud de Doiran et dans la région de Vetrenik.

source: http://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/avril18.html

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s