1570/19 novembre 1918: la tombe du « soldat inconnu », une idée rennaise !

Histoire de l’autonomisme alsacien-lorrain 

19 novembre 1918 : Maurice Barrès et Philippe Pétain entrent dans Metz aux côtés des troupes de la Xème armée, commandée en l’absence du général Charles Marie Emmanuel Mangin, victime d’un accident de cheval, par le général Leconte. Mirman y déloge avec rudesse le dernier président de Lorraine, Von Gemminger. Le soir, Barrès peut écrire à son fils : « Tu peux m’enterrer maintenant ». Les troupes serbes et françaises occupent le Banat  austro-hongrois, peuplé notamment de Lorrains établis depuis le XVIIIème siècle.

20 novembre 1918 : Le drapeau français remplace le drapeau rouge au sommet de la cathédrale de Strasbourg qui y trônait depuis le 10 novembre.

26 novembre 1918 : Entrée officielle du Maréchal Foch à Metz. L’Alsace-Lorraine est directement administrée depuis Paris.

280 000 Alsaciens-Lorrains ont combattu pour le Reich de 1914 à 1918. Moins de 1 000 ont déserté, mais 15 000 Mosellans ont été tués : leurs noms figurent sur les 730 monuments du département.

source: http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2014/03/31/histoire-de-lautonomisme-alsacien-lorrain-1918-1939/

Olivar Asselin raconte la Belgique libérée

Pâturages, près Mons,
en Belgique, 19 novbre 1918.

Ma chère Alice,

Nous reprenons la route ⁁marche demain au matin à 6h.30. Les Allemands encombrent les routes, nous n’irons pas vite : à peine dix milles par jour. Ma santé a jusqu’ici été très bonne, mais un peu de froid aux pieds, pris dans une maison chauffée à certaines heures seulement, m’a xxxx dérangé l’intestin ces jours-ci, ce qui m’a quelque peu abattu. ⁁En outre On ⁁onxxxxxxx m’avait oublié dans la distribution des billets de logement, et, couché par xxxx terre, j’ai manqué de sommeil. Enfin, j’ai dû faire, par la faute de tu devines qui, une véritable besogne de commis. Ne crains pas que je fasse quoi que ce soit qui puisse porter préjudice à nos intérêts, mais je me demande quelle mauvaise fortune a vu a fait que je sois placé sous ce gros négligent, qui se prodigue ⁁au besoin en éclats de voix, mais xxx de qui je ne puis jamais obtenir un acte d’autorité effectif. Je me suis rarement fait plus de mauvais sang.

Petit à petit nos impressions de la Belgique libérée se précisent et se complètent. Les xxx Le peuple Certains font Dans le peuple, certains éléments ont moins souffert qu’on ne le croit à l’étranger : ce sont les gens — ⁁buvetiers, restaurateurs, etc., qui vivaient ⁁à la fois du soldat allemand et du ravitaillement américain, espagnol, hollandais, scandinave ; la hausse des prix, ceux-là, ne les affectait guère. Certains autres ont plus souffert qu’on ne serait tenté de le croire en voyant la mine générale des habitants : ce sont ceux dont qui, par fierté ou autrement, ne pouvaient s’accommoder de la domination étrangère. La paire de bas qui se vendait 95 centimes avant la guerre se vend aujourd’hui 15 francs. La farine s’est vendue dernièrement jusqu’à 15 francs (près de $300) le kilo (deux livres). Mais il y avait avec l’autorité militaire des accommodements, et bon nombre qui ont pu supporter les nouvelles conditions économiques xxxx grâceen achetant, littéralement, les officiers et sous-officiers préposés au contrôle des approvisionnements ⁁et des réquisitions. Il y a même une classe très nombreuse qui, s’étant habituée à compter sur l’assistance des neutres, semble, au dire des patrons, ne pas vouloir reprendre le travail, ou vouloir établir ici le bolchevisme comme il existait en Russie. Cette contrée Cette xxxx ⁁Cette région de la Belgique est libérée depuis plus de dix jours, ⁁les mines sont restées ouvertes,mais il n’y a encore virtuellement personne qui travaille. Pour des gens xxxxx un peuple qui a tant à faire, c’ ce n’est pas se presser. Je ne sais où l’on a pris le grain pour fabriquer la bière, mais dans tous les cafés (fort nombreux) il y a de la bière, et les gens pour la boire, même en dehors des troupes, ne manquent pas. Dans un magasin de xxx xxxx ⁁Par contre, dans un grand bazar qui avant la guerre devait avoir fort belle clientèle, on me racontait hier soir ceci : Les Allemands avaient réquisitionné toutes les cotonnades, toute la laine, tout le coton, toute la toile ; parce que ce bazar ⁁manqua à n’avait pas déclaréer quelques faux-cols, pour ⁁en toile hommes, le magasin fut vidé, et vingt mille francs de marchandises confisqués ; et le plus outrageant, c’est que l’ordre de déclaration n’avait pas même été affiché publié ! Les actes de ⁁faits de ce genre ne se comptent pas ; inutile de dire les ruines particulières qu’ils ont causées, sans parler de la perturbation générale créée par la réqui le caractère spoliateur des réquisitions.

La suite sur: source: https://fr.wikisource.org/wiki/Correspondance_-_Lettre_du_19_novembre_1918_(Asselin)

Les femmes dans la Grande Guerre

L’angoisse des poilus est multiforme car le travail féminin est aussi source d’inquiétude. Les hommes retrouveront-ils leur place après la guerre ? La fidélité résistera-t-elle à l’épreuve de la séparation ? Démobilisées dès le 19 novembre 1918, les ouvrières des usines sont priées de regagner des secteurs plus « féminins » et l’ordre ancien, réputé naturel, reprend ses droits dans les campagnes.

Ainsi le conflit n’a guère modifié les structures de l’emploi féminin. Par ailleurs, les féministes voient leurs espoirs se muer en déception. Si la Chambre des députés emmenée par Aristide Briand adopte, le 8 mai 1919, le principe du suffrage féminin, sans restriction d’âge, de niveau de revenu ou de situation matrimoniale, le projet est définitivement enterré par le Sénat en 1922, et la Chambre « bleu horizon » vote en 1920 une loi réprimant « la propagande anticonceptionnelle » et la « provocation à l’avortement ». L’émergence des « garçonnes » sexuellement affranchies n’est donc que marginale, sans parler des fameuses « années folles », qui furent des années dures pour l’immense majorité des Françaises et des Français, à la ville comme à la campagne.

source: http://agriculture.gouv.fr/1914-1918-les-femmes-dans-la-grande-guerre

La tombe du « soldat inconnu », une idée rennaise !

À la fin du conflit, suivant les recommandations de François Simon à la lettre, on commence par imaginer la création d’une sorte de livre d’or, dédié à tous les morts de la Grande Guerre, qui serait placé au sein du Panthéon, à Paris. L’idée, relayée par la presse, est reprise dès le 19novembre 1918 par un député d’Eure-et-Loir, Maurice Maunoury, qui en fait une proposition de loi.

Les députés s’en emparent, la transforment, jusqu’à prendre la décision, le 12 septembre 1919, d’inhumer « un déshérité de la mort » au Panthéon. Les anciens combattants tiquent sur le choix du lieu. Le Panthéon abrite des gloires politiques et civiles, pas des soldats. Après bien des débats, décision est prise de choisir un autre lieu, plus adapté. Ce sera lArc de triomphe, dédié aux militaires tombés pour la patrie.

Désigné par un bouquet

Le 10 novembre 1920, pour choisir le futur « soldat inconnu », on organise une cérémonie à Verdun présidée par André Maginot, alors ministre des Pensions. Auguste Thin, tout jeune soldat de 19 ans, pupille de la nation, se voit remettre un bouquet d’oeillets rouges et blancs. On lui présente huit cercueils anonymes en lui demandant de déposer son bouquet sur l’un d’eux, désignant ainsi le corps à placer sous l’Arc de triomphe.

La dépouille est transférée à Paris le jour même et placée sous l’arc pour les cérémonies du 11novembre 1920. Elle ne sera cependant inhumée définitivement à cet endroit que le 21 janvier suivant.

source: https://www.ouest-france.fr/bretagne/la-tombe-du-soldat-inconnu-une-idee-rennaise-2740716

Journal du mardi 19 novembre 1918

L’armée française a repris sa marche en avant pour occuper les régions envahies par l’ennemi. Franchissant la frontière sur l’ensemble du front, nos troupes ont pénétré en Belgique et dans les provinces annexées. Il n’y a plus un seul ennemi sur le territoire national. Les populations délivrées ont partout accueilli leurs libérateurs avec enthousiasme.
Nous avons dépassé, à gauche, Marienbourg, Couvin, Fumay, franchi la Semoy et atteint Carignan, après avoir occupé Bouillon et Sedan. En Lorraine, nos avant-gardes sont à Gravelotte, dans les forts sud de Metz, ainsi qu’à Morhange et à Dieuze.
En Alsace, nous avons atteint le Donon, chirmeck et Villé. Nous progressons entre Sainte-Marie-aux-Mines et Schlestadt. Plus au sud, nous sommes aux portes de Colmar et d’Ensisheim. En deçà des points atteints, Richecourt, Cirey, Château-Salins, Munster, Cernay, Altkirch sont redevenus français.
Le général Hirschauer, commandant la 2e armée, a fait, en tête de ses troupes, une entrée solennelle à Mulhouse. Nos troupes ont reçu un accueil émouvant.
La 3e armée américaine, sous le commandement du major général Dickman, a commencé la progression en territoire évacué par l’ennemi. Les éléments avancés ont atteint la ligne Ecouviez-Sorbey-Gouraincourt-Mars-la-Tour.
La seconde armée anglaise, commandée par le général Plumer, et la quatrième, sous le général Rawlinson, ont atteint la ligne Cerfontaine-Pry-Biesmes-Piéton-la Louvière-Soignies Enghien-sud de Ninove.
M. Lansing, secrétaire d’Etat amériçain aux Affaires étrangères, partira prochainement pour l’Europe. Il se rendra directement en France. M. Wilson passera par l’Angleterre avant de venir en France.
Il est décidé qu’une division française occupera Budapest. Une armée roumaine serait également en marche vers cette ville.
La Hongrie a définitivement proclamé la république. Un conflit, à propos de la mobilisation des Slovaques, a éclaté entre la Hongrie et l’Etat Tchéco-Slovaque.
Max de Bade, s’expliquant sur sa demande d’armistice, a dit qu’elle lui avait été suggérée et même dictée par les autorités militaires. Les troupes allemandes ont été retirées de Finlande.

source: http://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/novembre18.html

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s